-- NAVIGATION --

  • Teamspeak EDFR

  • 1

-- INTERFACE PILOTE --

-- EVENTS & MISSIONS --

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aucun évènement à venir!

 

jeudi 5 décembre 2019
×
Mise à jour du Forum & Site (Fin Mai 2019) (10 Mai 2019)

Bonjour à tous et à toutes !

Voici une note importante concernant la mise à jour du site jusqu'en Octobre 2019...
Quelques changements importants dans l'équipe au niveau des rôles et une absence...

file Les origines de l'Ambassadeur (version développée)

Plus d'informations
il y a 2 ans 7 mois - il y a 2 ans 5 mois #208015 par AncientSeal
Chapitre 1 : l’éveil

Le vaisseau avançait en vitesse surpra-liminique au cœur du système. Des craquements sourds parcouraient l’entièreté de la coque et se perdaient à l’intérieur dans un silence de mort.
« Arrivée imminente, sortie de stase des passagers en cours. » résonna la voix de l’ordinateur de bord. Les lumières, l’instant d’avant tamisées, éclairaient maintenant franchement l’intérieur du vaisseau. Il s’agissait d’un simple transporteur de passagers, les parois étaient en piteux état et toutes semblaient occupées par des chambres de stase qui peu à peu s’ouvraient vers l’intérieur, libérant les individus d’un sommeil prolongé. Déjà certains d’entre eux avaient recouvrés leur sens et se dirigeaient vers les cabines de douche ou les tables amovibles où des machines remplissaient avec automatisme des plats de nourriture.
J’ouvrais à peine les yeux et mon regard se posa sur une femme dont le visage joyeux affichait un grand sourire. Elle me fixa un moment, puis cria à l’attention d’un homme qui se tenait non loin de là que j’étais éveillé.

« Seal, nous sommes arrivés dans l’Empire, à Khamadenu. Notre nouveau foyer où tu pourras recevoir une éducation par les plus grands professeurs de l’Empire. Notre nouveau foyer où ton père et moi pourrons avoir une vie prospère et un cadre idéal à t’offrir. »

Père….Mère… Voilà qui étaient ces gens dont les visages et les voix m’étaient familiers. Je me souviens que de très peu de choses avant cet éveil à bord de ce vaisseau. Je me levais doucement puis m’adressa à ma mère : « Maman, depuis combien de temps sommes nous en vol ? Quel est mon âge ? »
La jeune femme souris : « Plus de 5 ans maintenant, tu as donc 10 ans. Oh mon petit Seal, que tu as grandi ! Je suis si fier de rejoindre le bureau de Mme Lavigny Duval ! »

La cause de notre départ précipité ; la mutation de ma mère dans le service officiel de la dirigeante de l’Empire. Un emploi de haut fonctionnaire qu’elle ne pouvait refuser et que mon père accepta sans problème. En effet, son travail en tant qu’ouvrier de maintenance sur les aires d’atterrissages des vaisseaux était facilement négociable dans n’importe quelle station orbitale. D’ailleurs, je n’ai jamais compris comment mes parents s’étaient retrouvés l’un avec l’autre. Ils ne partageaient presque aucune passion, parlaient très peu ensemble et surtout n’évoluaient pas dans le même cadre social.
La voix de l’ordinateur de bord retentit à nouveau : « Veuillez préparer vos papiers ou vos identifiants en fonction du cadre de votre arrivée. Les passagers attendus sur le quai ou en transit doivent emprunter l’aile gauche du vaisseau pour descendre, les esclaves impériaux doivent emprunter l’aile droite. Merci de votre compréhension et d’avoir choisi notre compagnie pour votre voyage. »

Nous sommes descendus par l’aile gauche et sur le quai nous attendait un représentant du bureau de Mme Lavigny Duval. Il échangea quelques mots avec ma mère puis nous avons été conduits dans nos appartements. Ils étaient situés en retrait, dans les plus belles parties de la station. Nous avions vu sur l’espace et sur une cour intérieure qui étaient en fait un véritable parc, comme une bouffée d’air frais dans cet endroit confiné.
Mes parents semblaient très satisfaits de la situation dans laquelle nous étions et j’imagine qu’à ce moment précis c’était la seule chose qui comptait.
Je ne me souviens plus pourquoi notre voyage avait été si long. Peut-être que nous avons fait plusieurs escales avant d’arriver ici, ou alors l’état du vaisseau ne lui permettait pas d’aller plus vite. Je rejoignis alors ma nouvelle chambre, des questions plein la tête, puis commença à ranger mes affaires avant de rejoindre mes parents pour visiter notre nouvelle « maison ».

La station était très clairement luxueuse. Les bâtiments brillaient d’un blanc impérial éclatant, les annonces publicitaires faisant l’éloge du constructeur de vaisseau Gutamaya dans tous les sens et de nombreuses statues et plusieurs parcs se trouvaient au niveau des aires d’arrivées des vaisseaux en transit.
Les parties en arrière de la station d’amarrage étaient elles aussi remarquablement entretenues, épurées, et propres… Le style impérial se retrouvait partout, comme une évidence balancée à la figure, ou plutôt comme une imposition d’accepter cet environnement. Ca me rendait déjà malade. « On se croirait presque dans un hôpital » lançais-je à ma mère. Elle me fustigea du regard, comme pour m’imposer le silence et le respect. Résigné, je baissai les yeux et continua de les suivre.
Mon père nous quitta pour aller se renseigner sur les postes à pourvoir sur les quais d’amarrages, et ils étaient nombreux.
Ma mère quant à elle m’emmena dans les bureaux officiels de Mme Duval pour me présenter « au beau monde » comme elle se plaisait à dire (réflexion qui agaçait mon père au plus haut point).

Le bâtiment était comme tous les autres, blanc et stylisé, mais les hologrammes de Mme Duval en façade annonçaient sans problème l’office du lieu. Ma mère s’approcha de la lourde porte d’entrée sur laquelle des motifs dorés en tout genre étaient gravés. Une trappe confondue avec la matière de la porte s’ouvrit et scanna tout son corps. Un déclic raisonna dans l’infrastructure du passage :
« Mme, le bureau de Lavigny Duval vous attendais avec impatience, vous êtes la bienvenue ».
Nous pûmes alors entrer.
Une fois dans le bureau, les fonctionnaires se précipitèrent pour accueillir ma mère. Les gens semblaient joyeux, ou endoctrinés peut être mais je ne pouvais pas encore faire la différence. Ils ne m’épargnèrent pas et je reçu mon lot de baisers, de joues câlinées et autres « Mais qu’il est mignon ! ».
Mme Duval fit son apparition 10 minutes à peine après notre arrivée. Elle m’embrassa sur le front avant d’embarquer ma mère dans son bureau… Les affaires commençaient.
Dernière édition: il y a 2 ans 5 mois par AncientSeal. Raison: typo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: NicouZoranSloanne
Temps de génération de la page : 0.174 secondes
Elite Dangerous 2018 05 14   16 15 07