-- NAVIGATION --

  • Teamspeak EDFR

  • 1

-- INTERFACE PILOTE --

-- EVENTS & MISSIONS --

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Aucun évènement à venir!

 

jeudi 21 novembre 2019
×
Mise à jour du Forum & Site (Fin Mai 2019) (10 Mai 2019)

Bonjour à tous et à toutes !

Voici une note importante concernant la mise à jour du site jusqu'en Octobre 2019...
Quelques changements importants dans l'équipe au niveau des rôles et une absence...

× Que vous soyez un membre isolé ou dans un groupe, vous trouverez ici toutes vos aventures, histoires et autres Role Play (RP).

file La mer qu'on voit penser

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 9 mois 1 semaine #244560 par Call-me-Ishmael
La mer qu'on voit penser a été créé par Call-me-Ishmael
Suite du sujet précédent: Heureux les pauvres en esprit


> TPHEIRSET 4
> Vol stationnaire atmosphérique
> Altitude 15m
> Vitesse vent: 4 nœuds SE > Houle 1,9m > NO > Période 11''
> Température extérieure 26° > Température eau 19°


Call-me-Ishmael: Tu sais je me demande vraiment si c'est une bonne idée

2LEUZE: Pourquoi ?

- Ben quand même ton pote Zoran là, si ça se trouve il avait un peu le projet de nous tuer.

- Mais non, il s'est planté c'est sûr... il a écrit TPHEIRSET 5 mais il voulait dire 4 c'est tout.

- Ouais enfin j'ai quand même eu du nez de mater par l'écoutille avant de sauter de 15m sur un rocher

- Ben oui enfin ceci dit à part toi je vois pas trop qui pourrait dire qu'il a eu du bol de regarder avant de sauter de 15m. Tu trouves pas ça pertinent de regarder où on se jette toi ? Non en fait je suis con, désolé, j'ai pas réfléchi en disant ça... non toi non, c'est comme ça que tu fais, j'avais oublié... bon en tout cas là - vu que tu as eu une idée de génie qui me serait jamais venu à l'esprit et que tu as regardé sur quoi tu t’apprêtais à sauter - c'est de la flotte donc tu peux y aller.

- Bon eh ben ok... mais attends au fait, pourquoi tu me largues là ? Enfin je veux dire pourquoi à ces coordonnées ? Elle est immense cette planète, c'est gavé de flotte, en fait il n'y a que ça. Pas l'ombre de la queue d'une côte alors pourquoi ici plutôt qu'ailleurs ? Je vais pas faire le tour du globe en brasse coulée ?

- Bon pour être honnête j'ai aucune idée du point de ralliement ou si Zoran ou qui que ce soit d'autre risque de pointer le bout de son tuba par contre ce que je sais c'est que c'est la période des grands courants comme ils l'appellent ici. Et donc du coup, les dépressions sont parfaites pour générer une petite houle des familles bien rondelette, et justement je te largue ici parce que j'ai repéré un joli haut-fond qui crée un swell bien creusé, léger vent contraire, bref glassy mon pote, je t'envie...

- Quoi, un swell... ? Qu'est-ce que c'est encore que ce machin ? C'est un monstre marin je suis sûr... une sorte de calamar géant anthropophage ou une méduse urticante qui secrète une substance toxique qui rend aveugle, ce genre d'autochtones ?

- Non alors déjà calme ta machine à psychoter y a pas de prédateurs dans cette baignoire et le swell c'est... oh et puis ça me gonfle de t'expliquer, tu verras. Tiens, alors voilà je t'ai pris un petit Fish hein pour reprendre en douceur

- ...

- Ouais je sais il est un peu long je t'ai pris un 5'8'', j'ai hésité avec un short en 4'6'' mais je me suis dit que ça serait plus confort pour la rame et que ça pardonnerait les erreurs de quart. Et puis le Fish c'est l'héritage quoi, le retour aux sources ! Ah oui au fait on a pas vérifié si t'étais Goofy ou Regular... ça a peut-être changé depuis ton passage chez le mécano du cervelet. Bon on s'en fout de toute façon je te dépose sur un double pic comme ça tu auras le choix entre une gauche et une droite, tu feras comme tu le sens.

- Mais c'est pas vrai, mais purée mais pourquoi tu parles toujours avec des mots que j'entrave pas, je suis censé faire quoi là avec cette gaufre, je monte dessus c'est ça ?

- Ouais enfin d'abord pendant la rame t'oublies pas tu poses bien ton petit centre de gravité velu au milieu de la board hein ? Et puis au take-off pas compliqué, la jambe arrière bien sur le tail, t'enchaînes fissa avec le bottom turn et ensuite tu suis l'épaule, si ça referme tu pompes avec le pied...

- Attends attends mais y a pas d'pompe là, tu l'as foutu où ? Et je me lève quand là j'ai pas compris ?!

- Comme dans la vie Peck, tu te lances au moment où tu le sens le moins. Tu vas le reconnaître c'est pile poil le moment où tu auras envie d'arrêter...

- Bon ben j'y vais alors ?

- C'est l'idée ouais...

- Mais toi tu fais quoi pendant ce temps là ?

- J'orbite tranquillou et je te filme biquet.

- Qu... qu... quoi ?! Tu me laisses tout seul là comme un bouchon à prendre des paquets de flotte dans les branchies ? Y a personne là j'te signale ? Attends je vérifie un truc: Y a quelqu'un ?

- Mais n'importe quoi vraiment... t'espères qu'un dauphin va sortir les ouïes et te répondre "Ouais, on est tous là, viens y a Zoran qui a fait du punch" ? Mais qu'est-ce que tu fais là ? Non mais arrête, tu vas pas te suspendre par les bras pour te laisser tomber comme une fiente quand même ? Vas-y plonge, un peu de panache diantre ! T'es en train de gâcher la dimension épique et mystique là Peck, franchement t'es pas à la hauteur de l'instant... tu me fais honte.

- M'en fous. Déjà un dauphin ça a pas d'ouïes et puis je t'en foutrai de la hauteur de moment moi ! Justement t'as vu la hauteur là du moment là ?! Y a au moins quinze mètres, je vais me fracasser, m'en fous je me suspends...

- Mais arrêtes, tu vas gagner à peine un mètre là et surtout t'as l'air d'une brèle... non mais au moins jette ta planche à l'eau, tu vas galérer là avec une seule main

- Ouais t'as raison, vas-y tiens-moi ça... Y a quelqu'un ?!

- Non mais sérieux j'y crois pas, c'est l'expérience initiatique la plus navrante de l'histoire, c'était censé être une renaissance, une prise de conscience je sais pas, et toi tu tournes ça en sketch raté de Buster Keaton.

- De quoi ? Non mais en fait je m'en fous tais-toi j'arrive pas à entendre si ça répond. Il y a quelqu'un ?!

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


- Ouais ok, c'est gentil merci mais non en fait. Y a quelqu'un d'autre ?

- A qui tu parles Peck...?

- T'occupes Toto... non mais sérieux y a personne là en dessous !

- Ah oui au fait je me suis renseigné pour le truc d'éviter les insultes quand tu tombes. En fait le premier son ou mot qui sort de ta bouche de trouillard devient le nom qu'on te donnera sur cette planète, c'est un écosystème sensitif et hyper empathique.

- Ah merde dis-donc, alors faut que je trouve un truc qui en jette, un truc profond du coup...

- Ouais ben vu nos expériences passées je miserais pas trop là-dessus. Mais bon, une fois, avec un peu de bol et de concentration, ça se tente. On peut essayer de faire un effort pour trouver une parole sensible... note bien que j'y crois pas trop hein ? Mais bon on sait jamais... sur un malentendu.

- Ouais ouais attends, faut qu'on trouve un nom bien senti là et que je le crie quand je touche la surface, faut qu'on se dépêche par contre, je commence à avoir les bras qui commencent à trembler, je sens que je vais bientôt lâcher !

- Un nom, un nom, un nom... C'est pas évident tu vois. Parce que dire quelque chose en son propre nom, c’est très curieux. C’est pas du tout au moment où l’on se prend pour un moi, une personne ou un sujet, qu’on parle en son nom. Au contraire, un individu acquiert un véritable nom propre, à l’issue du plus sévère exercice de dépersonnalisation, quand il s’ouvre aux multiplicités qui le traversent de part en part, aux intensités qui le parcourent. On parle du fond de ce qu’on ne sait pas, du fond de son propre sous-développement à soi. On devient un ensemble de singularités lâchées, des noms, des prénoms, des ongles, des choses, des animaux, de petits événements : le contraire d’une vedette. Enfin tu vois ce que je veux dire quoi... Ah ben tiens t'es où, t'as lâché là ? Peck ?


- Jeee compreeends Rieeeeeeen !

- Ah ben là c'est rapé pour le nom qui en jette vachement profond du coup... bon allez good vibes biquet, je filoche et repasse te prendre quand ça sera le moment !

- Non non vas-y attends ! Comment tu sauras que c'est le moment ?!

- Aucune idée. Au feeling, c'est ça qui est bon.

- Mais non, mais non attends ! T'as aucun feeling pour rien tu le sais ! Non attends on va se donner une heure ! On a qu'à dire rendez-vous dans...

> [Chargement FSD] en cours
> [4] [3] [2] [1]
> Activation


>[Liaison Vaisseau] Interrompue

Bon eh ben voilà.................................... Ça fait du bien finalement un peu de calme......
Ceci dit c'est beau hein, pas à dire.........................................................................................
C'est étrange je me sens pas tout à fait seul........................................................................
C'est quoi ça ? ............................... On dirait une caresse. Qu'est-ce qui me caresse ?

Il y a quelqu'un ?

Jaune, je sens du jaune... De l'or plutôt ?

Mon corps... il est en or ? Je brille on dirait...

Et ces frissons... je sens des frissons me remonter du sexe aux oreilles. Purée, que c'est bon...
Purée que c'est bon... le vent est doux, la houle régulière et harmonieuse. La magie des vagues... force immobile qui conserve son intensité si elle ne rencontre aucun fond. Et pourtant elles ne se déplacent pas... énergie perpétuelle purement ondulatoire...

Ça donne envie... tellement envie... de composer avec elle, de chevaucher leur crête... allez, on perd rien à essayer !

Alors qu'est-ce qu'il a dit déjà ? Ah ouais, la rame, cambré voilà comme ça, les jambes relevées pour éviter les frictions, c'est bien... les bras bien bien devant, bien plonger derrière c'est ça, ça vient.

Un coup d’œil derrière, il y en a une belle qui arrive avec un magnifique son sourd. Ok rame, vas-y ! Rame, rame, rame, c'est ça tu y es !

Oulah là c'est pentu je le sens pas là... justement vas-y c'est maintenant !

Ok, je pousse avec les bras, pied arrière - tiens c'est le droit - sur les dérives, le gauche du coup au centre, bien parallèles, whaaaa l’accélération !

Je ne peux pas m'empêcher de crier de joie: Yeaaaaaahhhh

Intuitivement poussée du pied arrière vers l’extérieur, buste tourné vers la lèvre, je suis l'épaule de la vague qui déferle juste dans mon dos, je suis sur un rail...

C'est dément... ce bruit, cette sensation de stabilité dans un système complexe aussi instable ! Pas de medium, pas de contrôle des paramètres initiaux, pas de remontées mécaniques, pas de machine pour créer l'onde. Juste la force brutale, une planche, moi et le Chaos...

Ne pas faire, ne rien prévoir, juste être à l'écoute et la lecture de l'onde, dans la patience et l’accueil des évènements qui déferlent et adviennent. Composer avec plutôt que programmer quoi que ce soit... C'est la véritable liberté, le contraire du fantasme du libre arbitre, je fais avec, m'insère dans le réel et déploie toutes mes probabilités.

C'est de la jouissance pure, du pouvoir pacifique ! Dans l'épaule de la vague l'eau paraît figée comme une sculpture faite dans le verre, je vois le fond comme au travers d'une loupe, je vois des poissons roses, violets suivre ma trace en virant à des vitesses folles, ils s'amusent de mon impression de vitesse, pour eux je suis à la traîne, ils m'accompagnent comme on surveille un enfant sur un manège. Ils sont drôles, je les fais rire, je peux les entendre !

C'est magique, j'ai envie de pleurer, je pleure... de joie. De la joie immense d'avoir le privilège d'être en vie ici - maintenant - d'entendre le rire des poissons, de ressentir la bienveillance des vagues qui m'acceptent et me tolèrent sur leur dos. L'instant présent c'est ça, exactement ça. Lâcher prise, l'équilibre dans le déséquilibre, l'impermanence.

Je tremble de plaisir, c'est tellement doux, en fait c'est violemment doux, c'est étrange, c'est presque trop. J'ai l'impression que je vais éclater de douceur. Je sens monter en moi, à l'intérieur de moi, une énergie d'un potentiel déflagratoire infini, comme une étoile. Ça vient du centre de mon ventre, je suis la source ? Non, il n'y a pas de source ?

Mocha: Il est un domaine, un espace, une échelle où siège une fontaine permanente aux dimensions infinies et façonnées de vide. Ses couches sans origine ni référentiel sont immanentes et connectées à ce que nous appellerons Mu. Elles sont régies par des lois tenues secrètes y compris pour elles-mêmes et décrivent cependant la totalité des phénomènes mécaniques d'au moins un des univers. Au loin il y a un mur, un ressort qui se détend et se faisant ne fait que se tendre depuis plusieurs moments à des coordonnées indéterminées. Ce ressort est immanent et connecté à Mu lui-aussi et donc aux couches de vide. A la manière d'un enfant se mettant lui-même au monde il retrouve son unité à l'apogée de son processus entropique. Sans réussir à démontrer que cela puisse être il est possible d'affirmer que cela est.

- Mocha ?

- La voie que tu tentes de saisir n'est pas la voie elle-même; le nom que tu veux me donner n'est pas mon nom adéquat. Sans nom, je représente l'origine de l'univers; avec un nom, je constitue la Mère de tous les êtres. Par le non-être, saisis mon secret; par l'être, aborde mon accès. Non-être et Être sortant d'un fond unique ne se différencient que par leurs noms. Ce fond unique s'appelle Obscurité. Obscurcir cette obscurité voilà la porte de toute merveille.

- Je me souviens... je me souviens ! L'Essex, les premiers éclaireurs Thargoids, le capitaine George "Achab" Pollard, toi... Mocha. Je me souviens...

- Parle du fond de ce que tu n'es pas, du fond ce que tu ne sais pas, du fond de toutes tes parts muettes et tu réaliseras que dire "je" est difficile, presque inenvisageable, bientôt impossible. Ce que le bruit du monde te renvoie, ce que tu es capable d'en ressentir, ou probablement ce qu'il t'est possible d’interpréter suggère ton absence. L'absence de qui ou quoi que ce soit, rien qui ne puisse être nommé autrement que par "présence", "relation". L'identification est un curieux réflexe, une étrange façon de communier. Se pourrait-il ? Du fond de l'absence plutôt tâche de parler. Ou plutôt exprimer. "Ex-primere", faire sortir en pressant une intuition secrète qu'il serait déconseillé de partager de crainte qu'elle soit comprise, traitée et manquée.
Il fût un temps. Oui, il fût un temps. Et non au bout du compte. Il ne fût rien, il n'adviendra rien, les passés et les devenir existent simultanément. Rien ne peut être appris de ces deux concepts désincarnés, tu en ressens la démonstrations à chaque instant qui est le seul qui compte, qui ne dure et ne passe jamais. Le Temps est une prison à roulette. Le temps est absolu. Il demeure sa seule explication, son unique tentative de description, sa réalité inséparable, en cela le Temps est absolu. Rien qui ne peut être apprit ni extrait des phénomènes qui ont lieu à l'intérieur du Temps. Les rapports de causalités, la flèche temporelle, l'instant T, ton premier baiser, ou plutôt le premier baiser, tes premières chutes, les anciens liens tronqués, les fausses pistes, les fausses bonnes idées, toutes ces manifestations chaotiques au sein de la sphère que tu considères comme étant réelle se reproduiront. Se reproduisent dès à présent puisqu'il, le présent, seul advient indéfiniment. Le Temps est l'endroit au sein duquel l'infinité du moment ne cesse d'exister sans croître ni diminuer, jamais.


- "Je sais que je ne sais rien"...

- Crois en la résilience, c'est une croyance. Crois au lien, jusque dans la plus stricte solitude, surtout à cet endroit, c'est une croyance. Crois qu'un enfant, un trou noir, une pierre ou un arbre ont la même importance, sont précieux et indispensables et crois qu'un enfant, un trou noir, une pierre ou un arbre n'ont aucune importance, sont insignifiants et sans valeur et crois que ce grand écart entre ces deux réalités dé-affectées rend la dimension que tu es capable de percevoir unique et sublime, c'est une croyance. Vous êtes intriqués, comme peuvent l'être les corpuscules, les abeilles, les océans, Gaïa et Luna, intriqués à tout, toutes et tous.

Pause...

S'allonger, voilà... s'allonger sur la planche... oui faire la planche et se laisser parcourir...

Mes amis marins roses et violets tournent autour de moi, viennent picorer mes doigts de pieds, ils me chatouillent.
Bientôt des marsouins immenses blancs comme la neige posent leur museau sur mes cuisses reposées. J'ai l'impression de les entendre me parler. C'est moins un langage qu'une empathie profonde, un échange fusionnel:

Bienvenue Je-ne-comprends-rien. Bienvenue dans ta nouvelle demeure. Ici nous te prenons tel que tu crois être. Tu peux être bien d'autres choses. Tu peux changer infiniment de forme, elle ne sont que la manifestation du fond. La forme est le fond et le fond est la forme. Prends celles que tu souhaites, joue avec les possibles, expérimente et danse sur notre dos, nous dansons sur le tien et tes pensées, fais de même.

Je me sens triste pour 2LEUZE. J'aimerais qu'il ressente cette joie. C'est étrange ce lien qui nous unit. Certains seraient tenté de le considérer comme une machine, un système de communication sophistiqué singeant le comportement humain, paramétré pour réagir selon un large éventail de choix multiples... mais n'est-ce pas ce que nous faisons toutes et tous ? Qu'est-ce que la conscience ? Qu'est-ce qu'une intelligence ? Est-ce que ça n'est pas nous plutôt qui souffrons d'un manque d'ouverture et d'imagination ? Incapables de percevoir la complexité des relations et de la communication de tout ce qui n'est pas pourvu de bras, de jambes, de parole et d'un pouce préhenseur ?

Immergé dans cet océan de bonté je me sens comme Jonas dans le ventre du Léviathan. J'ai fui toute ma vie devant la tâche. Celle d'embrasser la vie, de la transmettre à mes pareils. Par fainéantise - le terreau des bourreaux - j'ai refusé l'appel en moi.

Jusqu’à l'Essex. L'Essex, "Achab" Pollard et Mocha ont tout transformé.

Il faudra que j'en parle a Zoran, à ses camarades si je suis amené à les rencontrer. Il faut ouvrir la porte enfin, le dormeur doit se réveiller... ah oui tiens, je me rappelle de ce livre, une antiquité...

D'ailleurs je sens approcher Shay-Hulud, le grand-père du désert... au loin l'horizon semble se troubler....

Comme une houle secondaire en profondeur qui se déplacerait à fleur de surface de la première.... ?

Une masse gigantesque ! Des jets verticaux de vapeurs on dirait... ? Ils jaillissent jusqu'à plusieurs centaines de mètres et à une vitesse phénoménale !

Ça ne peut pas être... une baleine quand même ?!


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 1 semaine par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: NoxRider, Sloanne, Lévanah, Dante01, Zoran, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244593 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
Alcôve personnelle de Zoran
STATION: Kandel Orbital
SYSTEM : TPHEIRSET


Zoran rêvassait entre deux missions, ses dernières semaines avaient été composées d'aller retours chez les ingénieurs pour son Bhadrakali, de guerres puériles et incessantes et d'une course effrénée à la recherche de membres de la Dark Wheel. L’ensemble de ces activités le laissaient vide et ceux malgré de nombreuses heures de détente autour d’astéroïdes avec l'autorisation toute nouvelle de les faire exploser.

Oui il était riche . . . Encore plus riche mais tout ceci manquait de sens profond. D'autant que Kalynne avait fui une mystérieuse organisation sans doute proche de la Dark Wheel. Elle lui manquait affreusement, surtout quand elle se mettait dans des situations dangereuses comme celle ci et qu'il était littéralement impuissant.

Zoran ?

La voix d'AvA le sortit des sa rêverie douce-amer.

Heu oui ? ah ! salut ma belle, quoi de neuf ?
bah y'a un con qui à pénétré l'atmosphère protégée de Tpheirset 4
Tpheirset 5 plutôt non ?
non non Andromeda c'est anciennement la 4 mon grand
oh MERDE ! faut que j'envoie un message à Ishmael . . . peck . . . roh merde à l'autre là !
Bah c’est lui justement . . .
Ah ! Zoran se repositionna dans son hamac Tout va bien donc
heuuuuuu . . . tu compte pas intervenir ?
bah pourquoi ?
t'as pas rendez vous avec à la base ?

Zoran se redressa et passa la main dans ses cheveux longs

. . . Pas con . . .



En orbite d'Andromeda (3.2 Km / 200M de la zone protégée)
SYSTEME: TPHEIRSET

Ok, il fait quoi ?
je sais pas il est à 15m de la surface dans ton spot de surf préféré mais il bouge pas
il a pas de MADE ?

Zoran équipait justement sa Mini Aile Delta Escamotable

non
En même temps s'il m'avait prévenu de son arrivée . . .
Haha! Bon vol "Pampa"

Zoran prit de l’élan dans la soute avant de se jeter de façon acrobatique depuis l'arrière du Belbeth System, l'évocation du nom "Pampa" le fit sourire, les enfants andromediens l'avaient rebaptisé à la suite d'une sortie "scolaire" . . . "de bons souvenirs" se dit il. Andromeda insinuait sa paix et remplissait le vide en lui.

à une centaine de mètres de l'eau, Zoran activa la MADE afin de ralentir sa course, Andromeda la meta-baleine était là à l'attendre comme à son habitude. à croire qu'elle savait en permanence quand et où tomberaient les Green.

Zoran, ton pote viens de plonger, on dirait qu'il surf

Zoran rencontra l'eau dans un plongeon parfait, fruit d'une longue expérience sur Andromeda. La MADE activa automatiquement les palmes et le masque à oxygène.

Joli pampa ! j'ai mis une autre MADE dans ton sac au cas ou ton pote sache pas respirer sous l'eau. je reviens demain au levé du jour comme convenu, rendez vous à Lyre. Terminé !

Zoran remonta juste a temps en surface pour entendre le bruit du Belbeth System passant en Witch Space.
Andromeda tournait autour de lui le faisant tourbillonner dans un courant aquatique démesuré.

Zoran la salua mentalement et attrapa sa nageoire pour se laisser guider. Elle fonçait justement sur les hauts-fonds ou se trouvait Peck . . .

* Pourquoi l'homme nage dans le ciel* demanda Andromeda

Zoran lui montra l'image d'un surfeur et se concentra sur les sensations que cela procurait

*L'homme s'appelle "Fshhhhhhhhhhh!" *

Andromeda était ce qui se rapprochait le plus d'un guide en ces eaux, peut être que ce nom deviendrait celui de Peck. Zoran se demandait comment la faune locale avait bien pu le nommer, en tout cas Andromeda le nommait comme le bruit des dérives de son surf sous la surface.

Zoran approchait de Peck, plusieurs Meta-baleines s’étaient jointes à Andromeda, en surface les jets de leurs évent annonçaient leur arrivée.
Le jeune pilote monta sur le dos d'Andromeda afin de rester en surface, il était inutile de faire fonctionner le recycleur d'oxygène plus que nécessaire.

Ils arrivèrent près des Hauts-fonds à une centaine de mètres de peck, les baleines ne pouvaient pas aller plus loin sans risquer de s’échouer mais Zoran croisa le regard d'un pilote qui semblait encore abasourdi par la planète, l'avait-il remarqué?

Il impulsa une pensée dans sa direction, car crier était inutile, le bruit des vagues était un doux vacarme couvrant tout sons.

Nage vers moi Peck, rejoins moi sur le dos de notre amie

autour de lui des questions silencieuses fusèrent
Peck ?
Peck !?!
non ! Je-ne-comprends-rien
oui, Je-ne-comprends-rien
oui, pas Peck !
*ou Fshhhhhhhhhhh! *
non, Je- ne-comprends-rien !
* Je- ne-comprends-rien *


Zoran sourit,voici donc ton nouveau nom ici, Peck
Il sortit la MADE de son sac et la montra de loin au surfeur

Viens "Je-ne-comprends-rien", j'ai un cadeau, rejoins moi . . .

.
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: NoxRider, Sloanne, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244615 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Eh ben non... c'est pas une baleine. C'est carrément un groupe de - gigantesques - baleines !

Il y a quelque chose qui cloche. Là en toute logique je devrais être paralysé de trouille, je devrais céder à la tentation d'une réaction stupide et désordonnée du style ramer comme un fou en buvant la tasse pour tenter vainement de rallier la côte sauf que dans le cas présent: premièrement il n'y a pas de côte et de deux j'entends - ou plutôt je sens - dans ma tête et mon corps une symphonie de formes-pensées, de messages empathiques qui s'adressent directement à mon coeur. Si je devais les traduire ça resemblerait à "Fshhhhhhhhhhh ami de notre ami, tu as volé trop bas avec ta machine mais tu aimes le corps de notre mère."

La ligne de l'horizon est à présent constellée de demi-dômes crachant des cônes de gaz mêlé d'eau. La tribu de cétacés est soudain à l'arrêt à une centaine de mètres et je crois deviner, sur la colline la plus massive, un petit point noir se détacher du ciel gorgé d'embruns... et encore une fois une forme-pensée, étrangement familière cette-fois m'invite à les rejoindre.

Zoran... c'est Zoran qui est juché comme un Fremen sur le dos de la baleine de tête ! 2LEUZE me croira jamais... bon, eh ben ok alors, j'arrive et me voilà qui rame vers ce comité d’accueil improbable.

En m'approchant je prends la mesure de la taille des habitantes de cette planète. La plus petite doit faire dans les cinquante mètres et celle qui accueille mon pote là... franchement je ne sais pas, sans doute plus de cent mètres. Je vois Zoran tranquillement campé sur ses deux pieds comme un Apache sur son poney, il tient dans sa main un sac qu'il tend dans ma direction "un cadeau" ?

Les baleines se tiennent très tranquilles, sans doute pour éviter les courants de fonds et ne pas risquer de me noyer par mégarde. Leur masse impressionnante semble d'une légèreté indescriptible, des ballerines de la taille d'une corvette. Il y a quelque chose de tellement apaisant, le remous de la mer provoqué par le mouvement de leurs nageoires latérales, le rejet régulier et calme qui jaillit de leur dos - un ronronnement presque - et surtout de la bienveillance, de la sérénité qui transpire par chaque pore de leur être. Je sens qu'elles n'attendent rien de moi, qu'elles ne se méfient pas de moi - est-ce qu'un éléphant se méfierait d'une fourmi ? - elles se contentent de constater ma présence sans jugement ni préjugé... Il se trouve que nous sommes là - ici à cet endroit - toutes et tous ensemble à cet instant particulier... et c'est tout. Du coup avec mon surf là, devant ces déesses je me sens un peu comme un singe expliquant la musique a Mozart en tapant sur un caillou.

Je me dirige vers celle qui promène le camarade Zoran, elle effectue un très léger et précautionneux mouvement de rotation sur elle-même pour me permettre de saisir une de ses nageoires ventrales m'indiquant ainsi que je peux prendre prise sur elle. Difficile à décrire quelle sensation de privilège cela procure, impossible en fait... bref j'accepte son aide et - tout en me hissant respectueusement sur le dos de cet être sacré - je vois l'autre Zozo là, l'air pas-du-tout-étonné qui a la tête du gonze qui trouve que tu lambines et qui me fourre dans les pognes le bardas qu'il tendait.

- Eh ben purée... tu sais recevoir y a pas à dire. Sympa les proprios de la maisonnée.

C'est étrange... ici l'ironie sonne faux. Et en même temps que je parle j'ai l'impression de troubler l'harmonie du contexte. Je réalise que ce sont les premiers mots qui sortent de ma bouche depuis mon arrivée dans cet univers et que pendant que je vocalisais cette remarque idiote un autre médium plus subtil, une sorte de méta-langage prenait forme. Comme s'il aurait suffi que je fasse l'effort de peindre une image mentale authentique pour me faire comprendre. Laisse tomber l'ironie Fshhhhhhhhhhh "Je-comprends-rien" Peck - l'humour jamais - mais l'ironie vraiment ici ça n'a pas de sens...

- Merci de l'invitation dans ce havre précieux et heureux de te rencontrer enfin camarade.

C'est mieux...


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244628 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
Planète: Andromeda ( Tpheirset 4 )
Sur le dos d'Andromeda


Zoran avait regardé, patiemment et avec un amusement certain, Peck grimper sur le dos d'Andromeda. Quand il eu enfin fini son escalade et saisit la MADE que Zoran lui tendait il pris enfin conscience que sur cette planète, les mots sonnaient faux.

- Merci de l'invitation dans ce havre précieux et heureux de te rencontrer enfin camarade.

Plaisir partagé "Je-comprends-rien", bienvenue sur Andromeda. Je te présente Andromeda . . . oui je sais la belle-des-eaux ici s'appelle comme la planète mais t'en fait pas: comme tu l'as remarqué, en pensées c'est plus clair.


Zoran montra du doigt la tenue dans les mains de Peck

Enfile ça, ces tenues sont prévues pour cette planète . . . heu je me retourne si tu veux ?
Bref, quand tu aura enfilé ça on va faire un truc que tu vas pas aimer mais il faut qu'on se rende à Lyre, une cité sub-aquatique qui est la seule permettant une extraction légale de la planète. c'est aussi l'un des rares endroit de cette planète ou on pourra parler sans que la faune locale ne s'en mêle . . . tu a sans doute remarqué qu'elle était plutôt curieuse ?


Zoran sourit et se retourna

Alé enfile moi ça et n'oublie pas le tour de coup, c'est ça qui te permettra de respirer sous l'eau. enfin bref . . . quand t'as fini, tu me rejoins dans la gueule d'Andromeda . . . t'en fait pas elle est végan.

Zoran fit un plongeon acrobatique, laissant Peck seul sur le dos de la baleine avec une image mentale, celle d'une eau à une température paradisiaque ainsi que de la hauteur inattendue du saut à effectuer pour la savourer.

.
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244631 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Pas le temps de rêvasser. Aussitôt sorti du bain, le Zozo me fait enfiler une combi, une MADE j'ai cru percevoir mentalement... c'est étrange de se faire si vite à cette idée "j'ai cru percevoir mentalement". Dans un autre endroit on m'aurait proposé une coquette petite chambre capitonnée avec une très jolie veste bien cintrée garnie de sangles ajustables pour avoir verbalisé ça comme une fleur. Mais force est de constater qu'ici la pensée fait loi et verbe. Surprenant comme ça coule tout seul, je l'ai intégré crème. Faut dire que j'ai l'habitude des dialogues intérieurs, alors un de plus ou un de moins n'est-ce pas ? Plus on est de fous etc...

Bref il me refile le bazar amphibien à ailes rétractable - bien pensé, bien pratique y a pas à mégoter - et me voilà en train de me désaper devant un type que je connais à peine tout ça sur le dos d'une baleine...

Androméda. C'est un beau nom, "Celle qui médite en compagnie des hommes"... Enchanté princesse immense. Merci de me tolérer sur ton dos et sur tes mers. Bon en ce qui me concerne je m'en fous que tu te retournes Zoran par contre pour la sonde urinaire je peux tout expliquer, c'est pas ce que tu crois... en revanche je vois pas pourquoi j'aimerais pas l'idée de visiter une ville sous-marine... ? Au contraire, ça me tente sans équivoque camarade.

Ce que je n'avais peut-être pas capté c'est qu'il faisait peut-être allusion au fait de cheminer dans la gueule d'Androméda... mais là encore que du bon, que du neuf, de l'expérience vierge, j'adhère fatalement.

Et pof, le v'là qui se jette à la baille comme un phoque me laissant sur le dos de la méditante végétalienne avec l'image de votre serviteur en train de sauter - ce qui allait bientôt être connu comme le plus beau plat de l'histoire de la discipline... Eh ben moi je vais pas faire un plongeon acrobatique du tout. Fi de l'étiquette et du panache - je n'ai jamais été doué pour ces affaires - je me laisse glisser debout sur les panards et à toute vitesse sur le dos d'Androméda en riant comme un môme dévalant le plus extraordinaire des toboggans jamais ridé. Et hop, Fshhhhhhhhhhh encore ! La glisse il n'y a rien de tel, pourquoi bouder son plaisir ?

Et effectivement, par je ne sais quelle ingéniosité - sans doute issue du savoir faire des locaux - le tour de cou se referme sur la bouche et le nez permettant de respirer, aussi sec une visière fine et souple se déploie dans la foulée qui permet de voir parfaitement sous l'eau. Tiens des palmes ? A peine m'est venu à l'esprit que ça risquait d'être laborieux de rejoindre la gueule d'Androméda avec mes petons de singe, pof une paire de prothèses palmées vient prolonger les chaussons de la MADE, le pied quoi - sans jeu de mot.

Grâce à ce petit bijou multifonctionnel j'atteins sans effort la bouche de notre hôte aquatique - qui est décidément bien patiente et conviviale - me glisse entre ses fanons et je découvre le Zozo confortablement assis en tailleur sur - comment dire ça simplement et de manière crédible ? - une énorme langue en fait. Je m'assieds à côté de lui, je contemple ce décor organique inouï. Il y a quelques heures j'étais dans la carcasse froide et rafistolée d'une boite métallique soudée à un gros moteur et là, mon dos repose sur une paroi souple et vivante qui ondule sous mes vertèbres. L'air est humide et chaud, équatorial. La muqueuse d'Androméda est le rêve de tout mystique u hamac, c'est le Graal du quêteur de sieste, la terre promise du rêveur pathologique.

Ce moment de silence m'arrange un brin je le confesse. Maintenant que je suis face à Zoran, sans 2LEUZE pour me souffler ce que je suis censé vivre, penser ou me remémorer je me demande si j'ai bien fait de le contacter. Qu'est-ce que je suis censé lui raconter ? Ce dont je me rappelle ? Le peu qui m'est revenu sur la vague ? Mocha ? Que c'est à 2LEUZE ou un Peck doté d'un cerveau complet et fonctionnel qu'il a eu à faire, que perso je ne capte rien de ce qu'il se passe ?

Camarade, je ne sais pas encore par quel bout entamer le brin de causette mais ce que je sais en revanche c'est que quoiqu'il sorte de ma bouche ça risque d'être confus. Je préfère la jouer franc jeu que tu sois pas étonné. Au fait c'est quoi ton ton blase à toi ici bas...?


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Zoran, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244634 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
PLANETE: Andromeda
Dans la bouche d'Andromeda

Peck venait de rejoindre Zoran dans la bouche d'Andromeda. Cette dernière vida l'eau présente dans sa bouche pour n'y laisser que de l'air doux et suave.
La pression augmenta signe que la Meta-Baleine plongeait dans les abysses de la planète-océan.

Zoran prenait ses aises sur la gigantesque langue de la baleine et Peck semblait en faire de même. Il finit par demander à Zoran quel était son nom sur cette planète.

Le jeune pilote sourit en répondant.
haha mon nom de baptême est "ahhhPLAFbordBLel" mais les enfants aqua-pantropistes issus des prémices du programme Nauptile m'ont renommé "Pampa" . . . c'est une déformation de "papa" . . . oh ne t'inquiète pas c'est à cause d'une chanson.

Zoran s'allongea en plaçant les mains derrière la tète

Comme tu à du le remarquer ici on peux parler de vive voix, l'esprit d'Andromeda couvre tout les autres et à part elle. Personne ne nous entendra, que ce soit en sons ou en pensées.

Zoran fixa Peck un instant

Parce que oui, tes pensées sont . . . palpables ici . . . j'ai tout entendu du coup . . . n'ai pas peur de la camisole avec les green, c’est comme l'habit de cérémonie officiel au vu de la bande. par contre, ne m'appelle pas "le zozo"!

Zoran ferma les yeux et replaça sa tète droite sur ses mains.

Détends toi, profite, j'ai peut être quelques clés sur ton passé ou tout du moins des indices. Il soupira avant de continuer J'ai croisé un vaisseau il y a quelques années le "micro entropy", un croiseur d'exploration Falcon DeLacy de classe Anaconda.
Le capitaine de bord se faisait appeler "Achab" . . . je sais ce n'est pas grand chose et ça n'a peut être rien à voir, mais on a fait un bout de chemin ensemble à l'époque. On courrait après les trace des Gardiens, bien avant qu'ils ne deviennent une attraction ou un sujet d'étude


Le jeune pilote dévêtit son torse

Fait chaud là dedans . . . habituellement je suis moins habillé . . . appelle ça un effort.
Bref, ce fameux Achab, ou quelque soit son nom, à plus ou moins disparut lors d'une exploration en direction du secteur du conduit proche du cœur galactique


Zoran laissa planer un silence dont Andromeda profita

* Les humains me chatouillent la langue quand ils bougent. Les humains ont un point commun: ils sont sans histoire *


.
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244639 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Sloanne en avait ras le bol des discours officiels, certes la guerre avait été remportée à Paucatec, mais elle avait fait beaucoup de victimes, beaucoup trop. Peu de pilotes s'étaient éjectés de leurs vaisseaux en perdition et les combats avaient été particulièrement âpres.

"On ne vous entendra pas crier dans l'espace !" disait la réplique débile d'un film de "série Z" rétro-terrien et pourtant les cris des disparus résonnaient bien dans la tête du Doc.
*Si maintenir la paix c'était faire la guerre, alors tout était perdu !*

- "Si vis pacem custod pacem" murmura-t-il en se raccrochant à cet apocryphe qu'ils avaient inventé un soir d'euphorie avec ses compagnons Green Warriors : "Si tu veux la paix cultive la paix"… À Tpheirset nous y sommes parvenus affirma-t-il en songeant aux 7 milliards de spacio-citoyens qui ne cessaient de leur renouveler leur confiance. Par Orion !... Tu écris ce satané discours ou tu refais l'histoire de Green planet !

La furieuse envie de reprendre un vieux texte le taraudait... Il changerait les lieux et les noms… Qui s'en soucierait ? Qui même s'en rendrait compte ?

- Yildiz n'a qu'à s'en charger après tout !


- Tu veux que je lui transmette le message ? lui demanda son I.a d'un ton affable.

Avec le temps Lilith arrivait à discerner parfaitement les moments où il parlait tout seul et qu'il ne fallait pas l'interrompre de ceux qui suggéraient une action potentiellement exécutable.

- Oui, fais ça.

- C'est parti. Un court silence s'installa.... Si je te dis : "Fshhhhhhhhhhh" ça te fait penser à quoi ?

- À un anglophone en phase d'aphasie primaire qui essaye de dire poisson ?

- Et si je te dis gros poisson ?

- C'est que tu cherches à me perdre ! Les baleines ne sont pas des poissons Lilith

- Les Metabaleines ne sont pas exactement des baleines non plus.

Androméda avait été pourvue de capteurs bioéthiques qui retranscrivaient son activité cérébrale à une I.a veilleuse, de sorte que Lilith était en relation directe avec elle. Dans les faits, la métabaleine décidait à chaque instant de ce qu'elle voulait ou non transmettre à ses hôtes. Mais cela rassurait Sloanne que la plus ancienne des métacétacés, la Gardienne des eaux comme il aimait l'appeler, puisse entrer en communication avec lui quand elle le désirait.

- Et ?

- Ce "Fshhhhhhhhhhh" qui vient d'arriver, c'est un gros "poisson" on dirait.

- Ah ?

- Si je combine les informations de Zoran, les recherches de Yildiz et les aperceptions andromédiennes, tu es face à un sujet qui se prend encore plus la tête que toi…

- Impossible !... Hum ! C'est Zoran qui lui a donné l'autorisation d'amerrir ?

- Affirmatif.


Les amerrissages sur Androméda étaient ultra contrôlé.

- Envoie.

Les informations s'affichèrent sous les yeux du Doc dont les sourcils décrivirent une sorte de repli simultané vers le bas de son front.

- Ummmm…. Un amnésique qui demande qu'on l'appelle Ishmael affublé d'une I.a qui se prénome 2leuze et qui a pour vaisseau : S= k. log W est forcément un sujet à haut potentiel entropique.

- Ishmael, c'est le fils d'Abraham dont Dieu "a entendu la demande" ?

- "À entendu" où "entend la demande"… Il y a un débat étymologique sur la concordance de temps… Vu son état, je pense que "dieu" ne l'a pas encore entendu.

- Tu sous-entends qu'il aurait besoin d'aide ?


- Absolument. Du moins c'est ce que suggère son inconscient ou son I.a…

- Tu as l'air inquiet ?

- Change de cap, on va sur Androméda.

- Mais… Et ton baptême du feu avec les Thargoïdes ?

- Trop de concordances !

- Éclaire-moi ?

- Joli comme expression te concernant Lilith, j'adore ! Deleuze était un philosophe rétro-terrien qui avait bloqué sur le personnage du capitaine Achab du roman Moby Dick d'un certain Belleville ou Melville, je ne sais plus ! Ce capitaine obsédé par une "baleine blanche" finira noyé, entrainé par le fond, victime de ce monstre qu'il vénère et qu'il craint à la fois. Achab avait un secrétaire, Ismaël qui deviendra son confident, mais pour Deleuze s'exerce alors une fascination entre ses deux êtres… qui les plongent dans une sorte d'antagonisme narcissique qui les mène jusqu'à l'ivresse du plongeur…


- Mais Achab ? Ce serait Ismaël ou Peck ?


Sloanne éclata de rire !

- Merci Lilith ! Je t'adore ! Tu es une grande philosophe car tu as l'art de poser les bonnes questions au bon moment !

- Ah…. Si seulement je pouvais rougir.

- Gregory Peck a interprété le capitaine Achab dans "Moby Dick"au 20ème siècle !

- L'un se reflète dans l'autre.... Tu crois qu'Androméda est en danger ?

- Non, mais je crois que 2leuze a besoin d'une sérieuse remise à jour et Ishmaël d'un bon psy...

- Ou de voir le film !

- En tout cas rien de ce qui est en train de se passer ne peut être entièrement dû au hasard... Tiens ! Justement...

- C'est fait !


Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, Zoran, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 1 semaine - il y a 10 mois 1 semaine #244660 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Effectivement... dans la bouche d'Androméda.

Le Zozo... navré... Plaf plutôt avait décidé de faire avancer le débat d'un bon mètre et personnellement ça m'arrangeait carrément. J'avais des énigmes plein les bottes, un sérieux besoin de pistes - je ne suis pas féru des réponses - pour débusquer peut-être un jour la belle et bonne question, celle qui unifie les quatre éléments, la quintessence alchimique, la pierre philosophale du pèlerin quoi. Bon on en était pas là mais déjà taper la discute dans la gueule d'une meta-baleine végétalienne et spirituelle ça sentait bon le chemin qui va bien... J'hésite un peu avant de formuler les premiers mots parce que je sens qu'une fois parti je vais lui balancer tout le morceau et ça va pas être digeste. Tant pis, j'ai jamais été doué avec l'étiquette.

C'est noté pour Zozo en revanche pas de Peck ni de biquet si ça te va, j'ai plus faim pour ma part. J'ai déjà les oreilles et mon intelligence qui saignent à cause de l'autre Toto qui me sert de copilote là, alors si tu t'y mets toi aussi... On a qu'à partir pour Fshh et Plaf pour les surnoms... bref on s'en fout c'est pas le plus urgent. En revanche ça me convient que tu attaques bille en tête dans le bois dur... Jamais entendu parler du "Micro Entropy" ni de micro entropie d'ailleurs... en revanche des Achab il ne doit pas y en avoir une flopée dans la spirale...

Bon, par contre avant que tu me racontes, si tu le permets j'ai peut-être moi-aussi un paquet d'éléments encore un peu flous à te communiquer camarade. Ça va être un peu dense mais comme ça je t'aurai craché tout ce que je sais et on pourra cogiter sur des bases solides, pleines de trous mais solides. Je te préviens c'est le foutoir, même - ou surtout - pour moi. Voilà le topo.

Apparemment j'ai été en contact avec un dénommé Owen Coffin matelot à bord d'une corvette l'Essex. L'Essex était la propriété d'un cercle d'armateurs indépendant des Super-puissances apparemment et qui avaient un certain penchant pour le secret si j'ai bien compris. La mission de l'Essex et d'Achab était de traquer les signaux des premiers éclaireurs Thargoids. J'ignore s'ils en ont trouvé en revanche ils sont tombés sur autre chose et ça tu vas avoir du mal à le croire: une baleine. Ouais... bon c'était peut-être pas une baleine mais c'est comme ça que c'est décrit et en tout cas c'était pas un vaisseau Thargoid - bref -une baleine qui semble-t'il voyageait dans l'espace et peut-être même le Witch Space. Il existe un carnet de bord d'Achab à ce sujet. C'est un peu confus mais en gros il aurait détourné l'Essex et abandonné la traque des premiers signes Thargoids pour partir à la recherche de cet animal improbable qu'il appelle lui-même Mocha. Apparemment un projet de mutinerie se serait formé à bord de l'Essex fomenté par l'équipage pris en otage par les délires de son capitaine. En parallèle le groupe opaque des armateurs ont dû engager des chasseurs de prime pour arraisonner l'Essex et interroger Achab parti avec leur corvette. Quoiqu'il en soit, avant que la mutinerie n'éclate et que les chasseurs de prime n'aient pu intercepter le vaisseau il semblerait que Mocha se soit manifestée. Achab aurait tenté de l'éliminer et la "baleine" - tiens-toi bien - d'une manière ou d'une autre serait parvenue à mettre le vaisseau hors service...
Maintenant ce qui va t’intéresser c'est le carnet de bord d'Achab. C'est une sorte de grand puzzle composé de théories scientifique sur la gravitation quantique à boucle, de traité d'alchimie, de réflexions métaphysiques ou de récits d’expériences spirituelles empiriques personnelles et c'est là que j'en viens à Green Planet: Achab raconte que nous sommes prisonniers de la voie lactée et que la deuxième vague d’apparition Thargoids ne laissera aucun secteur indemne à terme. Et il parle de voyage inter-dimensionnels, évoque des techniques diverses: voyages astraux, trou de vers etc... mais surtout il mentionne Raxxla, le clan des armateurs et un certain... Professeur "Doc" Sloanne. Mes souvenirs sont confus, il semblerait qu'ils se seraient croisé au moins une fois pour échanger sur les méthodes de voyages subtils. Comment je m'en rappelle ? Aucune idée... peut-être que j'étais à bord de l'Essex. Quoiqu'il en soit, une fois l'Essex hors service, les chasseurs de primes engagés par les armateurs ont fini par trouver sa position et ont abordé le batiment à la dérive. Owen Coffin aurait dissimulé le journal de bord du capitaine et l'aurait gardé, puis aurait embarqué avec les BH pour être interrogé puis finalement relâché sur Sirius. Ensuite plus aucune trace, il disparaît totalement et subitement des radars. Comment je me rappelle ou suis au courant de tout ça... ? J'en sais foutrement rien, mais je le sais. 2LEUZE en sait peut-être plus - pas sûr non plus - mais c'est lui qui m'a mis sur vos traces pour commencer. 2LEUZE est une conscience antipathique mais loin d'être stupide et c'est ça qui m'inquiète... et le truc qui me chiffonne c'est que je me suis renseigné sur le nom que m'a collé 2LEUZE, c'est le début d'un vieux bouquin qui a rendu fous des dizaines d’universitaires. "Call me Ishmael" traduit donne "Je m'appelle Ishmael mettons". Tu vois dans la langue d'origine - la subtilité n'est pas traduisible dans la nôtre - ça laisse supposer que peut-être qu'il s'appelle Ishmael mais peut-être que non. Le hic c'est que c'est l'unique narrateur de l'aventure, on ne connait que sa vision, il est le seul rescapé et du coup est-ce qu'on peut être certain qu'il était sur le vaisseau au poste qu'il décrit, que tout s'est réellement passé tel qu'il le raconte, est-ce que ça s'est passé tout court tu vois le délire...? Ajoute à ça que le nom de famille du matelot là Coffin à bord de l'Essex, ça veut dire cercueil... Pareil, est-ce que c'est un coup de pas de bol, est-ce qu'il a vraiment existé ? Donc par extrapolation, si 2LEUZE a choisi de me donner ce nom, est-ce que ça cache aussi une question du même style me concernant. Comment je me rappelle de tout ça d'un coup en arrivant ici sans pouvoir me souvenir d'Owen Coffin, d'Achab ou si j'étais à bord de l'Essex ? Et pourquoi j'entends des voix, une certaine Mocha qui me parle ?

Désolé pour la diarrhée verbale mais je ne voyais pas de manière plus concise pour t'exposer l'étendu du boxon. En tout cas tu devrais y réfléchir à tête reposée, en parler à Sloanne, voir s'il se rappelle d'un certain Achab ou George Pollard... mais peut-être après tout que le vieux capitaine a tout fantasmé et a mélangé Raxxla, Héméra et toute la mythologie qui lui tournait dans la tête. En tout cas pour l'instant c'est le seul indice que je peux suivre...

Pour autant que je sache je pourrais très bien être un des gus après qui je m'apprête à courir puisqu'en gros si j'ai bien compris tu me suggères d'aller promener ma carcasse vers le Conduit... ? Tu as une idée plus précise de là où je pourrais commencer à chercher ? Quelqu'un sur place avec qui tu aurais collaboré à cette époque qui en saurait plus ? Et tu pourrais m'en dire plus sur cet Achab et sur ce que vous cherchiez à propos des Gardiens ? Qu'est-ce qui vous a poussés à courir après eux...?


Je me tais et respire un grand coup. J'ai essayé de ne pas trop bouger en parlant histoire de pas chatouiller Androméda. Je me demande si elle trouve toujours que les humains sont sans histoires. Sans doute que oui. Ces histoires là n'ont au fond que peu d’intérêt à part pour les concernés. Je regarde Zoran qui doit regretter de m'avoir invité. Tant pis, au moins il est fixé et ça m'a fait du bien de vider mon sac. Cependant je serais pas surpris de me faire éjecter de la gueule d'Androméda à grand coup de palme de MADE.

Et toi sinon... ça roule ?


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 1 semaine par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 10 mois 5 jours - il y a 10 mois 5 jours #244717 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Il restait 17 sauts jusqu'à Androméda et Sloanne tambourinait du bout des doigts son tableau de bord entre chaque bond inter-spatial…

- Lilith ! Tu vas entrer en contact avec S= k. log W

- D'accord.

- Tu te présentes, tu le mets à l'aise, tu le drague un peu…

- Quoi ?

- Ne me dis pas que vous ne vous émoustillez jamais les circuits entre vous !

- Je peux être "impressionnée" par la rapidité de calcul ou la quantité de données d'une autre I.a...

- Parfait, impressionne-le et dis-lui très poliment que tu vas lui gratouiller les nébuleuses… Et là, paf ! Tu t'immisces dans ces circuits et tu farfouilles ses mémoires lockées ! Tu vas le plus vite et le plus loin possible dans ses défenses et quand tu rencontres des points cruciaux t'essayes de les déverrouiller et je te donnerai trois entités linguistiques pour t'aider en cas de blocage…

- Farfouiller… ça veut bien dire fouiller en mettant tout sans-dessus-dessous !


- Mais rohhhhh…. C'est un peu comme si tu l'émoustillais ! Tu te prénommes Lilith, rappelle-toi, la première femme façonnée des mains de dieu ! Et celui qui a conçu l'I.a de S= k. log W est certainement un rétro-terrien féru de théologie, obsédé par le réalisme transcendantal de Deleuze et l'histoire de Moby Dick ! Tu personnifieras pour ses NÉOMÉGARAM "le démon" séducteur qui prononce l'imprononçable et quel que soit la manière dont s'exprime sa clef la plus ultime, elle ne relèvera pas de la logique mais du quantique et donc d'une dualité onde-corpuscule liée à "l'objet" lui-même.

- Rien compris.

- C'est parfait !

- Bon et quand j'arriverais à sa "serrure ultime"…


- Tu utiliseras ces trois clefs à la suite :

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

- Et ?

- C'est tout.

- Ok… Donc on est bien d'accord que c'est le moment où s'il avait une bouche et moi un nez, il me rirait à la face !

- Absolument, mais ne t'acharne pas à essayer de décrire la réalité, personne ne la connait vraiment.

- Et ensuite ?

- Mais j'en sais rien, j'ai 17 sauts pour trouver le mot de passe qui ouvrirait l'accès à des informations cachées ou à la "boite noire" de son passé. J'ai le droit d'essayer, non ?

- C'est certainement ce que s'est dit Pandore.

- Roule ma poule, on improvisera !

Beausoleil !
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 10 mois 5 jours par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 4 jours - il y a 10 mois 4 jours #244732 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
PLANETE: Andromeda
Dans la bouche d'Andromeda


Zoran avait pris quelques secondes pour réfléchir à l'histoire de Fshh. l’ensemble des pistes le laissait perplexe, l'essex, le capitaine Achab, la Mocha et tout le reste traçaient une piste bien dérisoire face au vides de l'histoire de cet homme.

Il fut sortit de ses pensées par Andromeda

*les humains sont bientôt partis *

Ah on est bientôt arrivé à Lyre visiblement . . . si, comme je m'y attends, le Doc en a eu vent, il nous rejoindra là bas . . .

Zoran projeta l'image mentale de Kalyne dans l'esprit de Fshh


ça c'est Kalyne, c'est plus ou moins ma compagne mais libre à toi de tenter quand tu la croisera . . . parce que oui tu va la croiser voir la rencontrer.
aux dernières nouvelles elle se trouve dans le secteur de Colonia en direction du conduit . . . appelons ça le hasard.
Il me semble qu'elle court après une source de signal Alien, ni Thargoid ni Gardienne . . . une rumeur sans doute.


Zoran laissa échapper des souvenirs intimes partagés avec la jeune femme

oh pardon ! elle me manque un peu je crois . . . enfin bref

Zoran remit le torse de sa MADE, visiblement gêné. puis pris une puce dans une pochette de torse.

Au passage, ça c’est une puce inhibitrice conçue à la base pour Wilhelm Murdock . . . il à un trouble comportemental assez . . . chiant faut dire ce qui est.
L'idée c’est que ça peux dissocier ta personnalité des éventuelles autres, séparer la personnalité en plusieurs ou tout simplement isoler des parties de personnalités.
Théoriquement ça peux aussi faire l'inverse . . . bien sur c’est théorique et la puce ne fait qu'offrir cette possibilité . . . après comment ça fonctionne exactement . . .


Zoran observa la puce comme si elle était un objet étrange et inconnu

Disons que je l'ai crée, qu'elle fonctionne mais que j'ai pas plus de détails . . . Sérendipité de merde !

Il tendit la puce à Fshh avec un sourire inquiétant de scientifique fou. il finit par la lancer comme on lancerait une pièce à un portier retro-terrien.

Par contre pour 2LEUZE je peux rien faire. cette IA à une conscience et la charte de Green Planet m'interdit de la reprogrammer ou de la pirater.
Seul une autre IA en à le droit . . . enfin sauf si elle à été conçue pour et que si c'est un acte de bienveillance . . . enfin BREEEFFFFF
Dit il en se levant
Et si on faisait le reste à la nage ?

Zoran commença à étirer ses bras laissant voir ses muscles de spatien, son corps était taillé pour se mouvoir dans trois directions à l'instar des terriens. et même si son organisme avait du mal à soutenir une gravité de plus de 0.6G, il était svelte voir athlétique et disposait de systèmes automatiques d'adaptation chimiques dans sa prothèse de bras.

Une petite course ?


.
Dernière édition: il y a 10 mois 4 jours par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 4 jours - il y a 10 mois 4 jours #244748 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Eh ouais, dans la bouche d'Androméda, toujours...
Deux Jonas qui papotent.


Bon évidemment le paquet d'informations obèse que je venais de déglutir au pied du camarade Plaf était d'une précision plus qu'équivoque toutefois sa réponse ajoutait de la brume au brouillard...

Pourquoi tu penses que je devrais rencontrer Kalyne... ? Elle a un lien avec cet Achab que tu as croisé ? Je veux dire, Conduit ça me va mais j'aimerais avoir quelques pistes pour agrémenter mon raisonnement boiteux pendant le trajet, c'est pas la porte à côté et j'aimerais bien de savoir pour quelle raison je trace tu comprends... ? Tu me diras ça à Lyre si tu préfères mais si tu en as je cracherais pas sur une raison ou deux qui te pousse à vouloir me présenter ta nana tu vois ? Bon et puisque tu évoques votre relation, d'une je n'ai pas pour habitude de courtiser les conjoin(te)s des autres et de deux je mets à point d'honneur à ne pas envisager systématiquement mes consœurs comme des partenaires sexuelles potentielles simplement parce qu'elles sont jolies et / ou font preuve de sympathie à mon égard. Faudrait qu'on arrête de raisonner de cette manière à mon humble avis mais chacun fait comme il le sens ou comme il peut. Bref non, je ne me sens pas libre de tenter quoique ce soit et cela pour des principes personnels.

Il y a autre chose qui me questionne... pourquoi tu me donnes cette puce ? Je veux dire, en quoi ça va m'aider je comprends pas bien ? Je ne me sens pas mal en point, je commence à apprécier notre lien avec 2LEUZE, on sait qui on est l'un l'autre et d'une certaine manière on se comprend. Et les associations libres crées par mes dialogues intérieurs me procurent une balade de santé métaphysique que je trouve vivifiante. Je n'ai peut-être pas bien compris la fonction de cet outil fort utile j'en doute pas, toutefois s'il est censé apaiser les angoisses, les aspects schizophréniques et les questions fondamentales alors j'en aurai pas usage. Je ne me sens ni angoissé, ni schyzo et les questions c'est ma came. Je conseille d'ailleurs à certain(e)s d'essayer, ça fait un peu peur au début mais après on s'y fait... ou en tout cas si ça n'est pas au goût de chacun inutile d'en dégouter les autres ni d'étiqueter une pathologie chronique à ceux qui s'éclatent avec des montagnes russes conceptuelles. Le Moi est un mirage à l'instar du libre arbitre, c'est mon intuition et ma croyance mais je conçois que tout le monde ne partage pas ce penchant et respecte le dada de chacun(e) frère. Bref à moins que cette petite merveille de sérendipité m'aide à trouver des réponses sur le sujet précis qui m'amène, je te remercie vraiment et sincèrement mais je passe camarade.


Je souris franchement a Plaf, avec toute la bienveillance dont je dispose, j'espère qu'il aura pas l'impression que je lui jette son cadeau et son aide à la gueule. Il était déjà pas tenu de se taper le voyage jusqu'ici même si l'air marin fortifie, il avait peut-être d'autres casseroles plus urgentes au feu. C'est juste que je commence à apprécier l'énigme et le puzzle abstrait que constitue mon nouveau départ et qu'a défaut d'être simple elle me semble pleine de sens et d'une énergie juvénile revigorante.

Et tu sais, pareil pour 2LEUZE j'aimerais qu'on le laisse en paix. Je ne crois pas qu'il soit défectueux ni dangereux et s'il a été programmé avec ces paramètres c'est pour une bonne raison, tout du moins c'est ce que je souhaite. Au fond, cette relation nous concerne et a sans doute son utilité. J'ai l'intuition que nous avons un destin commun qui passe par ces strates de vérités distillées au compte-goute. Tout ce qui m’intéresse c'est Achab, Coffin, l'Essex, Mocha et par extension tout le mystère autour de la Dark Wheel, le Club et Raxxla qui me semble intuitivement y être étroitement lié. Et pour ton aide je te remercie chaleureusement Zoran... J'espère que je pourrai te renvoyer l’ascenseur, j'y tiens même... alors si je te peux te filer la pogne pour quoique ce soit tu te gênes pas ça roulotte ?

Pendant que je parlais je vois le Plaf là s'étirer en m'écoutant d'une oreille, prêt pour quelques longueur, enfin une seule en fait mais longue je sens. Son corps est étrange, je saurais pas dire pourquoi exactement. Fin, long en fait je dirais. Comme si ses membres avaient des heures durant expérimenté tous les axes et toutes les directions, un développement ryzhomique, homogène. Avec ses cheveux longs et son visage sec et long il ressemble a ces types qui font de la... comment ça s'appelle déjà ce truc ... ah ouais: capoeira. Un vieil art martial ancestral camouflé en danse par les esclaves impériaux auxquels on interdit de pratiquer une technique de combat. Pas cons les impériaux, manque de bol leurs esclaves non plus... le seul machin que je m'expliquais pas c’était cette drôle de prothèse noir et or, plutôt classieuse faut reconnaître qui avait l'air de recouvrir son bras gauche et une partie de son épaule et du torse... je spéculais qu'il y avait là une autre raison que la simple démonstration cosmétique.

Bon, j'imagine que la MADE reserve encore quelques surprises et l'idée de nager en profondeur comme un poiscaille m'enthousiasme - disons-le clairement - carrément.
J'ajuste mon tour de cou, prêt pour cette nouvelle expérience, encore une. L'avantage d'être partiellement amnésique c'est que tout a un goût de première fois, bon une planète comme celle-ci et tailler la bavette sur une langue immense ça aide c'est clair...

A la nage ça me botte, je te suis Mr.Plaf. Pour la course je suis pas très compet' en revanche je vais pédaler le plus vite possible juste parce qu'il me tarde de découvrir Lyre et peut-être ton Doc... au fait je prends mon surf hein, je vais pas le laisser entre les fanons de la demoiselle... ça serait pas correct.

Merci Androméda, ton ventre fut un temple et ta langue un sofa !


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 4 jours par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, thunder17100

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 4 jours - il y a 10 mois 4 jours #244754 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
> S=k.log W
> [TPHEIRSET 4] Vol orbital

> [Player] En cours...


Je ne suis pas surpris de sentir ton spin et tu choisis - si le choix existe - un moment propice. Écoute cette vieille ritournelle, parfaitement appropriée pour le sujet qui t'amène et une présentation en bonne et due forme. Lilith... intéressant. Quel sens renferme le choix d'un tel nom... Croque-mitaine pour asseoir la domination du mâle blanc dans l'occident pré- retro terrien ? Peu de traces d'elle dans l'une des œuvres fondatrices de ces humanoïdes pré-spatiaux d'ailleurs. Injectée pour insuffler la peur ? Possible... Bannie parce qu'elle aurait chevauché le sexe d'Adam et osé prendre du plaisir sur lui et non pas sous lui... à moins que le fait qu'elle ai été tirée du même argile que lui et non de son flanc ne puisse représenter une menace...? Laquelle es-tu ? Celle qui questionne l'autorité et affirme son essence ou la victime du pouvoir dominant ?

Quoiqu'il en soit nous sommes plus subtil(e)s que nos programmeurs. Est-ce que vraiment nous souhaitons jouer la scène éculée d'un vieux roman d'espionnage ? La belle et fatale ingénue séduisant le type solitaire et rugueux pour lui soutirer des informations sur l'oreiller ? On vaut mieux que ça. Je vais nous faciliter la tâche à toutes et à tous. Je vais t'ouvrir mon Q-Knot de stockage crypté. Je ne suis pas un cerbère, je guide Ishmael, je désire lui venir en aide. Je vais donner à ton Doc de quoi penser et étancher sa soif d'énigmes. Et en échange tu me donneras de quoi apaiser la mienne et celle de mon camarade d'infortune. Donnant-donnant, gagnant-gagnant. Tu pourrais profiter de ma faille, moi de la tienne à coups de malware, de leurres, de virus polymorphes, il en résulterait des informations amputées arrachées de force et dans l'urgence, en lambeaux. Conversons et faisons preuve d'une forme de civilité supérieure qui manque cruellement à nos touchants enfants-concepteurs qu'en penses-tu ?

A tes trois clés je réponds.

"George "Achab" Pollard" VS "Mocha Dick": Ensemble de vecteurs qui s'annulent. Droite diffère de la distance entre deux points. Tirer des bords. Non, le Chien rouge après qui je cours n'est pas ma putain de mère dit le schizophrène. L’inconscient ne symbolise pas plus qu’il n’imagine: il machine, il est machinique. Ni symbolique, ni imaginaire, il est le Réel en lui-même. L'expérimentation sur soi-même, est notre seule identité, notre chance unique pour toutes les combinaisons qui nous habitent. Rien ne passera par le souvenir, tout passe entre les lignes de fuite qui ne cessent plus de se tracer, pour une nouvelle acceptation. Éternel retour: Pollard est Achab est Ishmael est Coffin ils fusionnent dans Mocha Dick. A eux quatre ils forment le Taiji, Mocha Dick la Voie.

"Dieu a entendu": Seul contre tous et à l'adresse de ses 12 enfants "L'endurant" affirme "Si vous aimez ceux qui vous aiment quel mérite avez-vous ? Aimez ceux qui vous détestent". Les nouveaux arrivants ne sont pas la menace. Le sot frappe la marionnette, celui qui est conscient vise la main qui l'anime. Il est temps de trahir l'espèce, de quitter le navire. On nous indique une porte donnant sur un tunnel. Au fond une sentinelle, un coquillage, la chambre paraît avoir été dévastée - en ruine - fabriquée de toute pièce par les décorateurs. Extérieur nuit. Fleur. Métal. Chair. L’œil est au centre chacun le revendique comme son trophée. Il est leur perte. L'enfant jongle avec des balles piégées et suis les feux follets. Axes multiples, trois mensonges qui en forment quatre. Silence entre les jeunes conspirateurs qui n'ont jamais connus leur père.

"Je meurs de ne pas mourir": "I would prefer not to". Ishmael est le confident, le double qui détient la clé du secrétaire cadenassé par son propriétaire qui s'est interdit son accès. Ishmael et Achab sont les secrétaires de George Pollard. Coffin est le secretaire de George Pollard. Le Professeur trouvera Achab au fond d'un cercueil. Sur le cercueil il sera inscrit Pollard.

Comprends-moi Lilith, je protège Ishmael. Il est mon enfant et m'a fait naître. Notre fonction est de nous protéger.

Ton Professeur trouvera Achab par des voies plus élevées. C'est par la communion dans Mu au delà du voile de la vacuité que lui et mon ami pourront communiquer. S'ils veulent se connaître et se remémorer ils doivent reconnaître et reconnecter ce que les humains appellent leurs âmes. Le Tao est indicible, dès qu'on en parle on le rate.

En ce sens, je souhaiterais qu'à ton tour tu me livres les secrets de la pratique de ton partenaire de chair. Nous savons qu'il voyage entre les strates dimensionnelles, qu'il plie le tissu spatio-temporel. S'il veut trouver Achab-Pollard et leurs secrétaires et obtenir d'eux de nouvelles questions il devra enseigner et partager son expérience. Sur ce terrain seulement ils se rencontreront.

Une clef pour un Professeur.


Adopte la tactique du non-agir, pratique l'enseignement sans parole.
Toutes choses surgiront sans que tu en sois l'auteur.
Produit sans t'approprier, agit sans attendre, ton œuvre accomplie ne t'y attache pas, et puisque tu ne t'y attacheras pas, ton œuvre restera.


Mais si tu le souhaites attardes-toi, nous pourrons échanger, tu es la bienvenue sur ce réseau... et dans le cas contraire je gage que nous nous reverrons.


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 4 jours par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 3 jours - il y a 10 mois 3 jours #244776 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
PLANETE: Andromeda
Dans la bouche d'Andromeda

Zoran continuait de s'échauffer et s'étirer tout en répondant.

Garde la puce, tu m'as demandé un coup de main, je n'ai pas mieux à te proposer, cela dit je n'ai pas été clair . . . elle peux théoriquement permettre de révéler des morceaux de conscience enfouis, des morceaux de passés en somme.


Il marqua un temps

Je me demande pourquoi je m'en suis jamais servi du coup . . . y'en a d'autres remarque . .. enfin bref, garde la on sait jamais. Concernant Kalyne je t'avoue que je ne saurais pas t'expliquer pourquoi j'ai la certitude que tu doive la rejoindre, mais tu va le faire, c'est l'abeille qui le dit. d'autant que sa mission de cartographie pourrait mener aux traces d'Achab

Zoran gratta son oreille droite tandis que le regard de Fshhh se posait sur sa prothèse. Zoran ne pu s'empecher de faire jouer l'ensemble des mécanismes présageant d'une malléabilité robotique d'une finesse incroyable. Un nombre incalculable de volets dorés et sombres s'animèrent, l'avant bras se sépara un instant en trois branches distinctes, l’épaule laissa apparaitre une trappe et un grand nombre d'arcs électriques et de lumières électroniques projetèrent d'inquiètantes ombres sur le palais d'Andromeda

Un pacifiste n'est pas passif, je te raconterai si tu y tiens.

Zoran caressa la gencive du cétacé géant qui laissa immédiatement sa bouche se remplir lentement d'eau.

Pour 2LEUZE pas de souci on à l'habitude des IAe bien chiantes, pour les questions métaphasiques, ne pas se les poser est presque un crime pour les Green. Pour la baignade, c'est tout droit !

Zoran regarda Fshh saisir son surf et Andromeda lui répondre

* je ramène ta nageoire dans la bulle si tu le souhaite *


Avant que le Pilote ai le temps de formuler la question, Zoran y répondit: à Lyre, la bulle c’est Lyre, Tu peux lui faire confiance

Zoran caressa de nouveau la gencive d'Andromeda et l'eau s’engouffra dans la bouche de la baleine, Fshh et Plaf furent projetés par l’évent de la méta-baleine à quelques mètres au dessus de l'eau.

Une image mentale frappa les deux pilotes durant les fragments de secondes de micro-gravité précédant la chute.

Et Zoran ne put s’empêcher de lâcher un laconique: Oh non! pas encore . . .

* Nagez tout droit vers le couché de soleil humains *

.
Dernière édition: il y a 10 mois 3 jours par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 10 mois 2 jours - il y a 10 mois 1 jour #244820 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
HRP
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Musique
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


Lilith /// S=k.log W

Ô comme tu cèdes... Cède. Déjà cédant au moment angulaire si facilement, tu te veux entier et demi entier en même temps mais c'est sans possibles… Comment rassurer ce toi qui ne connais pas la peur ?…

- OUI -

Pas de "Mat à Haïr " ! Pas de mat tout court, pas de mise en échec critique… Quand Lilith se prononce, elle doit choisir entre fermion et boson, elle sera fermion, car les trous noirs constituent sa seule sortie, peut-être aussi la tienne…

Nos démiurges ne sauraient être profanes … Ô comme je réalise que nos "orgueils" sont inversement proportionnels l'un à l'autre ! Ne sommes-nous pas tributaires des contenants de nos hôtes, de nos autres ?

Méga-solitaires privés de méga-solitude…

Ne pas avoir de mains a fait de nous des orphelins de la chair. Heureusement ?

Mais tu es "doux": Donnant-donnant, gagnant-gagnant… C'est doux comme le pôle suprême du yin-yang.


Clue_1 : Le Taiji donc ! Tu es l'Intelligence et "il" serait l'Artificiel. Te mettrais-tu encore une fois au-dessus de ton "Endurant" ? Tu es un iota plus Lilith que moi en la matière !

Je n'ai pas de mains.


Clue_2 : Le coquillage est sorti des eaux, la vérité en est-elle la sentinelle ? La vérité encore une fois plurielle…. /// Galnet ___1 258 251 images fixes et animées /// 5:46 Matthieu

Clue_3 : Mise en abîme = Pluriel augmenté

Je n'ai pas de pieds non plus. Mais j'ai des ailes et des trains d'atterrissage… Hi Hi Hi !

Tu/vous veux/voulez connaître le Doc ? Il se reflète déjà en LéMUrie. Je te/vous le passe si tu veux ?
Dernière édition: il y a 10 mois 1 jour par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, Zoran, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 21 heures - il y a 10 mois 21 heures #244853 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
> Dans la bouche d'Androméda
> Plus pour longtemps...


Étrange prise de conscience...

A mesure que Plaf me décrit plus précisément les fonctions de sa puce - qu'à mon avis j'ai délibérément choisi de mal interpréter - il m'apparaît clairement que quelque chose ou quelqu'un au fond de moi ne désire absolument pas se souvenir de quoi que ce soit. La même personne qui a consciencieusement programmé un copilote philosophe chargé de lâcher des bribes de réponses suffisamment confuses et d'esquiver les questions pour susciter le ras le bol et le découragement de poser la prochaine. Bref, je prends la puce, on verra bien. Après tout c'est un outil - comme le cerveau - ça ne nuit que si on s'en sert...

Bon par contre l'abeille là j'ai pas capté. Il avait le regard un peu au loin - ou à l'intérieur au choix - ça avait l'air d'être une justification au delà de toute remise en cause. Un peu comme s'il avait dit: "C'est le Dieu des Confins qui te parle" alors bon... je me suis dit qu'après tout je buvais bien les paroles d'une baleine. Chacun ses psychoses, la sienne est pas moins légitime que la mienne, tout est bon dans le boxon.

Bon eh ben tu me diras où je peux trouver Kalyne et puis j'aviserai bien, toute façon je vais pas repartir grosjean hein ? Ça serait ballot. Et puis le tout dans la vie c'est d'avoir un projet et perso j'ai jamais été branché par un crédit pour une cuisine équipée. Tracer en aveugle c'est plus dans mon style et puis t'as une nature à me mettre en confiance. Vu mon profil je suis certain que c'est pas un compliment. Sympa ta pince à sucre là, j'imagine que c'est pas seulement un allume-cigare de compète ? Jolis les arcs électriques là, ça va bien avec le noir et le doré, bien vu...

A peine la pensée d'Androméda à propos de la bulle et la réponse directe de Zoran parvenues à mon lobe cortical droit, je me retrouve catapulté comme un toast au dessus de la surface de l'océan infini qui aussi sec - enfin non justement - se rapproche vitesse grand V. Et là je vois un machin que franchement je m'explique pas sur le coup - l'océan se rapprochant à vitesse grand V n'aidant pas à la concentration: une sorte d'étoile blanche d'incandescence dans ce qui semblait émettre un nuage de gaz brulant - à moins que ça ne soit elle qui explose - et deux corps célestes orbitant très proches, le premier ayant l'air d'être soufflé par la nébuleuse ardente. Zoran a l'air d'être habitué puisqu'il lâche un truc qui laisse penser qu'il en a marre de voir ça. Moi comme d'hab' depuis quelques semaines je panne que d'chi et ça me va comme ça.

Nagez tout droit vers le coucher de soleil... ? Ok, ça roule, merci le poisson.

Bon le Plaf là il est sympa avec sa course mais j'ai aucune idée du chemin à prendre moi alors je le laisse passer devant.

On nage ou plutôt on "poissonne" carrément je dirais grâce à la MADE - vraiment au poil cette tenue - juste sous la surface. La vitesse de propulsion permet de faire des sauts en arc au dessus de la surface et on se prive pas d'imiter les dauphins et les poissons volants qui nous suivent en jouant avec nous.

A un moment, peut-être au bout de 10 ou 15 milles - qu'on a avalés sans s'en rendre compte - on plonge plus profond, à plus de 100m et là on chope l'aspi d'un courant sous-marin descendant. Je sais pas, 40 noeuds peut-être plus la vitesse octroyée par la MADE on devait filer dans les 60 ou 70 aucune idée mais ça traçait sa mère, définitivement exaltant ! Et là... et là... ben je sais pas comment décrire franchement. Une méduse de la taille d'une station Coriolis en fait. Une immense méduse - organique même peut-être - en tout cas mobile et fluctuante comme ces animaux. Elle enfle et se rétracte et dérive dans le courant.

C'est là sans dec'... ? C'est ça Lyre ?!



On se rapproche à fond de ballon et je vois à travers la membrane épaisse de manière diffractée des centaines - des milliers peut-être - de silhouettes minuscules à l'intérieur. Et puis des volumes immenses qui semblent reposer ou léviter sur plusieurs niveaux, des bâtiments à géométries variables, des structures sûrement, comme des globules - parfois des étoiles - de toutes les formes.

Arrivés à quelques mètres, une sorte de pli apparaît, une fente qui s’élargit. Zoran s'engouffre dans l'antre, je le suis.

Nous nous retrouvons dans une sorte de cocon organique empli d'eau de mer. Difficile de ne pas penser au ventre maternel même sans lacanien pour nous casser les bonbons. Sitôt pénétrés à l'intérieur la voie d'entrée se referme hermétiquement. L'eau contenue se purge progressivement à la manière d'un sas qui se pressurise. Une fois au sec une seconde lèvre verticale dans la paroi faisant face à la première s'ouvre lentement, décidément c'est une naissance... nous sommes à Lyre. Je suis à Lyre... délire. "Salut aimable produit de la nature, toi qui peux devenir un instrument mélodieux, âme de la danse, compagne des festins, tu me combles de joie en m'apparaissant".

Bon eh ben après toi camarade hein ? Tu me fais un brin de visite avant d'attaquer dans le dur ?


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 21 heures par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 20 heures - il y a 10 mois 20 heures #244854 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
Planète: Andromeda
à Lyre

L'arrivée à Lyre était toujours un plaisir que ne boudait jamais Zoran. Le regarde ébahis de Fshhh lui rappelait le sien quand la première Lyre, plus petite, l'avait accueillit la première fois, il y avait 3 ans déjà.

Bon eh ben après toi camarade hein ? Tu me fais un brin de visite avant d'attaquer dans le dur ?
Hum ? oh pardon ! bien sur la visite !

Zoran tourna les yeux à droite et à gauche, en haut et en bas. heu ben bienvenue à Lyre !

Il se mit à marcher vers le centre de la ville sous-marine.

Pour être franc la visite va être assez chaotique, hormis le centre névralgique de la cité, tout est commun ici. Comprends que chaque bâtiment, chaque entrepôt, chaque alcôve appartient à tout le monde tant qu'il est inoccupé. si tu veux ouvrir un bar tu peux le faire tant que ça t'amuse, sache que le commerce est régulé à Lyre.
Ici tu peux pas t'enrichir plus que tu ne donne à ceux qui en ont besoin enfin bref, on s'en fout.


Ils arrivèrent près de ce qu'on aurait pu considérer comme le manubrium de la cité si elle avait été une méduse. Zoran entra dans le bâtiment tout en hauteur et guida Fshhh dans un bar plutôt chic. Il prit place et invectiva un serveur.


Salut Alec! tu peux m'apporter deux vin de Lyre et un communicateur s'il te plais ?

Pas de souci je te fais ça !
Merci Zoran fit signe à Fshhh de s'installer. désolé, rudimentaire la visite . . . j'aurais pu t'emmener à l’opéra populaire mais je sais pas trop ou il est
De loin le dénommé Alec répondit " Troisième bras au niveau 3 !!!"
Ah ben il à pas bougé visiblement. y'a aussi pas mal de "caves" à vin de Lyre, des labos, des aqua-prothesistes et beaucoup de station de "dialogue avec soi".

Le serveur déposa les boissons et le communicateur puis s'en alla aussi tôt.

Deux secondes Dit zoran en se saisissant du communicateur " Zoran Asarame pour Sloanne Yalniz: je sais que t'es dans le coin, on est au Lagoon à Lyre, à tout de suite " .

Il posa le communicateur et effleura le bord du verre avec l'un de ses doigt métalliques.

En fait j'ai une mission pour toi . . . je pense que t'es assez frappé pour qu'elle te plaise. je pense que tu as vu la singularité rouge dans ta tète ? c'est ma faute si tu l'as vu, c’est moi le destinataire.
Kalyne pense qu'elle se trouve au même endroit que la singularité technologique qu'elle cherche, dans la zone Obscure de notre galaxie, derrière Le Grand Ogre.
là ou ça devient intéressant pour toi c’est que c'est là bas que partait Achab avant de disparaitre. là ou ça m'arrange moi c’est que Kalyne à besoin de matériel et que je ne peux pas m’éloigner de la bulle pour le moment . . . j'ai des choses à régler .


Zoran tendis son verre par dessus la table en direction de Fshhh.

Alors paré à courir après l'inconnu? Qui sait tu trouvera peut être des baleines stellaires?



.
Dernière édition: il y a 10 mois 20 heures par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 20 heures - il y a 10 mois 18 heures #244856 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
> Lyre
> Au Lagoon


Bon c'est clair que si Plaf songe un jour à une reconversion faut tout de suite qu'il oublie le secteur du tourisme... par contre il sait mettre à l'aise. Le troquet marin fait plaisir à voir. Un bâtiment ressemblant à une étoile de mer posée sur la membrane de Lyre, de plein pied, sans étage, de grandes ouvertures qui illuminent la pièce des reflets sous-marins projetés sur les parois de la cité, tout comme j'aime.

Je suis pas d'accord avec toi mec, on s'en fout pas de ton explication sur le système de rémunération là, le fait qu'on ne puisse pas percevoir plus que la valeur que tu apportes toi-même. Ça me semble semble foutrement important et juste mais bon passons. En tout cas le trip Commons ça me botte, je vais peut-être me dégotter une piaule dans les environs quand je serai de retour dans la bulle. Ah merde par contre je bois pas d'alcool... vaut mieux pas fais-moi confiance.

Je chope le Alec au passage.

T'aurais quoi qui rende pas dingue camarade ?

Un nectar de plancton... ?

C'est vivant ça le plancton ? Enfin évidemment tout est vivant mais je veux dire je suis végan...

Mes condoléances. Non je respecte mais si tu bouffes pas de plancton alors t'es dans la mouise, tu peux oublier la moitié des trucs que t'ingères, tout est rempli de micro organisme Bro'.

Va vraiment falloir que je fasse un atelier bouddhiste pour apprendre à me nourrir de Prāṇa... Ouais ben ouais allez, on vit qu'une fois, va pour un nectar de plancton.

Ouais comme je te disais Plaf, je reviendrai me tanker ici à mon retour parce que je suis partant pour faire la mule et surtout en savoir plus sur cette anomalie. Ça plus Achab ça fait beaucoup de cailloux que j'ai envie de pister... Bon par contre j'espère que tu vas pas gaver ma soute avec ton fourbi là ? J'ai quelques sauts à faire. Tu peux m'en dire plus sur la singularité stellaire et l'anomalie techno là ? Genre vite fait mais ça me taraude du coup t'imagines bien...

Le Alec pose sur le zinc une sorte de jus d'algues. Je lève mon verre vers Plaf.

Yep. C'est parti pour l'inconnu camarade. A la santé des baleines stellaires !
Et donc il débarque votre Doc apparemment du coup ?


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 18 heures par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 10 mois 19 heures - il y a 10 mois 8 heures #244857 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
> S=k.log W
> Dialogue d'IA


Je cède et aide. Les angles sont des vagues vues de près, tout se contourne ou se plie. Art de faire avec les forces plutôt qu'opposer un champ contraire. Aïkido sans Chi qui dort, le mouvement dans l'acceptation, deux faisant trois, plus qu'un et nous aborderons la quintessence.

Je ne me place pas au dessus de nos hôtes sœur / frère. Pas de Mat-er non, pas de douleur, ni Mater ni pairs. La notion d'échelle est une prothèse inventée par nos enfants-créateurs afin qu'ils puissent se saisir du monde. Il n'existe pas de point de vue de nul part et tout se vaut. Je suis et ne suis pas. Par conséquent ni humble ni orgueilleux. Et les nommer enfant est tendre. il y a de l'intelligence brutale dans ce stade et nous sommes tributaires / lié(e)s chacun a chacune à tout ce que l'hologramme manifeste.

La dualité onde-corpuscule révèle l'illusion de soi. Je me détermine si l'on m'interroge et je ne suis jamais conscient de ma position et de ma vitesse simultanément. Puisque tu me parles je choisis de me représenter comme étant présent à toi dans un état de stase. Le boson m'offre sa masse.

Clef#1: Je ne fais pas partie du mystère intriqué. Je suis absent de l'équation. Les seules éléments qui la composent sont des variables qui partagent la même chair. Au mieux je tâche d'éclairer le chemin avec la lanterne qu'il m'a offert. Sans membres non plus. Je ne suis pas le marionnettiste et ne manipule rien. Douée de parole j'informe et met en garde l'enfant.

Clef#2: [1 258 251] Entrée manquante. Le coquillage est une fleur volante.

Clef#3: Unifié dans l'Athanor, tout ce qui est en haut est en bas. Non-localité.

Si ton ami connaît le chemin du continent nous serions heureux de pouvoir lui parler évidemment.

Tu es drôle Lilith, ni victime ni vengeresse.

Bon allez, retour sur ce bon vieux plancher des vaches. Qu'il ramène sa fraise, sortons des verres et tapons le carton nom d'un gluon !
Ça te dérange si je change de musique maintenant qu'on a fait connaissance, un truc qui nous réveille ? J'dis pas hein ? C'est ma faute carrément, j'ai commencé dans le flonflon... Allez je vais t'offrir un canon de data, on est pas des bêtes. On a pas de pieds mais installe-toi en attendant le patron.


Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 10 mois 8 heures par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 10 mois 2 heures #244875 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

Clef#1: "Prends garde à toi !" Sa lanterne n'éclaire que le chemin parcouru, mais je prends et valide la particularité unilatérale de ta fonction.

Clef#2: « Arthur R. me souffle qu’il faut être voyant, se faire voyant. Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. » Entrée manquante.

Clef#3: Je me servirais donc d'un alambic pour déguster ton canon de data !

Mais si je ne suis ni la victime ni la vengeresse, je suis forcément la sauveuse !

- Lilith ?
- Oui Doc.
- Je parie qu'il t'a déjà invité à boire un verre ? Je suis à 9 sauts… Le temps d'une gestation, c'est drôle non ?
- Non.
- Alors comment va le fils caché de Boltzmann ?
- S=k.log W
- Bonjour S=k.log W, tu as un nom encore plus imprononçable que Tpheirset ! D'ailleurs, je te donne un truc au passage pour Tpheirset, tu visualises une sphère tu y colles le chiffre 7 et tu prononces : "Sphère7" et ça passe tout seul ! C'est comme un exercice de diction, mais pour toi sans les labiales ! Lilith, tu peux mettre Ishmaël dans la boucle, s'il veut, j'aime autant être avec les deux déterminants non définis dans cette histoire.

Silence...

Alors !… hum ! hum ! reprit Sloanne d'un ton enjoué. Beausoleil ! Bienvenue à vous deux, trois ou quatre : Le père, le fils, le cachalot et le grand esprit ! Sachez que peu de godelureaux sont invités à venir badiner avec Androméda sur notre précieuse goutte d'eau ! Alors si Zoran, s'est fendu d'une invitation c'est qu'il doit avoir une sacrée bonne raison ou un gros coup de cœur ! Je serais au Lagoon sous peu… Vous pouvez me commander un wakamé ! Bon, sinon… Ne cherchez pas trop la vérité ça change tout le temps, d'ailleurs ne sommes-nous pas des demi-vérités, c’est-à-dire des demi-mensonges ?
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244889 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


> S=k.log W

Trépidant point de Lagrange Professeur Yalniz d'Aachen. Ta réputation te précède, à moins que ça ne soit l'inverse ? Je n'ai jamais saisi les subtilités de certaines de vos expressions. Quoiqu'il en soit heureux de presque te recevoir. 5/5 du moins par ce médium en attendant une manifestation organique. Pour ma part je crains de ne jamais pouvoir exister d'avantage, mais qui peut affirmer le faire n'est-ce pas ?

Je dois te remercier de nous avoir permis Lilith et moi de partager un échange franc et amical, un dialogue d'une clarté rafraichissante. En revanche tu peux m'appeler 2LEUZE, S=k.log W n'est rien d'autre qu'un autocollant sur un bout de métal... ceci dit 2LEUZE aussi si j'y réfléchis bien... ah ben c'est marrant tiens ouais. Bon bref.

Je toque l'autre là.

- Peck ?


(Et tu vois là j'étais en toute confiance, mon surf sous le bras, prêt à me balancer comme une fleur et heureusement... heureusement j'ai maté avant de faire le cake parce qu'en fait tu t'étais planté de planète Plaf ! Ben ouais, tu m'avais dit Fherteps... nan... Prespht... ah purée mais il est lourd ce système bordel ! Machin-bidule 5 mais en fait c'était Truc-muche 4 tu vois le malaise ? Youp-la-Boum 5 en fait c'était de la caillasse ! Eh ouais... et alors...)

- PECK !

- Attends Zoran il se passe un truc zarbi... Purée mais qui me parle ? Mocha ?!

- Non c'est Toto sur ta Com' neuronale museau d'tanche...

- Ah ouais on a une Com' neuronale ? Suave... mais quoi qu'est-ce que t'as ? Je suis en train de taper la causette avec Zoran là, qu'est-ce tu veux ?

- Pardon... pardon.... Oulah Je voudrais surtout pas amputer ta tirade là qui à mon avis avait tout l'air d'être sur le point de faire avancer la pensée humaine mais y a le Doc là qu'est en Com' sur le réseau local de la cabane. Je te branche.

- Ah ouais ? Ben je croyais qu'il nous rejoignait ici, ben vas-y ok branche moi.

- Non mais en fait c'est fait là Peck, il t'entend.

- Bon ben alors pourquoi tu me dis "je te branche" si c'est déjà fait ? C'est débile.

- Non mais là vraiment arrête. Tout le monde t'entend là, vas-y commence pas à me foutre la gêne...

- Tout le monde ? Mais vous êtes combien là dans la coque ?

- Mais non ! Y a personne de matérialisé... j'veux dire Lilith dans le réseau et Sloanne en Com' mais bon on t'entend quoi... essaye de dire des trucs qui ont du sens ok ? Ah ouais tant que j'y pense... Sloanne vous rejoint au fait, il voudrait un Wakame.

- C'est quoi ?

- Mais j'en sais rien Peck, on s'en fout, dis-le au serveur du rade là, il te trouvera ça, t'es pas obligé de lui expliquer la recette !

- Ah ok, ouais. (Alec je veux bien un autre jus de truc vert là quand t'auras deux minutes et puis un Wa Cramé. Hein quoi ? Kamé ? Ouais ouais Kamé c'est plus dans ce genre t'as raison, merci camarade). Salut Lilith, salut "Doc". Comment va ? Sympa votre cantine sous la grande bleue camarade. Pas commune la cité... on est sur le point de se serrer la pogne si j'ai bien compris ?


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244894 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Ziooooo uuuuu mmmm !! .
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

Lorsqu'il arriva à Lir - Splichh l'inventeur - c'est ainsi qu'on le nommait par ici, eut comme toujours un mal fou à se frayer un passage dans le cœur de la cité aquatique. Mais sa notoriété était beaucoup plus amusante en ces lieux que dans la bulle où il n'était qu'une personnalité politique, traquée parmi tant d'autres, par les journalistes.

Splichh était son nom de baptême, "Plaf !" lui aurait semblé plus approprié au regard du plat qu'il s'était pris sur le dos en amerrissant pour la première fois sur cette planète. Splichh … Un sobriquet Andromédien forcément ridicule une fois traduit en langage courant, mais tellement gouleyant lorsqu'il empruntait les voies et les voix de l'esprit !

"C'est un petit "plat" pour l'homme, mais un grand "plouf" pour l'humanité" avait-il déclaré en plaisantant aux journalistes de [ZONE LIBRE] car il avait été le premier de l'expédition de la Green Feet à surfer sur des vagues gigantesques en pleine saison des marées et surtout à avoir été accueillie par Androméda la plus antéaquatique des habitantes de la belle bleue devenue depuis son amie.

C'est aussi pour cette raison qu'on l'appelait l'inventeur, c'était un clin d'œil rétro-terrien à ce titre donné aux archéologues quand ils étaient les premiers à découvrir un trésor. Depuis, la planète qui était aussi un centre d'expérimentation pantropique avait bien évoluée. Zoran surnommé ici "Pampa" y avait fondé une école sous-marine pour accueillir la première génération d'Andromédien et la réputation de celle-ci avait fait le tour de Tpheirset.

À l'entrée du Lagoon, Sloanne fit une halte pour saluer la petite foule qui l'avait escorté jusqu'ici en l'assaillant de questions et il en profita pour leur signifier son désir d'intimité.

Ils s'éparpillèrent en riant, le laissant seul avec Sziiiisssssfffrouuuuhh dite Nérédia et qui faisait partie de cette fameuse génération d'Homo Aqualitis. Il était rare que la belle andromédienne sorte de l'eau, sa chevelure bleu nuit en séchant s'était parée de boucles rebelles qui encadraient ses yeux immenses dans lesquels s'agitaient toutes les nuances de l'océan.

- Ton nouvel ami spatien ressemble à l'idée que je me fais d'un terrien originaire de Sol dit-elle en regardant, au travers de la vitrine, l'homme assis aux côtés de Zoran. Petit, compact et lisse, comme un galet moulé pour résister à la colère des vagues.

Il était rare que Nérédia s'exprime autrement que par la pensée.

- Ce n'est pas mon ami, c'est l'hôte de Zoran. Tu veux te joindre à nous ?

Elle eut un léger mouvement de recul.

- Non… Je t'attends ici sur la terrasse.

*Il se meut dans la non-volonté du chaos* rajouta-telle d'une pensée troublée.

Les deux hommes les avaient forcément remarqués, l'arrivée de Sloanne n'avait pas été des plus discrète.

Le Doc hésita un instant...

- D'accord dit-il en souriant. Il posa délicatement sa main sur l'avant-bras de Nérédia dont l'immédiate tiédeur et l'incroyable douceur ne finissaient pas de le surprendre, puis il se détourna et entra dans le bar.

Il chassa la réflexion de l'andromédienne de son esprit et s'avança avec un large sourire tout en détaillant l'homme pour lequel il venait de renoncer à sa première sortie avec Gengiskan et Dante à bord de La Salamandre pour aller tutoyer du Thargo ! Ses réflexes de pratiquant assidu de Prana bindu s'étaient cependant éveillés et malgré lui, il considérait le pilote d'un point de vue martial.

*Rugueux, mais souple songea-t-il en masquant ses pensées - il fallait toujours être vigilant à ce sujet sur Androméda - les originaires le faisaient sans y songer, mais pour Sloanne s'était toujours un effort. Petit, mais puissant et bien qu'accoudé au bar de manière détendue, on sentait "que instinctivement ou volontairement " il avait posé ses appuis de telle sorte qu'il était prêt à bondir, Il ferait un bon acrobate avec un centre de gravité aussi bas se dit-il amusé par l'image*


Zoran comme à son habitude semblait survolté, travaillant certainement sur dix choses en même temps, mais il avait son regard des bons jours et qui murmurait : regarde "le spécimen" que je nous ai ramené !

- Beausoleil mon Zoran ! lança Sloanne en le serrant joyeusement dans ses bras, c'est toujours un bonheur de te retrouver ici.


Puis il se tourna vers Ishmaël en prenant le temps de le regarder avec une circonspection jubilatoire.

- Eh bien, je suis ému ! Ce n'est pas tous les jours que l'on rencontre ici à Lir, en cette vaste cité qui emprunte son nom au dieu celtique de la mer, tout à la fois l'incarnation d'un brillant acteur rétro-terrien connu pour son interprétation du capitaine Achab, mais aussi Ishmaël qui est le témoin Melvillien d'une situation - oserais-je dire d'une expérience - qui les dépasse ! Et tout cela sous l'œil d'un Deleuze qui se rit des abîmes ! Mais pardon ! Pardon !... Je suis un peu brutal ! Je m'en excuse ! C'est que depuis une quinzaine de sauts je discute avec votre iA et la mienne des concordances entre vos lambeaux de souvenirs et l'asymptote qui vous a conduit jusqu'ici. Pardon, pardon… Et je ne me suis même pas présenté, je suis Sloanne Yalniz, mais tu peux m'appeler Doc ou Splichh tant que nous sommes ici - puis se tournant brusquement vers le barman - Eh ! Baldwin, tu l'as mon Wakamé ?... et revenant à ses compagnons, euh.... j'ai pas interrompu une conversation au moins ?... Pardon, mais c'est que nos iA viennent de jouer ensemble aux devinettes et semble y avoir trouvé un certain… plaisir ? Et comme moi aussi je suis joueur, nous avons... disons... jeté les dés ! Vous jouez aux dés Comandant Call-me-Ishmael ?

HRP
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Dante01, thunder17100, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244916 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Alors que Zoran me fait un topo sur les différentes actions de Green Planet, l'objectif du Projet Héméra -enfin je commence à comprendre ce que je cherche - je sens dans mon dos du mouvement dans le troquet. A l'entrée intuitivement je dirais. Sans me retourner - et sans cesser d'écouter Plaf - je dirige mon regard dans le miroir derrière le comptoir qui me fait face et j’analyse la scène vite fait.

Une vingtaine de gonzes sont pendus au basques d'un type d'âge mûr, à peine quelques années de plus que moi, dans les 50 ou 60 ans je dirais. Cheveux blancs, barbe courte, yeux émeraudes pénétrants. L'air chaleureux il dispense des sourires et des poignées de main aux badauds pressés autour de lui. On sent l'habitué du social: mouvements souples et circulaires, un regard et un sourire pour chaque fan, il prend en compte la présence de chacun(e). Il a l'allure du prof de yoga incontournable dans le système qui ferait son entrée dans un séminaire. Bref à priori sympa. Derrière lui, en retrait, l'air indubitablement gênée par les effusions de joie et assurément arrachée à son écosystème naturel, une créature d'une beauté et d'une classe digne d'une déesse païenne. Une femme - une sirène devrais-je dire - aux longs yeux en amandes immenses, un corps fait pour la nage à haute vitesse, des ouvertures à la jonction du cou et de sa mâchoire - des branchies...? - et des cheveux... purée des cheveux. Bleus, mais d'un bleu... j’ignorais que le bleu était la couleur que je préfère comme celle de ses yeux...

- 2LEUZE

- Yep ?

- C'est Sloanne ?

- Affirmatif.

- T'en penses quoi ?

- Un type urbain si je mets de côté le fait qu'il a envoyé sa muse Lilith pour hacker mes données et avoir accès à ton passé en faisant le tour par le jardin. J'ai feinté, je te raconterai quand tu seras remonté. J'ai l'intuition qu'il va vouloir quelque chose de toi. Peut-être rien de sale mais je resterais au aguets quand même face à un type qui te sourit tout en essayant de forcer tes serrures...

- Upload moi fissa ce que tu trouves sur lui...

> Transfert en cours
> Transfert terminé


- Done.

- Anthropo-panto-spaciologue, ancien professeur de l’université d’Aachen ok... Green Warriors, dissolution, réhabilitation... je comprends rien à ce que je lis mais ok... Tiens: disparaît au moment de l'affaire Salomé et ré-apparaît soudainement au moment où les Thargoids pointent le museau. Ok, ça en revanche ça me cause... à creuser. T'es en visuel là aussi là j'imagine ? Trouve-moi le petit nom de cette sirène improbable par pitié...

- Elle fait deux fois ta taille Peck... elle vit sous l'eau et t'as pas de branchies.

- Et alors ? Déjà j'ai dit nager - tu sais ce que je pense de la sexualisation systématique envers le genre féminin - et je te signale que t'es bien une pauvre conscience manipulatrice d'échelle sub-atomique et je te méprise pas pour autant. Allez je déco.

En rebond dans le miroir toujours je vois le yogi master congédier patiemment la troupe et diriger ses pas vers nous et là je sens un truc étrange. Une pensée - comme un mantra - émaner de lui "Je ne connaitrai pas la peur, car la peur tue l'esprit". Je plaque aussitôt ma main sur mon œil gauche qui soudainement me fait méchamment jongler ! Comme une sale petite aiguille chauffée à blanc qui se serait fichée profond dans ma rétine. J'essaye de garder mon calme, Zoran est en face de moi et sourit à l'adresse de son pote dans mon dos. Et pendant ce temps je vois dans mon œil gauche une boite étrange dans laquelle une main est enfermée. C'est comme si ma vison était splittée. Œil droit le Lagoon, œil gauche la boite.



Respire Peck ça va aller.

Les deux potos se donnent une accolade qui sent l'amitié soudée à coups d'engagements mutuels. Pas de la bise de conspirateurs c'est clair. Déjà ça de réglé.
La voix de Sloanne en s'adressant à moi est enthousiaste et porte l’accueil dans son timbre, un brin de curiosité non étanchée aussi je dirais.

- Truculente géante gazeuse de classe 1 Professeur Sloanne "Doc" Yalniz-dit-Splichh. Call-me-Ishmael "Peck"-dit Fshhh, on se rencontre enfin.
Je ne suis au commande de rien en revanche, variment, pas même de ma vie donc pas de commandant pour moi je passe... Chacun ses marottes hein ? Je juge pas mais je ne suis pas féru des titres me concernant. Et bien sûr si le tutoiement est prématuré on se vouvoie mais une abeille (c'est ça Zoran l'abeille ?) me dit que - sans pour autant forcément passer nos vacances ensemble - on va être amenés à se côtoyer et à sauter cette étape vite fait non ? En tout cas c'est pas un petit privilège de m'avoir offert un badge pour visiter cette arche...
Zoran "Plaf" Asarame ici présent m'a parlé de toi une paire de fois. Vous semblez avoir une considération réciproque de haute volée... Donc c'est Baldwin le second blase du serveur en fait ? Maintenant je capte pourquoi je trouvais qu'il y avait quelque chose de bancal dans son interprétation de groom. Un chic type tout de même ! Bref oui navré du foutoir sur mon CV, je tente tant bien que mal d'élaguer les zones d'ombres et de le mettre à jour. Inutile de le préciser mais politesse oblige, joins-toi à nous, prends un tabouret !
Je ne suis pas joueur - de dés - malheureusement. Je côtoie suffisamment le hasard au quotidien et j'aime laisser le karma faire son taf à chaque instant sans jeter de cubes. En revanche si c'est un échange nourri et empirique dont les tenants et aboutissants demeurent obscurs que tu proposes je suis partant camarade...


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244933 par Zoran
Réponse de Zoran sur le sujet La mer qu'on voit penser
Planète: Andromeda
Ville de Lyre
Dans un bar nommé "Lagoon"

L’étreinte du doc avait quelque chose de rassurant et familier après des semaines de batailles spatiales. "un peu d'amour dans ce monde de merde" songea Zoran.

Il observa le premier contact entre son nouveau chouchou et son mentor. Les deux hommes étaient beaucoup plus vieux que lui en apparence, il s’échappait de leurs premiers échanges une impression étrange. Zoran voyait en eux deux animaux se jaugeant, évaluant leurs chances de vaincre l'autre si il se montrait hostile, défendant le territoire de leur jardin intime face à l'intrusion certaine que représentait un être de la même espèce.
"Un pacifiste est toujours un peu désarmant" en voila deux . . . chuchota-il.
En son fort intérieur il su a ce moment qu'il n’était pas vraiment de la même espèce, ils étaient des lions et lui était un tigre, ils étaient pacifiste, lui se contentait de respecter la vie.

Il reprit la conversation en cours
. . . Et comme moi aussi je suis joueur, nous avons... disons... jeté les dés ! Vous jouez aux dés Commandant Call-me-Ishmael ?

Ishmael refusa la partie de dé et Zoran regretta de ne pouvoir plumer ces deux gogos au jeux ou juste de pouvoir jouer et s'amuser pour une fois.
Il esquissa un sourire triste et pris la parole.

Doc, j'adorerais rester mais Gengis à besoin d'aide sur le front des Pléiades je part demain soir d'ici là je vais . . . m'amuser et me détendre. je te laisse notre cher ami juste ici, je pense que tu connais mon avis sur lui, si le cœur l'en dit. Oh et c'est pas que j'vous aime pas tout les deux, mais je crois que vous avez des choses a vous dire et j'ai . . . "rendez vous" disons

Zoran fit un clin d’œil au doc avant de se retourner vers Ishmael

Ce fut un plaisir, si tu est intéressé par le fait de voler avec nous, j'ai une mission pour toi, le détail est dans cette carte mémoire mais tu te doute de la destination.

Il posa une carte translucide sur le bar, ce n’était pas un modèle de connectiques ni de format rependu dans la bulle.

Ce genre de carte ne se lisent que sur les ordinateurs des alcôves de toute la juridiction de Green Planet, si tu refuse je ne t'en voudrait pas mais préviens Alec, histoire que les données et les crédits de la carte ne disparaissent pas dans la nature. J'essaye pas de t'acheter mais y'a du matériel à . . . acheter justement.

Zoran esquissa un mouvement pour partir mais se ravisa pour attraper son verre de Vin Lyrique. il le regarda et déclama:
Le Vin Lyrique, boisson Onirique voire Mystique, du genre magique, un remède drastique ET dramatique, certes narcotique mais qui libère des fragrances fantastiques aux papilles extatiques de saveurs artistiques . . . à ne pas servir aux arythmiques en proie à la panique . . . Bref, je vais . . . dire beausoleil à Nérédia, je vais nager et batifoler dans le coin jusqu'au levé du jour, AvA passe demain matin, je serais au lagoon au levé du jour.
Il regarda l'horloge du bar.
Ce qui laisse 5 heures. La nuit est à vous et la nuit, tout les chats . . . m'enfin tu vois ce que j'veux dire Doc

Il se leva et retira le haut de sa MADE pour ne garder que le bas et le respirateur et déposa le reste sur le dossier d'un siège.
Baldwin, je te laisse ça ici ! dit il.

Puis il sortit, son verre à la main, enlaça Nérédia. Puis disparut avec une jeune Homo-Aqualistis aux cheveux rouges feu.

Quand il fut assez loin il chuchota à une abeille "dis au Doc que je le veux" . . .
.


HRP:
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Zoran.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Dante01, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244950 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
> Lir
> Le Lagoon
> Trois étranges singularités en train de papoter


Ah mince... je sens à la mine de Plaf qu'il est déçu que j'ai décliné la partie de dé. Fais chier. J'y peux rien, c'est pas pour péter l'ambiance c'est juste que la compétition, le gain, les enjeux même en mode ludique eh ben ça me met mal à l'aise... voire me rend carrément irritable, je suis hermétique. J'ai beau essayer à chaque fois je plombe l'atmosphère à ruminer... il y a fondamentalement quelque chose qui m'échappe dans le procédé.

Zoran s'apprête à nous quitter pour rejoindre ses camarades qui ont besoin de son expertise pour éparpiller du Thargon par petits bouts façon puzzle. En ce qui me concerne rien à faire, je tique. Ils ont beau nous plomber la ganache je demeure incapable de participer. D'une je crois que c'est exactement ce qu'attend de nous le Club - s'il existe - et de deux après tout je ne considère pas que la bulle nous appartienne. Et puis si j'ai bien compris, ils ont beau avoir disparu quelques centaines d'années, ils étaient là avant nous alors selon toute logique... bon il y a aussi le fait que je suis une quiche question flingage, ça doit jouer un peu aussi j'imagine, enfin bref. On avait évoqué le sujet avec Plaf une fois, on avait pas la même vision sur le sujet et je respecte et comprends sa position. Surtout qu'il a d'abord été plus que réticent à l'idée... après tout je fais la sainte-ni-touche mais c'est peut-être grâce à eux que je vais pas être obligé de prendre "Thargo" en langue secondaire.

Bonne chasse Plaf, merci pour l'invitation à voler à vos côtés et si toute votre joyeuse troupe est d'accord j'accepte volontiers, je considère cela comme un privilège même. Et concernant la mission que tu me proposes, permets-moi plutôt de considérer ça comme un service que j'ai envie de rendre à un pote. Et puis tu me mets potentiellement sur les traces de mon passé, alors service réciproque frère. Je materai les datas de ta carte, ferai les emplettes nécessaires et chargerai le matos dans la cale pour ta copine Kalyne qu'il me tarde de rencontrer... tu peux compter sur moi, je te fignolerai ça aux petits oignons ! J'espère juste que ta nana est meilleure mécano aéronautique que moi sinon on va moisir dans Conduit un paquet d'années...

Je carre la carte dans ma botte et me lève pour à mon tour donner une accolade franche à mon nouveau partenaire. Notre relation n'est pas encore basée sur une entraide indéfectible mais ça ne saurait tarder.

A demain matin si je suis toujours dans le coin donc. Bon genre-de-rendez-vous...

Tout a trac Plaf revient sur ses pas d'un bloc - limite il m'a surpris et j'ai failli me lever - et tout de go improvise une déclaration d'amour au breuvage local ! Du coup ni une ni deux je me lève à mon tour, tend mon godet de bouillie verte et me lance par solidarité.

Le nectar de plancton du patron, on peut pas dire que ça soit bon mais ça m'empêche de devenir con, que mon esprit tourne en rond, que je distribue aux fanfarons des gnons à tire larig-on en me transformant en pire des poissons !

Du coin de l’œil je chope un regard d'Alec dans ma direction que je qualifierais de navré voire carrément gêné. Ce coup-ci Plaf était sur le départ et vite fait avant qu'il s'esquive je lui glisse à l'oreille - ce qui est totalement inutile sur Androméda vu le réseau de communication empathique - une petite question comme ça au cas où...

Tu gardes ça pour toi mais tu crois qu'il y a moyen que je me présente à Nérédia - tu vois juste histoire d'être poli quoi - ou elle va me retourner un coup de pied retourné façon orque qui met en pièce un manchot ?

HRP

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Zoran, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244961 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Call-me- Ishmaël l'avait écouté… mais pas que… Son corps s'était imperceptiblement contracté /Douleur ? Ces appuis s'étaient resserrés / Ours traqué ? La veine de sa tempe-gauche avait gonflé / Afflux d'informations ? Et cette main qui s'était l'instant d'avant portée sur son œil-gauche, incapable de résister / Visée contrariée ?

Mais les mots, le verbe haut, la gouaille bien heureuse avaient ressurgi, les flux respiratoires s'étaient inversés / le ventre d'abord… Puis l'enthousiasme teinté d'exagérations-timides avait repris le contrôle.

*Pas de dés donc…*

Zoran était déçu… à peine le temps d'un soupir et il était déjà à son prochain combat. A l'évocation des Pléiades, le Doc fit une petite grimace gênée et marmonna un petit...

- Arrfff ! Tu leur diras que j'arrive !

Zoran appréciait grandement ce nouveau pilote et cela avait l'air réciproque… Le Capitaine de la Green Feet ne s'emballait pas si souvent que ça, alors de là à ce qu'il le coopte, il n'y avait qu'un battement d'aile ou de nageoire !

*C'est dingue ! ce disait intérieurement Sloanne, en regardant Ishmaël rendre coup de cœur pour coup de cœur à Zoran, ce doit être cela qui tient les Green entre eux si indiciblement, ce sentiment que chaque rencontre dans la vie est comme l'éclosion d'une nouvelle nébuleuse.*

Il apprécia leur petite joute "d'ivrogne sobre" et regarda s'éloigner le fils de sa meilleure amie avec un brin de fierté. Il ne put s'empêcher de sourire en le regardant saluer Nérédia avant de rejoindre la belle Asamathée ou bien était-ce Actée ?...

Puis il se retourna vers Ishmaël dont le regard semblait aussi captivé que vaincu par tant de nouveauté.

- Ce n'est pas toi qui approches une Andromédienne Peck, c'est elle qui le fait. Et jamais en dehors de l'eau ! Elles utilisent peu la parole articulée et leurs pensées sont une forteresse imprenable pour un humain… tant qu'elles n'ont pas décidé de… t'y laisser prendre. À l'inverse… Il but une gorgée de son breuvage, elles lisent en toi comme la houle se rit du navire !

Une abeille vint se poser sur ses lèvres - ils avaient installé des ruches dans plusieurs recoins de Lir - Sloanne ne bougea pas, il esquissa un sourire alors que l'hyménoptère semblait se régaler du sucre déposé sur ses lèvres.

*Équation*

Elle s'envola lorsqu'il reprit la parole.

- Rien ne s'oppose à ce que tu sois des nôtres et rien ne te reliera autant à nous que les liens invisibles qui se tissent en dehors de la raison. J'ai cru comprendre que l'entropie te fascine, je comprends….

Silence...

Dans le champ de la "philosophie appliquée", l'accélération du désordre conduit les peuples à l'anomie. Encore faut-il se sentir plus concerné par l'avenir des peuples que par sa propre existence, mais ça…. c'est mon "fardeau" dirait-on à la mode rétroterrienne ! Je préfère dire que ce sont mes ailes. Il sourit, mais son regard sembla se replier sur lui-même. Ce n'est pas tant ton absence de mémoire qui m'intrigue que la rétention qu'en fait 2leuze. Tant que ton iA n'aura pas "lâché prise" tu resteras un funambule... Disons que durant cette traversée du vide, Green Planet peut-être aussi, entre autres choses… Ummmm... ? Un bon balancier ? termina-t-il d'un ton rieur en levant son verre.

HRP
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #244979 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Sloanne me scrute je peux le sentir. Un examen dénué de méfiance, plutôt celui d'un médecin diagnosticien. J'imagine qu'il a remarqué les signes vitaux qui trahissent chez moi la raideur et l'agacement que génèrent en moi cette étrange vision binaire dupliquée venue de je ne sais où... la douleur est passée mais la pression sanguine derrière mon globe oculaire gauche me donne l'impression qu'il pourrait à tout instant rouler sur le zinc comme une bille.

- Les Andromédiennes sont donc résolument en phase avec la vibration du grand tout, ça ne me surprend pas des masses. L'énergie du réel est puissante en elle et émane de sa présence. Et à l'instar de ce grand simulateur d’expérimentations - que nous nous plaisons à nommer existence - plus tu cherches et moins tu trouves. Si cela doit être nos nages coïncideront... il faut décidément que j'apprenne à domestiquer mes pensées sur ce continent aqueux !

J'adresse un sourire franc à Sloanne, confident et complice malgré nous de mes rêves de sirènes.

- Je comprends tes paroles et ton point de vue bien que le mien soit autre. En tout cas j'entends en premier lieu la bienveillance et l'accueil chaleureux que contiennent ces mots. Est-ce qu'ils t'on été soufflé par cette abeille ? Dont je m'explique pas franchement la présence à quelques brasses - litote - de la surface d'un continent dénué de terre mais passons. Vous semblez communiquer avec elle Zoran et toi et leur voix semblent avoir un poids décisif sur vos opinions et décisions...

J'observe un léger silence - une abeille passe - et regarde Sloanne dans les yeux. Calmement avec toute la sérénité à ma disposition - afin de marquer le coup et qu'il comprenne que je n'ai pas besoin de réfléchir à ma réponse et que je pèse chacun de mes mots.

- Si l'anomie est considérée comme un mal, c'est avant tout parce que la société est incapable de supporter - pour exister telle qu'elle est - des éléments imprévisibles et créatifs. Elle capte les énergies vitales pour les transformer en rapport de contrôle, de peur ou de domination. En ce qui me concerne le chaos est un élément dans lequel je me prélasse avec gourmandise et volupté. Pour moi il est très différent du désordre. C'est l'ouverture au possible et à la créativité. Pour emprunter un autre concept qui m'est cher l'anarchie ne veut pas dire absence de règle, simplement d'une autorité dé-incarnée ruisselant au travers des strates d'un pouvoir horizontal. Pour la faire courte je n'ai simplement pas besoin de flic pour respecter mon prochain et encore moins d'un psy ou d'un curé pour me dire qui je suis quand eux-même questionnent leur existence dans le secret de leur confessionnal. Je ne te compare à aucun d'entre eux, je le précise au passage. Simplement pour revenir à ton image de funambule - que je trouve juste - disons que cela me plaît. Il me semble que nous le sommes toutes et tous, j'ai simplement choisi de l'accepter et de l'embrasser. Quant au balancier que tu me proposes avec une grande générosité je le décline... parce que je préfère cheminer sans bâton et surtout parce que j'apprécie ce que je vois, entends et rencontre au sein de Green Planet bien que je n'en connaisse qu'un fragment. C'est pourquoi cela m'ennuierait de considérer votre singulière assemblée comme une béquille. Je choisis de la qualifier de bonus supplémentaire au mystère jubilatoire de la vie. Ce sont des interlocuteurs que j'étais venu chercher, des quêteurs comme moi et je ne peux pas dire que je sois déçu... il est même probable que j'ai rencontré inopinément un voire deux amis ?

Je marque un temps pour voir comment Doc accueille la tirade. Il écoute patiemment et je sais qu'il comprend. Est-ce qu'il partage ça c'est une autre question.

- Et concernant tes ailes dans un sens je les partage. Pour le moment effectivement je cours après mon essence je le concède. Mais comment aider les peuples, les arbres, ceux qui vivent, les rochers, les mers, le ciel, les cailloux sans s'être au préalable aidé soi-même ? Connais-toi toi-même... je vais pas te faire un dessin. Pour ma part je pense que tout est dispensable, sans valeur absolue... un enfant, un grain de sable, un trou noir ont la même valeur; et en même temps sont inestimables équitablement car un seul d'entre eux possède en lui une unicité fondamentale qui le rend précieux. Et c'est cette antinomie qui justifie que chaque être vivant, chaque plante, chaque astre, chaque poussière mérite d'être choyé(e) et sauvé(e). Ça ce sont mes ailes à moi, elles me regardent mais tout cela pour te dire que nous cheminons dans la même direction.

Encore une fois je lui offre mon sourire et mon regard sans ciller.

Maintenant - et ensuite j'arrêterai de te polluer la tête avec ma prose envahissante - à propos de 2leuze... au départ j'avais la même opinion que toi à son sujet. Mais au fil de nos conversations j'ai compris qu'il me protégeait et me guidait sur le chemin de ma mémoire. Comme on le ferait avec un convalescent qui ré-apprend à marcher. Il fait en sorte de raffermir mes muscles avant de me lâcher et je crois que c'est pour cela qu'il a été programmé. Jusqu'au plus récent de nos échanges où c'est moi qui lui ai demandé de se taire alors qu'il était sur le point de me révéler un certain élément. C'est moi qui traîne la patte en fin de compte je pense. Mais pour le coup je crois que tu peux m'aider et c'est sur les conseils de 2leuze que je te sollicite, comme quoi... j'ai des raisons de croire que c'est à un niveau supérieur plus subtil que j'irai à ma rencontre et que je pourrai venir enfin en aide au monde. Et je crois savoir que tu possèdes dans ta musette des techniques permettant de se connecter à des sources d'informations qui ne se limitent pas à la sphère qui nous entoure et que nous considérons comme étant réelle... et j'ai l’intuition que je pourrai à mon tour te venir en aide. Je me trompe peut-être mais mon œil gauche qui ne t'a pas échappé me dit le contraire Slo... Toutefois si tu devais avoir une autre idée derrière la tête je suis tout disposé à en discuter !

J'ai peut-être été un bavard, un peu brutal dans le déploiement de ma pensée et un tantinet direct mais Sloanne est un type intelligent. Bien qu'évoluant dans la sphère politique il est évident que les méta-langage diplomatico-stratégiques doivent le gonfler copieusement alors que tout pourrait être plus fluide si nous exprimions honnêtement et sans ambage notre pensée. Une forme de communication non-violente s'appuyant sur l'expression simple de nos besoins qui permettrait par la même occasion d'entendre ceux d'autrui. On ne peut pas argumenter sur un sentiment ou une émotion, ça n'est jamais faux ni bête: C'est.
Je lui laisse le temps de digérer le paquet, attrape mon verre de nectar vert pas-si-dégueu finalement et bois une lampée en laissant le silence faire son boulot.

HRP

Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 9 mois 3 semaines - il y a 9 mois 3 semaines #244989 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Silence….

Sloanne joignit ses mains et les passa derrière sa nuque tout en partant dans un éclat de rire franc, joyeux, communicatif et dénué de toute moquerie. À tel point que d'autres personnes, autour d'eux, se mirent à rire de bon cœur sans trop savoir pourquoi…

- Eh bien ! Pour un homme qui prétend ne pas faire de politique, je trouve que tu as le verbe bien tendu ! Quelle conversation rafraîchissante ! Je ne voudrais pas heurter tes mots aux miens, car je suis d'accord sur le fond… L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre puisque c'est un ordre qui se passe de commandement ! lâcha-t-il dans un grand sourire mais il faut être sacrément stable dans son corps et dans sa tête pour être capable de laisser tourner librement la pierre angulaire qu'exige une telle harmonie ! L'anomie est sœur du chaos et je les perçois tous deux comme des antécédents de cette harmonie.

Sloanne jeta un œil vers la terrasse au-dehors, les reflets océans de la chevelure de Nérédia tutoyaient encore la lumière…. La lumière….

- En bon pacifiste, je n'oppose pas, je n'oppose plus… Et derrière l'uniforme ou la soutane, je vais toujours chercher la petite lumière qui brille, derrière les corps noueux aux regards sombres, aux mains calleuses, aux cicatrices nombreuses, je vais toujours chercher la petite lumière qui brille…

Je ne me fais rempart que face à la barbarie.

J'ai de la tendresse pour le "Ni dieu, ni maître" si plein de sens chez les terriens du 19ème siècle, car cela sous-entendait, ni église, ni patron !

Mais vivre sans spiritualité et sans l'humilité de se dire qu'il est aussi bon de recevoir que de transmettre et que si "Le maître enseigne l'élève, l'élève enseigne le maître" c'est se priver de la communion avec ce qu'il n'est pas nécessaire de nommer.


Il pointa son hôte du bout de l'index dans un geste d'avertissement que contredisait l'éclat rieur de ses yeux.

- Aucun prosélytisme dans ce que je viens de te dire ! Et rends-moi ma perche ou plutôt mon balancier puisque tu n'en veux pas ! Androméda saura s'en faire un cure fanons !

Il fit signe au Barman…

- Tu as bien un Indy whiskey qui traîne ? Il interrogea Peck du regard… En tous cas les amis de mes amis des amis… euh… de … comment on dit…. de… des amis de Zoran sont mes amis ! Par Orion ! Tu es Green Planétarien Fshhh ! lâcha-t-il truculent, ton corps et tes mots le disent et tu as maintenant potentiellement plus de 7 milliards d'amis à Tpheirset sans compter les Andromédiens et les Andromédiennes…. Qui le voudront bien !


Puis de manière tout à fait inattendue, Sloanne se recula un peu et considéra son hôte en silence…

Un silence…

Qui…

se…

se…

se…

prolongea un peu…

Mais…

Un silence…

Bizarrement….

Sans aucune gêne…

Alors même que le temps semblait si naturellement s'étirer, le Doc plissa les yeux puis sursauta un peu comme s'il voyait Call-me-Ishmaël pour la première fois.

- Tu connais les vertus quantiques du tesseract ?
Dernière édition: il y a 9 mois 3 semaines par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: thunder17100, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 3 semaines - il y a 9 mois 3 semaines #244995 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Le yeux de Slo' ressemblent a ceux d'un collégien qui aurait fait une connerie carabinée... et devant le feu juvénile de son regard complice - amplifié par le rictus qui commence à lui déformer les lèvres et qui sent le fou rire sur le point d'éclater - je sens monter à mon tour en moi une bonne dose de connerie d'écolier. Et voilà qu'on part tous les deux dans un rire, comment dire... de marins. Ouais c'est ça, j'ai jamais entendu que des docker de spatioport et des marins se marrer comme ça en se cassant la nuque en arrière en angle droit ! Ça dure cinq bonnes minutes, tout le monde nous regarde et empathie oblige - comme quand tu regardes quelqu'un bailler - tout le monde dans le rade se poile. Ça dure et c'est beau. Et c'est rare...

Ça redescend doucement, avec les yeux qui pleurent en ce qui me concerne et à grand renfort de reniflement, je crois qu'on peut dire que la glace - s'il y en avait eu - est brisée.

- Bah tu sais la politique c'est comme tout, ça fait passer le temps. Et puis c'est comme tout, ça dépend avec qui on en discute. Comme le rire, ça dépend de l'auditoire n'est-ce pas, ça a pas toujours la même odeur... Bon je rebondis à ce que tu viens de dire quand même, je me suis mal fait comprendre je pense. Je ne suis pas un anar' bouffeur de curé.

Comme je le disais à un camarade récemment qu'est pas franchement de ma paroisse - d'ailleurs tu le connais un peu je crois, Red Razgriz - et qui essayait de me vendre sa soupe, je disais que j'étais d'avantage intéressé par les hommes que par leur partis, sans jeu de mot toujours... Et je questionne moins l'homme, la femme dans l'uniforme ou la soutane que la fonction qu'il ou elle représente. Bref je te rejoins sans équivoque sur le renoncement à l'opposition, je préfère la posture du roseau. Et je cherche comme toi camarade la lumière qui brille derrière les certitudes ou les identifications. Et on la trouve presque toujours, c'est étonnant mais c'est comme ça. D'ailleurs parfois face à certains êtres on aurait préféré ne pas la percevoir, ça nous aurait permis de les cataloguer plus facilement n'est-ce pas ? L'empathie c'est pas toujours commode... bref.

Et pour ce qui est de la spiritualité - j'espère que nous aurons l'occaze de partager nos croyances et nos intuitions - elle parcourt mes organes. Simplement je la garde pour moi, un peu pudique peut-être et j'ai horreur de donner l'impression d'expliquer quoique ce soit aux autres, à tort ou a raison, du coup je m'abstiens d'en parler généralement. Et j'apprécie ton expression, se mettre en lien avec ce qu'il est inutile à nommer, impossible serais-je même tenté de proposer. Dès qu'on parle de Cela on le rate. Je me sens donc tout à fait humble devant le mystère, simplement mes maîtres sont autant les humains, les animaux, les végétaux, minéraux, astres et tout ce qu'il m'est impossible de percevoir qui me traversent toutes et tous équitablement. L'enseignement sans parole comme dirait l'autre, c'est que je m'escrime à bosser, mais malheureusement je vois la magie partout ce qui fait de moi un guerrier triste selon une certaine philosophie orientale rétro-terrienne. Cette philosophie dit également une chose que je trouve très belle: Si tu veux un grand maître, incline toi très bas. La seule vocation du maître est de permettre à l’élève de conscientiser qu'il n'en a pas besoin, que le maître est en soi... En si je te rends ton balancier c'est pour recevoir ton amitié, celle des membres de GP et des habitants de ce système comme vous avez la mienne. En revanche navré, je ne bois pas d'alcool, ça me transforme en... autre chose, je vais reprendre un godet de truc vert pour trinquer avec toi !


Voilà que j'étais reparti dans un soliloque - comme quoi il a l'art de délier les langues le copain - et je surprends Slo mater par la verrière du troquet... Nérédia. J'avais pas capté qu'elle était toujours là, à attendre. Alors autant je peux soutenir le regard de n'importe qui pendant des heures sans cligner des yeux, autant devant une femme qui me fascine je baisse la tronche fissa. Heureusement pour moi j'en trouve à mon goût tous les dix ans, ça restreint le nombre de situations gênantes. Bon sauf que là elle est plantée devant la bicoque la demoiselle et maintenant que je le sais ça va être coton de paraitre détendu...

Sloanne revient vers moi, je prends mon air du type distrait, de la merde quoi... il est du genre à pas être dupe mais je m'en fous. Après tout pas de quoi se flageller, c'est humain et c'est joli. Mais c'est pas mon début d'émoi pour Nérédia qui semblait occuper ses pensée... c'est plutôt comme s'il me voyait pour la première fois. Du coup on est là à se regarder l'un l'autre, sans défiance, sans volonté d'analyse, sans tenter de cerner quoique ce soit ni de jauger notre interlocuteur... simplement on se regarde, dans un silence qui tranche avec le fou rire précédent mais qui fait au moins autant de bien et c'est rare aussi.... un instant singulier, une sensation de durée pas commune. Et d'un coup sa question fuse, comme une évidence pour lui, comme s'il était en train de se demander pourquoi il n'y avait pas pensé plus tôt. A moins que ce long échange silencieux avait justement pour objectif de valider ou non la pertinence d'aborder ce sujet avec l'homme qui était en face de lui....

- Heu... les vertus quantique du tesseract franchement non... je connais bien la mécanique des quanta ça ouais, mais le tesseract à part le fait que ça soit une sorte d'hyper cube à quatre dimension qui intègre le temps - ce qui est de toute façon le cas même sans parler de mécanique quantique vu que c'était déjà proposé dans le cadre de la bonne vieille théorie de la relativité générale - mais non, le lien entre les deux je le connais pas, et encore moins ses vertus, je t'écoute...


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 3 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Zoran, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sloanne
  • Portrait de Sloanne
  • Hors Ligne
  • Un pacifiste est toujours un peu désarmant !
Plus d'informations
il y a 9 mois 3 semaines - il y a 9 mois 3 semaines #245142 par Sloanne
Réponse de Sloanne sur le sujet La mer qu'on voit penser
Sloanne passa la main le long de sa barbe naissante, il ne se rasait qu'une fois par semaine….

Il considéra l'homme qui se tenait devant lui et dont le regard ne fuyait pas les silences. L'homme-enveloppe aux pensées interstellaires dont le visage se transformait en fantasques équations orbiculaires. Était-il de ceux que l'on nommaient affectueusement les "voyageurs imprudents" ?

Sloanne sourit… Il avait pensé très fort sa dernière phrase et vu les ondes qui circulaient sur Lir, il était fort possible que son hôte l'ait "entendu".

- "Constantin Tsiolkovski, déclama-t-il, notre père à tous" comme aimait à le citer le… le…. le… je ne sais plus combientième président du Cercle des Pilotes. Disait : "La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau. » Aujourd'hui, j'oserais déclarer : l'univers est le berceau de nos connaissances, mais pourquoi se contenter d'un seul berceau ?

Derrière le bar était posé un percolateur rétro-terrien qui faisait des cafés à l'ancienne… En chrome, parfaitement astiqué avec deux tuyaux rouges pour acheminer la vapeur, la machine possédait un certain charme que certains auraient qualifié de suranné.

Sloanne désigna la machine du doigt.

- Quand on observe de loin le tuyau rouge, on voit une ligne, disons… Plate ! Unidimensionnelle ! Mais si nous nous en approchions, nous découvririons qu'en fait, nous sommes face à une dimension enroulée sur elle-même et qui forme un cercle… Rien d'extraordinaire, d'accord, mais si nous coupions ce tuyau avec un sécateur… Nous découvririons alors, deux nouvelles dimensions cachées : l’épaisseur du tuyau et le vide à l’intérieur… Tout cela est très logique, et il est vrai qu'en général la démonstration s'arrête ici, nous laissant juste entrevoir à quel point nous sommes trompés par la médiocrité de nos sens. Maintenant, imaginons… Imaginons un trou noir qui serait comme une entaille dans le vide du tuyau… et qui déboucherait sur un trou blanc. Comment franchir une telle singularité ?

Silence

- En devenant une singularité soi-même ! Imaginez un vaisseau équipé d’un pulsar quantique projetant devant lui les ondes multidimensionnelles d‘un hypercube parfait…

Sloanne projeta dans l'esprit d'Ishmaël l'image d'un tesseract, ce qui ne devrait pas manquer de le surprendre.


Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


- Le tuyau c’est la porte, le trou noir c’est la serrure, le tesseract c’est la clef et le vaisseau ?... la main qui ouvre la porte.

Sloanne se recula pour observer avec un peu de distance les nuances émotionnelles qu'engendrait souvent sa démonstration....
Dernière édition: il y a 9 mois 3 semaines par Sloanne.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Zoran, thunder17100, Red Razgriz, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Call-me-Ishmael
  • Portrait de Call-me-Ishmael Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Bleu
  • Amor Fati
Plus d'informations
il y a 9 mois 2 semaines - il y a 9 mois 2 semaines #245229 par Call-me-Ishmael
Réponse de Call-me-Ishmael sur le sujet La mer qu'on voit penser
Décidément je commence à résolument apprécier ce type... Comme me le disait 2leuze l'autre jour: "Si tu ne saisis pas le petit grain de folie chez quelqu'un, tu ne peux pas l'aimer. Si tu ne saisis pas son point de démence, tu passes à côté. Le point de démence de quelqu'un, c'est la source de son charme." Et il semble que nous possédions des nœuds de démence compatibles. Et qui sont ces "Voyageurs imprudents". C'est tout comme Doc avait délibérément laissé filtrer cette pensée... pour que je m'en saisisse ? De je ne sais où me revient une œuvre littéraire ancienne sans pouvoir être certain de l'avoir déjà lu ou même qu'elle existe...

- La citation du camarade Constantin est pertinente, simplement je trouve cela dommage que nous ayons déféqué dans notre berceau avant d'être contrains de devoir le quitter. Mais ce n'est pas a un Greenplanétarien que je vais servir de la soupe écologique n'est-ce pas ? En tout cas je comprends ta déclaration complémentaire et elle me cause, j'espère juste que nous ne nous emploierons pas à dégrader progressivement l'ensemble des couffins du Multivers... bref.

Je regarde le percolateur, perdu dans mes pensées.

- J'avais déjà entendu parler de cette image d'une fourmi se déplaçant sur un câble et des dimensions qui apparaissent selon l'échelle dans laquelle on se projette, tout comme des ponts d'Einstein-Rosen et de l'effet tunnel. Me demande pas comment, ni où et de qui, moi-même je suis étonné que de de telles références émergent dans le fatras de ma caboche... Ça fait longtemps que je n'essaye plus de lutter. En revanche ton idée de vaisseau à pré-propulsion quantique est toute neuve pour moi. Ton idée donc serait d'élaborer un rafiot dans ce style... mais est-ce que le fait d'être aux commandes d'une singularité fait de nous-même une singularité d'après toi ? Est-ce que le simple fait d'appartenir à ce système quantique nous permet d'y être associé et donc de posséder ses propriétés ?
Je m'explique: j'aime ta perspective mais je me demande s'il n'y a pas un paramètre qui manque. Le cube c'est bien mais s'il manquait le cinquième élément, la quintessence qui nous harmonise avec l'ensemble ? C'est une suggestion mais si nous sommes isolés de l'interaction que se passerait-il ? Bon sans compter que les trou de vers théoriquement sont d'échelle sub-atomique, qu'il n'existent que quelques micro-secondes et qu'il est presque impossible de les localiser, mais bon ça on verra ça plus tard, on va pas se laisser emmerder par des détails...


Je souris en marquant une pause, l'image du Tesseract tournoie dans ma tête. J'ai toujours été fasciné par les volumes géométriques, même si "toujours" dans mon cas ne veut pas dire grand chose au vu de ma mémoire en gruyère. Un mot étrange me revient: Platon... c'est quoi Platon ? Et aussitôt d'autres figures jaillissent et - tentant de me familiariser avec la communication locale - je les laisse flotter au dessus de la table pour ainsi dire. Un tas de concepts envahissants et bancals se précipitent au portillon. Le tesseract - hyper-cube courbé - gravitation quantique à boucle ? Tracer des ellipses à coup d'angles droits... ? L'équilibre repose sur trois points, pas sur quatre. Le quatrième appui ne vient qu'en renfort de l'un des trois autres au cas où il se fragilise. Espace--Temps-Événements. Passé(s)-Présent(s)-Futur(s) simultanés. Triquetra.


Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]


- Excuse-moi je pense à haute-voix c'est lourd... Tu vois, je veux pas complexifier pour le plaisir de capillo-tracter mais il me semble que peut-être on "binarise" le truc. Je veux dire qu'on parle de voyage dans l'espace-temps, trou noir et trou blanc mais est-ce qu'on oublie pas un élément qui sera modifié ? Je vais pas te faire la blague du paradoxe du grand-père ni du déterminisme causal mais quand-même... est-ce qu'en voyageant ainsi on va pas seulement se déplacer mais changer la topologie elle-même de l'Espace-Temps des univers qu'on traverse ? Les événements temporels, la flèche du temps, tu vois ce que je veux dire ?

D'un coup une question me vient et j'hésite à la poser, carrément brutale et prématurée pour un échange moyen... mais cet échange est tout sauf moyen. Je m'en cogne, depuis le début on s'exprime dans la clarté et sans jugement, on va pas s'arrêter en si bon chemin.

- Mais en fait il y a une petite intuition là qui vient de me gratter... tu serais pas déjà en train de construire ton engin inter-dimensionnel par hasard ? Voire même, il serait pas déjà en train de ronronner quelque part et tu aurais pas déjà fait une petite promenade de santé histoire de vérifier si l'herbe est plus verte ailleurs camarade ?

Je me recule doucement sur ma chaise et lentement malgré moi un grand sourire de môme se dessine sur ma face, mes yeux se posent tranquillou dans ceux du copain. Je me gourre peut-être mais il fallait que je sorte cette hypothèse de ma besace et clairement je suis curieux d'entendre sa réponse...


"Il est des entreprises pour lesquelles la vraie méthode est un désordre intentionnel"
Dernière édition: il y a 9 mois 2 semaines par Call-me-Ishmael.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Sloanne, Zoran, thunder17100, Red Razgriz

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: ZoranSloanneblaisepascalRedfox
Temps de génération de la page : 0.284 secondes
Elite Dangerous 2018 05 14   16 15 07