-- NAVIGATION --

  • Teamspeak EDFR

  • 1

-- INTERFACE PILOTE --

-- EVENTS & MISSIONS --

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aucun évènement à venir!

 

lundi 19 août 2019
×
Mise à jour du Forum & Site (Fin Mai 2019) (10 Mai 2019)

Bonjour à tous et à toutes !

Voici une note importante concernant la mise à jour du site jusqu'en Octobre 2019...
Quelques changements importants dans l'équipe au niveau des rôles et une absence...

map-pin A bord d'un Drakkar

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois - il y a 1 an 3 mois #236694 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Renouveau Pt.3

04 mai 3304 :

Star Norse Union a vu le jour le 26 avril 3304, et elle n’a pas perdu de temps pour montrer qu’elle était là. Elle est directement entrée en guerre contre Hand Gang, la flotte anarchique du système, quatre jours plus tard. Les Jotunheim Raiders, la flotte d’élite de la SNU, ont déployé leurs vaisseaux de combat sur les zones de conflit. Le Helheim et le Normandy étaient bien évidemment de la partie.

Hand Gang est tombée dans un piège. Les Jotunheim Raiders se sont associés à cette faction quelques temps auparavant, pour repousser un envahisseur fédéral. Puis les Jotunheim Raiders ont retourné leurs armes contre les pirates. Tout était planifié depuis le départ. La SNU avait besoin de place pour voir le jour.

C’était plus un génocide qu’une guerre. Les pilotes de la Star Norse Union tombaient rarement tant qu’ils étaient en compagnie des Jotunheim Raiders. Hand Gang de son côté s’est faite massacrer. Les pirates ont fait face à d’anciens esclaves, des marchands, des explorateurs et des mineurs. Mais Star Norse Union était une faction néo-viking. Chaque citoyen savait parfaitement se battre, c’était tous des guerriers.

Suite à sa victoire écrasante, Star Norse Union a pris le contrôle d’un avant-poste scientifique du système. Les affrontements à bord de cette station ont fait peu de victimes, et Hand Gang a été chassée très facilement.



En apprenant la nouvelle, la faction dirigeante s’est mise à réagir. Le général Chi Blake était inquiet en constatant la puissance de la nouvelle faction native du système. Kristen était surveillée de près.

Skjør a reçu deux demandes de rendez-vous. Une de la part de Blake, et l’autre de Kristen. Ça avait l’air urgent, alors il a préféré voir Kristen. Les intérêts de chaque citoyen passant avant tout. Kristen prenait sa pause lorsque Skjør l’a rencontrée.


- Skjør : « Bonjour, Kristen. »

- Kristen : « Skjør, ça fait plaisir de vous voir. Je suis de moins en moins entourée de mes amis ces temps-ci. »


- « Qu’est-ce qui se passe ? »

- « J’ai une faveur à vous demander. Je suis convaincue que le général Blake me fait surveillée. J’aimerais être mutée à bord de notre nouvel avant-poste. Je ne veux plus travailler pour Justice Party. »




- « Rassurez-vous, j’y comptais bien. Faites les choses dans les règles. Déposez une démission à votre employeur. Il y a bien assez de place pour vous à l’avant-poste scientifique. En plus, un de mes amis pourrait avoir besoin de votre aide là-bas. »

- « J’ai hâte. »


- « Il est possible que votre démission soit refusée. Si c’est le cas, je prendrais les choses en main. »

- « Quels sont les projets de notre faction ? »


- « Les choses ne se passent pas comme il faut dans ce système. Nous allons reprendre le contrôle et soumettre les autres factions à notre autorité. Ensuite, nous verrons pour une éventuelle expansion. »

- « Vous pensez que les Jotunheim Raiders sont assez forts pour permettre à Star Norse Union de coloniser d’autres systèmes ? »


- « Nous avons prouvé notre force assez souvent sur les zones de conflits. C’est tous en semble que nous y arriverons en cas de guerre. Pour ce qui est des futures négociations, ce sera à la SNU de gérer. Nous ne sommes pas à la tête de la faction, mais nous avons notre mot à dire pour chaque décision importante. »

Kristen est repartie pour préparer sa lettre de démission. Skjør de son côté est retourné à bord du Helheim pour préparer la suite des opérations. En chemin, il s’attendait à recevoir un message du général Blake. Et c’était le cas en effet. Elin est venue lui apporter des nouvelles.


- Elin : « Mon frère ! »

- « Elin, ma guerrière au bouclier préférée. Tu m’apportes du nouveau ? »


- « Oui. Premièrement: on ne se bat plus avec des boucliers de nos jours. »

- « Balivernes. Les boucliers de maintenant sont juste différents. »


- « Hahaha ! A part ça : le général Chi Blake a envoyé un message disant qu’il ne comprenait pas pourquoi tu ne t’étais pas rendu à votre rendez-vous. Je lui ai répondu en disant que tu étais un homme très occupé. »

- « Glimrende, tu as bien fait. Tôt ou tard je devrais l’informer de nos plans. Sa faction est notre prochaine cible après tout. Que ça se déroule pacifiquement ou dans une autre guerre, ça arrivera. »


- « Justement. Je pense qu’il a deviné ce qui allait se passer pour la suite. »

- « Je lance le paris. Ils ouvriront le feu les premiers. Ils commencent déjà à nous surveiller de près. La preuve avec Kristen au standard du Flight Control. On dois la faire évacuer dès que possible. Il faudrait que le Shadow soit prêt à servir de taxi. »


- « Je vois. On compte s’introduire chez l’ennemi, mais il semble avoir déjà commencé à se glisser chez nous. Ne t’en fais pas pour le Shadow, je m’en occupe. J’en profite pour rassembler quelques personnes qui souhaitent rejoindre l’avant-poste. Je laisserais une place pour Kristen. »
Dernière édition: il y a 1 an 3 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois - il y a 1 an 3 mois #236847 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Perdus dans la brume Pt. 1

04 mai 3304 :

Alors que Star Norse Union s’installait confortablement, sa faction rivale, Justice Party, se lançait dans des activités pas claires. Des gens étaient espionnés, des convois arrêtés et contrôlés de fond en comble. La dictature du général Chi Blake avait l’air effrayée à l’idée de se faire marcher dessus par ses alliés, les Jotunheim Raiders.

Kristen n’a pas obtenu son droit de démission, et Skjør s’y attendait. Alors il a dû régler les choses autrement. Mais ce qui a déclenché sa colère, c’était le fait que Kristen rentre chez elle un soir, et que son appartement ait été fouillé par les autorités. Un beau jour, Kristen est restée chez elle plutôt que de partir au Flight Control. Son employeur de Justice Party a envoyé un agent pour la chercher chez elle. Mais Blake n’était pas le seul à surveiller Kristen. Lorsque Kristen a ouvert la porte à l’agent, elle a vu le visage cruel de Leech juste derrière lui avant de le voir tomber au sol.




- Leech : « Bonjour, mademoiselle. Si j’ai bien compris, ça fait deux fois qu’on vous sort du pétrin. »

- Kristen : « Je suppose que c’est Skjør qui vous envoi. »


- « Affirmatif. »

- Kristen : « Je ne comprends pas. Pourquoi envoyer ce type chez moi ? »


- « Justice Party est une dictature, et le général vous soupçonne de comploter contre sa faction. Est-ce que vous avez rassemblé vos affaires ? »

- « Oui, je suis prête. Au fait, en quoi suis-je censée aider votre ingénieur ? »


- « Il a besoin d’une linguiste pour apprendre à une amie à parler. »

- « Pardon ? »


- « Allons-y. »

Ils ont pris les bagages et ils ont déserté les lieux sans se retourner. Ils se sont rendus au dock pour retrouver le Shadow. Elin avait déjà rassemblé assez de monde pour partir vers l’avant-poste scientifique. Skjør attendait Kristen et Leech sur la plateforme.


- Skjør : « Beau travail, soldat. Vous n’avez pas eu trop d’ennuis ? »

- « Non, monsieur. C’était très calme. »


- « Vous pouvez embarquer, on va bientôt décoller. »

Leech a pris les bagages et il est monté à bord. Kristen s’est approchée de Skjør avec un grand sourire.


- « Bonjour, Kristen. »

- « Encore merci pour tout ce que vous faites, commandant. »


- « Il s’agit presque d’un kidnapping. Alors ne tardons pas. »

Ils sont montés à bord du Shadow et le commandant s’est installé dans le cockpit. Le vaisseau a rejoint l’avant-poste scientifique.



Tout le monde a débarqué et Skjør s’est rendu au laboratoire de Derek et Valarios avec Kristen. Le docteur est venu accueillir le commandant.


- Valarios : « Commandant ! Quel grand plaisir de vous revoir ! »

- « Bonjour, docteur. A moi aussi ça me fait plaisir. Je vous présente Kristen, la standardiste dont nous avons besoin. »


- « Bonjour monsieur. »

Valarios l’observait de la tête aux pieds avec un grand sourire.


- « Que voilà un très beau spécimen ! »

- « Euh… euh si vous le dites. Mais j’aimerais qu’on m’explique ce que je fais vraiment ici. »


- « Oh, oui ! Bien sûr ! Suivez-moi, jeune fille. Je vais vous montrer. »

Ils ont approché du poste de travail de Derek et Athéna, et Kristen a remarqué le corps en préparation.




- « Mais qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda-t-elle, surprise.

- « Voici Betty. Enfin, je veux dire : le corps de Betty. Oui, car nous n’avons pas encore intégré sa conscience dans son cerveau synthétique. »


- « Betty ? Ce n’est pas votre intelligence artificielle ultra-développée ? »

- « C’est bien elle. Mais elle est HS, et elle a besoin d’un corps humain pour survivre. »


- « Pourquoi un corps humain, et pas un drone, ou un androïde ? »

- Derek : « Parce que Betty ne pourrait exister dans une machine. Elle est humaine, alors elle a besoin d’un cerveau humain, que seul un corps humain puisse supporter. »


- « Kristen, je te présente Derek. Le docteur et Athéna pensent que Betty aura besoin d’apprendre à parler. Lorsqu’elle n’était qu’une puce, elle communiquait avec nous à l’aide de synthétiseur vocaux. Là, elle aura des cordes vocales, une langue et des lèvres. Elle devra apprendre à s’en servir, comme tout un tas d’autres choses. »

- « Pour ma part, je devrais lui apprendre à marcher, et à se nourrir. Betty n’est pas un enfant, mais ce sera la première fois qu’elle vivra dans un corps, comme nous. »


- « Pas tout à fait comme nous. Son cerveau restera bien différent du nôtre. Et ses fonctions motrices sont améliorées. »

- « Qu’est-ce que ça veut dire ? »


- « Nous essayons de créer un être humain évolué. Sa régénération est accélérée, sa vieillesse ralentie et son squelette est renforcé. Le corps tient debout grâce à des champs magnétiques. »

- « Vous voulez dire que son squelette est métallique ? »


- « Il est seulement recouvert de métal. Et ce n’est pas tout ! Ses sens sont plus développés que nous. Sans compter qu’elle a en mémoire tout ce qu’elle a emmagasiné depuis sa création. Des données historiques, des modes opératoires, elle saura faire des tas de choses:comme piloter des vaisseaux, remplacer Valarios. Betty sera une déesse parmi les hommes. »

- « Ce n’est pas un peu… dangereux ? Et interdit ? »


- « Nous connaissons Betty assez longtemps pour savoir qu’on peut lui faire confiance. Et elle mérite largement ce cadeau. »

Soudain, un messager de Star Norse Union est entré pour trouver le commandant. La faction avait besoin des services du Helheim pour une mission spéciale. Alors il a quitté l’avant-poste avec le Shadow pour retrouver son vaisseau amiral. Il a retrouvé Janet et Flash en salle de briefing.


- Flash : « Salut patron. »

- « Quelles nouvelles ? »


- « Un de nos vaisseaux de transport de passagers devait regagner l’avant-poste scientifique ce matin. Le Haut Commandement a eu un bref contact avant de le perdre tout à l’heure. Le vaisseau a été attaqué par les forces du général Blake. »

- « Bon, je vois. Alors j’imagine que nous allons abandonner les négociations avec Justice Party. Blake a attaqué le premier en espionnant notre peuple, et avec l’attaque de ce vaisseau. Quel était son rôle ? »


- Janet : « C’est un Python, nommé le ‘Cormoran’. Il est configuré pour transporter une quarantaine de personnes. Il a quitté le spatioport et a rapidement envoyé un message à l’avant-poste. Dans le message, le capitaine annonçait qu’ils échouaient vers la planète 4, la géante gazeuse. »

- « Apparemment, le vaisseau était équipé de balises relais, comme celles dont nous nous servions lorsque nous partions en exploration. Ils ont marqué la zone d’affrontement. Le Haut Commandement pense que nous devrions retrouver les autres balises menant au Cormoran une fois sur place. »


- « Ces balises sont efficaces dans l’espace. Mais dans la couche atmosphérique d’une géante gazeuse, c’est différent. »

- « Très bien, c’est une opération de sauvetage. Nous allons descendre dans la couche de gaz de la planète 4. Fritz et Julieta sortiront les chasseurs embarqués pour la reconnaissance. Que l’équipage soit mis au courant. Nous partons dès que possible. »

L’équipage du Helheim a été informé de la mission et le Drakkar a décollé. Il s’est dirigé vers la géante gazeuse et Janet s’est mise à la recherche du signal de la balise relais.



Lorsqu’ils ont trouvé la source du signal, le Helheim a fait un drop sur la zone. Ils se sont retrouvés en plein champ de débris.




- « Flash, j’ai besoin d’une analyse. »

- « Déjà lancé. On a une épave d’Anaconda, mais ça même un aveugle peut le savoir. On a aussi des morceaux de Vipers Mk III. Des militaires de Justice Party. Ah et il y avait aussi deux Cobras Mk III. Ils étaient en escorte avec le Cormoran. Ça a dû être une sacrée bagarre. »


- « Les salauds. Quand on rentrera, il faudra que je rende visite au général Blake, afin qu’il m’explique pourquoi il attaque nos vaisseaux. En tout cas, nos pilotes d’escortes sont au Valhalla à présent. »

- « Je détecte la prochaine balise. »


- « Faisons d’abord le tour de cet Anaconda. Je dois vérifier quelque chose. »






- « C’est bien ce que je pensais. »

- « Ils se sont tous éjectés. »





- « Oui. Mais… »

- « Mais ce n’est pas tout. Il s’agit du vaisseau du colonel Reynald. »


- « A quoi vous voyez ça ? »


- « Reynald était le seul à avoir un modèle d’Anaconda ancien dans le système, je veux dire : pas restauré. Les sièges de co-pilotes décalés, les vieux écrans… Et comme les nacelles d’évacuation ne sont pas là, quelqu’un a dû passer les récupérer. Bon, aller. On doit trouver le Cormoran. »

Le Helheim a repris son chemin en suivant le signal de la prochaine balise relais. Il devait repasser en super-navigation pour entrer plus rapidement dans l’atmosphère de la géante gazeuse.

Dernière édition: il y a 1 an 3 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois - il y a 1 an 3 mois #236879 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Perdus dans la brume Pt. 2

04 mai 3304 :

Le Helheim a engagé l’entrée en atmosphère de la géante gazeuse. Le signal de la balise numéro 2 était faible, mais au moins, le commandant savait où diriger le navire.





Une fois la balise atteinte, Janet l’a scannée. Elle diffusait un message qui se répétait toutes les deux minutes. Mais il était difficile à écouter. Oracle, au centre de communication du vaisseau, s’est chargé de le décrypter.


- Oracle, à la comm : « J’ai réussi à retranscrire le message, commandant. Je vous passe la bande son corrigée. »

- Transmission : « Ici le Cormoran. Le colonel Reynald et ses hommes nous ont interceptés et ils ont ouvert le feu sans discuter. Nous les avons vaincus, mais nous avons perdu notre escorte… (soupir) les gars se sont vraiment donnés à fond pour nous protéger. Nos propulseurs ont lâche au moment où nous avons voulu repasser en supercruise. Ça a fait déconner le réacteur FSD et nous nous sommes retrouvés en plein dans la géante. Les tempêtes nous emportent dans toutes les directions, alors nous allons laisser des balises relais derrière nous pour qu’on nous retrouve… Franchement, c’est pas le meilleur endroit pour se perdre… Cormoran, terminé. »


- Skjør : « Ok, alors on va envoyer Julieta et Fritz en reconnaissance. »

Julieta et Fritz étaient aux postes de pilotage des chasseurs embarqués hors passerelle. Le commandant leur a donné le top pour déployer les chasseurs.


- Skjør, à la comm : « Chasseurs embarqués, tenez-vous prêts. Nous allons faire les choses dans les règles. Vous répondrez aux désignations YM-0101 et YM-0102. La portée des capteurs dans ce type d’environnement est réduite. Vous devrez retrouver toutes les balises et les suivre. »

- Fritz, à la comm : « Bien reçu. »


- Julieta, à la comm : « Nous sommes prêts. »

- Skjør, à la comm : « Fritz prendra la tête en tant que YM-0101. Vous risquez de perdre le contrôle de vos chasseurs pendant de courts instants à cause des orages. Gateway suivra votre progression, et nous aidera à naviguer dans le nuage pour vous suivre. La portée max d’autonomie sera également réduite. Oracle ? »


- Oracle, à la comm : « Les chasseurs auront une communication stable avec le vaisseau mère jusqu’à 18 km de distance. »

- Skjør, à la comm : « Vous avez entendu ? »


- Fritz, à la comm : « Affirmatif. »

- Skjør, à la comm : « Vous pouvez y aller. »

Les chasseurs ont été déployés, et ils se sont dirigés en vitesse réduite vers la prochaine balise à suivre.



Les chasseurs ont atteint la balise avec succès.


- Fritz, à la comm : « Ici 01, j’ai un signal très faible sur le radar. Je pense qu’il s’agit de la balise 3. Toujours aucun signe du Cormoran. »

- Oracle, à la comm : « Continuez à avancer, nous vous suivons. »

Ils ont poursuivit les recherches dans ce nuage géant. Il n’y avait pas d’environnement plus hostile aux vaisseaux. Des vents puissants, une gravité monumentale, des orages et des températures extrêmes. Ils avançaient prudemment, mais il fallait aussi faire vite. Le Cormoran courrait un grave danger dans cette géante gazeuse.

Les chasseurs ont traversé une zone de turbulences avant que le point sur le radar ne soit plus clair.




- Fritz, à la comm : « Reste près de moi, jeune fille. C’est pas vraiment l’endroit rêvé pour profiter du soleil. »

- Julieta, à la comm : « Moi je trouve ça plutôt joli. »


- Fritz, à la comm : « Oh, oui bien sûr ! Un petit coups de peinture, un feu dans l’âtre, et ça deviendrait l’endroit le plus romantique de la galaxie. »

- Julieta, à la comm : « Tiens, je détecte un autre point brouillé sur le radar. C’est peut être le Cormoran ? »


- Fritz, à la comm : « Aucun contact visuel. Mais ça se trouve dans la même direction que la prochaine balise. Accélérons un peu. »

Ils ont pris de la vitesse et ils ont fini par détecter un Viper Mk III de Justice Party. Ce dernier a lui-aussi détecté les Condors. Alors il a fait demi-tour et il a ouvert le feu sur eux.


- Fritz, à la comm : « Ici 01, un maraudeur du général Blake nous a pris pour cible. »

- Oracle, à la comm : « Le Helheim a reçu une notification. Vous êtes autorisé à attaquer. »


- Fritz, à la comm : « Reçu. 02, on dégomme ce le salopard. Dispersion ! »

Les chasseurs se sont séparés pour prendre le Viper en sandwich. Leurs vaisseaux étaient plus maniables et rapides, et ils avaient un DPS plus important. Julieta a détruit son bouclier, et Fritz en a terminé avec lui.


- Fritz, à la comm : « Ici 01, cible détruite. Nous continuons les recherches. Si je peux me permettre, je ne pense pas que ce vaisseau se soit retrouvé ici seul. Il doit y avoir un PC opérationnel dans les parages. »

- Julieta, à la comm : « Bandits en approche. Trois Eagles. »


- Fritz, à la comm : « On engage ! »

L’escadrille d’Eagles leur est tombée dessus. Ils étaient équipés de rayons lasers, le pire ennemi que puisse avoir un Condor. Alors Julieta et Fritz ont dû se servir du nuage pour se cacher et attaquer à distance. L’un des Eagles a été frappé par un éclair, alors Julieta l’a détruit. Mais un autre l’a prise en chasse. Fritz est passé derrière le chasseur pour détruire ses propulseurs. Mais les projectiles de plasma on percé trop loin dans la coque et le générateur a été détruit. Le dernier Eagle a pris la fuite.


- Julieta, à la comm : « Youhou ! J’adore ces canons ! »

- Fritz, à la comm : « C’est vrai qu’ils font assez mal. Beau travail, jeune fille. On reprend la route. »


- Julieta, à la comm : « Je te suis. »

Ils ont atteint la dernière balise et soudain, ils ont capté la présence du Cormoran 2 km plus loin.


- Fritz, à la comm : « Vaisseau mère, nous avons retrouvé le Cormoran. Nous rejoignons sa position. »

- Oracle, à la comm : « Excellent travail, pilotes. Nous sommes à 13 km derrière vous. Sécurisez le secteur, nous arrivons. »

Ils ont rejoint la position du Python qui était dans un sale état. Une fois sur sa position, ils avaient deux autres points brouillés sur le radar.




- Oracle, à la comm : « Cormoran, ici le Helheim de la Star Norse Union. Est-ce que vous nous recevez ? »

- Cormoran, à la comm : « Ici le Cormoran. Vous n’imaginez pas le bonheur que nous apporte votre présence ! »


- Oracle, à la comm : « Quelle est votre situation, Cormoran ? »

- Cormoran, à la comm : « Nous ne déplorons aucune victime. Mais nos propulseurs et le réacteur FSD sont HS. Nous n’avons aucun moyen de réparer. »


- Oracle, à la comm : « Tenez bon. Nos chasseurs vont assurer votre sécurité. Le Helheim est en approche. »

- Fritz, à la comm : « Ici 01. Nous avons un problème. »

Ils pouvaient voir un Anaconda sortir le bout de son nez du nuage, accompagné par l’Eagle qui avait pris la fuite. C’était des vaisseaux de Justice Party, envoyés par le général Blake en personne pour terminer le boulot. L’Anaconda était nommé le Jones.


- Cpt. Rafferty, à la comm : « Ici le Jones, du Justice Party. A tous les vaisseaux du secteur, rendez-vous immédiatement. »

Puis le Helheim est apparu.




- Skjør, à la comm : « Ici le Helheim, des Jotunheim Raiders et Star Norse Union. C’est à vous de vous rendre, Jones. Vous êtes les premiers à avoir attaqué, et maintenant vous êtes tous recherchés. Vous êtes en position d’infériorité. »

- Cpt. Rafferty, à la comm : « Commandant DeimosReaper je présume. Je suis le capitaine Rafferty, du sixième bataillon du Justice Party. J’ai des ordres, et vous devez vous soumettre à l’autorité de la faction dirigeante de ce système. »


- Skjør, à la comm : « Capitaine, vous êtes sur le point de risquer la vie de vos 30 hommes et femmes d’équipage. Escamotez votre armement et faites demi-tour. »

- Cpt. Rafferty, à la comm : « Ce n’est pas négociable. Star Norse Union fait partie des cibles prioritaires de notre faction. Pour Justice Party ! »

Le Jones a ouvert le feu sur le Helheim. Ses tourelles Beams visaient les chasseurs embarqués. Mais le capitaine Rafferty et son équipage n’avaient aucune chance de vaincre le Helheim. L’Eagle a été pulvérisé en un rien de temps, et le Jones s’est rapidement retrouvé très endommagé. Alors le Helheim s’est arrêté de tirer.


- Skjør, à la comm : « Dernière chance, Jones. Dégagez les lieux. Ne sacrifiez pas votre équipage pour rien. »

- Cpt. Rafferty, à la comm : « Star Norse Union n’a pas sa place dans ce système. Nous n’avons jamais connu des tensions aussi fortes depuis la création de votre faction. Nous ne reculerons pas. »

Les deux vaisseaux ont repris le combat. Il y avait énormément de tirs, mais le bouclier du Helheim n’est pas descendu en dessous de 89%. L’explosion du Jones a provoqué un souffle qui a dégagé tous les gaz de la zone. Ils pouvaient entendre l’équipage du Cormoran hurler de joie à travers les communications, et aussi des applaudissements.


- Cormoran, à la comm : « C’était incroyable, Helheim ! Vous nous avez tous sauvés ! »

- Skjør, à la comm : « Préparez-vous pour le transfert, Cormoran. Nous avons assez de place à bord pour tout le monde. »

Le Helheim a établi un pont d’amarrage avec le Cormoran et tout le monde a évacué le Python. Star Norse Union avait perdu trois vaisseaux, mais les pertes du général Blake étaient plus importantes. Lorsque le Helheim a quitté la géante, il a quitté le système pour amener les gens en sûreté. Le système du QG était devenu trop dangereux pour rentrer au spatioport, qui appartenait toujours à Blake. Ce jour là, il avait déclaré la guerre à SNU. En attendant que les forces ses rassemblent, SNU a posté des patrouilleurs sur la voies commerciales et entre le spatioport et l’avant-poste scientifique, pour permettre aux citoyens de circuler en sécurité. Le but étant d’éviter d’autres interceptions du Justice Party.
Dernière édition: il y a 1 an 3 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #237797 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.1



15 mai 3304 :

Le jour est arrivé. Star Norse Union a attendu sagement que le général Blake se décide. Ce qu’il a fait aux navires de transport des space Vikings représentait déjà un acte de guerre. Comme par exemple l’attaque portée sur le Cormoran. Mais SNU a attendu que Blake ouvre les hostilités, près de l’avant-poste scientifique. Les nordiques s’attendaient à ce que ça arrive. La station était très bien défendue, mais les forces du général ont rapidement été repoussées et ça a créé des zones de conflit.

Flash Info– 12 mai 3304:

La guerre civile éclate!

La faction Star Norse Union va-t-elle réussi le coups d’Etat de la décennie, ainsi que l’écrit un journaliste local, en arrachant le contrôle du spatioport à Justice Party?

Jusqu’ici, le conflit entre les deux factions se déroulait à l’abris des regards, mais les habitants craignent désormais de voir des combats éclater dans toute la zone.



Le général Blake était un homme impatient, qui voulait absolument combattre un peuple, qui était inversement très patient. Et cette patience a porté ses fruits car l’issue de la guerre était déjà certaine. Star Norse Union avait beaucoup plus d’influence sur le système que Blake et sa dictature. Les guerriers étaient plus forts et plus nombreux. Sans compter que SNU était menée par sa flotte d’élite, les Jotunheim Raiders. Et le commandant Sheen Kovacs venait de faire l’acquisition d’un bâtiment de guerre pour l’occasion.




Le travail d’Athéna et Derek n’était pas freiné par la guerre. Les zones de conflit se sont déplacées près de la planète 4, là où le général attendait les convois de SNU pour les attaquer. Les Jotunheim Raiders n’ont pas trop forcé sur le champ de bataille car Justice Party se faisait massacrer. Alors Skjør est allé rendre visite à Derek à l’avant-poste scientifique, pour voir où en était le projet de sauver Betty.

Valarios était au bloc opératoire, en train d’opérer le corps. Il était temps d’assembler le cerveau hybride. Le corps avait été conçu avec un cerveau. Mais pour implanter la conscience et l’esprit de Betty, il fallait quand même ouvrir le crane. Skjør a retrouvé Derek à la salle d’observation. Derek était dans cette pièce pour assister Valarios à l’aide des caméras.


- Skjør : « Salut Derek. »

- Derek : « Quoi ? » demanda-t-il les yeux rivés sur les écrans.


- « C’est moi. »

L’ingénieur s’est retourné.


- « Ah, salut Deimos. »

- « Pourquoi tu n’es pas en bas avec le docteur ? »


- « Pour deux raisons. D’abord Valarios ne voulait pas que je sois dans le bloc. Et ensuite, je ne voulais pas y être non plus. C’est trop dégueulasse pour moi. Alors je le guide à travers la caméra pour tout ce qui concerne la matrice. Athéna est avec lui. Je n’ai pas l’impression de servir à grand chose. »

- « Comment ça se présente ? »


- « D’après Athéna, c’est presque fini. Après il faudra juste attendre que Betty se réveille. Valarios a endormi le corps pour pouvoir opérer. »

- « Normal. Il ne faudrait pas que Betty se retrouve dans un corps dont la tête est ouverte, avec un boucher qui trifouille dedans. »


- « Ce qui fait peur au docteur, c’est le moment où elle se réveillera. Betty n’a jamais vécu dans un corps, et elle pourrait mal supporter les effets de l’anesthésie. Elle va sûrement avoir besoin d’assistance. »

- « Je vois, pour d’éventuels vomissements, des vertiges, la fatigue. Et comme elle est en sommeil depuis l’Attrape Rêves, elle ne va rien comprendre à ce qu’il se passera à son réveil. »


- « C’est un projet difficile et dangereux. Je m’inquiète quand même. »

- « C’est normal. Mais j’ai confiance, ça va marcher. Et bientôt, Betty pourra marcher parmis nous, rire, raconter des histoire… profiter d’une vie humaine. »


- « Je l’espère. »

Valarios a terminé l’opération. Skjør était surpris de le voir se servir d’un appareil à souder pour refermer.


- « Ah oui. Le squelette recouvert de métal ? »

- « Oui, c’est juste. Mais c’est plus compliqué que ça. Pour faire simple, c’est comme une cote de maille très complexe et minuscule. Mais très résistante. Bon, laissons-le terminer. Ils n’ont plus besoin de moi. »


- « Viens prendre ta pause. »

Ils ont quitté la pièce pour aller à la cafétéria. Kristen était assise seule à une table, et elle avait l’air préoccupée. Skjør est allé la voir pendant que Derek commandait les boissons.


- « Salut Kristen. »

- Kristen : « Commandant, je ne vous ai pas vu arriver. » dit-elle en sursaut.


- « Du calme, Kristen. Ça n’a pas l’air d’aller. »

- « C’est cette guerre. J’ai du mal à rester tranquille. »


- « Tout va bien se passer. Nous sommes tous des guerriers. Et le général Blake fait tout de travers. Betty est installée dans le corps. Il n’y a plus qu’à attendre qu’elle se réveille. Donc pour l’instant, tout va bien. » dit-il en souriant et sur un ton rassurant.

Derek est arrivé avec un plateau.


- « Et voilà. Deux hydromels et un thé citron. » annonça-t-il en distribuant les boissons.

- « Et j’ai oublié de mentionner que sur le territoire de la SNU, on sert de l’hydromel ! »


- « Hahaha ! »

- « Ouais, on est enfin chez nous. »


- « Nous sommes obligés de passer par des conflits armés pour contrôler le système. L’ennemi ne veut rien entendre. Mais ne t’en fais pas. Tout ira pour le mieux après. »

Elle a bu une petite gorgée de son thé citron, puis elle est redevenue pensive.


- « J’ai appris par Janet que le colonel Reynald commandait la flotte de guerre. »

- « Ça c’est une bonne nouvelle. » dit-il en souriant.


- « Une bonne nouvelle ? Pourquoi ? »

- « Je lui réserve un traitement spécial. Et par la même occasion, je passerais un message au général Blake. »


- « Ah ouais, d’accord. Je crois savoir de quoi tu parles. »

- « Puis-je savoir de quoi il s’agit ? »


- « Il vaut mieux en rester là. C’est un truc bien crade, douloureux et mérité. Un truc qu’on fait aux traîtres. J’ai déjà vu des gens tomber dans les vapes en assistant à un truc pareil. »

- « D’accord, alors je ne veux pas savoir. »


- Valarios, à la comm : « Derek ? La patiente est réveillée. »

- Derek, à la comm : « Quoi ? Déjà ? »

Kristen, Skjør et Derek ont terminé leur breuvages en vitesse et ils se sont rendus à la salle de réveil. Valarios avait mis Betty assise sur le lit. Elle avait les yeux ouverts et elle semblait effrayée.


- « Tout va bien, Betty. Tout va bien. »

Elle a reconnu le visage des personnes qui l’entouraient. Elle comprenait aussi ce qu’ils lui disaient, mais elle se sentait très perdue.


- « Bonjour, Betty. Ça fait plaisir de te revoir. » dit-il en souriant.

- « Betty, écoute-moi bien et essaie de te calmer. Nous t’avons construit un corps. Pour l’instant tu ne te sens pas très bien, mais ça ira mieux après. Kristen ici présente et le docteur vont t’aider à prendre conscience de ton corps, et à le contrôler. »

Valarios inspectait la cicatrice au niveau du crane de Betty. Il était très surpris.


- « Qu’y a-t-il, doc ? »

- « C’est tout à fait impressionnant ! La plaie est déjà presque guérie. On dirait que je l’ai opérée il y a trois semaines ! »


- « C’est la régénération accélérée. Athéna a amélioré la programmation des nanites contenues dans la matrice. Maintenant, ces nanites se baladent dans l’organisme. »

- « J’ai connu ça aussi lorsque Betty m’a laissé quelques unes de ces machines microscopiques. Et si je m’en réfère à mon expérience, elle ne doit pas se sentir si mal que ça. »

Un standardiste a annoncé à Skjør la victoire de SNU sur les zones de conflit. Mais sa présence était requise au spatioport. Le commandant Jurema et son équipage ont tenté le combat au sol, à bord . Ils visaient la section privée réservée aux dignitaires de Justice Party. Le général Blake s’est échappé et des forces de Justice Party sont restées pour résister. Star Norse Union était sur le point de prendre le contrôle.

Skjør est retourné à bord du Pariah et il est parti en direction du spatioport.




Il a retrouvé ses hommes au quartier général.


- « Quelle est la situation ? »

- Geyser : « Le colonel Reynald conduit les troupes. Le général Blake lui a confié un nouveau vaisseau, un DropShip. »


- « Pourquoi pas un nouvel Anaconda ? »

- Samos : « Les forces et les ressources de Justice Party ont été amplement amoindries. »


- Janet : « Le colonel a été repoussé sur les zones de conflit et il est revenu ici. Ses hommes et lui ont débarqué pour couvrir la fuite du général. Il est parti se réfugier au dernier avant-poste qu’il lui reste. »

- « Et Reynald ? »


- « Lui et le reste de ses hommes se sont barricadés au centre de commandement de Justice Party. Le commandant Jurema et ses hommes ne sont pas allés plus loin pour éviter de subir des pertes. Ça fait longtemps qu’ils combattent, commandant. Ils sont fatigués. »

- « Qu’ils restent en sûreté, ils en ont fait bien assez. On doit prendre la forteresse ennemie. Tant qu’ils sont là-bas, ils contrôlent le spatioport. Et pour les pertes civiles ? »


- « Minimes. Les gens se rendent compte du mal que peut représenter la dictature de Blake. Ils ont pris des otages, mais ils ont rapidement été libérés par nos guerriers. Elin a lancé une annonce générale pour que les civils s’enferment chez eux et restent en sûreté. »

- Elin : « Beaucoup de familles sont venues se réfugier à notre QG. »


- « C’est bien. Les Jotunheim Raiders ? »

- « C’est le commandant Jurema et son équipage qui ont repoussé le général, ils n’ont subit aucune perte. Jurema voulait Blake vivant, mais le QG de Justice Party était trop bien défendu… Ils ont fait le plus gros du travail, alors il vaut mieux qu’ils restent en retrait, en effet. Nous sommes bien assez, et les troupes attendent les ordres. Ils comptent sur nous pour les diriger. Ordre reçu du Haut Commandement. »

Skjør a pris son air déterminé et ils ont avancé tous ensemble vers le Grand Hall du QG pour retrouver les guerriers.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #237802 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.2

15 mai 3304 :

Elin et Skjør ont préparé le bataillon pour l’assaut sur le centre de commandement de Justice Party. Ils ont traversé le spatioport sans rencontrer la moindre résistance. Jusqu’à ce qu’ils arrivent devant le hall du centre de commandement. L’endroit était gardé par une division complète des forces de sécurité. Et ils étaient mal en point à cause des affrontements récents. Les guerriers se sont arrêtés devant eux, et Skjør s’est présenté. Un champ de protection les séparait. Ce champ pouvait permettre aux forces de sécurité de tirer à travers. Mais toute attaque dans l’autre sens serait bloquée.


- Skjør : « Je ne le dirais qu’une seule fois. Libérez le passage. »

La chef de division s’est approchée de lui. Une femme très pâle, équipée d’une combinaison de protection sur laquelle était adapté un exosquelette léger.




- Cpt Manning : « Je suis le capitaine Sarah Manning des autorités de Justice Party. Nous ne vous laisserons pas entrer. »

- « Vous n’êtes pas en position dominante. Vous contrôlez toujours la station, mais nous sommes partout. Le peuple ne vous suit plus. Alors abandonnez. »


- « Désolée, commandant. Nous sommes bien protégés, et vous êtes vulnérables. Vous n’avez aucun droit de prendre ce système. »

- « Notre faction est née ici. Nous voulions régler ça pacifiquement. Mais votre dictature a attaqué. Nous sommes ici chez nous, tout comme vous. Mais il est temps de laisser ce système entre les mains de quelqu’un qui saura le protéger correctement, lui et son peuple. »


- « Qui ? Vous ? Nous savons que Star Norse Union n’a pas encore de chef suprême. Nous savons que votre président n’est qu’une doublure. Vous espérez peut être que votre peuple élira le commandant DeimosReaper pour gouverner ? »

- « Non, pas moi. » dit-il en se retournant pour regarder Elin.


- « Nous ne bougerons pas d’ici. »

- « Vous avez déjà perdu, capitaine. Pourquoi résister ? Vous allez mourir pour rien. »


- « Je n’ai plus rien à ajouter. »

Elle a fait demi-tour pour se ranger parmi ses hommes. Alors Skjør a fait de même, rempli de tristesse à cause de ce qui allait arriver.


- « Préparez-vous à tirer ! »

- « Guerriers ! »

Soudain le champ de protection s’est inversé. Jade avait conduit une équipe dans un centre de distribution d’énergie pour contrer le problème du champ de force.


- Jade, à la comm : « Le champ est inversé. »

- « Tirer ! »

Le bataillon ennemi a ouvert le feu, mais aucun tir ne pouvait traverser le champ. Ils ont tiré dans le tas un bon moment avant de perdre espoir.


- « Guerriers, feu à volonté ! »

Les guerriers ont à leur tour ouvert le feu. Les forces de sécurité sont tombées au sol comme des mouches. Lorsque l’ennemi était à terre, Jade a désactivé le champ, et les guerriers sont entrés. Skjør a vu que Sarah Manning était toujours vivante. Il s’est accroupi pour l’examiner et elle a brusquement pointé une arme de poing sur lui. Mais il a eu le temps de lui attraper le bras et de la désarmer.


- « Vous auriez dû m’écouter. »

- « Nous… ne tolérons pas les traîtres. » répondit-elle en crachant un peu de sang.


- « Qu’on s’occupe des survivants. » dit-il à ses hommes.

Manning s’attendait à ce que les guerriers finissent le travail. Mais au lieu de cela, des médecins sont venus soigner les blessures et les prisonniers ont été emmenés. Flash s’est approché de Skjør.


- Flash : « Ça a bien fonctionné. »

- « J’aimerais qu’il y ait le moins de victimes possible. Allons-y. »

Ils ont continué à avancer et ils ont rencontré les soldats du colonel. Certains ont tenté le corps à corps avec les guerriers, mais ils combattaient un ennemi bien entraîné. Chaque guerrier savait se servir d’armes blanches, courtes ou longues. Skjør a mené le bataillon jusqu’aux bureaux de direction du spatioport.

Reynald était entouré de sa troupe de débarquement, les hommes qui ont permis à Blake de s’enfuir. Skjør et ses hommes sont restés de chaque côté de l’entrée, pour éviter de se faire lamentablement abattre.


- « Colonel ! Rendez-vous. La guerre est terminée. »

- Reynald : « Oh non, commandant. Vous ne contrôlez pas encore tout le système. Ce n’est pas encore fini. »

Skjør a jeté un œil en vitesse dans la pièce et il a vu un obstacle.


- « Jævla ! »

- « Qu’est-ce qui se passe ? »


- « Ils ont des otages. Et Charlène Koran en fait partie. Pokker deg ! »

- « La jolie rouquine avec qui tu as eu une liaison ? »


- « Mais comment tu sais ça toi ? »

Janet a préféré se faire discrète sur la question. Skjør réfléchissait à un moyen de contourner le problème. Reynald tenait lui-même Charlène en otage, avec son arme contre sa nuque.


- Skjør, à la comm : « Jade, est-ce que tu as un contrôle sur l’éclairage des bureaux de la direction ? »

- Jade, à la comm : « Si je peux manipuler les champs de force, je devrais être capable de gérer ça. »


- « Colonel, que dites-vous d’un combat singulier ? Comme ça on éviterait les pertes inutiles. »

- « Vous pouvez toujours courir. »


- « Alors je me livre à vous, et vous libérez les otages. »

- « D’accord. Mais je ne libérerais qu’un otage. »


- « Ne fais pas ça. Ils vont te descendre sans hésiter. »

- « Je partage le même avis que Flash. »


- « Ma vie ne vaut pas plus que celle d’un autre. »

Il a laissé ses armes à Flash et il est entré dans la pièce les mains en l’air.


- « Hahaha ! Quel imbécile. Allumez-le ! »


- Charlène : « Non ! »

Soudain l’éclairage de la pièce a été désactivé. Les hommes du colonel ont ouvert le feu mais personne ne voyait la cible. Skjør a eu le temps de faire le tour pour se glisser derrière Reynald. Puis Jade a réactivé l’éclairage. Sur le moment, Reynald a dégagé son arme de la nuque à Charlène et l’a pointée vers l’entrée.


- « Où il est ?! »

- « Ici. »

Skjør a attrapé le colonel et a poussé Charlène sur le côté. Les soldats ont été distraits.


- « Guerriers ! »

Les guerriers sont entrés et ont abattu les soldats de Justice Party. Skjør tenait toujours Reynald. Il l’a démuni de son arme, puis Kido et Leech l’ont maîtrisé.


- Skjør, à la comm : « Joli timing, Jade ! »

- Jade, à la comm : « Fastoche. »


- « Vous n’auriez jamais dû mettre les pieds dans ce système. »

- « Vous n’auriez jamais dû nous trahir. Nous pensions que SNU et Justice Party pouvaient coexister. Mais à l’évidence une dictature reste une dictature. »

Charlène s’est approchée de Reynald et lui a mis un coups de poing en pleine figure. Skjør l’a regardée avec surprise, admiratif de son agressivité.


- « Votre attention tout le monde. Contactez le Haut Commandement et annoncez notre victoire. Nous allons rester ici le temps que notre faction prenne possession des lieux. Enfermez tous les prisonniers. Et emmenez les civils blessés à la clinique. »

Star Norse Union avait fait le plus gros du travail. Elin et Skjør ont été élus par le peuple à cause de leur sang royal. Elin a été placée au pouvoir, elle dirigeait le spatioport et guidait le peuple. Skjør est devenu Haut Commandeur de Star Norse Union. Il était à la tête de la flotte spatiale de la faction. Les Jotunheim Raiders voulaient qu’il conserve un certain rang depuis les changements survenus après le départ de la Division Raider.

Dans la soirée, l’équipage du Helheim attendait au Grand Hall du QG des Jotunheim Raiders. Des guerriers ont apporté Reynald. Skjør attendait au milieu avec une hache et un conteneur à esclave vide couché près de lui. Reynald a été placé dans le caisson, attaché et Skjør lui a fait subir le Blóðörn.

Cette fois, il a fait ça soigneusement, car il se rappelait parfaitement comment se pratiquait la cérémonie grâce à ses souvenirs. Le traître est mort noyé dans son propre sang. Le conteneur a été refermé, puis envoyé à l’avant-poste du général Blake en guise de message d’avertissement.


/!\ Attention âmes sensibles /!\
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #237821 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.3

16 mai 3304 :

Betty a été rapatriée au spatioport. Valarios a réussi à la stabiliser et Kristen lui a appris à se servir de sa langue. Skjør est allé la voir au nouveau laboratoire. Elle était suspendue au dessus d’un socle magnétique.



Derek et Valarios sont venus l’accueillir.


- Skjør : « Bonjour messieurs. »

- Derek : « Bonjour, ‘Haut Commandeur’. » dit-il en s'inclinant bêtement.


- « Tout va bien ? »

- « Oui, je pense que nous n’avons plus besoin d’Athéna. Nous devrions la rendre au commandant Jurema. »


- « Ouais. Je la lui rendrais en personne. Au passage je dois le féliciter, lui et son équipage pour le superbe travail qu’ils ont accompli. Il en sera de même pour le reste des Jotunheim Raiders. »

- « Betty n’en croira pas ses oreilles lorsqu’elle apprendra ce qu’il s’est passé. »


- « Qu’est-ce qu’elle fait, là ? »

- Valarios : « Elle est en train de dormir. »


- « Les yeux ouverts ? Et sans toucher le sol ? »

- « Elle préfère se servir de ce socle plutôt que d’un bon lit. En même temps, elle peut se le permettre avec tout le métal qu’elle a dans le corps. »


- « J’ai hâte de lui parler. »

- « Elle a encore des difficultés à s’exprimer. Mais elle apprend très vite. Ça fait 3 heures qu’elle se repose. Je peux la réveiller si vous le souhaitez ? »


- « Laissez-la dormir. Mais qu’est-ce qu’elle fait encore toute nue ? »

- « Elle a un peu de mal à supporter les vêtements. Pourtant elle sait qu’elle doit s’habiller. »


- « Elle m’en avait parlé. Alors je lui ait dit que pour dormir elle n’en avait pas besoin. »

- « Bah voyons. Ça te permet de vérifier si elle est en bon état je suppose ? »

Soudain, ils ont vu Betty tourner la tête vers eux.


- Betty 3.0 : « Deimos ? »

Valarios a désactivé le magnétisme, et elle est retombée sur ses pieds délicatement. Skjør s’est approché d’elle.


- « Bonjour Betty. »

- « J’ai entendu ta voix. »


- « Désolé de t’avoir réveillée. »

- « Je me suis assez re… reposée. »


- « Je vois que tu arrives à tenir debout, c’est bien. »

- « Elle a rapidement appris à marcher. Aucun soucis là dessus. Elle fait même du sport. »


- « Je ne sais pas comment vous remercier pour ce que vous avez fait. Devenir humaine c’est une drôle d’ess… expérience. C’est assez intéressant. »

- « Et ça ne fait que commencer. » dit-il en souriant.


- « Mais il y a des inconvénients. Il faut entretenir son corps : manger, boire, dormir, se laver. »

- « Eh oui. »


- « Maintenant je me demande ce que je vais faire. »

- « Voyons voir. Alors tu sais piloter, tu sais pirater des systèmes informatiques, tu connais toutes les sciences et technologies humaines, l’astrophysique… Tu as largement le choix. Mais j’y pense : est-ce que tu sais te battre ? »


- « Me battre ? »

- « Le combat au corps à corps, ou manier des armes d’infanterie ? On ne devient pas membre de Star Norse Union si on ne sait pas se battre. »


- « Attends, on ne sait toujours pas si elle souhaite rester avec nous. »

Ils ont regardé Derek sans rien dire.


- « C’est vrai. Après tout elle est plus libre que jamais ! »

- « Vous rigolez ou quoi ? »

Ils ont tous regardé Betty avec surprise. Sur le moment, elle a montré un signe de timidité.


- « Oui, j’ai entendu ça plusieurs fois. J’essaie de m’intégrer ! » dit-elle en souriant.

- « Mais Derek a raison. Tu es libre de faire ce que tu veux. »


- « Vous êtes mes amis, ma famille. Jamais je ne vous quitterais. Et vivre auprès d’un peuple aussi courageux et solidaire est le meilleur des choix. »

- « Ça nous va droit au cœur. Pour le moment, tu dois terminer ta rééducation. Pour la suite on verra ensemble. Le général Blake ne va pas tarder à répliquer une dernière fois. Là, on mettra un terme au conflit entre nos deux peuples… Docteur, je peux vous parler ? »

Les deux hommes se sont mis à l’écart. Skjør avait remarqué quelque chose de familier chez Betty, n’ayant aucun rapport avec elle-même.


- « Dites-moi, docteur. Je ne suis pas un expert. Mais je sais au moins que pour créer un clone, il faut démarrer à partir de cellules souches. »

- « Bien sûr. Et pour créer le corps de Betty 3.0, nous avons dû avoir recours au clonage. Et c’est dotant plus impressionnant de voir que nous avons réussi à créer un corps adulte ! C’est une science qui a été oubliée depuis des générations, mais elle a tout de même évoluée ! »


- « Ouais, super. Et cette cellule souche ? De qui provient-elle ? »

- « Votre amie, la charmante Kylee Høgsen s’est portée volontaire. »


- « C’estpasvrai ? » demanda-t-il, choqué.

- « Y a-t-il un problème, Haut Commandeur ? »

Skjør s’est approché de très près du docteur pour lui parler discrètement.


- « Je l’ai remarqué à sa voix, et certains traits de son visage. »

- « L’ADN de Betty représente désormais un mélange entre celui de sa matrice incorporée dans son cerveau, et celui de mademoiselle Høgsen. »


- « Je me demande si c’était une bonne idée. J’espère qu’elle ne deviendra pas aussi folle que Kylee… Je repasserais plus tard, doc. J’ai des affaires à régler. A plus tard. »

Skjør est parti à la prison pour connaître la situation des prisonniers. Il est directement allé voir Sarah Manning. Elle venait d’être transférée de la clinique. Il s’est arrêté devant sa cellule, elle était assise contre le mur et semblait en colère.


- « Bonjour, Capitaine Manning. »

- Sarah : « Je n’ai rien à vous dire. »


- « Est-ce que vous allez bien ? Je vois que vos blessures ont été traitées. »

- « En quoi ça vous intéresse ? Je sais ce que vous avez fait au colonel Reynald. Vous n’êtes que des sauvages. »


- « Vous êtes des prisonniers de guerre. Que croyez-vous qu’il vous arrivera lorsque nous auront remporté la victoire ? »

- « Vous allez soit nous réduire en esclavage, soit nous exécuter. »


- « Votre dictature vous a bien endoctrinée. Ce que vous dites est faux. Star Norse Union est un peuple de guerriers qui défendent les droits humains. Nous sommes contre l’esclavage, et nous prenons grand soin des nôtres. Seuls les traîtres sont exécutés. Si nous gagnons, vous serez tous relâchés. »

- « C’est pour me dire ça que vous êtes venu me voir ? »


- « En réalité, je suis admiratif de votre sens du devoir. Votre fidélité envers Justice Party est impressionnante. En fait je cherche quelqu’un comme vous pour compléter mon équipage. »

- « Huh ! Vous êtes sérieux ?! N’y comptez pas, je serais toujours votre ennemie. »


- « Vous vous faites encore de fausses idées sur nous, mais je ne peux pas vous en vouloir. Ça va s’arranger avec le temps. »

Il s’est retourné pour s’apprêter à partir, et elle s’est levée brusquement pour s’approcher de la porte de sa cellule.


- « Attendez. »

Il s’est arrêté et il a fait demi-tour. Il sentait qu’elle était dans la confusion.




- « Pourquoi avez-vous besoin de moi pour intégrer votre équipage ? »

- « L’attentat au Sidewinder dans le spatiodock il y a peu de temps, ça vous parle ? »


- « Je suis chef de la sécurité de ce spatioport. Alors oui. Est-ce que ça veut dire que je devrais remplacer l’une des deux victimes ? »

- « C’est bien ça. Je n’engage que des personnes spéciales au sein de mon équipage. Et je sens que vous avez quelque chose de très spécial en vous. Vous… êtes intéressée ? »


- « Non. Plutôt mourir que de vous servir. »

- « Vous êtes libre de choisir. Enfin, tant que vous êtes dans cette cellule, vous avez le temps de réfléchir à ma proposition. En fait vous savez quoi ? J’ai une bien meilleure idée. Je vais vous libérer, et vous livrer à votre général dans son avant-poste. C’est à ce moment-là que vous prendrez votre décision, et que vous saurez si je dis la vérité ou pas à propos de mon peuple. »

Il est parti voir le directeur de la prison et il a demandé le transfert de Sarah Manning vers l’avant-poste contrôlé par Justice Party. Mais il avait un plan en tête. Il s’est chargé lui-même de transporter la prisonnière, à bord du Pariah.

Les gardiens ont amené Sarah à bord du vaisseau et elle a été installée et attachée sur le siège de co-pilote désactivé. Puis Skjør s’est mis aux commandes et le Pariah a quitté le spatioport.



En chemin vers l’avant-poste…


- « Franchement, je ne comprends pas pourquoi vous faites cette énorme bêtise. J’ai été chef de la sécurité de ce spatioport avant même que Justice Party ne soit formée. Je suis un atout inestimable pour Blake. »

- « Quoi ?! Mais vous avez quel âge ? »


- « Je suis âgée de 86 ans. Vous n’avez pas la moitié de mon expérience. »




- « Ah oui. Vous ne les faites pas, je vous donnais entre 25 et 28 ans. Vous avez eu le privilège de bénéficier du traitement pour une vie prolongée… Mais rappelez-vous de comment je vous ais vaincue. Vous avez peut être une expérience avancée, mais nous n’avons certainement pas la même. »

- « Un coups de chance. »


- « Oui, c’est possible. J’ai été congelé dans la glace pendant environ 4000 ans et j’ai survécu. Ça c’est un coups de chance. »

- « Mais qu’est-ce que vous me racontez ? »


- « Vous avez grandit sur un monde glacé n’est-ce pas ? Tout comme votre famille pendant des générations. Je suis sûr que ce monde fait partie de ce système. C’est pour ça que vous avez le teint si clair. Et vous êtes venue au monde aveugle, soucis génétique car vos ancêtres ne pouvaient supporter la forte lumière en surface. Pour ça que vos yeux sont synthétiques… ça c’est plutôt difficile à remarquer car le travail a été très bien fait. Mais ne vous y trompez pas. Je trouve que vous avez des yeux magnifiques. »

- « Comment vous savez tout ça ? » demanda-t-elle, surprise.




- « L’intuition. »

Le Pariah est arrivé à l’avant-poste et le commandant a été accueilli par les représentants locaux de SNU. Il leur a laissé la prisonnière à livrer à Justice Party. Skjør est resté dans les parages pour surveiller ce qu’il allait se passer.

Justice Party a récupéré Manning dans une cellule et elle a été amenée au général Chi Blake dans son bureau.




- Blake : « Tiens. Capitaine Manning. Heureux de vois revoir entière. »

- « Le Haut Commandeur Skjør Bjarkan m’a amenée lui-même ici. J’avoue ne pas comprendre pourquoi. »


- « Silence ! Je ne vous ais pas autorisée à parler ! Je connais bien DeimosReaper. Il comptait faire un acte de bonne foie pour cacher son esprit maléfique. »

Sarah avait toujours ses menottes et elle se demandait quand le général allait se décider à l’en débarrasser.


- « Je suis désolée pour notre échec, mon général. L’ennemi était en surnombre. Nous ne pouvions rien faire… »

- « Je vous ais dit : de la FERMER !! » dit-il en lui coupant la parole. « Notre échec ? Vous parlez plutôt de votre échec, capitaine. Oui, votre échec, parce que vous avez lamentablement échoué cette opération. Un de mes précieux amis, le colonel John Reynald, est revenu à moi le dos ouvert. Les côtes détachées de sa colonne vertébrale, ses poumons posés sur ses épaules, le corps baignant dans son propre sang. C’est vous qui avez permis à ces barbares de lui faire ça. Vous m’avez beaucoup déçu, capitaine. C’est pourquoi je commande votre exécution pour dans une heure. »


- « Quoi ?! »

- « Gardes. Reconduisez-la en cellule sur le champ. Et ce traître de DeimosReaper se trouve sur cette station. Qu’on me le retrouve ! »

Les gardes ont attrapé les bras de Manning et elle s’est débattue.


- « Vous ne pouvez pas faire ça. Vous avez besoin de moi. Je vous ais toujours été fidèle. »

- « Je ne tolère aucun échec ! Vous m’avez fait perdre le spatioport, alors vous perdrez la vie. Et lentement ! »

Les gardes ont emmené Sarah hors de la vue du général. Skjør n’était pas loin. Il arrivait à se faufiler dans l’ombre à l’abri des regards. Il a suivit les gardes en se faisant le plus discret possible, jusqu’à ce qu’ils arrivent dans une zone peu sécurisée. Sarah en a profité pour se retourner contre les gardes. Rapidement, elle s’est glissée derrière l’un d’eux et a passé ses mains au dessus de sa tête et a serré sa gorge avec la chaînette de ses menottes, tout en repoussant l’autre d’un coups de pieds dans le torse. Skjør est resté dans son coin à l’admirer. Alors qu’elle étranglait sa proie, l’autre garde ses relevé et a sorti son arme. Sarah tenait son otage entre elle et le canon pointé sur elle. A chaque fois que le garde armé trouvait un endroit où tirer, elle orientait son otage devant le canon. Mais il a fini par succomber à l’étranglement et ses jambes ne le tenaient plus debout. Alors à cause de son poids, il commençait à se laisser tomber. Sarah l’a senti, alors elle l’a repoussé contre le garde armé.

Sa deuxième proie était désorientée, alors elle s’est jetée dessus en rugissant comme une bête. Elle lui a donné un coups de pied dans les mains et il a perdu son arme. Alors il a sorti sa matraque électrique. Il a tenté un coups qu’elle a esquivé, et elle lui a donné un coups de coude circulaire rapide dans la tête. Le garde a levé la matraque pour tenter une seconde attaque, mais Sarah a fait un slide avec son pieds pour le faire tomber. Une fois le garde sur le dos, elle s’est servit de son propre poids pour l’immobiliser, les genoux sur ses mains. Elle a ramassé la matraque et s’en est servit pour l’assommer en vidant la batterie. Pour finir, elle a récupéré les clefs pour se débarrasser des menottes.

Skjør est arrive par derrière en marchant tranquillement et en applaudissant au rythme de ses pas. Surprise, elle s’est retournée brusquement avant de voir que c’était lui.


- « C’était très impressionnant. » dit-il en souriant.

Elle a fini de retirer ses menottes, a pris l’arme du garde et se redressée en le visant.


- « Je suis libre maintenant. Ecartez-vous de mon chemin. »

- « Et où comptez-vous aller ? »


- « Je vais prendre votre vaisseau, et quitter ce système. »

- « Alors vous savez aussi piloter ? C’est vraiment bien. » dit-il en souriant.


- « Mais qu’est-ce que vous me voulez à la fin ? »

- « Vous ne partirez pas de ce système. »


- « Je pourrais vous abattre, et amener votre carcasse au général. Il pourrait revenir sur sa décision. »

- « Mais vous ne le ferez pas. »


- « Qu’est-ce qui vous fait penser ça ? »

- « Votre regard. Vos yeux sont peut être synthétiques, mais ils parlent à votre place. »

Il a tendu sa main vers elle alors qu’elle continuait de le tenir en joue.


- « Rejetez le Justice Party, et rejoignez Star Norse Union. Ce système est votre maison, et pour nous aussi. Contrairement à Chi Blake, nous n’exécutons pas pour un échec. Ceux qui échouent apprennent, et deviennent plus forts. Nous ne craignons pas l’échec, car c’est le meilleur des maîtres. »

Elle s’est mise à réfléchir, toujours en pointant son arme sur Reaper. Puis au bout de quelques secondes, elle a laissé son arme tomber, et elle l’a poussée avec son pieds. Elle s’est approchée du Haut Commandeur et ils se sont serré la main. Il a posé sa main contre son épaule et lui a fait un sourire, alors elle a sourit aussi.


- « Ne restons pas ici. Vous avez été efficace, mais bruyante. »

Ils sont retournés au hangar et ils ont regagné le Pariah sans se faire prendre. Le général a appris quelques minutes plus tard que Sarah avait réussi à s’échapper, et il n’a toujours pas mis la main sur Skjør. C’était une très mauvaise journée pour lui.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema, Dante01

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #237934 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.4

20 mai 3304 :

Elin était devenue la personne la plus importante de Star Norse Union. Elle s’est adressée au peuple, aux côtés de son frère et les Jotunheim Raiders. Son nouveau look de chef ne passait pas inaperçu. Coiffure de guerrière, tatouage facial, tenue élégante, et le fameux air déterminé des Bjarkans. Skjør était fier d’elle.




- Elin : « C’est un immense honneur pour moi de m’adresser à vous tous aujourd’hui. Notre peuple a prouvé sa force et ses valeurs. Vous êtes toutes et tous de formidables guerriers. Et c’est à nos ennemis que nous le devons, car plus nous les écrasons, plus nous nous renforçons… »

Le peuple était très attentif, et admiratif devant Elin qui était une légende.


- « Nous sommes des explorateurs, des commerçants, des mineurs, des scientifiques, des fermiers, d’anciens esclaves, des pilotes. Et nous savons tous nous battre ! Notre système se porte bien mieux depuis que nous en avons pris le contrôle. Nous sommes en sécurité, libres, l’économie n’a jamais été meilleure, le pouvoir d’achat a triplé, le taux de criminalité a chuté, nous continuons d’explorer de nouveaux systèmes tous les jours. Mais nous pouvons encore faire mieux, et nous le ferons ! »

Une vague d’applaudissements a retenti, et ça a fait sourire Elin et les Jotunheim Raiders.


- « Notre peuple a vu le jour grâce aux Jotunheim Raiders, et il avance grâce à vous tous ! Nous ne sommes pas la première faction galactique à avoir fait remonter nos traditions ancestrales. Mais à ce jour les dieux nous observent avec fierté ! Et c’est avec cette même fierté que je vous vois tous aujourd’hui. »

Elle s’est retirée avec le sourire et Skjør a pris sa place.


- Skjør : « Peuple de Star Norse Union. Nous avons remporté bien des batailles pour en arriver où nous sommes. Mais ça ne fait que commencer. Justice Party a toujours l’intention de nous combattre. Nous devons assurer le contrôle total de son avant-poste. Ainsi la paix ne dépendra que du général Chi Blake. La victoire est déjà à notre portée. La détermination du général m’attriste. Je ne vous le cache pas, il y aura d’autres victimes. Mais nous enverrons chacun de nos ennemis au Valhalla ! Attendons-nous à ce que les hostilités reprennent bientôt. Justice Party est en train de rassembler les forces qu’il lui reste. Alors ne décevons pas le général Blake ! »

La foule a hurlé sa joie d’entendre ces paroles. Star Norse Union était un peuple de guerriers prêts à mourir pour protéger leurs familles, leurs amis, et pour défendre leur cause ainsi que leur liberté.

Elin est partie en saluant le peuple, et les Jotunheim Raiders sont retournés à leurs occupations. Skjør est allé voir le commandant Jurema.




- Jurema : « Félicitations pour ton accession au rang de Haut Commandeur. » dit-il en souriant.

- « Merci. »


- « On voulait tous que tu continue de commander. »

- « Je sais. Mais ça ne changera pas grand chose entre nous. Pour moi, nous sommes tous égaux. »


- « Comment avance la résurrection de Betty ? »

- « C’est pour ça que je voulais te voir. Tout s’est bien passé. Derek n’a plus besoin de l’aide d’Athéna. Viens avec moi, allons les voir au labo. »

Ils ont rejoint le laboratoire et Skjør était agréablement surpris de voir Betty en tenue Remlok. Elle était en train de discuter avec Athéna. Jurema et Skjør sont restés en retrait pour les observer.




- Athéna 2.5 : « … et maintenant que ta matrice est désossée, et intégrée à ton nouveau cerveau, elle sera plus facile à manipuler en cas de problème. »

- Betty 3.0 : « Mais pour ça il faut m’endormir pour m’ouvrir le crane. Avant je ne connaissais que la douleur émotionnelle. Maintenant il y a la douleur physique. Et avec mon cœur, la douleur émotionnelle risque d’être amplifiée. Mais finalement ça fait du bien de se sentir vraiment vivante. »


- « Je ne peux pas obtenir de chiffre exact. Mais j’estime ta durée de vie à environ 500 ans. Cependant, il est tout à fait possible de remplacer ton corps. Tes nanites te permettent également de conserver un fonctionnement à 100% jusqu’à expiration de ta durée de vie. »

- « Oui, et je conserverais même mon état physique actuel. Pas de vieillissement apparent. »


- « Tu en as de la chance. »

Betty s’est retournée, surprise par la présence de Jurema et Skjør. Ils se sont approchés d’elle. Jurema était impressionné de la voir ‘en chaire et en os’.


- « Je ne vous ais pas entendus arriver. »

- « Moi je savais qu’ils étaient là. C’est un inconvénient pour toi de ne plus avoir les yeux partout. »


- « Betty ! C’est incroyable ! Ça a bien fonctionné ! »

- « Eh oui, c’est moi ! » dit-elle en souriant. « Ça fait plaisir de vous revoir, commandant. »


- « Athéna, si vous avez encore des choses à régler toutes le deux, faites-le maintenant. Ton commandant est impatient de te récupérer. »

- « Nous avons fait le tour. »


- « Athéna, avant que tu ne partes, merci pour tout ce que tu as fait. »

- « Tu n’as pas à me remercier. Tu m’as sauvée une fois. Alors je devais te rendre la pareille. »


- « Bon, c’est bien tout ça. Mais on a du boulot. »

Jurema est allé au module IA du local et il a débranché Athéna pour récupérer sa matrice. Puis il est parti, en laissant Betty et Skjør seuls.


- « Tu vas pouvoir revenir à bord du Helheim. »

- « Serait-il possible que Kristen se joigne à nous ? »


- « Elle reprend son poste au Flight Control aujourd’hui. Pourquoi ? Tu ne te sens pas encore opérationnelle ? »

- « Si, et je suis pressée de reprendre l’aventure. C’est juste qu’il y a encore certaines choses que je dois voir avec elle. »


- « Elle est en poste décalé, et elle sera beaucoup moins prise par son travail que lorsqu’elle était au sein de Justice Party. Je pense que vous aurez tout le temps de vous voir. »

- « Très bien. Alors ? On fait quoi ? »


- « Sarah Manning a rejoint notre équipage, mais je dois encore la tester. Un match CQC ça t’intéresse ? »

- « Et comment ! »

Ils ont quitté le laboratoire pour de bon. Derek allait devoir faire de même, et Valarios pouvait également revenir au sein de l’équipage. Le laboratoire serait modifié pour une plus grande utilité au spatioport. Skjør devait prendre une décision au sujet de Derek si jamais il voulait éventuellement réintégrer l’équipage. Comme il était parti de lui-même, et à cause des initiatives périlleuses qu’il a prises, il n’était plus tellement le bienvenu.

Betty, Sarah, Skjør et Fritz ont embarqué à bord du Gematria pour se rendre à une station de CQC. Skjør voulait tester Sarah dans ces vaisseaux en télé-présence. Mais il voulait voir aussi ce que Betty valait aux commandes d’un chasseur léger tel que le F63-Condor.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #238210 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.5

22 mai 3304 :

Justice Party s’est décidée à essayer de prendre sa revanche. Mais Star Norse Union savait quand le général allait frapper. Il a essayé de prendre d’assaut d’autres convois. Mais cette fois il ne s’agissait pas d’abattre un maximum de civils. Il s’intéressait à des technologies avancées et des vivres. Mais il est tombé dans un piège.

Skjør savait que Blake convoitait cette cargaison. Il a fait mobiliser des vaisseaux cargos transportant des conteneurs de marchandises falsifiés. C’était une vieille ruse que la famille Clarkson employait, pour saboter les aires de stockage de la Kane Corp. Ces vaisseaux ne semblaient pas escortés. Mais des patrouilleurs restaient en vigilance en supercruise.

Les attaques de Blake n’ont fait aucune victime de SNU, mais ça a créé les zones de conflit. Skjør a fait embarquer son équipage à bord du Helheim. Il était sur la plateforme à s’assurer que personne ne manquait, jusqu’à ce qu’il voit Sarah arriver. Il avait appris que Blake avait anéanti sa famille pour se venger.


- Skjør : « Qu’est-ce que tu fais ici ? »

- Sarah : « Je veux participer à la bataille. »


- « C’est hors de question. Ta formation avec nous n’est pas terminée. Et je t’ai dit que tu ferais partie de l’équipage seulement après la guerre. »

- « Pour me punir le général Blake a traqué ma famille et il a détruit notre domaine. Je viens avec vous. »

Il n’avait pas le temps de discuter avec elle, alors il a cédé.


- « Bon, ça va. Installe-toi en salle de commandement et assiste Janet. Julieta et Fritz piloteront les chasseurs. Il faut gérer les boucliers, la puissance, surveiller l’ennemi et garder un œil sur les alliés pour le soutien. »

Ils sont montés à bord et le Helheim a décollé pour rejoindre les zones de conflit. Quelques navires des Jotunheim Raiders étaient là aussi.




Pour la troisième fois, Justice Party a voulu s’en prendre à plus fort. La faction allait droit au suicide et ses récents échecs ne lui ont pas servit de leçon.






De retour au spatioport, Skjør est allé à la salle de commandement du Helheim, accompagné par Fritz et Flash.


- « Alors ? Ça s’est bien passé ? »

- Janet : « Très bien. La nouvelle chef de mission a été très efficace. Elle a su quoi faire aux bons moments. »


- « Je m’appelle Sarah. »

- « Mouais, peu importe. »


- « C’est bien… Mais est-ce qu’il y a un problème entre vous ? »

- « On s’est marché dessus plus qu’autre chose. J’étais parfaitement capable de gérer la situation toute seule. »


- « Janet, tu sais très bien que nous devons la mettre dans le bain. »

- « Qu’elle regagne son poste alors. »


- « Je n’aime pas trop qu’on parle de moi à la troisième personne quand je suis présente. »

- Flash : « Une bagarre entre filles ? Intéressant ! » dit-il, joueur.


- « Bon, ça suffit. Comme Elin a quitté l’équipage pour devenir notre présidente, Sarah, tu vas aussi assurer son rôle. Tu as à ta charge Oracle en officier de communications, et tu devras aussi le remplacer de temps en temps. Tu accompliras toujours les fonctions de Cherokee en tant que chef de mission en priorité. »

- « Oui, préparer les briefings et débriefings pour les membres d’équipage, ainsi que gérer les urgences en cas d’engagements hostiles. »


- « Tu pourrais aussi être amenée à prendre en charge les tourelles du vaisseau, ainsi que les chasseurs embarqués. Mes officiers sont tous polyvalents. »

- « Aucun problème, ça me plaît. »

Skjør a fait signe de la tête à Janet de le suivre. Ils se sont tous les deux mis à l’écart pour discuter entre eux.


- « Qu’est-ce qu’il y a ? »

- « Je ne l’aime pas, c’est tout. Et c’est réciproque. »


- « Si tu pense qu’elle n’a pas sa place chez nous, tu dois me le dire tout de suite. Ton avis m’est toujours précieux. »

- « Elle ne représente aucun danger pour l’équipage. En fait elle est très compétente. Mais je ne l’aime pas. »


- « Si ce n’est que ça, alors elle peut rester. »

Il a quitté le Helheim pour rejoindre le Haut Commandement. Il devait préparer les opérations qui allaient permettre de maîtriser Justice Party dans son avant-poste. Janet gardait un œil méfiant sur Sarah pendant que cette dernière se familiarisait avec les systèmes du vaisseau. Personne ne parlait jusqu’à ce que Sarah remarque le regard de Janet.


- « Ais-je fait quelque chose de mal ? »

- « Non. Restez simplement à votre place et tout se passera bien. »


- « Écoutez, je sais que nous avons eu des différents lors de la bataille. Lorsque vous aviez une stratégie, j’en avais une complètement différente à chaque fois. De plus, oui je combattais pour l’ennemi il n’y a pas si longtemps. Mais le commandant a choisi de me recruter. Alors vous devriez faire avec. »

- « Ah oui, quel culot. Je dois donc vous dire ceci: ce n’est pas parce que Deimos vous a intégrée que nous sommes tous obligés de vous apprécier. Vous êtes peut être efficace. Mais ça ne change rien au fait que vous soyez arrogante, et que jamais vous n’arriverez à remplacer Cherokee. »


- « Janet, tu devrais faire une pause. Je te sens un peu tendue. »

- « Non, ça va aller. »


- « J’insiste. Prends ta journée, je vais prendre le relais. »

Janet a écouté Flash et elle a quitté le vaisseau pour se changer les idées. Dans le spatioport, alors qu’il se dirigeait vers le Haut Commandement, Skjør l’a remarquée en train de communiquer avec quelqu’un par comlink. Il s’est arrêté pour l’observer, et elle semblait attendre quelqu’un. Puis un homme est venu la rencontrer. Elle était très souriante et très à l’aise avec cet homme. Ensuite ils sont partis ensemble. Skjør savait désormais que Janet avait une liaison.

Il a repris son chemin sans parvenir à sortir la scène de sa tête, et il ne comprenait pas pourquoi. Peut être un sentiment de solitude à force de voir des couples se former autour de lui… Lorsqu’il est arrivé, il a préparé une mission spéciale avec ses subordonnés de la Star Norse Union. Le projet consistait à faire débarquer des troupes et un ambassadeur, à l’avant-poste du général Blake.



Skjør voulait toujours régler le conflit pacifiquement, tout en prenant des précautions. Geyser serait le capitaine de la troupe déployée.

Le Haut Commandement a ordonné la préparation d’un Dropship et de l’escouade. Les ordres de mission ont été transmis à Sarah pour qu’elle fasse son briefing à Geyser, et les guerriers qui seraient sous ses ordres. Le commando du Helheim ne participerait pas à la mission.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 mois - il y a 1 an 2 mois #238219 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.6

23 mai 3304 :

Geyser et son escouade ont embarqué à bord du Raptor, le Dropship qui devait les déposer sur l’avant-poste de Justice Party. Un ambassadeur a embarqué avec eux, et le Raptor a décollé. En chemin tout se passait bien jusqu’à ce qu’un FAS de Justice Party en wing intercepte le Raptor en super-navigation. Le capitaine du Raptor s’est bien défendu, mais pas assez.

Les vaisseaux sont sortis de super-navigation en orbite de la planète 4 A, un monde glacé avec atmosphère de méthane. Un Cobra Mk III et deux Vipers Mk IV sont arrivés sur leur position quelques secondes après l’interception. Les vaisseaux ennemis n’ont pas cherché à communiquer. Ils ont immédiatement barré le chemin au Raptor et ouvert le feu. Le capitaine a envoyé un signal de détresse à la flotte. Il fallait 3 minutes aux renforts pour arriver sur place. C’était plus rapide qu’au temps de Justice Party, mais toujours pas assez pour secourir le Raptor. Alors il a dû combattre pour gagner du temps.

Son bouclier est vite tombé. L’équipage était très secoué. Le Raptor a réussi à détruire le Cobra. Mais les Vipers concentraient leurs tirs sur les propulseurs. La verrière a éclaté, le lanceur de paillettes a été détruit. Il restait une minute pour que les renforts arrivent. Le Raptor a fini par détruire le FAS, mais les Vipers étaient encore en trop bon état. Alors le capitaine a tenté un saut en super-navigation, mais le réacteur FSD a rencontré plusieurs court-circuits. Le Raptor a fait un bond de 876 km vers la planète, et les propulseurs ont explosé. Le vaisseau était entraîné par le champ gravitationnel de la planète, et le capitaine n’avait plus aucun contrôle.



Sur le pont de débarquement, Geyser a remarqué un courant venant du poste de pilotage. Il s’est détaché et il s’est dirigé vers le cockpit. Lorsqu’il est arrivé, il a trouvé un corps carbonisé sur le siège de co-pilote. Le capitaine était en train de tenter un redémarrage systèmes pour reprendre le contrôle, mais plus aucune commande ne voulait répondre.

Geyser voyait que le vaisseau approchait de plus en plus de l’atmosphère, alors il s’est élancé sur le capitaine. Il a désactivé les attaches magnétiques de son fauteuil et il l’a attrapé. Puis il s’est servit des propulseurs de sa combinaison pour quitter le cockpit, et retourner sur le pont de débarquement. Le vaisseau s’est mis à trembler, et la chaleur était de plus en plus forte. Le Raptor était en train de brûler et son châssis était devenu très fragile.

Une fois l’atmosphère traversée, le vaisseau est devenu très instable. Une partie du pont de débarquement a été arrachée et une grande partie de l’escouade a été emportée.


- Geyser, à la comm : « ON DOIT REJOINDRE LES NACELLES D’ÉVACUATION ! »

- Capitaine, à la comm : « LES LANCEURS SONT INOPÉRANTS ! NOUS SOMMES PERDUS ! »


- Geyser, à la comm : « ELLES PEUVENT RÉSISTER AU CRASH ! ON DOIT SE RÉFUGIER A L’INTÉRIEUR ! »

- Capitaine, à la comm : « NON ! CA NE MARCHERA PAS SI LE VAISSEAU CONTINUE DE TOMBER DE CETTE MANIÈRE ! »

Plusieurs incendies ont fait leur apparition, et les flammes se sont rapidement propagées vers eux. Geyser a attrapé le capitaine et ils se sont jetés sur le plancher un peu plus loin. L’ambassadeur et deux guerriers ont réussi à se libérer et ils ont quitté le pont de débarquement. Mais lorsqu’ils ont passé le sas, il y a eu une explosion juste derrière eux. Les hommes exposés aux flammes ont essayé de se détacher, mais c’était trop tard. Ils ont été avalés par les flammes. Geyser les voyait brûler vivants.


- Geyser, à la comm : « NOOOON ! NOOOOOOOOO !! »

Le capitaine l’a attrapé par les épaules.


- Capitaine, à la comm : « ECOUTEZ-MOI ! VOUS-SEUL POUVEZ SURVIVRE! MONTEZ DANS UNE NACELLE ET ACCROCHEZ-VOUS, JE VAIS STABILISER LE RAPTOR ! »

- Geyser, à la comm : « NON ! »


- Capitaine, à la comm : « C’EST LA SEULE CHOSE A FAIRE ! »

Geyser voyait que le capitaine disait vrai. Il a pris quelques secondes pour regarder l’état du vaisseau, alors qu’il continuait de chuter.


- Geyser, à la comm : « D'ACCORD ! »

- Capitaine, à la comm : « ON SE RETROUVERA AU VALHALLA, MON FRÈRE ! »

Le capitaine lui a mis un léger coups de casque pour le motiver et il a quitté le pont pour regagner le poste de pilotage. Geyser s’est rendu au stand à nacelles. Seulement deux étaient accessibles. Alors il s’est installé dans l’une d’elles. Le capitaine avait réussi à rejoindre le cockpit. L’intérieur était entièrement brûlé. Plus aucun hologramme ne s’affichait. Il a posé la main sur le manche et l’a tiré en arrière. Il sentait que le vaisseau levait le nez.


- Capitaine, à la comm : « HAHAHAHAAAAA ! OUAAAAIIIS ! »

Il arrivait à maîtriser le Raptor dans sa chute. Geyser était très secoué et il entendait le métal hurler tout autour de sa nacelle. Le capitaine savourait l’instant car le vaisseau survolait des monts, et la vue était magnifique. Il était heureux d’avoir assez oxygène pour rester éveillé et admirer le spectacle.



Le Raptor a fini par toucher le sol, en laissant une traînée longue de 3 km derrière lui, ainsi que des débris éparpillés un peu partout. Geyser a perdu connaissance au moment du choc.




Il a ouvert les yeux grâce à la voix féminine de synthèse de la nacelle.


- Ordinateur : « Identification rétinienne, occupant éveillé. État de santé correct. Lésions détectées au niveau du bras droit (micro fractures sur Humerus et Radius). Position : système d’origine, planète 4 A. Pression atmosphérique : 20,63. Composition de l’atmosphère : Méthane 100%. Gravité : 0,07 G. Température : 185 Kelvin. Heure galactique : 13h00. Réserves d’oxygène portatives Remlok : 72 heures et 38 minutes. Balise de détresse défaillante. Kit de survie en milieu hostile disponible. »

- « Ouais ça va merci. Je suis mal barré... avec –88 dehors. »

Il a rechargé ses réserves d’oxygène et décroché le kit de survie, puis il a ouvert la nacelle. Il a immédiatement senti une vague de froid. Mais sa combinaison Remlok a adapté sa température. De l’intérieur, le vaisseau était encore plus mal en point. Il y avait de la neige et des gravats au sol. La charpente métallique de l’habitacle était complètement broyée, l’empêchant de circuler. Il a dû sortir par une énorme brèche pour faire le tour du Raptor.

Son objectif était de trouver des survivants, et en priorité le capitaine du vaisseau. Il a escaladé le nez du vaisseau pour entrer dans le cockpit. Le capitaine était allongé sur le tableau de bord, son fauteuil était arraché. Geyser a retourné le capitaine pour l’examiner. Son casque était détruit et son visage gelé, il avait atteint le Valhalla.

Geyser a sorti le scanner du kit de survie pour trouver le moindre signe de vie et d’éventuelles sources d’énergie. Il a trouvé un bio-signe dans les nacelles et un au pont de débarquement. Alors il est retourné sur le pont de débarquement et il a retrouvé l’ambassadeur allongé sur le plancher avec l’avant-bras gauche manquant, et du sang partout. Les corps n’étaient pas beaux à voir, et Geyser était abattu de chagrin pour la perte de tant des siens. Il a sorti son arme et il s’est dressé devant l’ambassadeur en la pointant sur sa tête. Soudain, l’ambassadeur s’est retourné sur le dos. Geyser a hésité, jusqu’à ce que le pauvre homme lui demande de mettre un terme à ses souffrances.


- Ambassadeur, à la comm : « Pitié, tuez-moi. » dit-il avec difficulté.

Le guerrier s’est accroupi et il a posé sa main sur la visière de son casque, et l’a faite glissée vers son cœur.


- Geyser, à la comm : « Vous serez tous vengés, mon ami. »

- Ambassadeur, à la comm : « Survivez, pour nous tous. Et dites au Haut Commandeur d’annuler toute négociation avec Chi Blake. » dit-il avec difficulté.


- Geyser, à la comm : « Je le ferais. »

Geyser a serré sa main très fort et l’ambassadeur lui a fait signe de la tête de le faire. Alors il a collé le canon de son arme sur sa tempe et il a tiré. Juste après le coups de feu, il a entendu quelqu’un crier à l’aide dans le vaisseau. Alors il s’est rendu au stand à nacelles. Il a retrouvé la provenance de la voix. La nacelle était bloquée par des débris. Il a fait tout son possible pour dégager l’accès, et il a ouvert la nacelle. Il y a retrouvé l’un des guerriers. Ce dernier l’a remercié pour son aide, mais Geyser a trouvé quelque chose de familier dans sa voix.


- Geyser, à la comm : « Steves ? Aaron Steves ? »

- Aaron, à la comm : « Vous m’avez reconnu. »


- Geyser, à la comm : « Mais qu’est-ce que vous foutez ici ? » demanda-t-il, surpris.

- Aaron, à la comm : « Je me suis fait assez discret ces derniers temps. Mais je fais maintenant partie de Star Norse Union. »


- Geyser, à la comm : « Comment c’est possible ? Et comment vous nous avez retrouvés ?? »

- Aaron, à la comm : « Ce n’était pas bien compliqué. Skjør est connu dans pas mal de systèmes. Et j’ai toujours été dans votre camps. Depuis que Nathaniel Hammer est mort, je me sens libéré. Et je le dois à Skjør et ses hommes. »


- Geyser, à la comm : « Mais vous n’êtes pas un guerrier ! Si mes souvenirs sont bons, vous êtes pilote. Alors qu’est-ce que vous faisiez dans cette escouade ? »

- Aaron, à la comm : « Vous avez raison. Je suis pilote. Mais la faction en avait déjà bien assez, alors je n’ai pu postuler qu’à l’infanterie. Et voilà où j’en suis. »


- Geyser, à la comm : « Bon, ça va aller. Vous n’êtes pas blessé ? »

- Aaron, à la comm : « Je vais bien. Mais je pense qu’un autre guerrier a survécu dans cette zone du vaisseau. Cessons de discuter et retrouvons-le. »


- Geyser, à la comm : « Je ne détecte aucun autre bio-signe. »

- Aaron, à la comm : « Je connais une zone de ce vaisseau où vous ne pouvez pas détecter de bio-signe. Comme vous devez le savoir, la coque des vaisseaux contient quelques couches de plomb pour protéger des radiations. »

Aaron s’est approché d’un des panneaux de la coursive et l’a déboîté. Ils ont trouvé un guerrier inconscient dans la gaine de plomb et l’ont sorti. Il était vivant, mais son corps était très chaud.


- Geyser, à la comm : « Qu’est-ce qu’il lui a pris de se cacher ici ? »

- Aaron, à la comm : « Il n’y avait plus qu’une seule nacelle de disponible. Il a sûrement improvisé. »


- Geyser, à la comm : « Il faut qu’on s’occupe de lui. Il a dû rôtir entre ces gaines de plomb brûlantes. Il y a une armoire de secours juste à côté. Prenez une civière, on doit sortir de l’épave. »

Aaron a récupéré la civière et ils ont sorti le guerrier du Raptor. Ils se sont arrêtés 20 mètres plus loin et l’ont posé au sol. Ils ont déballé leurs kits de survie et de premiers secours.


- Geyser, à la comm : « Occupez-vous de lui, je dois retourner à l’épave. »

- Aaron, à la comm : « Pour quoi faire ? »


- Geyser, à la comm : « Il nous faut un moyen d’émettre un signal assez fort pour que Star Norse Union nous retrouve. »

Il est retourné dans l’épave et a cherché la balise. Il a remarqué qu’il y avait un bruit continu à l’intérieur. C’est quand il est passé devant le réacteur FSD qu’il s’est alarmé. Il était toujours chargé et il chauffait énormément, mais il tournait au ralenti. Geyser s’est dépêché de chercher la balise et c’est en pièces détachées qu’il l’a trouvée. Alors il a essayé de garder son calme, car la situation était désastreuse. Il devait trouver une solution rapidement, sachant que le réacteur FSD risquait d’exploser à tout moment. Il a récupéré toutes les pièces qu’il pouvait et il est sorti en vitesse. Lorsqu’il a rejoint Aaron, il est tombé sur ses genoux en lâchant tout ce qu’il avait pu récupérer.


- Aaron, à la comm : « Qu’est-ce qui se passe ? »

- Geyser, à la comm : « Le réacteur FSD est toujours actif, et il est en surcharge. Il est rempli de carburant et il tourne au ralenti. » dit-il, essoufflé.


- Aaron, à la comm : « Est-ce qu’il chauffe ? »

- Geyser, à la comm : « Oui. »


- Aaron, à la comm : « Alors on doit s’éloigner le plus possible de l’épave ! Si le réacteur explose avec cette surcharge, ça va provoquer une catastrophe ! »

- Geyser, à la comm : « Mais ici on ne risque rien ? »


- Aaron, à la comm : « Vous ne comprenez pas et c’est normal parce que vous n’êtes pas pilote. C’est une technologie qui permet de plier l’espace-temps ! Soit l’épave va traverser la planète, soit on va avoir une immense explosion, qui provoquera une réaction en chaîne sous cette atmosphère ! »

- Geyser, à la comm : « Alors on remballe tout et on se tir d’ici. On doit s’abriter derrière ces reliefs. »

Ils ont récupéré toutes leurs affaires et ils ont transporté le blessé. Ils avaient énormément de chemin pour se mettre à l’abri. Mais la gravité étant réduite, ils pouvaient se déplacer sans trop se fatiguer.


Après 4 km de marche, le scanner de Geyser s’est mis à sonner. Il l’a sorti de sa sacoche pour en vérifier la cause.


- Aaron, à la comm : « Qu’est-ce que c’est ? »

- Geyser, à la comm : « Je détecte un gros pic d’énergie derrière nous. »

Ils se sont retournés pour avoir l’épave en vue. Il s’est mis à tomber des gouttes dans la zone à cause de la transformation du méthane en eau.



Puis ils ont vu une boule très lumineuse apparaître à la place du Raptor.




- Aaron, à la comm : « A terre ! »

Ils se sont mis à plat ventre. La source de lumière grandissait et il n’y avait aucun bruit. Ils ont vu la neige au sol se déplacer vers l’explosion et ils étaient eux-même aspirés. Ils ont glissé sur trois mètres en direction de la catastrophe avant de voir une onde de choc et entendre l’écho de l’explosion. Une vague de neige de plus de cinq mètres de haut s’est abattue sur eux et ils ont été projetés en arrière.
Dernière édition: il y a 1 an 2 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 1 mois - il y a 1 an 1 mois #238353 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.7



23 mai 3304 :

Geyser a repris connaissance allongé dans la neige. Il s’est redressé et il n’avait aucun visuel sur Aaron, ni sur le blessé. Il s’est relevé et il a aussi remarqué qu’il n’avait ni son kit, ni les pièces détachées de la balise.


- Geyser, à la comm : « Aaron, vous me recevez ? »

- Aaron, à la comm : « Affirmatif, d’après mon scanner je suis à plusieurs centaines de mètres de votre position. J’ai retrouvé toutes nos affaires, mais pas le troisième. Je ne suis pas blessé. »


- Geyser, à la comm : « Rejoignons-nous et essayons de le retrouver. »

Ils ont réussi à se retrouver et ils se sont servit d’un scanner pour essayer de détecter les signes vitaux du blessé. Mais au lieu de trouver un bio-signe, ils en ont trouvé un peu partout.


- Aaron, à la comm : « Je ne pense pas que votre scanner soit HS. Le miens détecte la même chose. Et ça a l’air de se déplacer. »

- Geyser, à la comm : « Des formes de vie indigènes ? »


- Aaron, à la comm : « Je ne sais pas. Cette planète n’a jamais intéressé Justice Party quand la faction contrôlait le système. On est peut être les premiers à mettre les pieds dessus. »

- Geyser, à la comm : « Il doit bien y avoir un moyen de différencier notre homme de tous ces bio-signes ? »


- Aaron, à la comm : « La civière. Il est attaché dessus. La civière comporte des pièces métalliques. »

Geyser a reconfiguré son scanner et il a trouvé une légère trace de métaux plus loin. Alors ils se sont mis en chemin.


- Geyser, à la comm : « Est-ce que cette atmosphère de méthane peut nous poser problème ? »

- Aaron, à la comm : « C’est une question sérieuse, ça ? Vous avez vu l’explosion du vaisseau ? Et comment on a flambé en arrivant ici ? Et il ne faut pas oublier que nous, humains, on ne respire pas le méthane. »


- Geyser, à la comm : « Gardez votre calme. Je reformule ma question : est-ce que nous armes ne risquent pas de nous péter en pleine gueule si on s’en sert ? »

- Aaron, à la comm : « Ah. Et bien, non. L’atmosphère est de méthane à 100%, et il y en a aussi à l'état solide comme cette neige. Non, aucun risque de réaction. »


- Geyser, à la comm : « Bien. »

- Aaron, à la comm : « On aura aussi un moyen de savoir si un vaisseau approche. Vous vous rappelez des averses lorsque le Raptor a explosé ? »


- Geyser, à la comm : « Ah oui, je vois. Les rejets des propulseurs des vaisseaux transforment le méthane à l’état liquide. »

- Aaron, à la comm : « Oui. Et j’espère que les secours arriveront vite après activation de notre balise. Parce que cette pression n’est pas bonne pour nous. Et nos réserves d’oxygène vont rapidement se vider. »

Ils ont suivit les indications du scanner pour retrouver le blessé. Il leur a fallu parcourir une centaine de mètres pour retrouver la civière… les sangles arrachés, et du sang partout.



Geyser a eu le réflexe de sortir son arme, et il regardait partout pour s’assurer qu’ils n’étaient pas en danger.


- Aaron, à la comm : « Bon, on a vraiment un gros problème. »

- Geyser, à la comm : « Vous croyez ? »


- Aaron, à la comm : « Regardez-ça, il n’en reste plus rien ! »

- Geyser, à la comm : « J’ai vu. Mais comment une telle planète peut-elle abriter la vie ? »


- Aaron, à la comm : « On retrouve bien des champignons et des forêts de balanes sur des mondes à atmosphère zéro. »

- Geyser, à la comm : « Pourquoi il ne reste aucune trace ? »

Ils ont immédiatement quitté les lieux en direction du pôle, armes prêtes.




Après trois heures de marche fatigante, ils se sont arrêtés pour se reposer. Plus ils approchaient du pôle, plus la géante gazeuse s’exhibait. Mais plus il faisait sombre aussi.






Ils ont déposé leurs kits pour faire le point sur ce qu’ils avaient.

Deux tentes, deux sacs de couchage chauffants, deux chaufferettes, deux trousses de soins, 4 litres d’eau, 140 heures d’oxygène, des sachets de nourriture séchée pour tenir 3 jours, deux chalumeaux et deux outils universels. Geyser n’a pas perdu de temps pour essayer de bricoler une balise maison. Pendant ce temps, Aaron installait un campement. Geyser manquait de pièces pour assembler sa balise. Il avait en tête de démonter le comlink de sa propre combinaison. Mais si il faisait ça, il ne pourrait plus communiquer avec Aaron, ou un éventuel vaisseau passant dans le coin. Alors il a conservé cette idée dans un coin en cas d’extrême besoin.

Ils se sont installés confortablement pour dormir, et dans les tentes, ils pouvaient retirer leur casque. Mais pendant la nuit, Geyser avait du mal à fermer l’œil à cause de certains bruits étranges. Ça ressemblait à des frottements dans la neige de méthane, ainsi que des échos de grincements continus et répétitifs. Alors il a gardé son arme posée contre son torse. Il se sentait déjà plus en sécurité, mais ça ne suffisait pas à cause de sa douleur au bras due aux micro-fissures.




Après 5 heures de repos, ils ont décidé de se remettre au travail. Aaron a rejoint Geyser dans sa tente pour continuer de construire la balise. Il faisait bien plus sombre à l’extérieur, et les bruits étaient plus fréquents.




- « Vous avez une idée de ce que vous êtes en train de faire ? »

- « J’ai quelques petites expériences en tant que guerrier et vous êtes pilote. Vous devez être un peu débrouillard aussi. On devrait unir nos connaissances pour fabriquer cet appareil. »


- « Heureusement qu’on a des outils universels. »

- « Là où ça coince, c’est qu’il nous manque des ressources pour pouvoir émettre un signal. C’est pour ça que j’ai pensé à prendre des pièces sur mon comlink. »


- « Vous ne pouvez pas faire ça ! On ne pourrait plus se parler ! »

- « Il faut parfois faire des sacrifices. Alors on ne devra plus se séparer, et faire sans communication. »

Soudain ils ont entendu un de ces bruits de frottement juste sur le campement. Ils ont ressenti du mouvement au sol, sous la toile de leur tente. Quelque chose est passé et a renversé la chaufferette et l’assemblage de pièces. Ils se sont brusquement écartés et Geyser a pointé son arme sur la forme. Ils ont activé leurs casques et Geyser a rangé l’assemblage dans son sac. Ils sont sortis de la tente et ils ont vu des tas de mouvements sous la neige, comme si des espèces de larves géantes se baladaient sous le campement.


- Aaron, à la comm : « Qu’est-ce qu’on fait ? »

- Geyser, à la comm : « Surtout pas de geste brusque. Ce sont des prédateurs, ne tirez pas à moins d’être attaqué. »


- Aaron, à la comm : « Comment vous pouvez savoir ça ? »

- Geyser, à la comm : « J’ai une longue carrière de chasseur, qui m’a coûté un œil. Faites-moi confiance. Ces choses n’ont jamais vu d’humains. On les intrigues. Le moment venu elles vont nous tester. »


- Aaron, à la comm : « Elles sont peut être déjà en train de nous tester, non ? »

- Geyser, à la comm : « Possible, mais on ne doit pas s’en assurer maintenant. On doit abandonner le camps, pattes de velours. Récupérez ce que vous pouvez, délicatement. Je les surveille. »

Aaron a récupéré un kit de survie complet et une réserve d’oxygène, en faisant les choses délicatement. Quand il a fini, il est retourné près de Geyser.


- Geyser, à la comm : « On s’en va. On reviendra quand les créatures seront parties. »

Mais Geyser s’est alarmé quand il a vu l’une de ces formes avancer droit sur eux. Elle se déplaçait plus lentement que les autres. Aaron était nerveux. La créature s’est arrêtée et elle ne bougeait plus, jusqu’à ce que Aaron craque. Il a ouvert le feu sur la bosse en hurlant.


- Geyser, à la comm : « Non, arrêtez ! »

Puis la créature s’est montrée en faisant un bond hors de la neige. C’était un serpent de 15 mètres de long avec de longues dents tranchantes, la gueule grande ouverte, fonçant droit sur Aaron. Sa mâchoire s’est refermée sur le tronc d’Aaron. Geyser tirait sur le serpent, mais son cuir était trop dur. Aaron criait de douleur. Il sentait ses os se faire broyer sous la pression de cette monstrueuse mâchoire. Il a réussi à glisser son arme à l’intérieur et il a tiré. Le monstre a lâché prise et s’est éloigné. Il était très rapide.



Aaron est tombé, recouvert de sang. Geyser savait que ça allait attirer plus de bestioles. Mais il ne pouvait pas l’abandonner, pour lui, la vie de ses hommes passait avant tout. Alors il lui a attrapé la main pour le traîner au sol.



- Aaron, à la comm : « Aidez-moi ! »

- Geyser, à la comm : « Tenez-bon ! » dit-il en préparant une grenade.

Il a lancé une grenade dans le campement et il a tiré Aaron à l’extérieur. Les créatures se sont regroupées pour s’apprêter à les poursuivre. La grenade a explosée en plein sur la cible. Mais ça ne les a pas ralenties. L’une d’elles est sortie pour attraper les jambes d’Aaron.


- « AAaaaargh ! »

- Geyser, à la comm : « Non !! »

Geyser le tenait fort et tirait sur la tête du monstre, mais cette fois il a employé une force plus grande, et a découpé les jambes d’Aaron. Une grande quantité de sang a giclé sur Geyser, et sa visière en était recouverte.


- « HUAAAAaaaargh ! »

- Geyser, à la comm : « MERDE ! C’est pas vrai ! »


- Aaron, à la comm : « Fichez le camps ! Je suis foutu ! » cria-t-il essoufflé et agonisant.

- Geyser, à la comm : « JAMAIS ! »

Il s’est préparé à soulever Aaron pour le transporter sur son dos. Mais une autre bestiole l’a attrapé pour finir le travail. Geyser est tombé au sol et il a vu ces monstres gober ce qu’il restait d’Aaron, alors qu'il était toujours vivant.


- « STEVES ! NOOOOOOOON !! »

Voyant qu’il avait une opportunité de s’enfuir, il s’est relevé, il a récupéré le kit et le sac et il est parti le plus vite possible. Les créatures étaient tellement occupées à mâcher les restes d’Aaron qu’elles ne faisaient pas attention à Geyser.

Il s’est réfugié dans les monts, épuisé et rempli de chagrin pour la perte de ses frères d'armes. Il n’en voulait pas aux créatures, mais à Chi Blake. Tout ce qui arrivait était de la faute du dictateur.

Il devait se préparer à affronter les créatures. Dans les reliefs, il était en sécurité car les serpents ne se déplaçaient que sous la neige. Il en a alors profité pour terminer la fabrication de la balise. Si il avait pu récupérer les restes d’Aaron Steves, il aurait récupéré son comlink. Mais comme il était seul, il n’avait plus vraiment besoin du sien. Alors il a fini par le démonter et il a terminé l’appareil. Après ça, il en a profité pour dormir.
Dernière édition: il y a 1 an 1 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 1 mois - il y a 1 an 1 mois #238726 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Conflits Pt.8

24 mai 3304 :

Il s’est réveillé en ressentant un grand froid. Sa combinaison commençait à faiblir. Il avait besoin de quelque chose pour tenir dans ce froid, quelque chose que les serpents avaient. Alors il s’est préparé à les affronter.

Il n’avait pas le choix de quitter les reliefs, car aucun vaisseau ne pouvait y tenter un atterrissage. Son seul moyen de gicler de cette planète était d’activer la balise sur le territoire des affamés. Et c’était aussi le meilleur endroit pour combattre le froid. Le sang d’Aaron avait gelé sur sa visière, et il ne pouvait risquer de l’enlever sans l’endommager. Il a préparé son arme et ses grenades, aiguisé sa lame, et il a descendu les monts.

Il n’avait plus de temps à perdre car ça faisait plus de 10 heures qu’il n’avait ni mangé, ni dormi. Une fois qu’il est arrivé sur place, il a deviné un moyen d’attirer l’ennemi. Les créatures ont dû arriver sur leur camps à cause de la chaleur que produisaient les chaufferettes. Alors il a démarré la sienne en la réglant au maximum, et il l’a posée dans la neige. Il a attendu 15 minutes avant d’entendre l’une de ces créatures baveuses et pleines de dents arriver. Il savait que son arme était inefficace contre leur armure. Mais de telles créatures devaient être vulnérable aux chaleurs extrêmes. Il a sorti son chalumeau et il a chauffé la lame de son couteau jusqu’à ce qu’elle devienne rouge et brûlante comme les enfers.

Il a vu la neige bouger juste devant lui, et il s’est préparé. La créature a fait comme celle qui a gobé Aaron, et c’était ce que Geyser attendait. Il était en position pour accueillir le ver. La chose s’est arrêtée et Geyser a tiré sur la bosse avec son arme. C’est alors que le serpent est sorti du sol pour afficher son mécontentement. Alors que le monstre était en plein vol vers Geyser, ce dernier a rapidement jeté son arme et il a glissé sous le serpent en empoignant son couteau très fort. Il a planté la lame brûlante dans sa gorge et il a laissé le poids et l’élan de son ennemi faire le reste. C’est dans ces moments qu’on se demande qui est la proie.

Le serpent est retombé dans la neige, ouvert de la tête au bout de la queue. Geyser a immédiatement éteint la chaufferette et planté la lame dans la neige pour la refroidir. Ensuite il est allé sur le corps fumant du serpent pour l’écorcher entièrement. L’objectif était de récupérer la peau écaillée pour s’en servir comme armure et pour combattre le froid.

Lorsqu’il a déposé la peau au sol et fini de racler les chaires, il a démonté la lanière de son arme pour faire des bandes. Il a réalisé des coupes pour ajuster son nouveau manteau à son gabarit.



Une fois la tâche accomplie, il a vérifié son niveau d’oxygène. Il ne lui restait plus que 12%, alors il a vidé sa réserve de secours pour en gagner 60% de plus. A ce moment, il a entendu d’autres créatures approcher. Alors il a décampé.

Il a parcouru 6 km le plus loin possible des reliefs et il s’est arrêté pour activer la balise. Il était ampli d’espoir quand il l’a entendue démarrer, et lorsque l’ATH de son casque lui a indiqué la présence d’un signal. Il ne lui restait plus qu’à attendre, et défendre le périmètre. Il a configuré les trois grenades qu’il lui restait sur ‘contact’ et les a posées autour de la balise sur un rayon de 25 mètres. Il voulait s’en servir comme des mines. Ensuite il a préparé le chalumeau pour chauffer la lame.

Il a attendu deux longues heures jusqu’à ce qu’il entende un groupe de serpents arriver. Il s’est préparé pour un long combat, et peut être son dernier. L’une des grenades a explosée en tuant deux serpents. Alors Geyser a couru vers l’ennemi.




- Geyser : « ODIIIIN !! »

Un serpent est sorti de la neige et Geyser a planté son couteau dans sa tête. Un autre serpent a jaillit et a essayé de se faire les dents sur son épaule. Mais la créature n’arrivait pas à transpercer le manteau. Cependant, la pression de la mâchoire était douloureuse. Le serpent a traîné le guerrier au sol en le secouant dans tous les sens. Geyser a vu un autre serpent se diriger vers lui. Il a glissé le canon de son arme dans la gueule de celui qui essayait de le dévorer et il a tué le monstre en y vidant le chargeur. Puis l’autre qui s’apprêtait à lui attraper les jambes a fait un bon dans sa direction, la gueule grande ouverte. Rapidement, il a placé ses mains dans sa gueule et il a planté la lame dans son palais en transperçant la boîte crânienne. Au même moment, une autre grenade a explosée.

Lorsqu’il a ressorti la lame recouverte de sang bleu de la carcasse, il s’attendait à rejoindre rapidement le Valhalla en la retrouvant froide, sachant qu’il restait encore 6 serpents à proximité. Mais en observant sa lame, assis dans la neige et épuisé, il a remarqué que des gouttes d’eau tombaient du ciel. Il a levé la tête et il a été surpris pas un puissant rayon laser qui s’abattait sur les créatures. Il s’est relevé et il a vu les serpents repartir, effrayés. Il y avait comme une tempête de neige, la balise s’est envolée. Il a levé les yeux et il l’a aperçu…



Il s’est laissé tomber sur les genoux et il a levé les bras vers le gigantesque vaisseau de chrome.


- « YYAAAAAAAH !! AAAH HAHAHAHAHAAAA !! »

Soulagé de voir tous ses amis les plus proches voler à son secours, il s’est laissé tomber au sol. Le vaisseau a atterri juste à côté de lui et le commando, accompagné par Janet et Fritz ont débarqué. Flash a débarqué avec un Scarab pour transporter Geyser. Le commando a sécurisé la zone avec des armes lourdes en mains. Janet et Fritz ont relevé Geyser et il s’est appuyé sur eux.


- Janet, à la comm : « Ça va aller, Geyser. Vous êtes sauvé ! »

- Fritz, à la comm : « Il ne nous entend pas. Il n’a plus de comlink. »


- Janet, à la comm : « Allez, ne tardons pas ! »

Flash s’est arrêté à côté d’eux. Il transportait une nacelle spécialement préparée pour Geyser. Janet et Fritz l’y ont installé et Flash l’a conduit au Helheim. Ensuite, l’équipe au sol a embarqué et le vaisseau a décollé.





Geyser s’est réveillé à l’infirmerie du Helheim. Skjør était à ses côtés.


- Skjør : « Bienvenu à la maison, Geyser. »

- « Où sommes nous ? »


- « En stationnaire en orbite de l’enfer duquel vous sortez. »

- « J’étais sûr que vous ne m’abandonneriez pas. »


- « Vous savez bien que nous n’abandonnons jamais les nôtres… Vous étiez dans un sale état. Jade vous a préparé une nouvelle combi Remlok. Et cette peau de reptile que vous aviez sur le dos, Joshua l’a traitée et l’a exposée dans vos quartiers comme trophée. Le docteur vous a complètement régénéré. Vous pouvez vous reposer, soyez tranquille… Vous êtes un sacré dur à cuir, je vous admire vous savez ? »

- « Qu’est-ce que j’ai raté ? »


- « Nous avons remporté la victoire. Justice Party n’est plus qu’un tout petit groupe. Nous avons capturé le général Blake. Aujourd’hui il est en liberté. Mais lui et son mouvement sont surveillés de très près. Star Norse Union contrôle entièrement le système. »

- « Aaron Steves faisait partie du groupe de guerriers du Raptor. »


- « Quoi ? » demanda-t-il, surpris.

- « Il voulait vous suivre, et aussi suivre notre cause. Commandant, je considère Aaron Steves comme un membre de Star Norse Union. Sans lui, je n’aurais pas survécu. »


- « Nous avons tous des pensées pour les valeureux membres d’équipage du Raptor. Ils ne seront jamais oubliés. Et maintenant, ils sont tous avec les dieux. Victoire, ou Valhalla. »

- « Je suis d’accord. Victoire ou Valhalla… au final, on ne s’en sort pas si mal dans les deux cas. »

Le Helheim est resté dans l’espace pour diriger la flotte de S.N.U.. Le vaisseau était devenu le poste de commandement principal, qui avait bien plus d’autorité que le Haut Commandement au QG lui-même. Janet et Flash surveillaient les différentes opérations de la flotte. Nadeshda est restée auprès de Geyser. Valarios étudiait les relevés de la tenue Remlok de Geyser, pour en apprendre plus sur sa situation sur la planète. Il a aussi prélevé des échantillons de chaire des serpents, retrouvés sur la peau pour les étudier. Faith tenait compagnie à Oracle. Fritz était en holo-communication avec Loren. Quand à Skjør, il est allé voir Sarah au messe.


- « Comment ça va ? » demanda-t-il avant d’avaler une bonne gorgée de bière.

- Sarah : « J’aurais tellement adoré étriper le général Blake. » répondit-elle sur un ton légèrement agressif.


- « J’imagine, tu lui as déjà décroché la mâchoire lorsqu’on l’a mis aux arrêts. Mais nous ne pouvons pas tuer tout le monde. Au moins nous gardons un œil sur lui et nous avons un contrôle sur ses affaires. Il quitte le système aujourd’hui pour se cacher dans le système que nous comptons coloniser. »

- « On ne peut pas le laisser faire ça. »


- « Il a toujours des droits, Sarah. Mais ce n’est pas un problème. Nous sommes en train de nous installer dans le même système. »

- « Je ne serais jamais en paix tant que Blake respirera. »


- « Tu as fait du très bon travail, Sarah. Je veux que ça continue dans ce sens. »

- « Star Norse Union m’a prouvé sa valeur. Et j’y ai découvert que mes origines s’en approchaient. Mais si tu pense que je pourrais laisser mes sentiments prendre le dessus sur mon travail, tu te trompes. »


- « J’aime mieux entendre ça. Nous assurons de ce côté du passage que nos convois arrivent dans le système voisin sans interception. Des escadrilles les escortent de l’autre côté. Bientôt nous allons nous installer là-bas pour assister à la colonisation. Nous devons absolument la jouer fine. La faction dirigeante nous déteste, alors on doit faire les choses correctement. Le Helheim transportera la présidente. »




Dans un système proche, un petit général plus vulnérable que jamais était en train de prendre ses marques. Sa faction s’était réfugiée dans deux autres systèmes depuis son échec total. Il marchait dans un couloir, en rage et accompagné par deux gardes du corps, et un de ses conseillers.


- Blake : « Si DeimosReaper et sa bande de sauvages se croient en sécurité, ils ont tort. Le jour viendra où je les écraserais tous avec ma propre botte ! »

- Conseiller Dregor : « Ils contrôlent peut être le système. Mais nous les encerclerons toujours. »


- « Silence ! Et cette Sarah Manning. Je lui arracherais le cœur de mes propres mains. Je veux que le peuple de Justice Party redouble d’efforts. Nous ferons travailler les enfants, les malades, les anciens… tout le monde ! »

- « Voulez-vous que l’on achète des esclaves, mon général ? » demanda-t-il avec un sourire sadique.


- « Vous feriez mieux de ravaler votre langue de serpent, vous. Jamais l’esclavage ne sera autorisé chez moi. C’est au peuple de travailler dur, de transpirer et de souffrir pour que les choses avancent. »

- « Naturellement, mon général. Votre loi est sans faille. Les dirigeants de Star Norse Union prennent trop soin de leur peuple. C’est une trop grande faiblesse qui causera leur perte. Sachant que ces vermines sont tous des guerriers qui se basent sur un honneur futile,je suis certain que leur présidente se déplacera jusqu’ici en personne, pour mener les opérations. Ils n’ont pas d’ambassadeur. Seuls les chefs et seigneurs de guerre représentent leur peuple. C’est pour nous l’occasion d’organiser un petit assassinat comme nous les faisons très bien, mon général. » dit-il toujours avec son sourire sadique.


- « Ce n’est pas à vous de me dire ce que je dois faire, imbécile! Si vous continuez comme ça je vous ferais payer votre insolence ! Bien sûr que je compte assassiner cette garce de Elin Bjarkan. »




Au QG, Elin était en train de préparer son départ pour le système à coloniser. Elle devait laisser Juarez au QG pour la représenter pendant son absence. La guerre venait juste d’être remportée, mais S.N.U. avait déjà un plan pour la suite.
Dernière édition: il y a 1 an 1 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 1 mois - il y a 1 an 1 mois #238846 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Nouvelle Island Pt.1



25 mai 3304 :

Le Helheim était prêt au décollage. Elin est montée à bord sans escorte. Elle n’avait aucun souci à se faire avec le Helheim. C’était la forteresse la plus imprenable de toute la flotte. Sans compter que c’était en son équipage qu’elle avait le plus confiance. Elle a retrouvé son frère sur la passerelle, avec Fritz et Julieta.




- Elin : « Nous sommes tous prêts pour une nouvelle aventure ! »

- Skjør : « Elin ! »

Ils se sont enlacés.


- Julieta : « Soyez la bienvenue, madame la présidente. »

- Fritz : « Bonjour, Elin. En effet, on est tous prêts et impatients. »


- « Alors on peut décoller. »

- « Lorsque nous serons arrivés au spatioport, l’intégralité de mon escouade de commandos assureront ta sécurité. Le terrain a été préparé pour nous. Alors mes agents de logistique et de maintenance vont vous accompagner pour préparer notre QG. On fera venir une division de guerriers pour mettre en place la sécurité. Tout le monde a été briefé, chacun sait ce qu’il doit faire. »


- « Parfait. Et après ça, le Helheim représentera le poste de commandement opérationnel du système. Il y a aura beaucoup de missions à effectuer, et des factions locales vont vouloir nous empêcher de prendre place. »

- « Si on nous déclare la guerre, on saura répondre. Et j’espère bien que ça arrivera. Nous voulons conquérir ce système. La faction dirigeante nous pose problème depuis trop longtemps. Il est temps de la remettre à sa place une bonne fois pour toutes. »


- « Oui. Et si nous écrasons d’autres factions au passage, ça ne fera qu’accroître notre influence. Et ça nous permettra aussi de déjouer les plans du général Chi Blake qui semble toujours vouloir nous combattre. »

- « Tout va bien se passer. Star Norse Union est forte et déterminée. »


- « Allons-y, mon frère. »

La présidente est partie s’installer en salle de commandement et le Helheim a décollé. Beaucoup de gens regardaient le vaisseau partir avec admiration. Les enfants étaient enchantés, les guerriers envieux et les fanatiques prenaient des photos. Une fois le système cible atteint, le navire a été intercepté par des forces de Justice Party, un Python escorté par deux Vultures. Le Helheim a déployé son armement et un chasseur immédiatement.


- Python, à la comm : « Vaisseau de Star Norse Union. Nous pratiquons un contrôle de routine. Veuillez coopérer ou nous emploierons la force. »

Skjør a laissé ces vaisseaux scanner le Helheim pour faire les choses dans les règles.


- Python, à la comm : « Vous transportez la présidente Elin Bjarkan qui est recherchée par nos autorités. Vous devez nous la remettre, sinon nous détruirons votre vaisseau. »

- Skjør, à la comm : « Vous n’avez aucune idée de l’erreur que vous commettez. Repartez immédiatement dans votre trou. »


- Python, à la comm : « Quel soulagement ! Je voulais tellement une réponse de ce genre ! Pilotes, détruisez cette Corvette ! »

Julieta, qui pilotait le Condor, a foncé en direction d’un des Vultures, et Fritz a dirigé toutes les tourelles sur l’autre. Skjør a employé les armes lourdes sur le Python.


- « Je ne pense pas que la faction dirigeante va nous envoyer du soutien. Nous ne sommes pas en de bons termes. »

- « On n’a pas besoin d’eux. Blake croit toujours avoir assez de forces pour nous piéger, mais il ne fait que sacrifier plus d’unités pour rien. »

Le Python a été détruit tellement vite qu’aucune nacelle d’évacuation n’a pu être lancée. Alors Skjør a dirigé les armes lourdes sur la proie de Julieta. L’autre Vulture a perdu le contrôle de ses propulseurs et s’est mis à dériver à cause des séquences de brouillage. le Vulture ciblé a été détruit aussi facilement que le Python et Skjør a stoppé les machines.


- « On n’achève pas le dernier ? »

- « C’est tentant, mais non. Laissons-le redémarrer ses moteurs et faire son rapport au général Blake. »


- « Mais il va savoir que la présidente est dans ce système. »

- « Fritz, il le sait déjà. Autrement nous n’aurions pas été interceptés par ses hommes. Et il y a eu trop de morts chez Justice Party ces derniers temps. »


- « Je pense que le général va exécuter ce pauvre type quand il apprendra son échec. »

Le Helheim est repassé en supercruise et il a apponté au spatioport. Elin a débarqué avec le commando, Skjør, et les agents de logistique et de maintenance. La population locale était suspicieuse en les voyant circuler dans la zone. Voir une personne escortée par autant de monde, avec une allure et un regard aussi déterminés, c’était impressionnant, et intimidant.

Le groupe a rejoint son QG en préparation. Skjør restait en constante communication directe avec Sarah pour suivre les missions en cours. Tout le mobilier et les appareils électroniques ont été transférés au QG. Les Space Vikings accomplissaient leurs tâches avec plaisir et efficacité. Même Elin s’adonnait aux tâches physiques. Des ambassadeurs de divers factions du système sont venus faire une petite visite pour voir ce qui se passait, sous la surveillance des guerriers.

Ils n’avaient jamais vu ça avant. Des étrangers sympathiques, mais tout de même préparés à se battre, qui accomplissaient leurs tâches dans une harmonie parfaite. Et le fait de voir Elin mélangée aux autres était une chose qu’ils avaient du mal à comprendre. Bien sûr, Elin était le leader suprême de S.N.U.. Mais pour la faction nordique, tout le monde devait mettre du siens pour que le peuple ait les meilleures conditions de vie.

Un groupe de pilotes s’est présenté au QG pour prendre son poste. Skjør a reconnu l’un des pilotes avec étonnement et il est allé les voir.


- Pilote S.N.U. : « Nous sommes à votre disposition, Haut Commandeur. »

- « Soyez les bienvenus, pilotes. A quelle division appartenez-vous ? »


- Pilote S.N.U. : « Le bouclier de Freyr, Haut Commandeur. Notre division est dirigée par le Fender, un Anaconda de guerre à grande mobilité. Nous avons participé à toute la campagne de conquête au système mère. Nous n’avons jamais perdu un seul vaisseau. »

- « Parfait, nous avons besoin de pilotes aussi vaillants que vous. Le Helheim a subit une interception de Justice Party en arrivant. Je veux que votre flotte soit prête à intervenir si jamais cela recommence. Patrouillez dans le système avec votre flotte complète. »


- Pilote S.N.U. : « Ce sera un honneur, mon seigneur. »

- « Nous avons été doux avec eux tout à l’heure. Mais cette fois je compte sur vous tous pour employer la force létale. Pas de pitié. Lykke til. »

La division s’apprêtait à partir au dock et Skjør a interpellé la personne qu’il a reconnue, alors qu’elle se cachait derrière les autres.


- « Kylee, s’il te plaît. »

Elle s’est figée, puis elle s’est retournée et s’est approchée de lui.




- Kylee : « Oui mon seigneur ? »

- « Non, ne m’appelle pas comme ça. »


- « Je suis désormais sous tes ordres. »

- « Alors comme ça tu t’es enrôlée au sein de la flotte de Star Norse Union. Tu as officiellement une identité chez nous… Mais quelque chose a changé chez toi. Tu as l’air… malade. »


- « Ce ne sont pas tes oignons. »

- « Quelque chose ne va pas ? Qu’est-ce qui t’es arrivé ? »


- « J’ai perdu tout ce que j’avais, ma raison d’être, mon âme. Maintenant tout ce qui compte pour moi, c’est le combat. Puis-je disposer, Haut Commandeur ? »

Skjør était pris d’inquiétude. Elle avait perdu du poids, des couleurs, sa peau était sèche, ses lèvres étaient pâles et ses yeux sombres. Il se doutait qu’elle était dans cet état à cause de leur toute dernière conversation. Elle était devenue froide, et elle ne semblait pas vouloir que l’on s’inquiète pour elle. Il avait aussi remarqué une cicatrice sur son visage, ce qui voulait dire qu’elle avait certainement vécu l’enfer depuis son intégration à la division du Bouclier de Freyr.


- « Vous pouvez disposer, pilote. »

Elle est partie sans montrer la moindre émotion. Il n’était pas amoureux d’elle et il le lui a fait comprendre. C’était pour cette raison qu’elle se faisait autant de mal. Mais il l’appréciait quand même malgré tout ses défauts. Ce lui faisait beaucoup de peine de la voir dans cet état.

Il a laissé tout le monde pour rejoindre le Helheim. Il s’est installé sur la passerelle et Flash l’a rejoint. Le Helheim allait commencer à se mettre au travail.


- Flash : « Nous sommes prêts, commandant. »

- « Bien… Tu savais que Kylee s’était enrôlée au sein de la flotte ? »


- « Ah non. Les recruteurs ont eu énormément de travail ces derniers temps. Nous ne pouvons pas être au courant de tout. »

- « Je l’ai vue à l’instant. Elle fait peine à voir. Elle a rejoint le Bouclier de Freyr. »


- « Je connais bien cette division. Ce sont des vétérans, des durs à cuir. Kylee a dû passer de dures épreuves. »

- « Mais il y a plus que ça. Elle va mal, je le vois. Elle a beaucoup changé, même physiquement. »


- « Le Bouclier de Freyr regroupe des pilotes et guerriers dévoués très talentueux et disciplinés. Mais ce ne sont pas des gens recommandables si on cherche l’amitié. Si elle est soudée avec eux, alors c’est normal qu’elle devienne aussi sombre qu’eux. Ce sont de mauvaises fréquentations. Ils sont tous fous et ils n’ont rien à perdre. Mais ils font partie des meilleurs pilotes de la flotte. Tu n’auras jamais de soucis avec eux. »

- « Peut être. Mais ce n’est pas un monde pour Kylee. Vivre en meute, c’est une première pour elle et j’ai l’impression que ça ne la réussi pas. »


- « Elle est sous tes ordres maintenant. Tu ne peux rien faire pour elle, à part la muter. Mais je pense que ça pourrait empirer les choses. Une personne de ton rang n’a pas à s’insinuer dans la vie d’une simple pilote de combat. »

- « Je sais. Et à ce sujet, est-ce que je peux te demander un service ? »


- « Tout ce que tu veux. »

- « Toi et moi nous avons eu de mauvaises passes. Et comme tu l’as dit, je ne me peux pas me mêler de ses affaires. »


- « Je vois. J’essaierais de l’aider. C’est vrai que je suis bien placé pour prendre ce rôle. Tu peux compter sur moi. »

- « Merci. »

Le vaisseau de commandement a décollé pour superviser la progression de la flotte dans le système. La population locale commençait était intimidée par Star Norse Union. Ils déployaient beaucoup de vaisseaux de combat, ils avaient tous une allure ténébreuse et l’air décidé. Sachant tout ce qu’il s’était passé dans le système voisin, les gens s’attendaient à voir éclater de nouveaux conflits dans leur propre système. La peur allait s’installer, mais pas dans le cœur de tous. Car beaucoup savaient que S.N.U. avait réussi à transformer son système en lieu sûr, où la vie était bien plus facile et riche que sous le gouvernement du général Blake. Cette colonie ressemblait fort à ce qu’avait fait Blake de son système. Et beaucoup de monde commençait à espérer secrètement que les Nordiques allaient faire un bon nettoyage, comme ils l’ont si bien fait chez eux.
Dernière édition: il y a 1 an 1 mois par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema, Dante01

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 4 semaines - il y a 1 an 4 semaines #238949 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Nouvelle Island Pt.2



1er juin 3304 :

Le Helheim est rentré au QG pour retrouver un peu de répit. Les choses avançaient convenablement dans le nouveau système. Pendant que tout se mettait en place, le commandant Jurema était chargé de maintenir les choses en ordre dans le système mère de S.N.U..

Sarah avait fait plus ample connaissance avec le commando. Elle devait connaître les hommes qui étaient sous ses ordres. Pour elle tout se passait bien, malgré l’assassinat de sa famille qui la hantait chaque jour. Elle a retrouvé Skjør au gymnase du QG, alors qu’il rangeait des caisses avec Nail.


- Sarah : « Bonjour Skjør. Tu as une minute ? »

- Skjør : « Bien sûr. »


- « J’ai… j’ai besoin de vider mon sac, et je ne sais pas vers qui me tourner. » dit-elle, angoissée.

Skjør s’est arrêté et l’a regardée avec surprise. Il a fait signe à Nail de s’arrêter.


- « Prenez une pause, Nail. Allez boire une corne d’hydromel à la taverne. »

- Nail : « Merci, commandant. »

Nail est parti et Skjør s’est approché de Sarah.


- « Je crois savoir de quoi tu as besoin. Retire ton manteau, et rejoins-moi sur ce ring. »

- « Mais pourquoi ? »


- « Chez nous, l’affrontement est une bonne thérapie. Et ne tardons pas. C’est souvent avec des femmes que je me retrouve sur le ring. Les gens vont croire que c’est une obsession. » dit-il en souriant.

Il a retiré son ensemble pour se retrouver qu’avec sa tenue Remlok et ils se sont rejoints sur le ring. Skjør a pris deux épées en bois, et en a donné une à Sarah.


- « De quoi veux-tu parler ? »

- « C’est très personnel. C’est au sujet de ma famille. »

Skjør a commencé à attaquer Sarah, et elle s’est défendue. Leur petit entraînement a démarré.


- « Je n’arrive pas à encaisser ce que Blake leur a fait. Notre famille est originaire de ce système, mais elle n’est pas née au sein de Justice Party. Nous avons toujours été complètement indépendants. »

- « On pouvait donc vous classer d’anarchiques. »


- « Presque. Nous ne gênions personne, nous vivions notre petite vie tranquille sur un monde glacé. Mes ancêtres étaient croyants. Ils vénéraient le Créateur, père de tout. »

- « Oui, c’est comme ça qu’on nommait Odin, dans certaines civilisation scandinaves. »


- « Nous avions deux vaisseaux, un Clipper et un Coursier. Souvent nous quittions le système en quête de planètes à atmosphère respirable, pour chasser sur des terres sauvages. C’était une activité que nous pratiquions tous très bien. Nous savions tous nous battre, et nous étions tous de très bons pisteurs. Je ne comprends pas comment ma famille ait pu être massacrée aussi vite par ces buveurs de lait de Justice Party. Et tout ça est de ma faute. »

- « Blake a assassiné des tas de familles. Justice Party fait ça très bien, et c’est pour ça que c’est un ennemi. Tu ne peux pas t’en vouloir pour ce qu’il s’est passé. Tu as fait le bon choix, le responsable, c’est Chi Blake. »


- « J’aimerais tant le faire souffrir pour ses atrocités. »

A ce moment, elle a employé toutes ses forces dans ses coups, et elle a réussi à faire tomber Skjør. Puis elle l’a aidé à se relever et ils ont repris le duel. Skjør voyait qu’elle était très forte, que ce soit physiquement ou mentalement. Elle avait besoin de parler, car c’était naturel. Mais elle arrivait à cacher sa souffrance.


- « Il souffre déjà avec tout ce qu’on lui a mis. Mais ce n’est pas fini… Nous ne pouvons rien faire contre le général Blake lui-même et tu le sais. Mais nous pouvons réduire sa faction à néant, lui faire tout perdre. Nous ne pouvons pas le tuer, mais nous pouvons le briser. »

- « Je sais que nous n’avons pas le droit de le tuer. Et ce serait déshonorer nos traditions. Lui il ne s’arrête pas à ça. Il a bien essayé d’assassiner notre présidente en attaquant le Helheim. Nous devons le faire payer. Mon père l’aurait défié et il l’aurait combattu en face à face pour défendre sa famille. »


- « Parle-moi de lui. Comment il était ? »

- « Il était très fort, et dur. Mais il avait un grand cœur, tout ce qui comptait pour lui, c’était sa famille. Lorsque j’ai rejoint la sécurité du spatioport pour le compte de Justice Party, il n’était pas d’accord. Il disait que malgré ma grande force, rejoindre la faction allait me corrompre, et ne faire qu’une bouchée de moi. Il avait sans doute raison. J’ai été aveuglée. »


- « Il n’a peut être pas été d’accord avec tes choix, mais je suis sûr qu’il était très fier de toi. »

Elle s’est arrêtée et elle a lâché son épée en bois. Puis son regard a changé et elle essayait de le cacher. Skjør voyait que sa respiration changeait. Il s’est redressé et il a jeté son arme à son tour avant de s’approcher d’elle.


- « Je l’aimais tellement. » dit-elle, la gorge nouée et les yeux brillants.

Il voyait qu’elle avait mal au cœur, et il ne voulait pas la laisser comme ça. Alors il a posé sa main contre son épaule. Elle a laissé les larmes couler et elle continuait de le cacher. Skjør n’était pas sûr de ce qu’il devait faire, alors il s’est rapproché encore plus avec hésitation et elle s’est laissée aller dans ses bras.


- « Crois-moi, je sais parfaitement ce que ça fait. C’est dans ces moments qu’on se croit seul. Mais tu n’es pas seule, Sarah. Maintenant que j’en sais un peu plus sur tes origines, je suis convaincu que ta famille s’est battue pour se défendre, et que maintenant ils sont tous auprès des dieux à veiller sur toi, comme l’équipage et moi veillerons sur toi. »

Tout en se débarrassant de ses larmes de tristesse, elle a soupiré de soulagement.


- « Merci, Skjør. Je n’osais pas t’embêter avec mes histoires. »

- « Tu es un membre de l’équipage. Le Helheim est notre maison. Nous sommes tous une famille, saches-le. Tu as peut être vécu 86 ans, mais tu es humaine et c’est normal de parler. Le temps et l’expérience ne peuvent effacer ce que nous sommes. »

Au même moment, Flash avait eu pour info que la division du Bouclier de Freyr était en train de décompresser bruyamment dans un nightclub. Il a pris Kido avec lui pour investigation, car la division était censée lancer une opération délicate le lendemain. Tout le monde devait être en forme, et ce n’était pas une soirée alcoolisée qui allait aider. Lorsqu’ils ont retrouvé les pilotes au bar, c’est dans un sale état qu’ils les ont vus.



Ils enchaînaient les shooters, brisaient des verres, bavaient sur des serveuses et le barman restait à l’écart. Flash a remarqué que Kylee était à l’écart, dans un fauteuil, le regard vide et quelques bouteilles aussi vides à sa table.


- Flash : « PILOTES ! »

Surpris, ils ont cessé le tohu-bohu et ceux encore capable de tenir debout se sont redressés et tournés vers lui avec attention. Flash s’est approché d’eux pour leur faire passer un savon.


- « Quand je vois ça, j’ai du mal à croire que ce sont ces pilotes qui sont considérés comme des héros dans tout notre système mère. Vous donnez une bien piètre image de notre flotte. »

- Pilote S.N.U. : « Officier, nous ne faisons que profiter d’un repos bien mérité. »


- « Et dans quel état serez-vous demain, alors que votre division démarre une nouvelle campagne ? »

- « Vous avez raison, chef. Nous sommes désolés. »


- « Quand vous serez en plein dans votre prochaine mission, là vous serez désolés. A présent, retournez tous à vos quartiers. Votre chef de mission compte sur vous pour être frais et dispo demain à 6 heure 00. Maintenant foutez-moi le camp. »

La troupe a quitté le bar et certains ont été ramassés par leurs camarades.


- « Pilote Høgsen, j’ai à vous parler. »

Kylee a fait demi-tour pour se présenter à Flash. Il a attendu que tous les autres pilotes ne soient plus dans la pièce.


- « Kylee, comment tu vas ? »

- Kylee : « Je vais très bien, officier. »




- « Tu n’en as pas l’air. Si c’est à cause de cette nouvelle affectation, saches que le Haut Commandeur peut faire quelque chose pour toi. Il n’aime pas te savoir dans cette situation. »

- « Mon poste me convient parfaitement. Et s’il s’inquiète seulement maintenant pour moi, dis-lui que c’est trop tard. Il fallait le faire avant. »


- « Bon, alors ne parlons plus de Deimos. Moi aussi je vois clairement que tu ne vas pas bien. C’est vrai que nous avons vécu de drôles d’expériences notre équipage et toi, mais nous avons appris à te connaître et à t’apprécier. Même Janet, tu sais. »

- « J’en doute, vu ce que je lui ai fait subir. Janet me déteste. »


- « Non, tu te trompes. Quoi qu’il en soit, je suis prêt à t’aider. »

Kido ne disait rien et il observait bien Kylee. C’était la première fois qu’il assistait à une conversation avec elle, et qu’il la voyait d’aussi prêt. Il voyait qu’elle avait changé et ça l’attristait, alors qu’il la connaissait à peine. Il ressentait quelque chose pour elle.


- « Ecoutes, Flash. Je vois ce que tu essaie de faire. Mais je vais très bien, et je n’ai besoin de personne. J’aimerais qu’on me foute la paix. Maintenant, est-ce que je peux y aller ? »

- « (Soupir) Bon, c’est comme tu veux. Mais on garde un œil sur toi. Chaque pilote de la flotte doit être parfaitement apte. »


- « Si ça peut te rassurer, je ne me suis jamais sentie aussi bien. »

Il a laissé Kylee partir, mais l’objectif n’était pas rempli.


- Kido : « Si vous voulez mon avis, monsieur, elle est en train de se tuer à petit feu, et volontairement. »

- « Je le sais, Kido. Je l’ai bien observée. Elle a les symptômes d’une junkie. Deimos veut savoir ce qu’il lui arrive, je dois aller lui dire ce qui cloche. »

Pendant que Flash retournait voir Skjør, Kido est rentré au Helheim. Au même moment, Kylee était chez elle, et elle observait les étoiles depuis la baie vitrée de sa chambre. Elle avait attrapé une nouvelle habitude le soir avant de se coucher. Elle a pris un appareil doté d’une aiguille, contenant une substance peu recommandée par toute médecine, et elle s’est injecté le contenu dans le bras.



Flash a retrouvé Skjør dans un corridor, partant du Haut Commandement en direction du hangar.


- « Deimos, mais qu’est-ce que tu fais sans ta garde personnelle ? »

- « Salut Flash. C’est pas trop mon truc ça. Du nouveau sur Kylee ? »


- « Tu avais raison, elle est malade. Elle prend des trucs pour se défoncer en fait. »

- « (Soupir) C’est ce que je craignais. Il faut la suspendre, et inspecter chaque membre de la division du Bouclier de Freyr. Je refuse d’avoir des pilotes shootés là-haut. Viens, rentrons au Helheim. »

Ils s’apprêtaient à quitter le corridor quand des tirs sont survenus de l’ombre. Ils se sont immédiatement jetés au sol en sortant leurs armes et ils ont répondu. Il y avait au moins deux hommes devant eux, et deux derrières, cachés dans l’obscurité. L’alarme du secteur s’est mise en route et les forces de sécurité de S.N.U. ont immédiatement été averties. Deux gardes sont arrivés en quelques secondes, mais ils ont été abattus par les tireurs embusqués. Flash a repéré deux de ces types, alors il s’est relevé et il les a abattus. Mais il a pris une rafale de trois tirs dans le dos. Skjør s’est désintéressé des agresseurs et il est allé vers lui pour le retourner sur le dos.


- « Flash, tiens bon ! »

- « Cette fois on y est, patron. » dit-il avec difficulté et en souriant.


- « Ne me fais pas ce coup-là, gros enfoiré. »

Flash s’est mis à cracher une quantité importante de sang. Les tirs ont cessé.


- Conseiller Dregor : « Abandonnez, Haut Commandeur. Faites glisser vos armes vers nous. »

Skjør ne prêtait aucune attention à Dregor. Il tenait Flash qui était en train de partir.


- « Je t’avais dit de ne pas te promener tout seul. (toux) Je ne comprends pas pourquoi Janet ne t’accompagne pas. »

- « Ca va, arrêtes. »


- « Tu es notre leader. Sors de ce merdier, et à l’avenir, fais-toi escorter. (toux) Ne t’en fais pas pour moi, mon ami. Je suis libre. J’espère que le Valhalla accueille aussi les mexicains. Hahah ! (toux) »

Flash crachait de plus en plus de sang, jusqu’à ce qu’il meurt entre les mains de Skjør. Ce dernier s’est mis à serrer les poings, mais il n’était pas bête au point de se faire descendre à son tour. Il a fait glisser sont arme de poing et son épée vers l’ennemi, et Dregor s’est présenté avec ses hommes. Skjør est resté à genoux près du corps de Flash, la main posée sur sa poitrine.


- « C’est bien, bon garçon. Vous allez venir avec nous. Soldats, le Haut Commandeur est fatigué. Il a besoin de repos. »

L’un des soldats a utilisé une arme incapacitante sur Skjør et il a perdu connaissance. Ils ont laissé le corps de Flash dans le corridor et ils ont emmené Skjør avant que les gardes n’arrivent. S.N.U. est arrivée sur les lieux quelques minutes plus tard. Les guerriers se sont regroupés autour du corps de Flash, remplis de tristesse, et de rage. Ils ont prévenu le Haut Commandement, qui a ensuite visionné l’enregistrement holographique du secteur pour savoir ce qu’il s’était passé. Elin et l’équipage du Helheim ont été prévenus. Janet était trop occupée, personne n’arrivait à la joindre. Elle passait un bon moment avec son nouveau compagnon, et ignorait totalement son comlink qui sonnait.

Le porte parole de Star Norse Union, Asbjörn Baldrik a été mis au courant de la situation, et il s’est empressé de rejoindre le Haut Commandement. Asbjörn était celui qui représentait S.N.U., mais c’était aussi un puissant guerrier, et un meneur qui a remporté de nombreuses batailles contre Justice Party, et d’autres factions ennemies. Lorsqu’il est arrivé, chaque personne qu’il croisait le saluait avec respect. Il était considéré comme un héro.




- Asbjörn : « Bonjour, Betty. Quelle est la situation ? »

- Betty 3.0 : « Bonjour commandant Baldrik. Je suis connectée avec Athéna. Nous suivons la cible grâce au système de surveillance holographique. »


- Athéna 2.5 : « Ils viennent d’embarquer à bord d’un Chieftain. »

- « Je veux que l’on cible ce vaisseau avec l’une des tourelles du spatiodock. Un tir sur la cible fera tomber ses boucliers. »


- « Le Haut Commandeur se trouve à bord de ce vaisseau. Je déconseille fortement de tirer dessus. »

- « Ayez confiance, et faites ce que je vous dis. »

L’un des pilotes des défenses internes a dirigé une tourelle vers le Chieftain de Dregor, et il a détruit le bouclier en un tir en causant des dégâts importants à la coque. L’ordre de refuser le décollage a été donné à la tour de contrôle. Asbjörn dirigeait l’opération, et il était en lien direct avec Kristen pour communiquer avec Dregor.


- Kristen, à la comm : « Conseiller Axel Dregor de Justice Party. Votre décollage n’est pas autorisé. La plateforme gardera les patins de votre vaisseau magnétisés. Libérez le Haut Commandeur Skjør Bjarkan sur-le-champs. »

- Conseiller Dregor, à la comm : « Vous n’êtes pas en position d’exiger quoi que ce soit. Nous tenons votre Haut Commandeur. Si vous ne nous laissez pas quitter le système, je l’égorgerais. Relâchez notre vaisseau, je vous donne deux minutes. »


- « Que fait-on commandant ? »

- « Ils ne peuvent pas aller bien loin. Laissons-les partir. Nous analyserons leur sillage FSD. »


- « Le Normandy est déjà prêt à agir à l’extérieur du spatioport. »

- « Dites au commandant Jurema de ne rien faire. Et que quelqu’un retrouve Janet Peachfield. On a besoin d’elle pour faire décoller le Helheim. »


- « J’ai reçu un message de Fritz Barrera. Gateway traque la signature du Haut Commandeur. Le Helheim pourra retrouver Skjør si le spatioport lui indique dans quel système sauter. »

- « Bien, il faut absolument retrouver Janet Peachfield, le Helheim a besoin d’un commandant. Prévenez la présidente de ce qui se passe. »


- Elin : « Elle est déjà prévenue. »

Ils étaient surpris de la présence d’Elin. Asbjörn s’est approché d’elle pour la saluer, en baissant la tête.


- « Madame la présidente, c’est un grand honneur. »

- « Est-ce qu’un plan a été établi pour secourir mon frère ? »


- « Oui, madame. Seulement, le Helheim n’a aucun commandant. Est-ce qu’on donne l’autorisation à Fritz Barrera de prendre les commandes ? »

- « Qui est le plus haut gradé à bord ? »


- « Sarah Manning, chef de mission. Elle a fait ses preuves. »

- « Mettez-moi en relation avec le Helheim. »


- « Le canal est ouvert. »

- Elin, à la comm : « Helheim, ici Elin Bjarkan. Le Haut Commandement vous a transmis l’ordre de mission. Le contrôle du vaisseau et de l’équipage est attribué à la chef de mission de bord. »


- Fritz, à la comm : « Bien reçu, je transmets l’information. Le Helheim est prêt à décoller. »

- « Dites à la tour de contrôle de libérer le vaisseau d’Axel Dregor. »

Les opérateurs du Haut Commandement ont donné l’ordre à la tour de contrôle. Le Chieftain a été libéré et il a décollé. Le Normandy a laissé le vaisseau partir et le spatioport a analysé le sillage FSD.


- Betty 3.0, à la comm : « Helheim, nous vous envoyons les coordonnés du sillage FSD de la cible. Vous pouvez décoller. »

- Sarah, à la comm : « Bien reçu, nous partons. »


- Elin, à la comm : « Sarah, je vous fais confiance. Ramenez mon frère saint et sauf. »

- Sarah, à la comm : « Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour sortir notre commandant de là, madame. »

Sarah s’est installée sur la passerelle du Helheim. Mais comme elle n’était pas pilote, elle a laissé la barre à Fritz. Le Helheim a décollé et suivit les coordonnées. La cible s’est rendue dans le système à coloniser, qui était aussi celui où le général Chi Blake se cachait. Le Helheim a retrouvé la cible en super navigation, et l’a suivie jusqu’au spatioport. Il ne pouvait pas effectuer d’interception car il n’était pas équipé pour le faire. Et un combat spatial était trop risqué. Sarah avait déjà un plan en tête, mais il fallait être très rapide pour l’exécuter.
Dernière édition: il y a 1 an 4 semaines par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 2 semaines - il y a 1 an 2 semaines #239159 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Nouvelle Island Pt.3




1er juin 3304 :

Le Helheim est sorti de supercruise près du spatioport, mais une escadrille de trois Cobras Mk III est venue lui barrer le chemin, armement déployé. Grâce aux capteurs, ils ont vu le Chieftain d’Axel Dregor entrer dans le sas du spatiodock.


- Pilote Justice Party, à la comm : « JR-YM1, vous n’êtes pas les bienvenus ici. Repartez d’où vous venez. »

- Sarah, à la comm : « Vous n’avez aucune autorité ici, pilotes. Vous avez abattu un de nos hommes, et capturé notre leader sur notre propre territoire. Nous vous laissons une chance de nous remettre le Haut Commandeur. »


- Pilote Justice Party, à la comm : « Si vous le voulez, venez le chercher vous-même. »

L’escadrille a ouvert le feu sur le Helheim. Ils étaient hors de la zone neutre du spatioport, alors ils pouvaient se le permettre.


- « Allons-y, Fritz. Détruisons ces moustiques. Julieta, déploie un chasseur… Il est temps d’essayer le nouvel armement proposé par Jade. »

- Fritz : « On va se les faire ! »

Fritz a déployé l’armement du Helheim, et Julieta a pris les commandes d’un chasseur. Sarah, qui avait pris le rôle de capitaine du vaisseau, dirigeait les tourelles. Fritz a exécuté une première rafale des armes principales de la Corvette.


- « Wahou !!! Ils font très mal ! »

Il n’a eu à appuyer sur la gâchette que deux fois pour détruire le Cobra de tête. Julieta en a rapidement détruit un autre. Mais une signature warp s’est manifestée. Un Cutter est apparu juste derrière le Helheim.




- Capitaine du Cutter, à la comm : « Ici le Praetorian. Helheim, préparez-vous à être détruit. »

- Julieta : « Depuis quand Justice Party possède des Cutters ? »


- « Ca va aller. Le Helheim dispose de 5500 MW de boucliers, et d’une puissance de feu énorme sans dépenser de munitions. »

Le Cutter a déployé deux chasseurs embarqués. Sarah a détruit le dernier Cobra grâce aux tourelles et les a redirigée vers le Cutter ennemi. Fritz a manœuvré le Helheim sans assistance de vol tout en profitant de son agilité pour se positionner, derrière le bâtiment ennemi. Les nouveaux canons surpuissants ont grandement affaibli le bouclier du Cutter. En salle des machines, Jade faisait tout son possible pour maintenir la température du générateur, et pour apporter toute la puissance nécessaire à l’armement. Le Cutter a enclenché son turbo pour s’éloigner du Helheim qui lui envoyait du lourd. Il a activé ses réserves d’énergies pour recharger son bouclier. En attendant, le Helheim s’est occupé des chasseurs embarqués ennemis. Puis le Preatorian est revenu à la charge.


- « Je veux toute la puissance de feu disponible sur ce Cutter. »


- Preatorian, à la comm : « Le général Blake sera heureux d’apprendre la mort de l’équipage de son pire ennemi. »

Fritz a enclenché les réserves d’énergie et il a de nouveau manœuvré derrière le Preatorian. La bataille était rude, car ces deux monstres avaient des boucliers extrêmement résistants. Un autre vaisseau est arrivé sur leur position, le Fer-De-Lance d’Asbjörn Baldrik.




- Asbjörn, à la comm : « Besoin d’aide, Helheim ? »

- Sarah, à la comm : « Il faut croire que Justice Party a tout prévu. Mais nous pouvons gérer l’affaire. »


- Asbjörn, à la comm : « Avec mon assistance nous irons plus vite. »

Le Preatorian était déjà en grand danger face au Helheim, mais avec l’arrivée d’un FDL c’était pire. Cette fois S.N.U. n’a laissé aucune chance à l’ennemi de repartir. Le Preatorian a essayé de prendre la fuite, mais le Helheim l’avait bien endommagé. Asbjörn l’a suivit pour détruire son générateur avant qu’il ne saute en mode FSD. L’équipage du Helheim a applaudi en voyant le Cutter exploser, c’était une belle victoire. Mais la mission n’était pas encore terminée, alors les deux vaisseaux se sont rendus au spatioport. Et ce n’était pas sans recevoir des tas d’avertissements sur l’utilisation d’armes en zone neutre. Sarah a débarqué avec le commando, et ils ont retrouvé Asbjörn dans un hall publique.




- « J’ai entendu dire que vous pouviez suivre la signature du Haut Commandeur. »

- « Chaque membre de notre équipage a reçu une puce, conception de Betty et Derek. »


- « C’est bien. »

- Shape : « Nous pouvons le suivre grâce à mon datapad. Apparemment il est en mouvement. »


- « Alors on va suivre le signal. Je prends le commandement de la mission. Ça ne vous pose aucun problème, Manning ? »

- « Aucun problème. »

Le groupe a suivit Shape. Le signal de Skjør les a conduits à un habitat abandonné du spatioport.


- « Comment voulez-vous procéder, commandant ? »

- « Par la force. »


- Leech : « Tout ce que j’aime. » dit-il avec un sourire sadique.

- « Mais on ne connait pas les forces qui résident là-dedans. »


- « C’est pour ça que je compte sur votre expérience aux côtés de Justice Party. Vous savez mieux que nous comment ils agissent. Je vais passer devant, et vous m’assisterez. »

- « Mais... »

Elle a eu un blocage de trois secondes car elle trouvait le plan stupide en premier lieu. Mais après elle s’est rendue compte qu’Asbjörn avait raison.


- « D’accord. » dit-elle en souriant.

- « Pendant que vous étiez en train de combattre, nous avons reçu un message de Dregor au quartier général. Il veut que l’on fasse un échange inacceptable. Nous n’avons pas d’autre choix que d’employer les grands moyens pour libérer Skjør. »


- « Grant, distribuez les armes. »

Pendant ce temps, Skjør était à genoux et enchaîné dans une pièce sombre, seul avec Axel Dregor et un type gardant la porte. Dregor était en train de le torturer. La douleur était atroce, mais il ne criait pas. Il regardait son adversaire avec une haine sortie tout droit des enfers, et une envie puissante de l’éventrer et l’étouffer avec ses boyaux.




- Conseiller Dregor : « J’espérais tellement que ce moment arrive. Et je vous garantis que je me régale. C’est un réel plaisir de vous rencontrer enfin, Haut Commandeur. Vous êtes une légende ! »

Il lui a mis un bon coup de genoux dans l’abdomen. Skjør restait toujours silencieux.


- « Haaaah ! Je sens que nous allons bien nous amuser tous les deux. Je vois que vous avez faillit perdre un œil jadis. Dommage, vous n’auriez pas préféré en avoir un plus performant ? Je vais arranger ça. » dit-il en approchant la point de son couteau vers l’œil droit de Skjør.

A l’entrée de l’habitation, le groupe de sauvetage était près à agir. Chacun avait récupéré ses armes et équipements spéciaux.


- Geyser : « Kido, démolition. »

- Kido : « Ah ouais !! »

Kido a placé une charge sur la porte. Geyser et Sarah étaient sur les côtés et les autres derrière. La petite charge a fait sauter la porte et ensuite Kido a balancé une grenade avant de reculer. Lorsque la grenade a explosée, Asbjörn et Sarah sont entrés. Dregor a entendu l’explosion et il s’est redressé, alarmé.


- « Qu’est-ce que c’est que ça ? Comment ont-ils pu nous retrouver ?! »

Dregor avait fait l’erreur de ne prendre qu’une poignée d’homme avec lui. Au fur et à mesure que les hommes de Skjør progressaient, Dregor en avait moins pour sa protection. Il a ordonné au garde de la pièce de rester pour surveiller l’otage, et il est parti. Pas très surpris de voir autant de lâcheté, mais malade de ne pas avoir l’occasion de l’arrêter, Skjør a eu le réflexe de tirer brusquement sur ses chaînes. Le garde lui a donné un coup de crosse de son fusil en pleine figure. Le bruit des coups de feu se rapprochait de plus en plus. La porte s’est ouverte et les derniers hommes de Dregor sont entrés. Ils ne savaient plus quoi faire. Skjør était très calme, et il savait ce qui allait arriver. Il attendait sagement que ses hommes apparaissent.

Soudain, la porte a été projetée par une explosion, et elle est passée juste au dessus de la tête de Skjør. Sarah et Asbjörn sont entrés dans la pièce et ils ont profité que l’ennemi était étourdi. Sarah et lui ont combattu les derniers gardes au corps à corps, puis Sarah est allée voir Skjør. Elle s’est agenouillée devant lui et il s’est laissé aller dans ses bras.


- « Haut Commandeur, est-ce que vous vous sentez capable de marcher ? »

Skjør a fait signe de la tête pour répondre. Il n’avait plus aucune force pour parler. Leech et Grant se sont occupés de le détacher.


- « Où est Axel Dregor ? »

- Grant : « Il a dû s’enfuir. »


- « On s’occupera de son cas plus tard. Mission accomplie, ne traînons pas ici. »

- Sarah, à la comm : « Helheim, dites au docteur de se tenir prêt. Le commandant a besoin de soins d’urgence. »


- Fritz, à la comm : « Bien reçu. »

Sarah et Asbjörn ont soutenu Skjør pour l’aider à se déplacer et le groupe a quitté les lieux avant que la faction dirigeante ne vienne inspecter. Lorsqu’ils sont remontés à bord du Helheim, Skjør a été amené à l’infirmerie.


- Valarios : « Eh bien ! Vous avez du talent pour vous fourrer dans ce genre de situation, on dirait. Vous êtes mon plus fidèle client, commandant. »

- « Docteur, ce n’est pas drôle. Faites quelque chose, s’il vous plaît. »


- « Mademoiselle, je perçois de l’angoisse dans votre voix. C’est très touchant, je dois dire. Mais ne vous faites aucun souci. Le commandant est entre de bonnes mains, et c’est un costaud ! Je vous rappelle qu’il a survécu à une congélation pendant des milliers d’années. Ne vous en faites pas, dans quelques jours il sera sur pieds. »

Soudain, Janet est entrée à l’infirmerie.


- Janet : « Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ?! »

Sarah s’est approchée d’elle pour lui barrer le chemin.


- « Vous n’avez rien à faire ici, Janet. Sortez de l’infirmerie. »

- « J’ai tous les droits d’être ici. Je suis… »


- « Vous êtes irresponsable. » dit-elle en lui coupant la parole. « Votre rôle est de veiller sur votre commandant, et de le remplacer quand il n’est pas là. Où étiez-vous pendant il se faisait torturer ? Et quand Flash a été tué ? Vous pouvez me le dire ? Tout le monde a essayé de vous appeler. Alors on s’est dit que vous vous étiez faite avoir aussi. Mais apparemment non. »

- « Skjør… »

Skjør a tourné la tête à l’opposé car il ne voulait pas la voir. Alors elle a compris son erreur, et elle a commencé à s’en vouloir. Elle a quitté l’infirmerie sous le regard furieux de Sarah.


- « Vous avez fini ? J’aimerais m’occuper de mon patient dans le calme. »

- « Alors qu’est-ce que vous attendez ? »

Sarah est restée avec Valarios pendant qu’il traitait les blessures du commandant. L’arrivée de Sarah au sein de cet équipage reflétait l’histoire de Léanna. Elle avait vu qu’elle pouvait avoir une totale confiance en Skjør, et que c’était d’une telle confiance qu’il avait besoin. Alors elle a décidé de prendre le rôle de Janet.
Dernière édition: il y a 1 an 2 semaines par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 1 an 6 jours - il y a 1 an 6 jours #239449 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Nouvelle Island Pt.4



10 juin 3304 :

Skjør était rétabli de sa dernière rencontre avec Axel Dregor. La veille, une grande cérémonie a eu lieu pour Flash. Une grande partie de la flotte est partie à ALS 299, pour faire ses adieux au guerrier tombé au combat.

De retour au système mère, Skjør était avec ses informateurs à la Grand Salle pour savoir où en était la faction. Puis Asbjörn Baldrik est arrivé et s’est agenouillé devant lui.


- Skjør : « Asbjörn, mais qu’est-ce que vous faites ? »

- Asbjörn : « Bonjour, Haut Commandeur. Je suis venu vous proposer mes services. »


- « Oui, et bien ça ne se passe pas comme ça chez nous, et vous le savez très bien. Personne ne s’agenouille devant personne. Redressez-vous. »

Asbjörn s’est redressé et Skjør a dit à ses informateurs de les laisser.




- « Commandant, à quoi songez-vous, en me proposant vos services au juste ? »

- « Je connaissais bien Flash, monsieur. Et la cérémonie m’a beaucoup touché. Je vous propose mes services pour le remplacer au sein de votre équipage. »


- « Mais vous êtes notre porte-parole. Vous avez déjà vos responsabilités. »

- « C’est exact. Mais vous savez aussi bien que moi que je peux faire plus. Et ce serait un grand honneur pour moi de servir Star Norse Union à bord du Helheim. »


- « Très bien, Asbjörn. J’ai vu de quoi vous étiez capable. Vous êtes un sacré bon guerrier, aussi très habile au pilotage, et un excellent meneur d’hommes. Vos états de service sont exemplaires. »

Ils se sont serré la main très fort.


- « Vous pouvez m’expliquer ce qu’il s’est passé avec Janet ? Je ne l’ai pas revue depuis que je suis sorti de l’infirmerie. »

- « Personne n’a réussi à la joindre lorsque Dregor vous a emmené. Pendant que le Helheim combattait pour rejoindre le spatioport, Betty m’a aidé à la localiser. Nous étions inquiets pour elle vu ce qu’il vous est arrivé. »


- « Elle a été agressée aussi ? »

- « C’est ce que nous pensions, mais non. Betty a suivit ses déplacements grâce aux enregistrements du spatioport. Nous l’avons retrouvée chez un certain Josh Stanford. J’ai fait préparer mon vaisseau et je suis allé la chercher là-bas… Je crois qu’elle a une liaison avec cet homme. Lorsque la porte s’est ouverte, elle était encore en train de s’arranger. »


- « Et ensuite ? »

- « Je lui ai dit de m’accompagner à mon vaisseau, et nous avons rejoint le Helheim. Une fois posés au spatioport, j’ai demandé à Janet de rejoindre le Helheim. Elle était très inquiète. »


- « C’est donc pour ça que Sarah commandait le Helheim, et qu’elle a chassé Janet de l’infirmerie. Si tout le monde était au courant, vous auriez pu la retrouver plus facilement grâce à sa bio-puce. Bref, changeons de sujet. »

- « J’ai remarqué que vous n’aviez toujours pas réintégré votre ingénieur, Derek. Je recommande de le reprendre avec vous. »


- « C’est vrai que Derek a fait du très bon travail même s’il a pris de trop gros risques. Grâce à lui et Valarios, Betty est en vie. Jade s’en sort parfaitement bien, mais avoir une grosse tête de plus à bord ne peut que faire du bien… Bon, je vous charge donc de le retrouver et de l’informer que nous le reprenons au sein de l’équipage. Nous avons du travail, et le Helheim va bientôt décoller. Revenez à bord avec Derek dans une heure. »

- « Merci, Haut Commandeur. »

Skjør l’a laissé partir, en se disant que les choses s’amélioraient. Asbjörn était aussi fort que lui. Le Haut Commandeur a rejoint le Helheim et il s’est arrêté à son vestiaire. Comme par hasard, Janet y était et elle se changeait. Il ne voulait pas engager la conversation avec elle. Alors qu’il était à moitié nu, prêt à enfiler sa combinaison, elle est venue lui parler. Elle s’est dite qu’il ne fallait pas attendre.




- Janet : « Bonjour Skjør… je suis désolée pour avoir manqué à mon devoir. »

- « Tu n’as pas à t’en vouloir. Nous étions en détente à ce moment là. »


- « Non, c’est faux. Je suis censée rester avec toi tout le temps. »

- « Oui. »

Ils ne se sont plus rien dit dans ce moment de gêne. Puis Skjør a trouvé une échappatoire.


- « Nous avons du travail. »

- « Je passe en salle de commandement pour régler un truc et je vous rejoins sur la passerelle pour la réunion. »

Puis elle est retournée à son casier pour finir de s’habiller. Elle se sentait responsable de la mort de Flash et ce qui est arrivé au commandant. Elle se répétait que si elle avait accompagné Skjør, le drame ne se serait pas produit. Skjør a fini de se préparer et il a rejoint la passerelle. Betty, Sarah, Julieta, Fritz, Derek et Asbjörn étaient là.


- « Bonjour tout le monde. Derek, bienvenue à bord. »

- Derek : « Merci de m’avoir accordé cette chance. »


- « Je savais que tu n’étais pas sûr de ce que tu faisais quand tu es parti. Tu as les mêmes responsabilités qu’avant, rien n’a changé. A part que le Helheim a plus de boucliers et une plus grande puissance de feu. Tu peux regagner ton poste en salle des machines. »

- « Parfait ! »

Derek est parti et Janet est arrivée au même moment.


- « Janet, tu peux retourner en salle de commandement. »

- « Mais nous avons une réunion ? »


- « En effet. Mais nous n’avons pas besoin de toi cette fois. Et il faut que quelqu’un s’assure que tout est prêt pour le lancement de la mission. »

- « Très bien. » répondit-elle en affrontant le regard des autres.

Elle a quitté la passerelle en se sentant rejetée et ils ont attendu qu’elle parte pour poursuivre.


- « Vous connaissez tous Asbjörn, et vous devez vous demander pourquoi il est ici. Asbjörn a rejoint l’équipage en tant qu’officier tacticien. »

- Fritz : « Vous allez remplacer Flash. »


- « Tout à fait. Et je ferais tout pour arriver à son niveau, ou au delà. »

- « Alors bienvenue parmi nous. C’est un réel plaisir d’avoir un héro tel que vous avec nous. »


- Julieta : « Bienvenue, commandant. »

- « Merci. Mais ici, c’est vous qui avez le plus de mérite. »


- « Bon je vous refais un court briefing de notre mission. Nous sommes sur le point de prendre le contrôle de notre nouvelle colonie. Notre soute est chargée et nous allons faire partie d’un convoie important composé du Helheim, un Type-9 et deux Anacondas. Le Bouclier de Freyr sera à notre disposition en cas de problème. »

- Sarah : « Et avec un tel convoi, on aura forcément des problèmes. »


- « Exactement. Aucun de nos vaisseaux ne doit être détruit. La moindre marchandise perde, ou le moindre passager, se résultera en échec mission. »

- « Mais nous allons employer les grands moyens pour assurer la réussite. »


- « Oui. Notre faction est certainement la plus unie de la galaxie. Et ça nous donne des tas d’avantages. »

- « Je suis prête à parier que Justice Party va essayer de nous barrer le chemin. »


- « Nous aurons quelques transitions avant d’atteindre l’objectif pour tromper l’ennemi. Tout le monde à son poste. »

L’équipage s’est préparé et le Helheim a décollé. Star Norse Union était sur le point de prendre le contrôle du système voisin. Alors il fallait apporter des commodités, transférer des données commerciales et d’exploration, et apporter des convois de passagers.



Justice Party était dans les parages, à attendre la bonne occasion pour frapper. Mais la dictature ne savait pas que la présidente avait débarqué à bord du spatioport. Alors que le convoi s’est réuni près de la planète 3, des vaisseaux ennemis se sont arrêtés dans le secteur.

Cette fois ils se sont retrouvés face à un Anaconda et deux Chieftains. Puis deux T-10 Defenders, quatre Pythons et une dizaine de Vipers Mk IV sont arrivés. Le convoi était confronté à une armada qu’il ne pouvait vaincre… jusqu’à ce que la division du Bouclier de Freyr arrive.


- Skjør, à la comm : « Justice Party, ici le Helheim. Retirez-vous, ne restez pas sur notre passage. »

Ils ont entendu des rires à travers les communications. Tous les vaisseaux ont déployé les armes. Le Helheim était accompagné d’un Anaconda, trois FAS, trois Pythons et 6 Vultures. Quatre kilomètres séparaient les deux bataillons. Les vaisseaux de S.N.U. étaient en formation en ligne. L’Anaconda ennemi a commencé à avancer, alors S.N.U. en a fait autant. Tous les Vultures du Bouclier de Freyr ont enclenché leur turbo en même temps. L’ennemi était surpris de voir ces vaisseaux lui foncer dessus sans peur, tels un aigle géant aux ailes de flammes. La division du Bouclier de Freyr était entièrement composée de vaisseaux bourrés d’améliorations spéciales. L’ennemi s’en est rendu compte en testant les boucliers, en voyant les siens chuter et en observant la manœuvrabilité de son adversaire.

Les T-9 restaient en arrière et le Helheim avançait lentement devant eux pour les couvrir. L’Anaconda et les T-10 ennemis avançaient sur le Helheim. Leurs tourelles tiraient dans toutes les directions, ne causant que des dégâts minimes. Leurs armes principales visaient le Helheim. Le Gravesend, l’Anaconda du Bouclier de Freyr, est passé sous le Helheim pour le protéger. Il s’attaquait aux T-10. Alors le Helheim a employé toute sa puissance de feu sur l’Anaconda de tête hostile. Les T-10 ont modifié leur manœuvre pour se concentrer sur le Gravesend.


- Skjør, à la comm : « Gravesend, vous prenez de gros risques. J’espère que vous avez confiance en vos boucliers. »

- Gravesend, à la comm : « Ne vous en faites pas pour nous, Haut Commandeur. Nous vous couvrons. »

Les T-10 se sont mis à tourner autour du Gravesend. Skjør a commencé à s’inquiéter pour eux. Il devait affronter l’Anaconda ennemi pour protéger le convoi. Mais soudain le Gravesend a donné un coup de turbo en ‘FA Off’ et deux FAS alliés sont venus l’assister. Les Vultures de S.N.U. ont détruit les Chieftains ennemis et se sont mis à traquer les quatre Pythons, avec l’aide des Gunships. Quelques Vipers Mk IV ont réussi à passer la barrière pour attaquer les T-9, mais Julieta et Fritz les poursuivaient avec les chasseurs embarqués du Helheim, pendant qu’Asbjörn dirigeait les tourelles sur eux.


- Skjør, à la comm : « Vaisseaux du convoi, maintenez vos positions. Gravesend, nous sommes sur le point de détruire le vaisseau mère ennemi. Nous aurons besoin de libérer deux de vos Vultures pour couvrir nos vaisseaux cargo. »

- Gravesend, à la comm : « Bien compris, Helheim. Kylee et Abe, finissez ce que vous êtes en train de faire et allez assister le Helheim. »


- Abe, à la comm : « Reçu, capitaine. Ca va saigner. »

- Kylee, à la comm : « Mise à mort imminente. Pas de quartier ! »

Le Gravesend était sur le point de perdre son bouclier. Le Helheim a détruit son adversaire et il est allé assister le Gravesend. A la salle des machines de la Corvette, tout le monde transpirait. Les lasers à raffale géants surchargés étaient trop sollicités, et faisaient chauffer le vaisseau.


- Jade : « Il faut piloter les régulateurs systèmes, mon lapin. »

- « Je sais, j’y vais. Et arrêtes de m’appeler comme ça quand on travaille ! »


- « C’est pour mieux te motiver, mon p’tit œuf. »

- « Quoi ?? ‘Petit œuf’ ? »

Il a rejoint le poste de régulation d’énergie et il s’est mis à stabiliser le transfert d’énergie et la température sur tous les systèmes du vaisseau. Jade s’occupait du refroidissement du générateur. Il y avait des tas de valeurs qui variaient de manière aléatoire à maîtriser. En salle de commandement, Janet avait les yeux sur toutes les activités de l’équipage, et sur la projection holographique des capteurs. Elle était très occupée, mais elle avait tellement d’expérience et de talent que rien ne lui échappait. Le Helheim et le Gravesend ont réussi à détruire les T-10 ennemis, mais les T-9 étaient endommagés.


- Skjør, à la comm : « A toutes les unités, regroupez-vous autour du convoi. »

- Gravesend, à la comm : « Division, vous avez entendu le chef ? Tout le monde au convoi. »


- Skjør, à la comm : « Pas vous, Gravesend. Eloignez-vous du combat. »

- Gravesend, à la comm : « Nous sommes encore opérationnels. »


- Skjør, à la comm : « Vous venez de tenir tête à deux Type 10 Defenders. Vous en avez fait assez, ne risquez pas la vie de vos hommes. »

- Gravesend, à la comm : « Bien compris, Haut Commandeur. »

Tous les vaisseaux de S.N.U. se sont rassemblés. La plus grande menace était les deux Pythons restants. L’un d’entre eux a eu l’idée de poursuivre le Gravesend. Le Helheim a boosté juste derrière lui, a détruit son bouclier en 5 secondes et l’a coupé en deux en 6 secondes. Les trois Vipers restants ont tenté de fuir. Skjør a ordonné aux Vulture de les détruire. Il pensait qu’en ne laissant aucun survivant, Blake comprendrait le message. Le convoi s’est arrêté pour faire les réparations, et le Helheim a rechargé les boucliers de tous les vaisseaux. Enfin, ils ont repris la route et sont arrivés à l’objectif sans autre incident. Tout le personnel et les marchandises ont été débarqués avec succès. La faction avait obtenu plus de contrôle, et une faction indigène, Defense Party, le voyait d’un très mauvais œil.

Le Helheim est rentré au QG pour que l’équipage se repose. En débarquant, Skjør est tombé sur Charlène qui semblait l’attendre.



Il s’est rapproché d’elle de manière très intime, et elle lui a fait un grand sourire.


- « Salut. » dit-il en souriant.

- Charlène : « Salut, Skjør. »


- « Comme ça tu connais ma véritable identité ? »

- « Tu es devenu très populaire. Comment ça va ? »


- « Très bien, nous venons de remporter une victoire de plus. Notre faction grandit de jour en jour. »

- « Je vois que tout se passe bien. Et j’espère que c’est pareil au niveau relationnel. » dit-elle en souriant.


- « Tu veux qu’on passe du temps ensemble ? »

- « Oui. La dernière fois que je t’ai vu, c’est lorsque le colonel Reynald m’a prise en otage. »

Ils se sont mis à marcher ensemble, sans parler. Leur démarche était lente et romantique. A un moment, elle s’est collée à son bras.


- « Et pour toi, tout va bien ? »

- « Oh oui. Mon fils et moi vivons dans la sécurité à présent. Et mon rythme de vie est plus reposant. C’est un réel plaisir. Je travaille toujours centre de recherche. Mais grâce à notre nouvelle faction, nous disposons de meilleures technologies. Nous faisons des découvertes plus intéressantes, et nous avons contribué à l’amélioration de la flotte. »


- « Tu as trouvé quelqu’un ? »

Elle s’est arrêtée de marcher et il s’est retourné vers elle.


- « Non, et toi ? »

- « Tu sais que non. Je ne peux pas me le permettre. »


- « Je ne t’ais pas encore remercié pour m’avoir sauvée. Aujourd’hui, mon fils a encore une mère et c’est grâce à toi. »

- « Je n’étais pas tout seul. »


- « Mais c’est toi qui a pris le plus de risque pour me secourir. Allons chez moi, tu me manques tellement. »

- « Charlène, tu n’as pas réussi à te passer de notre ancienne relation, on dirait. »


- « Arrêtes de te faire passer pour quelqu’un de si sage. » dit-elle en posant ses mains contre son torse.

- « C’est vrai, nous ne sommes pas dans un compte de fées. »

Ils ont rejoint l’appartement de Charlène et ils se sont installés confortablement. Une ambiance chaleureuse, du vin, et une femme magnifique et douce.



Ils ont bu un verre ensemble et échangé des regards séducteurs, jusqu’à ce que Charlène se dévêtisse, et s’approche de lui avec la ferme intention de partager sa chaleur avec lui. Il ne pouvait pas détourner son regard devant une telle beauté. Son visage, ses longs cheveux de feu, les courbes parfaites de son corps, ses mouvements délicats, et ses yeux verts émeraude. Mais ce qu’il admirait le plus chez elle, c’était le fait qu’elle l’accepte tel qu’il était. Skjør était un homme dangereux, puissant et imprévisible. Mais il était juste et c’était ce qu’elle appréciait le plus chez lui. Charlène avait rencontré un homme très spécial, qui passait son propre intérêt en dernier. Il était parfaitement capable de protéger ses proches, autoritaire, indépendant et il n’était absolument pas influençable. Grâce à lui, aux Jotunheim Raiders et à Star Norse Union, Charlène vivait une vie meilleure.


Le lendemain, en ouvrant les yeux, Skjør a retrouvé Charlène semi-allongée sur le fauteuil en train de l’admirer.


- « Je ne pensais pas revivre de tels moments avec toi un jour. »

- « Moi non plus. Mais c’était trop dur. » dit-elle en souriant.

Elle s’est levée et elle l’a rejoint dans le lit pour le serrer très fort, et sentir son odeur. Pendant ce temps, à bord du Helheim, Asbjörn et Sarah étaient en salle de commandement du Helheim. Le vaisseau était en révision suite aux récents combats.


- « C’est vraiment incroyable. »

- « Quoi donc ? »


- « Ce vaisseau. C’est une légende. A chaque fois qu’il décolle du spatioport, ou y apponte, des tas de gens viennent sur les docks pour l’admirer. C’est le vaisseau phare des Jotunheim Raiders. Maintenant que je l’ai vu en action, je pourrais presque mourir heureux. »

- « Hahaha ! A ce point là ? »


- « Vu ce qu’il a enduré hier, je m’attendais à de l’usure un peu partout, ou des relais qui auraient lâché. Mais rien, on ne dirait même pas qu’il sort d’un champ de bataille ! »

- « L’équipage y est aussi pour quelque chose. Et n’oubliez pas le Normandy, la Corvette du commandant Jurema. C’est une très bonne machine de guerre aussi. »


- « Oui, je sais. Et je sais aussi qu’ils se complètent tous les deux. J’ai hâte de participer à une bataille en voyant ces deux monstres collaborer. A part ça ? Tout va bien ? »

- « J’ai enfin la place que je méritais après toutes ces années. Le commandant est quelqu’un de dur, mais droit. Il m’a offert cette place alors que je me méfiais de lui. Et cet équipage est une famille. Nous sommes tous des guerriers, et nous sommes servis en actions, alors tout va bien. Bientôt, nous allons écraser les factions ennemies et diriger un nouveau système. »
Dernière édition: il y a 1 an 6 jours par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 11 mois 4 semaines - il y a 11 mois 4 semaines #239791 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Valhalla




16 juillet 3304 :

Les néo-vikings se sont rassemblés pour une grande fête en l’honneur de plusieurs victoires qui resteront gravées dans les mémoires du peuple pour toujours. Un mois auparavant, dans la nouvelle colonie, la faction Defense Party a déclaré la guerre à Star Norse Union. Une belle erreur. La guerre a été remportée en trois jours par S.N.U., qui a vu son influence grimper en flèche. Des élections ont eu lieu et la population locale a décidé de laisser le pouvoir à la présidente Elin Bjarkan.

Star Norse Union fini de s’installer dans le système voisin à son système mère le 14 juin 3304. Cinq jours plus tard, Defense Party, une faction locale est vaincue. Entre temps Justice Party, la faction du général Chi Blake, a rencontré plusieurs échecs critiques. Un mois plus tard, le 15 juillet 3304, Star Norse Union est sur le point de prendre le contrôle du nouveau système. Le commandant Elyo Sword à bord de son Krait MkII, le commandant Jurema à bord du Normandy, le commandant SolidCake à bord de son Python et enfin le Helheim, sont tous partis ensemble lancer une purge aux pirates pour libérer les voies de transit.

Et pour en revenir à ce jour du 16 juillet 3304, Star Norse Union a enfin pris le contrôle de sa colonie et de son unique spatioport. La faction dirigeante, qui appartenait à la Fédération, a été mise à genoux. Pour ajouter d’autres exploits à leur tableau de chasse, Elyo Sword, Jurema et Skjør ont rejoint le système Wolf 636 qui était envahi par les Thargoïds. Ils ont exécuté une chasse aux insectes en provoquant un véritable génocide chez les aliens. De retour dans l’espace de Star Norse Union, Skjør a déployé son nouveau vaisseau, le Celestial Öfnir. C’était le tout nouveau Krait Mk II de Falcon Delacy. Skjør et ses ingénieurs ont installé des armes sur vitaminées, le tout mélangé à de la technologie Guardian, fournie par le centre de recherche où Charlène travaillait.



Tout le monde était à l’aise dans cette ambiance festive. Skjør était entouré de son équipage et ses amis. On remarquait aussi les différents couples. Kristen était très tactile avec Leech, Fait et Oracle s’échangeaient des mots doux, Shape et Grant étaient liés par une chaîne invisible, Jade voyait Derek comme un dieu.

Geyser s’est approché de Skjør et il a levé sa corne pleine de bière.


- Geyser : « Buvons à la tromperie, au combat, au vol et à la boisson ! »

Les autres ont à leur tour levé leur breuvage.


- Jackass : « Que tu trompe la mort lorsqu’elle vient à toi ! »

- Kido : « Que tu te battes aux côtés de tes frères ! »


- Fritz : « Que tu voles le cœur d’une femme ! »

- Shape : « Et que tu boives à la santé de tous tes proches ! »

Ils ont tous fini leur breuvage d’un coup et se sont resservis. Jurema et Skjør se sont regardés au loin. Avec cet échange de regard distant, c’était comme s’ils communiquaient par la pensée. Puis Skjør a tourné la tête car il avait remarqué que Geyser et Fritz le regardaient aussi. Pour eux c’était un moment de gloire, mais c’était loin d’être terminé. Entre frères d’armes ils se comprenaient, et ils n’avaient pas besoin de mots pour exprimer leur fierté d’avoir de tels amis. Ils savaient que l’aventure n’était qu’à ses débuts. Elin avait remarqué cette scène, et son esprit les a rejoint. Les commandants des Jotunheim Raiders, Elin, Asbjörn, Geyser et Fritz étaient les seuls qui ont perdu le sourire à ce moment, et qui étaient perdus dans des pensées de guerriers.

Skjør s’est repris et il a pris un moment pour observer tout le monde. Janet était seule dans son coin et elle n’avait d’yeux que pour lui aussi. Mais il faisait tout pour l’ignorer. Alors elle a disparu dans la foule. Chaque membre des Jotunheim Raiders était le centre de cette fête. Pour les autres, tous ces commandants étaient des légendes, ceux avec qui tout a commencé.

Sarah est venue lui tenir compagnie.


- Sarah : « Tu as l’air pensif. »




- Skjør : « Une vieille habitude. »

- « Je comprends. Justice Party ne fait jamais ce genre de fête. Avec Star Norse Union, on se sent plus libre, tout est plus facile et les gens sont plus chaleureux. Mais c’est sans dire que chaque citoyen a son importance dans la société. »


- « Est-ce que ça veut dire que tu t’y plais ? »

- « Oui, oui tout à fait. J’aurais aimé que ma famille vive tout ça. »


- « Ma famille a connu ça aussi. Mais j’aurais aussi aimé qu’elle voit tout ce que nous avons accompli, et qu’elle sache qu’Elin et moi sommes toujours en vie. Ne t’en fais pas pour ta famille, elle est auprès d’Odin maintenant. »

Ces mots lui ont été d’un grand réconfort, elle qui voulait tenir compagnie à Skjør. Et elle réalisait de plus en plus son erreur d’autrefois, lorsqu’elle le prenait pour un barbare sans cœur. Elle l’appréciait de plus en plus. Jurema est arrivé à son tour.


- « Comment va ton fils, Jurema ? »

- Jurema : « Tout va pour le mieux. Et je suis heureux qu’il puisse grandir en sécurité. Et toi, c’est pour quand ? demanda-t-il en regardant aussi bien Skjør que Sarah.


- « C’est pour qui cette question ? »

- « Euh… il y a erreur. Nous ne sommes pas… »

Sarah était surprise par la question du commandant AX.


- « C’est peut être mon imagination. Mais vous semblez plutôt liés. »

- « Ca suffit, Jurema. Sarah vient seulement d’arriver. »

Sarah n’a plus rien dit. Mais elle regardait Skjør avec une certaine complicité. Puis elle a trouvé le moyen d’échapper d’éventuelles maladresses supplémentaires du commandant Jurema.


- « Je vais me chercher à boire. »

Elle est partie, Skjør a pris Jurema sous son bras et ils ont fait quelques pas.


- « Dis-donc, vieux frère, tu ne peux pas te mêler de tes affaires, toi ? » demanda-t-il en souriant.

- « Je croyais que Janet et toi aviez un truc. Mais apparemment il y a de l’eau dans le gaz. Par contre avec Sarah ça a l’air d’aller. »


- « Janet a trouvé quelqu’un et ça la déconcentre un peu. Mais ça va s’arranger. Concernant Sarah, c’est aussi un membre de mon équipage. Il ne se passera rien. »

- « Bien sûr... » dit-il sur un ton ironique. « Il faut que tu te trouves une femme, mon coco. Et je ne parle pas d’histoire comme celle que tu vis avec Charlène Koran. Un homme de ton rang a besoin d’une reine. Ça se passe comme une partie d’échecs. La reine protège le roi. Tu es incomplet. »


- « Je m’en sors bien comme ça. »

- « Tu as vite oublié ce que Dregor t’as fait. Sarah était folle et elle était prête à tout pour te retrouver. »


- « C’est parce qu’elle est loyale. Si j’offre mon cœur à une femme, je finirais comme Janet. Mon équipage et notre flotte a besoin d’un Haut Commandeur qui a toute sa tête. »

- « A t’entendre, Janet n’est plus bonne à rien. Elle a toujours fait du très bon boulot. Elle n’est pas responsable de ce qui est arrivé, passe à autre chose. Il y a plusieurs membres de ton équipage qui sont amoureux eux-aussi. Et ils sont toujours aussi efficaces. Regarde-moi, est-ce que je me suis affaibli depuis que j’ai rencontré Amélia ? »


- « A chaque fois qu’une femme s’est emparée de mon cœur, j’ai eu des problèmes. Fin de l’histoire. »

- « Bon alors changeons de sujet. Qu’est-ce qu’on a pour la suite ? »


- « Star Norse Union est la faction de ce secteur de la Bulle qui a progressée le plus vite, et nous sommes de plus en plus puissants. Elin parle de conquérir un autre système bientôt. »

- « Et Justice Party ? »


- « Blake rassemble encore des vaisseaux de combat, mais il ne porte plus aucune attaque sur nous… pour l’instant. On pense qu’il va s’attaquer à l’une de nos factions alliées pour récupérer une place. Et on répondra. »

- « Parfait. Ça me fera du bien de changer d’air et taper à nouveau sur les doigts du petit général. En attendant, j’aimerais ton autorisation pour former des pilotes à la chasse aux Thargoïds. S’il n’y a que moi pour le faire, on ne s’en sortira pas si ces aliens nous rendent visite. »


- « Bien, ouvre le centre de formation à la Sinmara. Ça va attirer du monde, tu peux en être certain. »


Plus tard, la fête étant terminée et les gens désertant les lieux, Betty, Asbjörn et Skjør se sont arrêtés au hangar où le Gravesend était en réparation. Skjør s’est dit que c’était une bonne place pour discuter de la situation.



Le Gravesend sortait d’une longue chasse aux pirates qui avait duré plus de deux jours dans les ceintures d’astéroïdes surveillés. La division du Bouclier de Freyr était en patrouille sans lui le temps des réparations.


- Asbjörn : « Nous avons des vaisseaux partout, rien ne nous échappe. Les patrouilles s’arrêtent aux signaux de détresse, et escortent les convois. La sécurité du peuple et des alliés est prise en charge sans difficulté. »

- « C’est très bien. Mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. J’ai une totale confiance en notre flotte. Ce que je veux voir, c’est la progression de nos ennemis. Les dictatures, la fédération et les corsaires. »


- « Nous avons toujours une bonne surveillance sur les activités de Justice Party. Mais la fédération se cache trop bien. Les pirates sont sages pour le moment avec toutes les purges qui ont été faites. »

- « J’ai quelque chose à voir. Aucun rapport avec nos opérations. Mais j’aimerais plus d’infos sur Josh Stanford. »


- Betty 3.0 : « Bien sûr. »

Betty s’est servit d’un terminal et elle est entrée dans le réseau avec son code personnel pour avoir un dossier complet de l’objectif.


- « Il fait partie de la faction Liberals, qui est alliée à Star Norse Union. 31 ans, directeur d’une petite société appartenant à la faction Liberals. C’est une entreprise qui fabrique des terminaux modulaires, l’économie high tech de notre système aide beaucoup. J’ai aussi son adresse de domicile… et il a un casier. Il a été jugé il y a 11 ans pour détournement de marchandises dans une autre petite entreprise qui n’existe plus pour cause de faillite. A part ça, il est clean. »

- « Merci, Betty. »

Betty ne savait pas pourquoi Skjør voulait ces renseignements, mais par respect elle n’a pas posé la question. Asbjörn, quand à lui, il en avait une petite idée. Skjør voulait savoir quel genre de personne Janet fréquentait.


Au même moment, Janet était avec son compagnon, dans une taverne autour d’un verre.




- Josh : « Tu m’as manqué aujourd’hui. »

Elle ne lui a pas répondu car elle était perdue dans ses pensées. Il a posé sa main sur la sienne pour attirer son attention.


- « Tu es toujours avec moi ? »

- Janet : « Oui, désolée. Je suis un peu perturbée. »


- « C’est toujours en rapport avec ta vie à bord du Helheim ? J’ai une idée : quitte cet équipage. Rejoins-moi et travaillons ensemble. »

- « Quoi ? »


- « Réfléchis, tu ne serais plus en danger, et nous serions tout le temps ensemble. A moins que ce ne soit la fortune qui t’attire avec ce Helheim ? »

- « Je te demande pardon ? »


- « Oui, enfin c’est vrai que c’est très bien d’encaisser tous ces crédits. Mais il faut penser à ta santé, ta liberté. »

- « Tu crois que je fais ça pour les crédits ? Tu te trompes. Nous accomplissons un travail formidable. Et nous sommes libres. »


- « Mais tu n’es pas en sécurité. Quittes Star Norse Union et rejoins Liberals. Rejoins mon entreprise. Et tu te feras beaucoup moins de soucis. Je vois que ça ne va pas depuis quelques temps. Tu peux arranger ça en rejoignant un monde plus neutre. »

- « Je ne sais pas, il faut que j’y réfléchisse. Quitter Star Norse Union serait de la désertion, ou de la trahison. »


- « Nos factions sont alliées, je te rappelle. Tu n’as aucun souci à te faire. »

Janet commençait à prendre cette idée au sérieux. Elle considérait qu’elle avait fait sa part pour S.N.U.. C’était en partie grâce à elle que la faction s’est formée. Et comme elle a toujours vécu en tant que soldat, elle s’est dit qu’il était peut être temps de s’éloigner des guerres. Sauf que ça coinçait dans sa tête, car elle n’avait jamais vécu autre chose, mais le plus important : elle s’était habituée à Skjør et l’équipage. Et elle avait encore du mal à s’imaginer vivre sans eux.
Dernière édition: il y a 11 mois 4 semaines par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 11 mois 2 semaines - il y a 11 mois 2 semaines #240434 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Partie de cache cache Pt.1

18 août 3304 :

Star Norse Union avait pris le contrôle d’un nouveau système, suite à une guerre trop facilement gagnée contre la Fédération. En parallèle, Justice Party s’est retirée du premier système ciblé à l’origine. Le général Blake a abandonné cette position pour créer une diversion au QG des Jotunheim Raiders, en s’attaquant à Liberals, un allié des space vikings. Le Normandy et le Helheim ont été déployés pour venir en aide aux alliés. Le reste de la flotte est resté à l’écart pour sécuriser le système.




Encore une fois, la guerre a été remportée très facilement. Le général Blake n’a envoyé que très peu de forces pour combattre Liberals. La guerre n’était qu’un stratagème. En réalité, Justice Party cherchait à attirer son pire ennemi loin de son avant-poste scientifique, pour tenter d’en prendre le contrôle. Mais le médiocre général à la tête de la faction n’avait aucune idée des forces que S.N.U. laissait dans ses zones peuplées. Malgré la faible présence de Justice Party dans le système, Blake n’obtenait plus aucune information sur l’ennemi. Toute cette sécurité était un aspect de la politique des spaces vikings que les autres factions avaient du mal à comprendre : Comment le peuple acceptait-il d’être entouré d’autant de gardes ? Comment les gens pouvaient-ils être aussi heureux avec toute cette sécurité renforcée, qui se rapprochait de celle de la pire des prisons ? La réponse était que S.N.U. avait réussi à devenir comme les peuples vikings de jadis. La sécurité était présente partout, mais elle n’envahissait pas la vie du peuple pour autant, car tous savaient se battre. Cependant, elle envahissait l’ennemi.

Kristen et Betty s’étaient retrouvées à bord de la station, elles étaient devenues très amies. Et Betty avait encore beaucoup de choses à apprendre de son ‘enseignante’. Lorsqu’elles échangeaient des histoires de vécus et des leçons sur la vie, l’alerte rouge a été lancée. Une escadrille de Justice Party était venue pour tester les défenses. Les trois chasseurs lourds et les tourelles autonomes n’ont fait qu’une bouchée du Python et des deux Challengers. Mais l’un des vaisseaux a pu envoyer son rapport au reste de la flotte prévue pour l’assaut. Flotte d’assaut qui était surprise de voir une division complète de S.N.U. entourer la station à son arrivée. Car l’avant-poste scientifique a prévenu le spatioport de la première attaque et les renforts sont arrivés rapidement après la destruction des éclaireurs.

A bord de la station, les gardes ont suivit le protocole d’évacuation du personnel. Cette procédure n’avait pour but que de préparer tout le monde à embarquer dans les nacelles d’évacuation, en cas de perte de la station. Kristen et Betty n’étaient pas très inquiètes, en fait tout le monde a suivit les instructions dans le plus grand calme.

Alors que le Helheim et le Normandy combattaient aux côtés de Liberals, Oracle a reçu une notification de l’attaque. Dix minutes plus tard, il a reçu l’annonce de la victoire, et qu’il n’y avait aucune perte civile à déplorer. Encore un échec cuisant pour Justice Party. Blake voulait prendre l’avant-poste pour y placer Axel Dregor aux commandes. C’était le seul moyen d’introduire son bras droit derrière les lignes ennemies, car ce dernier était recherché mort ou vif par le Haut Commandement. Lorsqu’il a appris cet échec supplémentaire, Blake est devenu fou de rage. Ce qu’il restait de son peuple et lui étaient condamnés à vivre dans des vaisseaux. Blake vivait comme les pirates du secteur, et il se sentait humilié à vie.


Entre Janet et Skjør, les échanges étaient devenus rares. Leur relation était devenue purement professionnelle, leur amitié ne se faisait plus sentir. Il avait cependant toujours une grande admiration pour elle, et une confiance solide. Mais il s’inquiétait pour ses choix personnels, et il ne pouvait rien faire car il n’avait pas à s’en mêler. Il remarquait qu’elle se donnait de plus en plus dans son travail, et ses séances de sport individuelles ressemblaient beaucoup à de l’auto-torture. Janet avait trouvé dans le sport un moyen de faire le vide dans son esprit. Skjør avait remarqué qu’elle en faisait de plus en plus pendant son temps libre.



Mais elle avait toujours cette décision à prendre : rester membre de l’équipage, ou tout laisser tomber pour vivre une vie moins dangereuse… et plus ennuyeuse.

Pendant une réunion d’officiers au quartier général, Skjør a briefé ses hommes sur un nouveau projet.




- Julieta : « Une planète habitable bien à nous… ça fait rêver. »

- Asbjörn : « Ça fait un moment que le chef des opérations AX convoite ce monde. »


- Skjør : « Et ça tombe bien car non seulement le système en question est sur notre route, mais en plus notre présidente veut elle-aussi cette planète. »

- Sarah : « Ça ne va pas être simple. C’est un système vraiment très peuplé. »


- « J’en ai conscience, mais on peut s’y frayer un chemin. Justice Party y est présente et elle est très affaiblie. Nous devons en profiter pour frapper fort. »

- « Notre équipage ne peut pas gérer ça tout seul. »


- « On peut déjà essayer. Mais je suis du même avis que toi, on va avoir besoin de renforts. »

- « Je suis bien tenté d’engager le combat au sol cette fois. On ne comprend toujours pas comment Chi Blake arrive à avoir autant de vaisseaux à sacrifier. »


- « C’est bien ça le problème. Le peuple de Justice Party réside à bord de vaisseaux maintenant. L’affrontement spatial reste l’unique option. »

- Fritz : « Ils sont en train de finir comme les Stingers. Bientôt, Blake se lancera dans le mercenariat. »


- « D’après nos renseignements, supervisés par Geyser et Igor, Justice Party a une place sur cette planète. Nous devrions effectuer quelques opérations spatiales avant de pouvoir nous y poser et envoyer des éclaireurs. »

- « Mais pour ça nous devons déjà installer notre faction dans le système. Autrement nous n’aurons aucun droit de traverser son atmosphère. »


- « Exact, on a du travail. En attendant, nous devons nous préparer pour cette lourde opération. Le travail que Geyser et Igor ont fourni avec nos espions nous a permis d’avoir des infos intéressantes. Un gangster natif de cette planète doit se rendre dans un de nos sites d’extraction de ressources aujourd’hui. Il se nomme Alexander Kawalsky. Par le passé il volait des métaux à Justice Party et les autres factions pour un homme d’affaires opérant là-bas. Kawalsky possède des accès dont nous aurions besoin. Et Elin m’a demandé de les récupérer, c’est une mission officielle. »

- Jade : « Quel type de vaisseau il pilote ? »


- « Un Clipper modifié capable de se défendre, baptisé le ‘Dagger’. Et Kawalsky est Elite. Il n’a qu’un seul membre d’équipage, sa co-pilote. La prime s’élève à 245 000 crédits pour le tout, donc engagement hostile à vue. »

- « Arf ! Les armes du Helheim sont trop puissantes pour un Clipper. On doit éviter de le détruire. »


- « On verra bien. Elin a ordonné que le Helheim soit déployé, et pas un autre. »

- « Pourquoi ? La cible peut obtenir du renfort ? »


- « Non, mais les données que nous devrons transporter sont précieuses, et elles doivent être bien gardées. J’ai proposé de piloter le Celestial Öfnir, mais elle a insisté. Donc voilà comment nous allons procéder : Asbjörn dirigera les tourelles, nous viserons les moteurs du Dagger. Julieta et Fritz, vous aurez en charge les chasseurs embarqués. Votre rôle sera de distraire Kawalsky uniquement, faites le moins de dégâts possible, énervez-le. Au départ nous ne ferons qu’une simple chasse aux pirates. Sarah surveillera les senseurs et devra nous avertir quand le Dagger sera repéré. Janet, désolé mais je n’ai pas d’objectif pour toi. Fais comme d’habitude et supervise l’équipage. »

- Janet : « Je suis à tes ordres. »

Skjør a pris la réponse de Janet en cachant sa tristesse de la voir agir de la sorte.


- « Est-ce que vous avez des suggestions ? »

- « Pour moi tout est bon. Paré à passer à l’action. »


- « Tout pareil, commandant. »

- « On est tous prêts. »


- « Parfait, alors rejoignons nos postes. »

Ils se sont levés de leurs fauteuils et ils ont quitté la salle de réunion. Skjør attendait que tout le monde soit sorti, comme d’habitude. C’était sa façon de ‘fermer boutique’. Janet était la dernière, elle récupérait sa tablette et son blouson. Il voulait profiter d’être seul avec elle pour discuter.


- « Tout va bien, Jane ? Je ne t’ai pas beaucoup entendue. »

- « Oui, très bien. »


- « Et… avec Josh ? Ça se passe bien ? »

- « Il me rend heureuse. »


- « J’ai remarqué que tu accordais plus de temps à la gym ces derniers temps. Tu suis un nouveau programme ? »

- « Non, pas spécialement. J’essaie juste de me maintenir en forme le plus possible. Voyager dans l’espace et combattre demande d’être en parfaite condition physique. »


- « Oui, c’est certain. Écoutes, je sais qu’en ce moment c’est plutôt calme pour toi. Mais je te réserve une partie de l’opération sur la planète. J’aurais besoin d’une personne de confiance pour effectuer une reconnaissance, lorsqu’on pourra traverser l’atmosphère. »

- « J’ai hâte. »


- « Bien, allons-y, on a un Clipper à cuisiner. »



Le Helheim a quitté le spatioport et a entamé sa descente vers la ceinture d’astéroïdes, sur le site d’extraction de ressources. Deux de ces sites n’étaient pas surveillés par S.N.U. pour deux raisons. La faction voulait conserver des terrains de chasse pour les Jotunheim Raiders, qu’ils appelaient des ‘arènes’. De plus les mineurs de la faction étaient très combatifs. Et voir les vaisseaux des Jotunheim Raiders démolir les corsaires était comme une distraction pendant le boulot.

Au départ, le Helheim a chassé sans déployer ses chasseurs. Un Anaconda, deux Pythons et quelques Asp Explorers ont été pulvérisés, et parfois avec l’assistance de vaisseaux miniers pour le plaisir. Jusqu’au moment où le Dagger est apparu. Sarah a signalé sa position à la passerelle, et Skjør a dirigé le vaisseau vers lui à vitesse réduite. Julieta et Fritz ont déployé leurs chasseurs et ont foncé sur le Dagger sans prévenir. Le Helheim a profité que son attention soit attirée ailleurs pour frapper. Alexander Kawalsky a perdu ses boucliers presque instantanément sans comprendre. Et à ce moment là, Skjør a cessé d’employer les armes principales, pour éviter de trop endommager la coque de la cible. Asbjörn a dirigé les tourelles vers les propulseurs du Clipper, et Julieta et Fritz attendaient que la cible soit tournée vers le vaisseau mère pour viser les nacelles.

Kawalsky ne comprenait pas la stratégie du Helheim. D’abord envoyer le paquet sur les boucliers, puis faire des dégâts minimes. Mais c’était jusqu’à ce que sa co-pilote se rende compte de l’état des moteurs du Dagger. Là les gangsters avaient compris que le Helheim voulait aborder leur vaisseau. Alors Kawalsky a rentré l’armement et il a levé le nez du Dagger, avant de booster pour s’éloigner de la ceinture. Le Helheim pouvait enfin se servir de ses multi-canons de classe 4 surchargés sur les moteurs. Un tir a suffit à stopper la cible, mais aussi pour causer des dégâts critiques. Les circuits du Dagger se sont mis à bouillir. Le Helheim s’est approché de lui pendant que les chasseurs embarqués sabotaient le générateur. Il fallait laisser aucune chance au Dagger de s’enfuir.


- Skjør, à la comm : « Dagger, toutes nos armes sont braqués contre vous. Préparez-vous à être abordés. Si vous parvenez à relancer vos machines, vous serez détruit. »

- « L’équipe d’intervention est prête à quitter le bord. »


- « Accordez leur départ. »

Geyser, Grant et Igor ont quitté le sas du Helheim et ils ont rejoint la carlingue du Dagger. Igor a découpé l’écoutille d’accès et ils sont entrés dans le vaisseau. Une fois dans la zone pressurisée, ils ont progressé dans les coursives, casques fermés. Kawalsky et sa co-pilote pouvaient toujours avoir le contrôle du système de survie du Dagger. Le commando est arrivé devant l’une des portes d’accès au cockpit, qui était verrouillée. Igor l’a découpée et ils sont entrés en pointant leurs armes dans toutes les directions. Ils ont retrouvé les fauteuils vides.


- Geyser, à la comm : « Helheim, ici Commando. Nous avons pris le contrôle du Dagger. Aucun contact avec l’équipage. »

- Oracle, à la comm : « Bien compris, Geyser. Nous détectons toujours les signes de vie de l’ennemi. Ils se sont réunis près des nacelles d’évacuation. Vous avez pour objectif de récupérer l’intégralité de la base de données du vaisseau. Quand ce sera fait, regagnez le vaisseau mère. »

Grant s’est installé au poste de pilotage et Igor lui a préparé le matériel de piratage.


- Grant : « Waou ! Ça fait bizarre ! »

- « Un problème, soldat ? »


- « Je ne m’étais jamais assis sur un fauteuil de pilotage. J’ai l’impression d’être commandant ! »

Igor lui a mis une petite claque derrière le crane après avoir fini les branchements.


- « La prochaine fois, ouvrez-la pour dire quelque chose de plus constructif. Igor, mettons-nous en position défensive. »

Pendant que Grant téléchargeait la base de données du Dagger, Geyser et Igor surveillaient les accès au cockpit. Fritz a fait le tour du vaisseau avec son chasseur pour se rapprocher de la verrière et voir comment ça se passait. Grant a réussi à télécharger tout ce qu’il fallait et il a commencé à tout remballer. Au centre de commandement du Helheim, Janet surveillait tout ce qu’il se passait à bord du Dagger. Elle a remarqué que l’un des signes vitaux près des nacelles se déplaçait vers le générateur.


- Janet, à la comm : « Oracle, l’un des membres d’équipage du Dagger se rend au générateur. Je pense qu’ils veulent enclencher l’autodestruction manuellement. Relayez l’info au commando. »

Oracle a prévenu les guerriers et ces derniers ont vite fait de quitter le cockpit. Ils sont retournés au sas pour quitter le vaisseau quand des explosions ont apparues tout autour.


- Geyser, à la comm : « Ne traînons pas ! »

Ils se sont élancés dans le vide spatial et le vaisseau a explosé en rejetant deux nacelles d’évacuation. Personne à bord du Helheim ne savait si le commando avait survécu.


- Skjør, à la comm : « Est-ce que quelqu’un peut me dire si ils ont réussi ? » demanda-t-il, inquiet.

- Sarah, à la comm : « Un champ brouille les capteurs sur un rayon de 150 mètres autour du point d’explosion. Il faut attendre un peu. »


- Oracle, à la comm : « Commando, est-ce que vous nous recevez ? »

Pas de réponse de la part des guerriers. Janet et Sarah cherchaient partout avec les détecteurs et la caméra drone. Julieta et Fritz en faisaient de même avec les chasseurs.


- Transmission brouillée : « Il nous en faut bien plus pour nous envoyer à Asgard. »

Tout le monde était soulagé.


- Julieta, à la comm : « J’ai retrouvé l’un d’entre eux. Ils étaient trop près de l’explosion. L’homme que j’ai devant moi se déplace à 46 m/s. »

- Sarah, à la comm : « Nous les avons tous les trois sur les capteurs. Ils sont verrouillés. »


- Janet, à la comm : « Commando, servez-vous de vos propulseurs Remlok pour ralentir. Chasseurs embarqués, placez-vous sur leur trajectoire pour les intercepter. »

- « Ils vont être difficiles à récupérer. Ils sont trois, et nous n’avons que deux chasseurs. Nous ne pouvons pas lancer de troisième, le hangar ne peut en contrôler que deux à la fois. »


- « Je sais, Asbjörn. Le troisième, c’est le Helheim. Sarah a indiqué leur position sur mon ATH. »

Julieta a positionné son chasseur devant Igor et s’est alignée sur sa vitesse avant de ralentir délicatement. Igor a pu poser la main sur le Condor et il s’y est agrippé avant que Julieta ne s’arrête. Fritz en a fait autant pour Geyser. Il ne restait plus que Grant, qui fonçait tout droit sur un astéroïde.


- « Il faut faire vite, commandant. La cible est trop petite, nos capteurs peuvent le perdre. »

Grant n’arrivait pas à ralentir assez. Il a été surpris par l’immense vaisseau qui est venu se placer juste devant lui, écoutille de soute ouverte. Le Helheim anticipait l’approche de Grant en marche arrière, avec un astéroïde mesurant 4 fois sa taille juste derrière.


- Grant, à la comm : « Attendez… mais vous êtes sérieux ?? »

- Skjør, à la comm : « Très sérieux, Grant. Accrochez-vous et laissez-moi faire le reste. »


- Grant, à la comm : « M’accrocher à quoi ?? Et si vous touchez l’astéroïde, je vais m’aplatir comme une crêpe au fond du récupérateur de cargaison ! »

- Asbjörn, à la comm : « Gardez votre calme, Grant. »

Grant est passé dans la gueule du monstre de chrome et il s’est posé contre la paroi du fond comme une feuille. Puis Skjør a refermé l’écoutille et il a inversé les machines. Les énormes propulseurs sont venus balayer la surface du roc, et le Helheim s’est éloigné. Julieta et Fritz sont venus lui apporter les deux autres.


- Geyser, à la comm : « Dites-moi, Helheim. Est-ce qu’on ne pourrait pas entrer dans le cockpit de ces drones ? »

- Fritz, à la comm : « Vous pourriez gêner notre visibilité avec la téléprésence, désolé. »


- Geyser, à la comm : « C’était une simple question. C’est qu’il fait un peu froid dehors. La prochaine fois, on fera ça dans la partie éclairée par l’étoile ? »

L’un après l’autre, les Condors ont apponté avec le Helheim, en transportant chacun un homme sur sa carapace, se tenant fermement aux poignées près du cockpit. Lorsque le dernier chasseur est entré, Joshua et Nail ont pris les guerriers et ils ont amené les deux hommes à l’infirmerie. Grant était déjà bien installé.


- « Alors c’était vous le plus dans la galère, mais vous êtes le premier arrivé ? »

- « Quel rodéo, hein chef ? »


- « On a connu pire. »

- « Aucun souvenir. »

Igor a balancé une serviette sur Grant. Asbjörn est arrivé à l’infirmerie pour voir si tout allait bien. Valarios et les infirmières avaient déjà fini de les examiner.


- « Alors, docteur ? »

- Valarios : « Ils sont en pleine forme ! »


- « On dirait que l’équipage a encore accompli un exploit. »

- « On ne s’ennuie pas avec le Helheim. »


- « Bon et ces données, ça dit quoi ? Parce que j’espère qu’on n’a pas fait tout ça pour rien. »


- « Janet et Derek sont déjà penchés sur la question. Et la flotte a récupéré les nacelles d’évacuation d’Alexander Kawalsky et sa partenaire. Maintenant détendez-vous, on retourne au spatioport. »

Le Helheim a quitté le site et les données ont été apportées au QG pour étude. Les spécialistes ont réussi à les décortiquer et la faction a bénéficié d’éléments capitaux pour la conquête du système cible. Des accès à certaines grandes villes, toutes les informations sur l’entreprise qui détroussait Justice Party dans le passé, des informations détaillées sur la population et son histoire. Alexander Kawalsky et son associée transportaient une vraie mine d’or sans le savoir. Après le débriefing, Elin a demandé à Asbjörn de faire quelque chose pour elle. Il devait conduire le Haut Commandeur à sa nouvelle demeure. En chemin...


- « J’apprécie le geste de ma sœur. Mais franchement, je n’ai pas besoin de résidence. »

- « Vous êtes Haut Commandeur. La présidente a raison de vous offrir cette résidence. Enfin, vu la taille, ça ressemble plus à un palais. Et ça se trouve au sein même du QG, vous n’aurez pas à aller loin pour gérer les opérations. »


- « Mes quartiers à bord du Helheim me vont très bien. Jusqu’ici, je n’ai jamais… »

Ce qu’il a vu en entrant dans le hall lui a coupé la parole. Il y avait beaucoup d’espace et de confort pour un seul homme. L’endroit était même gardé.


- « Et il y a une surprise pour vous dans votre chambre. »

- « Quoi ? Un cockpit de téléprésence pour participer au CQC à distance, depuis ma chambre ? »


- « Eeeeh, non. »

- « Alors quoi ? Une citerne remplie d’hydromel ? »

Il a encore gardé le silence lorsqu’il a vu ce qui l’attendait dans la chambre.




- « Ah je vois. Et ces trois femmes avaient besoin d’une adresse ? Alors Elin m’a installé ici. Qui sont-elles ? »

- « Des guerrières, de notre propre faction. Volontaires, pas prostituées. »


- « J’ai du mal à croire ça, Asbjörn. »

- « Amusez-vous bien. » dit-il avant de partir.

Skjør s’est retrouvé seul avec ces trois jeunes guerrières dans sa nouvelle et grande demeure. Il se disait qu’il ne méritait pas tout ça, et que sa sœur ne devait pas en faire autant pour lui. Mais après tout, c’était le Haut Commandeur. Elin se disait que son frère avait besoin d’attention. Il n’a jamais vécu une vie normale, et il a eu de très mauvais moments. Elle voulait le voir redevenir heureux.
Dernière édition: il y a 11 mois 2 semaines par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema, Marcus de Moezan

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 11 mois 1 jour - il y a 11 mois 1 jour #241093 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Partie de cache cache Pt.2

28 août 3304 :

Des évènements ont ralenti la progression de S.N.U.. Tout d’abord, une énorme structure des Guardians a été découverte. C’était une balise qui permettait d’obtenir une clé menant aux secrets d’une nouvelle structure se trouvant à 46 al de sa position. La structure délivrait des schémas de vaisseaux Guardians, et l’ingénieur Ram Tah était capable de les reproduire. Son travail a permis de construire trois petits chasseurs hybrides, qui peuvent embarquer dans des vaisseaux de classe moyenne ou large. De plus, un nouveau type d’intercepteur Thargoïd a été rencontré dans les Pleiades. Une entité bien plus dangereuse que le Medusa, baptisée ‘l’Hydra’.




Skjør a profité des découvertes de Ram Tah pour se procurer les plans de vaisseaux Guardians. Avec son équipage, ils ont embarqué à bord du Storm Seeker, ils sont partis examiner la balise, et explorer les ruines. A leur retour, ils ont eu accès aux chasseurs embarqués hybrides. Et toutes les personnes habilitées ont été formées au pilotage de ces petites merveilles de technologie. Janet, Skjør et Fritz ont embarqué à bord du Celestial Öfnir pour une chasse afin de tester les capacités du Trident sur les pirates. Fritz s’amusait tellement qu’il ne voulait plus lâcher le chasseur. Mais Skjør a mis fin aux tests après 10 vaisseaux corsaires détruits, car il y avait beaucoup de travail avec l’expansion de Star Norse Union.



Ils n’avaient toujours pas réussi à s’installer dans le système, car Justice Party gardait trop bien la porte d’entrée. Mais le Haut Commandement a autorisé une reconnaissance au sol sur la planète terraformée. Asbjörn a pris la responsabilité de préparer Janet.




- Asbjörn : « Grâce aux données de Kawalsky, nous savons où chaque faction est implantée sur la planète. Comme vous devez vous en douter, c’est Justice Party qui nous intéresse. Expulser cette faction du système est notre unique moyen de nous y installer. »

- Janet : « Alors on se sert des accès pour traverser l’atmosphère. Bon, et après ? Je dois aller où ? »


- « Justice Party possède un campement au niveau de l’équateur, en milieu forestier. Et vous n’irez pas seule, Sarah va vous accompagner. »

- « Quoi ?? »


- « Skjør veut que vous ayez quelqu’un pour vous protéger sur place. »

- « Je refuse d’effectuer cette mission avec elle, et Skjør le sait très bien. »


- « Je me suis porté volontaire pour vous accompagner. Mais j’ai des tâches à accomplir ailleurs. Skjør veut que ce soit Sarah qui vous accompagne. C’est la responsable de la sécurité après tout. »

- « Pourquoi ne pas me laisser l’un des membres du commando ? »


- « Le commando sera occupé ailleurs lui-aussi. Soyez gentille, Janet. Sarah est une guerrière expérimentée. »

- « (soupir) Ça ne me plaît pas du tout. Bon, et qu’est-ce qu’on doit faire une fois sur place ? »


- « Vous serez déposées à 6 km du campement grâce à l’un de nos dropships. Votre objectif est d’approcher le campement et d’analyser les défenses. Il est possible qu’il ne s’agisse que de quelques vaisseaux posés, et non d’installations. Nous connaissons l’emplacement, mais nous n’avons pas les caractéristiques du site. »

- « D’accord, donc on doit découvrir tout ce qui s’y trouve. Est-ce qu’on prévoit un assaut ? »


- « Négatif. Justice Party est protégée par les autorités locales. Nous voulons juste savoir de quoi dispose la faction sur la planète. »

- « Quel intérêt si le Haut Commandement ne compte pas attaquer ? »


- « Les informations de la cartographie ne suffisent pas. Nous avons besoin de plus de détails pour connaître l’ensemble des ressources du général Blake. »

- « Je vois. »


- « Voilà, vous avez vos directives. Votre vaisseau décollera dans deux heures. »

Janet a quitté la salle de briefing pour retrouver Skjør. Elle était agacée qu’il ait décidé de lui confier Sarah comme garde du corps. Elle l’a retrouvé en train de s’entraîner au corps à corps avec Geyser au gymnase.




- « Deimos, est-ce qu’on peut parler ? »

- Skjør : « Je t’écoute. » répondit-il en encaissant les coups de Geyser.

Janet voulait surtout interrompre leur séance, pour parler avec lui en privé. Mais comme elle voyait qu’il était occupé, elle s’est lancée.


- « Je ne veux pas partir avec Manning. »

Geyser a réussi à mettre Skjør au sol. Alors il a mis son poids sur lui pour attaquer son abdomen avec les poings. Skjør se couvrait, mais comme il était ennuyé par la petite guerre entre Janet et Sarah, il devait lui répondre.


- « Tu es très directe. Elle a un prénom, tu sais ? Et partir ensemble en mission, rien que toutes les deux, ça vous fera une occasion de faire la paix, non ? » dit-il en prenant les coups de Geyser.

- « Tu vois, c’est le genre de chose qui n’arrivera jamais, tu entends ? »

Skjør a fait une prise à Geyser avec les jambes pour le mettre à terre et il s’est relevé. Il a attendu que son adversaire soit débout, puis ils ont repris la lutte.


- « Je commence à en avoir marre. »

- Geyser : « Désolé, commandant. Vous voulez que je ralentisse ? »


- « Mais non, donnez tout ce que vous avez. »

- « Alors ça va barder. » dit-il avant de charger.


- « J’en ai assez de votre conflit qui n’a ni queue ni tête. Alors vous allez régler ça une bonne fois pour toutes. Vous partirez ensemble, et c’est un ordre. »

- « Alors l’une de nous deux ne reviendra pas de cette mission. »

Skjør s’est laissé distraire par la réponse de Janet, et a pris un méchant coup de Geyser en pleine figure, qui l’a sonné. Il est tombé au sol, et Geyser l’a aidé à se relever.


- « Ça va, commandant ? »

- « Je crois que je ne l’ai pas volée, celle-là. »


- « Bon, on arrête là alors. »

Skjør s’est approché de Janet en reprenant ses esprits.


- « C’était quoi cette remarque, tu peux me dire ? »

- « Si cette garce présente le moindre point faible pour cette mission, je me débarrasserais d’elle. Sinon, les choses finiront forcément par exploser entre elle et moi. Et la plus forte reviendra vivante. » répondit-elle avant de partir.

Skjør n’a pas eu le temps de dire quoi que ce soit, Janet lui a tourné le dos, furieuse. Énervé à cause de son comportement, il a jeté ses gants par terre et il a pris le temps de récupérer, en se demandant si il n’avait pas faire une bêtise.

Janet et Sarah se sont croisées à l’armurerie. Elles se sont préparées pour la mission. Sarah sentait que l’atmosphère était très tendue. Alors elle a pris son courage à deux mains et elle est allée parler avec Janet.


- Sarah : « Sachez que je n’approuve pas non plus le choix du commandant. Mais je resterais professionnelle le plus possible. Tâchez d’en faire autant. »

- « Évitez de m’adresser la parole, pour commencer. Le simple fait d’entendre votre voix me dérange. »

Pour éviter de déclencher une bagarre, Sarah n’a plus rien dit et elle est retournée à sa place. Elles devaient enfiler une armure de Ranger qui résistait aux chocs et apportait une protection pare-balle efficace. L’armure était aussi capable d’administrer des medpacks sur les blessures. Elles avaient chacune pour armes un fusil répétiteur à plasma, un pistolet incapacitant et un couteau. En équipement utilitaires le scanner de base, de la corde, et des jumelles. Elles devaient être bien équipées pour progresser en milieu forestier. L’armure était légère et l’équipement bien fixé. Elles pouvaient se déplacer sans contrainte et silencieusement.

Lorsque tout était prêt, elles ont embarqué à bord du Dropship. Le vaisseau a décollé et il a sauté dans le système voisin, pour se diriger vers la planète cible. Sarah observait Janet qui était assise en face d’elle. Elle se demandait toujours pourquoi elles étaient aussi rivales. Le vaisseau a traversé l’atmosphère en usant de ses accès, puis il a suivit les coordonnées. Une fois arrivé, il s’est posé dans une clairière à plus de 6 km de l’objectif. Janet et Sarah ont débarqué et le vaisseau est parti. Janet a voulu mettre les choses au clair avec sa co-équipière.


- « Ecoutez-moi attentivement. Vous ferez tout ce que je vous dirais. Si je vous demande de sauter, la seule question que j’autorise c’est : ‘Jusque où ?’. Est-ce que je suis assez claire ? »

- « Je vous l’ai dit, je ne vous gênerais pas. »


- « Alors ça c’est raté. Votre présence me gêne déjà beaucoup, plus que vous ne sauriez l’imaginer. Maintenant faites attention. On a déjà trouvé un sentier, ça veut dire qu’il y a souvent du passage ici. »



Elles ont vérifié leurs armes et elles ont commencé à avancer dans les bois, en direction de l’objectif. Elles ont parcouru 3 km jusqu’à ce que Sarah repère un type en armure en train de patrouiller.


- « Baissez-vous. » dit-elle discrètement.

- « Ça va, je l’ai vu aussi. »

Elles se sont cachées derrière un énorme tronc.


- « Je propose de l’encercler et de lui tomber dessus en même temps. Il faut le neutraliser sans faire de bruit. »

- « La ferme, je vous ai dit que c’était moi qui donnait les ordres. Vous, vous allez rester ici. Je m’occupe de ce vigile. »

Janet a contourné le garde et elle a attendu qu’il ait le dos tourné pour l’assommer. Sarah observait la scène en notant quelques points négatifs dans l’approche de sa ‘chef’. Elle avait pris trop de risque en se mettant à découvert pour approcher sa cible. Janet était forte, mais Sarah était la plus habile pour faire ce genre de chose. Lorsque la voie était libre, Sarah a rejoint Janet sans faire de remarque, et elles ont repris leur route. Elles ont fini par entendre le bruit continu d’une machinerie.


- « On doit être proche du site. Ça ressemble à un gros vaisseau. »

- « Oui, il y a un vaisseau posé quelque part. Il faut redoubler de prudence, nous pourrions rencontrer plus de gardes. Alors faites le moins de bruit possible. »

Sarah, qui était la meilleure pisteuse et la plus silencieuse, arrivait à supporter de moins en moins les réflexions de Janet.


- « Bon ça suffit. Vous allez bien m’écouter. J’ai fait ce genre de chose pendant quatre décennies, et progresser en milieu sauvage est ma plus grande spécialité. C’est pour cette raison que le commandant m’a demandé de venir. Alors soit vous changez votre comportement, et vous décidez de bénéficier de mon expérience, soit on continue dans ce sens et la mission sera un échec. »

- « Non, vous vous trompez, comme toujours. Si Skjør vous a intégrée à cette mission, c’est pour la saboter, afin de se débarrasser de moi. »


- « Mais qu’est-ce que c’est que cette idée ? Vous êtes folle ? Skjør vous adore ! »

Janet a poussé Sarah, elle était prête à lui sauter à la gorge.


- « Mensonge, il m’a mise de côté le jour où il vous a engagée. Vous n’êtes qu’un poison. Quand je rentrerais de cette mission, et que Skjør verra que vous ne serez plus là, je lui apprendrais à ne plus recruter chez l’ennemi. »

Elle a jeté son fusil, sorti son couteau et elle s’est apprêtée à attaquer Sarah. Mais cette dernière s’attendait à cette réaction, et elle s’était préparée. Elle a immédiatement jeté son arme aussi, attrapé son bras et Janet lui a mis un coup de poing, puis un coup de genoux dans le flac. Mais Sarah encaissait très bien les coups. Elle a plié le poignet de Janet avec une grande force pour qu’elle lâche son arme. Puis elle l’a repoussée, mais Janet ne voulait pas s’arrêter là.


- « Il est temps que vous preniez une correction. Vous avez besoin que quelqu’un vous remette les idées en place. »

- « Alors allez-y franchement. Parce que moi, je vais vous tuer. »

Janet s’est approchée de sa rivale et elle a tenté de lui donner un coup de pied. Sarah a bloqué son attaque mais Janet lui a immédiatement mis un coup de poing dans la figure. Sarah lui a mis un coup de pied bien placé dans la jambe pour la plier, et elle lui a attrapé la tête pour lui mettre un coup de genoux dans la mâchoire. Janet est tombée, étourdie, mais elle s’est quand même relevée. Elle a tenté trois autres attaques simultanées que Sarah a parées, et une quatrième qu’elle a esquivée avant de lui mettre un puissant coup de poing dans le ventre, un coup de coude dans la tempe et un coup de pied dans l’épaule pour la faire tomber.

Sarah avait 86 ans, et le corps d’une sportive de haut niveau de 25 ans. Et avec son âge avancé, elle a eu tout le temps d’apprendre des tas de formes d’arts martiaux. Ce qu’elle maîtrisait le plus, c’était le kickboxing. Janet voulait encore se lever. La différence entre elles, c’était que l’une voulait tuer l’autre, aveuglée par ses sentiments, alors que l’autre voulait simplement arranger les choses en limitant les dégâts. Elles étaient toutes les deux très déterminées. Sarah a dégainé son arme de poing, elle a posé son pied sur le torse de Janet et elle a visé sa tête.


- « Vous vouliez me tuer, et c’est raté. Vous agissez sans réfléchir. Vous aviez raison sur un point : Skjør a fait une erreur. Il s’est trompé en vous croyant apte au service. Je vais poursuivre la mission sans vous. »

Elle l’a relevée, en gardant l’arme pointée sur elle. Janet était sonnée, à moitié assommée. Sarah l’a assise au pied d’un arbre et l’a bien attachée pour qu’elle ne puisse plus bouger. Puis elle a endormie avec son arme incapacitante. Elle a fait en sorte que personne ne puisse la trouver en la cachant avec des branchages. Elle n’était cependant pas sûre que tout se passe bien pendant son absence. Janet était un boulet pour la mission. Elle l’a laissée là, malgré son manque de confiance et elle a repris la direction du site à analyser.



La distance à parcourir n’était pas grande, alors elle se disait qu’en cas de problème elle pouvait revenir rapidement. Elle a aperçu un autre garde, et elle a rapidement trouvé un plan pour s’en débarrasser. Elle a analysé le comportement du type et sa ronde. Ses yeux se sont instinctivement dirigés vers un arbre en particulier. Alors elle s’est dirigée discrètement vers cet arbre et elle a commencé à l’escalader. Le vigile s’approchait alors qu’elle était trois mètres au dessus de lui, accroupie sur une branche épaisse. Elle a alors fait un petit sifflement pour attirer l’attention de sa proie. Il fallait qu’il soit tourné face à elle, la tête regardant en l’air. A ce moment là, elle a sauté de la branche et elle a atterri sur sa cible, le pied droit sur une épaule et le pied gauche en plein sur le visage, et la main droite contre le torse pour amortir la chute.




Dans un système voisin, le Celestial Öfinir était en mission spéciale. Skjør avait fait embarquer Julieta et Asbjörn avec lui. Le système qu’ils avaient aisément pris à la Fédération était visité par une petite flotte impériale. Ce qui a réveillé les soupçons de Skjør, c’était que le chef de cette flotte venait tout droit du système Phiagre.


- « Je ne crois pas qu’envoyer Sarah et Janet sur la planète était une bonne idée. »

- « Je veux que tous les éventuels conflits au sein de l’équipage prennent fin. »


- « Certes, mais il ne faudrait pas que ça engendre la mort de quelqu’un. »

- « Je sais, mon ami. J’ai pris cette décision pour une bonne raison. Je sais comment va se dérouler leur mission. Elles reviendront toutes les deux avec les infos dont on a besoin, et elles feront la paix. »


- « Hm… j’en doute. Moi j’ai peur pour Sarah. »

- « Ne vous en faites pas pour elle commandant. C’est plutôt pour Janet qu’il faut s’inquiéter. »

Le Celestial Öfnir a quitté la super navigation près du spatioport. Un Imperial Cutter et deux Coursiers étaient en stationnaires et ne bougeaient pas. Le Celestial Öfnir est arrivé par derrière, les a longés et il leur a fait face.


- DeimosReaper, à la comm : « Ici le Haut Commandeur Skjør Bjarkan, bonjour. »

- Imperial Cutter : « Salutations, Haut Commandeur. C’est un grand honneur de vous rencontrer. »


- DeimosReaper, à la comm : « C’est flatteur. Pouvez-vous nous dire ce que vous faites ? »

- Imperial Cutter : « Nous conduisons notre princesse. Elle voulait venir jusqu’ici pour contempler la faction qui a réussi à prendre trois systèmes en un mois. »


- DeimosReaper, à la comm : « Vous venez de loin juste pour ça ? A vous entendre, votre princesse semble nous admirer. Puis-je connaître son nom ? »

- Imperial Cutter : « Pas pour l’instant. Nous aimerions bénéficier de votre hospitalité pendant quelques temps. La princesse viendra à votre rencontre, ainsi que tous les autres leaders de Star Norse Union. »


- DeimosReaper, à la comm : « Bien sûr. Pourquoi cette colonie et pas notre système d’origine ? »

- Imperial Cutter : « Pour plus de sécurité et de discrétion. C’est votre système le moins peuplé, et nous devons veiller à la sécurité de notre princesse. »


- DeimosReaper, à la comm : « Naturellement. Demandez-donc une plateforme d’atterrissage. Passez un bon séjour. »

- Imperial Cutter : « Merci à vous, Haut Commandeur. »

Le Cutter et son escorte se sont avancés vers le spatioport, et le Celestial Öfnir est reparti.


- « C’est étrange. »

- « Je vous l’accorde, il y a quelque chose qui cloche. Peut être qu’ils sont venus faire du repérage. Mais avec notre sécurité renforcée, ils ne verront pas grand-chose. »




Sarah a fini par trouver l’objectif, à la bordure de la forêt. Elle s’est baissée et cachée derrière entre un tronc d’arbre couché et du feuillage pour observer le site. Elle a pris le temps de vérifier qu’il n’y ait aucun danger autour d’elle, puis elle s’est dépêchée de scanner et enregistrer la zone avec sa tablette. Elle observait également le site avec ses jumelles, au cas où le scanner ne voyait pas tout. Le site était un avant-poste établi avec un Anaconda et un Python. Ce n’était donc pas une base permanente. Mais Justice Party avait l’air de s’y cacher, donc ils comptaient rester là un bon bout de temps. Soudain, Sarah a entendu des bruits de pas qui s’approchaient. Elle a rangé son équipement et préparé son arme.



Les gardes de Justice Party se sont arrêtés là pour discuter. Sarah est restée cachée derrière le tronc d’arbre pour attendre qu’ils s’en aillent.


- Garde 1 : « Le contact a été rompu avec Recon 4 et 6. On doit retrouver leur balise et savoir ce qu’il se passe. »

- Garde 2 : « Ah, mais t’occupes. Ça ne sert à rien de surveiller la zone, personne ne nous trouvera ici. Ils doivent être en train de piquer un somme quelque part. »


- Garde 1 : « Des fois je me demande pourquoi tu as été recruté toi. Les ordres viennent du conseiller Dregor lui-même. D’accord, ce type dirige les lieux et c’est le bras droit du général. Mais c’est pas un militaire. Je ne lui fais pas confiance. C’est sur notre vigilance que tout repose. Alors colle-toi ça dans le crâne. »

- Garde 2 : « Bon, d’accord. T’as gagné. On va explorer leur secteur. Mais on doit faire des rapports réguliers à la base. »

Puis les gardes sont partis. Sarah a terminé ses analyses et elle a quitté sa position. L’objectif principal de la mission était rempli, et en plus elle avait appris qu’Axel Dregor avait la charge de ce campement. Mais la mission n’était pas terminée tant que Janet et elle n’étaient pas rentrées. Elle était arrivée à l’endroit où elle avait laissé Janet. Mais à sa grande surprise, Janet n’était plus là, et son arme non plus. Cependant, elle a trouvé des traces de pas, qui correspondaient à la taille, au poids et aux bottes de Janet. Ça voulait dire qu’elle était partie seule.


- Sarah, à la comm : « Janet. Janet est-ce que vous me recevez ? Janet ? »

Mais personne ne répondait. Ce petit contretemps a posé un sérieux problème à Sarah, car alors qu’elle tentait de joindre Janet par radio, un tir de plasma dans sa direction l’a surprise. Elle s’est abaissée et retournée rapidement, et elle a répliqué.



Ne pouvant voir son ennemi, elle s’est redressée et elle a plaqué son dos derrière un arbre pour se mettre à couvert. Elle avait une idée de qui pouvait être son agresseur. Il tirait les mêmes projectiles qu’elle. Elle a analysé le terrain et elle a trouvé un moyen de contourner le tireur. Elle a pris une grenade à fumigène et elle l’a balancée vers l’ennemi. Puis une fois que le nuage s’est étalé, elle a fait le tour de la clairière très rapidement. Ses mouvements étaient parfaits, elle ne faisait aucune erreur. Elle a fini par arriver à la cachette du tireur, et c’est Janet qu’elle a vue. Elle s’est faufilée derrière elle et elle l’a attrapée et présentant la lame de son couteau à sa gorge. Janet s’est redressée lentement et elle a lâché son fusil.


- « Je connais quelqu’un qui serait vraiment malheureux si je vous tuais. Est-ce que je prends le risque ? »

- « Je vous avais pourtant dit que je n’abandonnerais pas. »


- « La mission est un succès. Tout ce que nous avons faire, c’est rentrer, maintenant. Il est où votre problème ? »

- « Mon problème ? Il me colle un couteau à la gorge. »

Sarah l’a retournée face à elle, et elle lui a mis un coup de tête. Janet est tombée sur le fessier, et son dos a heurté un rocher.


- « Ça suffit. Vous êtes bonne à enfermer à ce que je vois. Alors je me vois obligée de vous porter jusqu’à la zone d’atterrissage. »

Elle la visait avec son arme incapacitante, prête à l’endormir de nouveau. En attendant, elle devait contacter le dropship.


- Sarah, à la comm : « Corbeau, ici Renard. Nous sommes prêtes pour l’extraction. A vous. »

- Corbeau, à la comm : « Ici Corbeau, je vous reçois. Mais nous avons des problèmes là-haut. Un vaisseau de Justice Party a quitté la surface et est venu jusqu’ici, en orbite, pour nous prendre en chasse. Quelqu’un a dû détecter votre présence. »


- Sarah, à la comm : « Je crois savoir comment ils ont découvert qu’on était là. » dit-elle en regardant Janet.

- Corbeau, à la comm : « Je suis désolé, Renard. Mais on en prend plein la tronche. L’ennemi a l’avantage. »


- Sarah, à la comm : « Ne restez pas là-haut, Corbeau. Rentrez au QG. Nous allons nous débrouiller. »

- « Quoi ? »


- Corbeau, à la comm : « Bien reçu, Renard, désolé. Le Haut Commandeur sera aussitôt prévenu quand nous aurons atteint le système. »

- Sarah, à la comm : « N’attendez plus, Corbeau. Sauvez-vous. »


- Corbeau, à la comm : « On reviendra bientôt pour vous. Bonne chance. »

La transmission s’est coupée quand elle a entendu le moteur FSD du Dropship se charger à travers la communication.


- « Vous êtes cinglée. La ville la plus proche de notre position se trouve à 260 km. »

- « Si nous voulons survivre le temps qu’un vaisseau vienne nous chercher, nous avons besoin l’une de l’autre. Alors j’espère que vous saurez vous tenir tranquille. » dit-elle en levant son fusil vers elle.


- « Je vous ouvrirais le ventre pendant votre sommeil. »

- « Je suis très sérieuse, Janet. Si vous ne vous sentez pas capable de vous maîtriser, je vous élimine sur le champ. »

Janet voyait que ce n’était plus une arme incapacitante qui était pointée sur elle, mais une arme létale. Et ça l’a aidée à réfléchir.


- « Ça va. Je me tiendrais tranquille. »

Sarah lui a tendu la main pour l’aider à se relever. Mais Janet a préféré se relever seule, malgré la difficulté. Les rangers allaient devoir se supporter quelques temps. Elles devaient partir le plus loin possible à l’opposée du campement de Dregor. Sarah était obligée de laisser Janet partir devant, pour pouvoir garder un œil sur elle.
Dernière édition: il y a 11 mois 1 jour par DeimosReaper.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jurema

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #241821 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Attention 18+
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

Partie de cache cache Pt.3

28 août 3304 :

Corbeau est rentré au bercail et le pilote a immédiatement informé le Haut Commandement de la situation, lorsqu’il est arrivé dans le système. Skjør a envoyé trois vaisseaux escorter le Dropship jusqu’à son arrivée au spatioport, car il était très endommagé. Le pilote s’est porté volontaire pour retourner chercher Janet et Sarah, et Skjør a accepté. Mais comme le malheureux était épuisé, il ne l’a placé qu’en tant que co-pilote. Skjør comprenait ce que c’était de ne pas vouloir abandonner les siens, mais il comprenait aussi qu’un homme fatigué était moins efficace. Il s’attendait à ce que la mission ne se passe pas bien, car il a placé deux femmes qui se détestent dans la même équipe. Mais il voulait quand même garder un contrôle sur l’opération.

Il a fait préparer un autre Dropship, qui serait escorté par deux Vultures. Et le Dropship allait devoir transporter une sonde à placer en orbite de la planète. Cette sonde permettrait de trouver le signal radio de Janet et Sarah, mais aussi, il servirait par la suite à garder une vue satellite discrète sur le camp de base d’Axel Dregor. C’est pour ça que la reconnaissance au sol était nécessaire. La mise en place d’un satellite plus gros n’était pas légale, et le système entier aurait été au courant de sa présence. Grâce aux données que Sarah détenait, la sonde pourrait être activée ensuite pour suivre les coordonnées exactes du site.



Sarah et Janet étaient toujours en déplacement. La nuit commençait à tomber, et Janet était épuisée à cause des deux raclées qu’elle a prises. Sarah le voyait, alors elle a décidé de s’arrêter pour trouver un endroit où se reposer.


- Sarah : « Je pense qu’on a assez marché pour aujourd’hui. Je vois un endroit assez sombre par là, ne devrions nous y installer. Il y a un point d’eau, je vais pouvoir m’occuper de vous là-bas. »




- Janet : « Je vais bien. »

- « Non vous n’allez pas bien. Vous devez avoir quelque chose de cassé, ça fait des heures que vous boitez. Et si on continue comme ça, vous allez vous effondrer. »


- « Je n’ai pas besoin de votre pitié. »

Sarah s’est approchée d’elle brusquement.


- « J’essaie de vous aider, Janet. Je ne vous déteste pas, contrairement à ce que vous croyez. Vous vous faites des illusions. Si vous ne m’aviez pas tiré dessus, personne n’aurait entendu de coups de feu, et nous n’en serions pas là. Maintenant laissez-moi gérer cette crise, voulez-vous ? Passez devant. »

Janet n’a plus rien dit, et elle a avancé. Sarah comptait toujours garder un œil sur elle. Elles se sont dirigées vers l’endroit indiqué par Sarah. Il y avait quelques centaines de mètres de plus à parcourir.



Au quartier général, l’escadrille de sauvetage a décollé du spatioport. Comme convenu, le Dropship transportait la sonde. Skjør a regardé les vaisseaux partir, puis il est rentré à sa demeure. Il n’arrivait toujours pas à se faire à et endroit qu’Elin lui a offert. C’était beaucoup trop grand pour un seul homme, et il y avait quatre gardes à la porte d’entrée. Il est tombé sur ses trois guerrières dans sa chambre, en pleine séance de massage. Le fait d’avoir trois rudes guerrières qui l’attendaient chez lui le soir était l’une des choses auxquelles il ne pouvait s’habituer.

Il était inquiet de les voir chez lui, utilisant l’espace comme si c’était normal. Il se demandait s’il était censé vivre seul dans cette demeure, ou avec ces jeunes femmes. En tout cas, il se disait que si elles revenaient, c’était qu’elles appréciaient sa compagnie. Mais il ne connaissait que le nom et le corps de ces femmes. Il commençait à remarquer qu’elles étaient toutes les trois très complices entre elles, et très proches comme des sœurs… ou plus. Il venait seulement de remarquer que Sophie, la seule tatouée des trois, n’avait justement plus son tatouage. Car il s’agissait en fait d’un tatouage dynamique qui apparaissant ou disparaissait grâce à un appareil cosmétique. Il ne les connaissait vraiment pas assez.


- Skjør : « Bonsoir les tigresses. Je me pose une question, comment vous avez accès à ma demeure ? »

- Sophie : « Les gardes nous laissent entrer. La présidente nous a donné les autorisations. »


- Gaëlle : « Est-ce que notre présence vous dérange, seigneur ? »

- « Ce qui me dérange, c’est de ne pas savoir si je vais passer la nuit seul ou non. »


- Natasha : « Vous voulez qu’on s’en aille, Haut Commandeur ? »

- « Oui, laissez-moi seul. »

Gaëlle et Sophie ont montré leur déception, et elles se sont changées. Natasha s’est assise sur son tapis de massage et elle fixait Skjør sans bouger, alors que les autres repartaient.


- « Vous ne m’avez pas entendu, guerrière ? »

- « Je vous ai entendu, mon seigneur. Mais je n’obéirais pas. »


- « Quoi ? »

- « Vous aurez besoin de moi cette nuit, je le vois. »


- « Pourquoi ce massage, tout à l’heure ? »

- « Un entraînement très difficile aujourd’hui. J’avais mal partout. »

Puis elle s’est levée et elle s’est approchée de lui pour l’aider à se déshabiller. Elle était froide et rude, une vraie guerrière. Bien sûr, elle comptait réchauffer la nuit du Haut Commandeur, mais elle avait également un autre objectif.


- « Méfiez-vous de Sophie. »

- « Pourquoi ? »


- « Elle est étrange. »

- « C’est curieux d’entendre ça de la bouche d’une personne qui vient de bénéficier de ses talents de masseuse. »


- « Je vous dis qu’elle est n’est pas nette. » dit-elle avant de le pousser dans son lit. « Maintenant je vais vous faire l’amour, que vous le vouliez ou non. Vous êtes à moi. »

- « Euh… Quoi ? »

Elle l’a chevauché comme une bête sauvage, ne lui laissant aucun choix. Elle le voyait comme un trésor qu’elle devait à tout prix protéger. Il se demandait si c’était bien lui l’homme dans cette affaire. Il s’est dit qu’il allait devoir avoir une sérieuse conversation avec Elin, car il vivait quelque chose de peu banal avec ces guerrières.


- « Qu’est-il arrivé à vos yeux ? »

- « Il y a trois mois j’ai été faite prisonnière par Justice Party. Axel Dregor me les a pris pour que je ne puisse pas voir ce qu’ils faisaient. Ils ne voulaient pas que l’on connaisse leurs tactiques, même en tant que prisonniers. Maintenant taisez-vous. »



Sur la planète, Sarah et Janet se sont arrêtés dans une zone bien cachées, où elles pouvaient faire un feu. Elles bénéficiaient également d’un point d’eau. Elles se sont assise près du feu et Sarah analysait l’environnement avec son scanner.




- « Toujours le silence radio. Je pense qu’un vaisseau viendra nous chercher demain. Cette nuit c’est impossible, un vaisseau ça se repère de très loin dans la nuit. Il n’y a rien à manger ici. Je devrais peut être chasser. En attendant, je dois vous examiner. »

Elle s’est levée pour s’approcher de Janet. Cette ne réagissait plus comme avant, sa respiration était rapide et ses yeux avaient du mal à rester ouverts.


- « Ça ne va pas. Ça ne va pas du tout. Je suis inquiète pour vous, Janet. Comment vous vous sentez. »

- « Très mal, et ce n’est pas grâce à vous. Je me sens de plus en plus mal depuis que nous nous sommes arrêtées de marcher. »


- « Écoutez, je suis désolée. Mais vous ne m’avez pas laissé le choix. »

- « Vous allez faire quoi, maintenant ? Attendre que je meurs pour me bouffer ? Sauvage. »


- « Vous vous trompez d’ennemi. Je crois même que vous êtes en train de délirer. »

- « Justice Party est notre ennemi. »


- « Oui, c’est vrai, mais je n’en fais plus partie. Pfff vous êtes gonflée tout de même. Faut-il que je vous rappelle que vous étiez amirale de la Fédération ? Regardez-vous maintenant, prête à tout pour protéger Skjør et Star Norse Union. Je suis comme vous, aujourd’hui. »

- « Vraiment ? Vous feriez tout pour notre peuple, et notre chef ? »


- « Au moins autant que vous. »

Sarah voyait que Janet commençait à perdre connaissance. Elle l’a secouée légèrement.


- « Restez avec moi… Rrah, vous êtes en sueur. »

Elle s’est servit de son scanner pour connaître l’état de santé de Janet. Elle était complètement déshydratée, la température de son corps était trop élevée, et deux côtes étaient en train de compresser l’un de ses poumons.


- « Votre armure vous a administré son medpack, mais ce n’est pas suffisant. Vous avez besoin d’un bon bain. Laissez-moi retirer votre armure. »

- « Pas question. »


- « Nous sommes en sécurité ici. Et nous avons de l’eau claire et saine. Vous en avez besoin. »

Janet avait perdu ses forces, elle n’avait d’autre choix que de se laisser faire. Sarah lui a retiré son armure, elle l’a relevée et l’a amenée dans l’eau.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]



Sarah a commencé à baigner la jeune femme qui la détestait, et elle lui a fait boire de l’eau. Elle s’est occupée d’elle comme une mère s’occupe de sa fille. Puis elle l’a assise au bord, et elle s’est servit de son propre medikit pour traiter ses blessures. Janet commençait à réaliser qu’elle n’était pas si mauvaise que ça en fin de compte. Les soins qu’elle lui apportait lui faisaient un grand bien, l’air frais et l’eau lui redonnaient de la force.


- « Vous ne voudriez pas que le chef vous voit dans cet état lamentable, quand même ? »

- « Comment pouvez-vous être aussi attentionnée avec moi, alors que j’ai été horrible avec vous ? »


- « En tant que responsable de la sécurité au sein de l’équipage, je suis très bien renseignée sur chaque membre. Normalement c’est aussi le job du docteur Valarios, mais je m’assure de connaître tous les soucis. »

- « Et selon vous ? C’est quoi mon souci ? »


- « Vous êtes tombée amoureuse d’un homme pour la première fois de votre vie. Vous vivez des changements que vous ne connaissiez pas auparavant, et vous êtes perdue. Et vous ne vous pardonnez toujours pas ce qui est arrivé au commandant, quand Dregor l’a capturé, et quand Flash a été tué. Vous auriez dû être à ses côtés, c’est vrai. Mais ce qui est fait est fait. Je sais que Skjør vous a pardonnée. Il vous en a voulu car vous lui aviez juré de le protéger, et ce n’était pas le cas ce jour-là. »

- « Comment savez-vous pour Josh et moi ? »


- « Ce n’est pas de lui que je parle. Et honnêtement, je ne pense pas que cet homme soit fait pour quelqu’un comme vous. Vous êtes un soldat, vous commandez des hommes, vous avez activement participé à la création d’une faction. Je ne sais pas qui est l’homme qui fait battre votre cœur, mais en tout cas ce n’est pas lui. Ce genre de chose, ça se voit très bien. »

- « Je me bats, c’est juste. Mais je ne suis pas la plus forte. Skjør avait au moins raison sur un point quand il vous a recrutée. Vous êtes très douée. »


- « Nous ne sommes pas comparables. Si vous aviez mon âge, je suis certaine que vous m’auriez battue en combat singulier. A votre âge, je ne savais pas faire tout ce que vous faites. »

La tension était légèrement retombée entre elles. Sarah a terminé les soins et elle a passé sa main sur la cage thoracique de Janet pour connaître l’ampleur des dégâts.


- « Vous avez besoin de passez dans un bloc opératoire, pour ressouder les côtes. Vous ne pouvez pas rester comme ça trop longtemps. Au stade actuel, je vous laisse deux jours à vivre. »

- « C’est rassurant. »


- « Désolée... Je vais vous dire un secret. Face à vous j’avais peur, alors j’ai donné le meilleur de moi-même pour vous arrêter. Bon, sortons de là. Vous allez sécher près du feu. Ensuite vous pourrez enfiler votre armure. »

Sarah a aidé Janet à sortir de l’eau et elles sont retournées près du feu. Janet se sentait mieux, au point de ne plus faire de malaise. Elles allaient pouvoir passer la nuit tranquillement. Mais seule Janet s’est endormie. Sarah est restée éveillée pour monter la garde.



Le lendemain, Skjør s’est réveillé tôt, près de Natasha. Il voulait lui montrer son mécontentement pour lui avoir désobéi la veille, et pour lui avoir planté ses griffes dans le dos toute la nuit. Alors il est sorti du lit, et il a éjecté le matelas pour la faire tomber.


- « ON SE LÈVE SOLDAT !! IL EST 5H30, ET C’EST L’HEURE DE FAIRE LE FOOTING DU MATIN !! »

- « Quoi ?? Mais ça va pas ?! » dit-elle à moitié éveillée.


- « Hahahaha !! »

- « Ça vous prend souvent ? »


- « Debout, je ne veux personne chez moi quand je ne suis pas là. Je prends une douche, et je veux que vous soyez partie quand je descendrais. »

- « Rrrah ! »

Il a quitté la chambre pour rejoindre sa salle de bain géante. Quand il est parti, il était content de voir que la guerrière s’était enfin décidée à suivre les ordres. Il est allé au Haut Commandement et il y a retrouvé Asbjörn.


- « Vous êtes déjà debout ? »

- Asbjörn : « Et vous ? » demanda-t-il en souriant.


- « Je m’inquiète pour deux membres irremplaçables de mon équipage qui sont perdus dans la forêt. »

- « La sonde a été mise en place il y 4 heures, et nous les avons localisées. Elles sont sans danger. Le dropship doit attendre encore une heure pour aller les ramasser. »


- « Du nouveau sur la princesse impériale ? »

- « Oui, nous avons eu un cliché, alors qu’elle passait devant l’un des hublots de son Cutter. J’ai comparé avec nos archives, et je suis tombé sur la photo d’une personne que vous avez tuée. Elle s’appelle Alissa Morena. »


- « Impossible. C’est strictement impossible. On lui a coupé le cœur en deux. »

- « Je ne sais pas quoi vous dire, commandant. La ressemblance est frappante. Il faudra qu’on ait accès à un réseau impérial pour confirmer. Elle avait peut être une sœur jumelle ? Ou alors elle a été clonée, ou ressuscitée. Mais normalement c’est impossible. »


- « Okay, je connais quelqu’un qui pourrait nous en dire plus. J’ai besoin que vous alliez interroger Kylee Høgsen, c’est une pilote de la Division du Bouclier de Freyr. »

- « Très bien, je sais qui c’est. Je la trouverais facilement. »

Asbjörn est parti et Skjør est resté dans la salle de commandement pour suivre la progression de l’opération de sauvetage de Sarah et Janet. Asbjörn s’est renseigné auprès des supérieurs de Kylee et ils lui ont indiqué son adresse. Lorsqu’il est arrivé à son domicile, il était surpris de voir que ce n’était pas Kylee qui ouvrait la porte...


- Kido : « Commandant Baldrik ? Qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-il surpris, en se tenant droit.

- « Kido ? Je suis bien devant l’appartement de Kylee Høgsen ? »


- « Oui, commandant. Elle est en train de dormir. Mais… que se passe-t-il ? Il y a un problème ? »

- « Non, aucun problème, guerrier. Je ne savais pas que vous et… Enfin bref. J’ai besoin d’un renseignement sur une impériale, et Kylee devrait pouvoir m’aider. »


- « Euh… euh, et bien entrez, commandant. Ne restez pas là. Je vais la réveiller. »

Ils sont entrés, Kido est entré dans la chambre. Quelques secondes plus tard, il est revenu voir Asbjörn.


- « Vous pouvez aller la voir. Elle n’est pas présentable, mais après tout… on est des vikings ! »

Asbjörn est entré et Kylee était toujours dans son lit. Elle n’était plus comme dans ses souvenirs. Elle avait vraiment une mauvaise mine. Il s’est assis sur un fauteuil à côté d’elle.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]




- Kylee : « Bonjour, commandant. »

- « Bonjour, pilote. Bien dormi ? »


- « Oui. Pourquoi ce réveil brutal ? »

- « Dites-moi, vous n’êtes pas censée être disponible ? »


- « Ah, oui, c’est vrai. »

- « Nous avons la visite d’une princesse impériale dans nos systèmes. Et j’ai juste une question pour vous : Est-ce qu’Alissa Morena avait une sœur jumelle ? »


- « Oui, c’est exact. Mais je n’en ai jamais parlé à personne… Vous voulez dire qu’elle est ici ? »

- « C’est bien possible. Et nous devons connaître ses intentions. D’où ma présence ici. C’est très important. »

Elle s’est levée brusquement de son lit et s’est tenue droite devant Asbjörn. Kido riait discrètement.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]




- « Je suis volontaire pour lui exploser la tronche, commandant. »

- « J’aime votre enthousiasme, pilote. Mais pour l’instant, je dois en savoir plus. Cela dit, je retiens votre nom au cas où. Si je ne me trompe pas, votre division est en période de patrouille au QG en ce moment. »


- « Oui, monsieur. »

- « Je ferais part de votre motivation au Haut Commandeur. Avez-vous une idée de ce que la princesse vient faire chez nous ? A-t-elle l’intention de se venger pour la mort de sa sœur ? »


- « Je ne sais pas. Elles ne s’entendaient pas vraiment. Mais il faut s’en méfier quand même, c’est une impériale. »

- « Merci pour votre aide. »

Asbjörn a quitté la chambre et Kido l’a suivit.


- « Vous pouvez compter sur moi, commandant. »

- « Je sais, Kido. Vous êtes un peu fou sur les bords, mais vous êtes un guerrier exemplaire… Si vous le souhaitez, je ne dirais rien sur votre relation avec Kylee au commandant DeimosReaper. »


- « Merci commandant, mais on ne le cache pas. »

- « C’est vrai, nous sommes un peuple libre. Mais rappelez-vous que le Haut Commandeur et Kylee ont eu une liaison pendant un temps, même si elle était fausse. Bref, je vous laisse. »


- « Je serais à bord du Helheim à l’heure. »

Asbjörn est parti et il a préparé une mission pour la rencontre avec la princesse impériale. Il repensait à Kylee, qui avait une tête de junkie. Elle n’était plus aussi rayonnante qu’autrefois et ça l’inquiétait.



Janet a été réveillée par un petit rayon de soleil. En ouvrant les yeux, elle voyait la silhouette de Sarah, assise sur un rocher à observer les environs.


- « Vous n’avez pas dormi ? »

- « Non. Ça aurait été une erreur. Comment vous vous sentez ? »


- « Pas bien, mais je fais avec. »

- « Je viens de communiquer avec Corbeau 2, ils arrivent. Préparez-vous, on part dans 5 minutes. »

Janet a attaché ses cheveux et ramassé son arme. Sarah a effacé leurs traces et aussi les restes du campement. Puis elle a aidé Janet à se lever et elles sont parties rejoindre la zone d’extraction. Le Dropship avait traversé l’atmosphère seul, car trois vaisseaux ça aurait été risqué. Star Norse Union n’était pas censé pouvoir se poser sur ce monde.



Elles se sont arrêtées à une clairière et le vaisseau est arrivé. Janet s’appuyait sur Sarah pour pouvoir tenir debout et se déplacer. Alors Sarah a dû l’installer dans le vaisseau.
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par DeimosReaper.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #241823 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Attention 18+
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

Partie de cache cache Pt.4



29 août 3304 :

Elin et Skjør étaient en pleine conversation au Grand Hall du Quartier Général des Jotunheim Raiders.


- Skjør : « C’est gentille de ta part ce cadeau hors norme. Mais je ne veux plus de ce palais que tu m’as offert, ni des trois combattantes. Tu me connais, ce n’est pas pour moi tout ça. »

- Elin : « Tu finiras par t’y faire, mon frère. »


- « Non je ne m’y ferais pas. »

- « Tu es le Haut Commandeur, le chef de la flotte de notre faction. Et tu es aussi un des guides des Jotunheim Raiders. C’est normal que tu vives dans le luxe. »


- « Mes quartiers de commandant à bord du Helheim étaient déjà d’un très grand confort. »

- « Bon, d’accord. Je dois donc t’informer d’une chose : l’une des guerrières que j’ai choisies est au cœur d’un piège. »


- « Je comprends pas. Et je croyais qu’elles étaient volontaires. »

- « Tu crois que ces trois filles étaient les seules volontaires ? Mon pauvre Skjør. Ta réputation fait de toi une légende. Beaucoup de femmes faibles rêvent de t’épouser ! » dit-elle en riant.


- « Arrêtes un peu, je ne suis pas Thor. Et que veux-tu dire par ‘piège ?’ »

- « L’une d’entre elles n’est pas née de Star Norse Union. C’est une convertie qui appartenait à Justice Party. On a de bonnes raisons de croire qu’elle veut t’assassiner. »


- « Super ! Et c’est maintenant que tu me le dis ? En fait tu te sers de moi ? »

- « Oui, mais ne t’en fais pas. J’ai quelqu’un sous la main pour te protéger. »


- « Attends attends attends. Laisse-moi deviner : Sophie est la méchante, et Natasha la gentille ? Et du coup Gaëlle se retrouve au milieu de tout ce manège ? »

- « Gagné. Alors Natasha t’as prévenu. »


- « Vaguement. Mais c’est qui au juste, cette Natasha ? »

- « Elle était affectée à mes gardes du corps. J’ai confiance en elle. »


- « En tout cas, elle est affamée. Bon, et alors ? Pourquoi on ne supprime pas Sophie si on sait qu’elle veut me tuer ? »

- « Pas maintenant. Elle est sous surveillance, et nous devons savoir si elle est en relation avec Justice Party. Je gère tout, en attendant, profite du spectacle. »


- « Ok, mais quand tout sera fini, je veux que tu reprennes la demeure, et je ne veux plus entendre parler de Gaëlle et Natasha… Pfff je n’arrive pas à croire que tu te serves de moi. »

- « Ça montre qu’on fonctionne de la même manière, petit frère ! »


- « Mais… mais... »

Soudain, Sarah et Janet sont arrivées, accompagnées par leur pilote.



Skjør a reçu un choc quand il a vu dans quel état se trouvait Janet. Il s’est précipité vers elles.


- « Vous voilà ! Je me faisais du souci pour vous. »

Il s’est approché de Janet pour la regarder de près.


- « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

- Sarah : « On a été obligées d’assommer deux gardes, c’est ce qui a dû alerter le camp ennemi. »


- « Je ne parle pas de ça. Qu’est-ce qui est arrivé à Janet ? » demanda-t-il en tenant Janet entre ses mains.

- Janet : « J’ai… »


- « On a été poursuivies par une bête sauvage. Janet s’est retrouvée coincée entre le prédateur et le bord d’une falaise. Elle est tombée. » répondit-elle en coupant la parole à Janet.

Surpris de cette annonce, il s’est adressé à Janet l’air choqué. Janet était aussi surprise que lui de la réponse de Sarah.


- « Tu es tombée d’une falaise ? »

- « Il faut l’amener à un chirurgien. Elle a deux côtes cassées. »


- « Je vois bien qu’elle est mal en point. Sarah, tu aurais dû l’amener directement au docteur Valarios, au lieu de vous présenter ici. Vous savez pourtant que nous ne sommes pas des fédéraux. Ce qui m’importe, c’est que vous alliez bien. Allez retrouver le docteur tout de suite. »

Sarah s’est approchée de lui en lui tendant son scanner. Il en avait oublié la mission.


- « Tu ne veux pas les données qu’on a recueillies ? »

- « Ça va, maintenant emmène Janet. » dit-il en lui arrachant le scanner des mains. « Je vous laisse une semaine de permission. Asbjörn restera avec moi. Filez, je ne supporte pas de vous voir comme ça. »

Sarah a maintenue Janet et elles sont parties. Skjør les regardait partir, trop inquiet pour s’intéresser aux données de la mission.


- « A ton avis, Skjør, comment elles réagiraient si elles savaient que tu les manipulais elles aussi ? »

- « Je comprends ton message, mais là c’est différent. C’est pour leur bien que j’ai fait ça. Je veux que tout le monde s’entende bien. Mais honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que l’une d’elles se retrouve dans cet état. »


- « C’est touchant de te voir t’en faire autant pour quelqu’un d’autre. Elle va s’en tirer, c’est une dure à cuir, et Valarios est très bon. »

Asbjörn est arrivé dans la salle, accompagné par un pilote.


- Asbjörn : « Commandant, je vous présente le pilote Abe Fitzgerald. »

- Abe : « Bonjour, seigneur. »


- « Bonjour pilote. »

- « C’est un chef d’escadrille de la Division du Bouclier de Freyr, et il vient de monter en grade. Je l’ais choisi personnellement pour éliminer le vaisseau qui attaquait le taxi de Sarah et Janet. Et avec son escadrille, ils ont nettoyé le passage pour que le Dropship puisse les récupérer. »


- « Bon, très bien, merci pour votre excellent travail. Que puis-je pour vous ? »

- « Seigneur, j’ai appris par un de mes co-pilotes, Kendall, que vous aviez une place de libre pour un pilote de chasseurs embarqués à bord du Helheim… »


- « C’est parfait, je cherchais justement un bon pilote. »dit-il en lui coupant la parole.

- « Et… Quoi ? »


- « Vous intégrez l’équipage du Helheim. Et dites-moi, vous ne seriez pas un proche d’une certaine Anisa Fitzgerald ? »

- « Si, si, et j’allais y venir. Anisa était ma petite sœur, Haut Commandeur. Et ne vous en faites pas, j’ai appris tout ce qu’il s’est passé. »

Anisa Fitzgerald était la ‘Gardienne’ de Sagan Research, à Thor’s Helmet. Elle avait accompagné Skjør et son équipage lorsqu’ils recherchaient la base secrète de Kane Corp sur une planète de type ‘Terre’.



Le clone impérial d’Ingmar, le frère d’Elin et Skjør était responsable de sa mort. Skjør s’est approché d’Abe.


- « Toutes mes condoléances. Je ne savais pas qu’elle avait de la famille. En vérité, je ne savais rien d’elle. »

- « Je sais, et je sais aussi que vous l’avez vengée. Si vous vous dites que ce n’est pas une coïncidence que nos chemins se croisent, ce n’en est pas une. Quand j’ai appris qui vous étiez, et ce que vous faisiez, j’avais des doutes sur ma présence à Thor’s Helmet. Thor Biometrics avait trop peur de l’Empire, et moi je rêvais de le combattre, ainsi que les autres, tout comme vous. »


- « Si jamais des détails sur cette affaire vous ont échappé, sachez que vous trouverez les journaux de bord à bord du Helheim. Vous saurez exactement ce qu’il s’est passé ce jour là. Vous pouvez m’appeler ‘Commandant’, à présent. Fritz Barrera vous recevra et vous fera un topo sur le Helheim et le poste de pilote à bord. »

- « Merci, commandant. »


- « Allez faire vos bagages, mes agents de logistiques viendront vous retrouver pour vous conduire au vaisseau. »

Abe est parti, content de sa nouvelle affectation. Il avait tout fait pour rejoindre l’équipage du Helheim, et il avait réussi. Asbjörn a contacté Joshua et Nail pour qu’ils s’occupent de la nouvelle recrue, puis il est revenu parler avec Skjør.


- « Abe est un excellent pilote, mais il sera meilleur après avoir bénéficié de l’expérience de Fritz. J’ai du nouveau sur la princesse impériale, et j’ai préparé le terrain. Il s’agirait bien de la sœur jumelle d’Alissa Morena. Mais Kylee Høgsen n’a aucune idée du but de sa présence. Je vais me charger de ça si vous voulez. »

- « D’accord. Rencontrez-la, et cuisinez-la. Tout en restant le parfait gentleman que vous êtes. »


- « Bien sûr. » dit-il en souriant. « J’ai lu les dossiers sur Alissa. J’espère que sa sœur n’est pas comme elle. »

- « Vous voulez dire : exhibitionniste, libertine, cruelle, sadique ? »


- « Oui… J’aimerais aussi que l’on parle de Kylee Høgsen. Je pense qu’elle ne va pas bien. Elle a vraiment une drôle de tête, et un comportement étrange. »

- « Je sais qu’elle ne va pas bien. Je comptais m’en charger, mais je n’ai pas le temps. Flash était aussi sur le coup, mais… »


- « Il y a peut être un moyen pour que ça s’arrange, sans qu’on ait à la relever de ses fonctions. Elle a une relation intime avec un homme qu’on connaît bien… »

- « Dans ce cas tout va bien. » dit-il en lui coupant la parole. « Kylee qui s’intéresse à un autre homme que moi, c’est bon signe. »


- « Je lui ai proposé de ne rien vous dévoiler, mais il m’a dit qu’ils ne se cachaient pas. Vous ne voulez pas savoir de qui il s’agit ? »

- « Non, ça ne m’intéresse pas. Kylee et moi c’est terminé, nous n’avons plus aucun lien. C’est une adulte, elle fait ce qu’elle veut… tant que je ne suis pas concerné. Vous devriez y aller, Asbjörn. N’attendons pas après cette ‘princesse’, allons droit au but. »



A l’infirmerie, Janet était entre les mains de Valarios qui la passait au scanner pour lui faire une radio. Sarah était là, près d’elle. Janet a attendu que Valarios et Nadeshda s’éloignent d’elles pour analyser les résultats du scanner, pour discuter avec Sarah seule à seule.




- « Pourquoi vous m’avez défendue ? J’étais prête à avouer à Skjør que j’étais responsable de ce qui est arrivé. »

- « Skjør n’a pas besoin de tout savoir. J’espère juste que vous ayez enfin compris. »


- « J’ai compris, vous êtes une amie. Et je suis désolée pour tout ce que j’ai dit, ou fait. »

- « N’en parlons plus. Je vais vous laisser, le docteur va vous opérer. »

Le docteur est revenu vers Janet et Sarah est partie. Elle a croisé Skjør dans les couloirs, qui s’apprêtait à voir Janet.


- « Comment ça se passe ? »

- « Tu ne peux pas la voir pour le moment. Le docteur s’occupe d’elle. Elle va s’en tirer. »


- « Je suis très inquiet pour elle. »

- « Comme elle l’était quand tu es revenu des griffes d’Axel Dregor. »


- « Les choses se sont arrangées entre vous ? »

- « Oui, elle me fait enfin confiance. »


- « Malgré ce qu’il lui est arrivé ? » demanda-t-il avec un regard suspicieux.

- « Elle est tombée d’une falaise, et je l’ai aidée à remonter. »

En disant cela, Sarah imaginait la scène autrement. Pour elle, la ‘falaise’ de laquelle Janet est tombée représentait son raisonnement. Et Sarah l’a aidée à refaire surface pour qu’elle se reprenne. Skjør de son côté, savait que Sarah mentait sur la cause de l’état de Janet. Mais le fait qu’elles aient fait la paix lui suffisait.


- « En tout cas j’espère qu’elle ira bien mieux après tout ça. Elle n’a pas beaucoup de chance en ce moment. »

- « Je ne pense pas qu’elle ira mieux. Elle t’aime. »

Puis Sarah est partie pour rentrer chez elle. Skjør était figé à cause de la dernière chose qu’elle lui a dite.



Dans un système voisin, Asbjörn était dans un spatioport, sur une plateforme d’atterrissage en train d’admirer le Cutter Impérial posé dessus. Il était resté là à regarder le vaisseau, coude posé sur le garde-corps depuis un bon moment. Jusqu’à ce qu’il la voit enfin débarquer. La princesse impériale, accompagnée par deux gardes a marché hors du train d’atterrissage jusqu’à lui.




- Morgane : « On dirait que vous n’avez jamais vu ce genre de vaisseau. »

- « J’étais simplement en train de me demander quand vous sortiriez. »


- « Quelle patience. »

- « Je suis le commandant Asbjörn Baldrik, porte-parole de Star Norse Union. »


- « Princesse Morgane Morena, de la Maison de l’amiral et sénateur Denton Patreus. »

Elle voulait lui serrer la main, mais elle a été surprise par ce qu’il a fait. Il a bien réceptionné sa main, mais il l’a baisée en s’inclinant.


- « Quel charme. Je ne m’attendais pas à cela de la part d’un ‘Kriger’. »

- « Et je ne m’attendais pas à ce que vous utilisiez notre langue. Puis-je connaître la raison de votre visite ? »


- « Je suis intriguée par votre peuple, et je souhaite le découvrir de mes propres yeux. Je veux en apprendre sur vos coutumes, votre façon de vivre, vos croyances. »

- « Dans ce cas, cherchez-vous un guide ? Je me ferais une joie de vous faire visiter ce spatioport, et vous raconter notre histoire. Et comme ça, je pourrais aussi mieux vous connaître. »

Asbjörn et la princesse sont partis visiter le spatioport, dans la zone occupée par S.N.U.. Il lui a raconté l’histoire des Jotunheim Raiders et la naissance de la faction. Tout cela sans mentionner l’affaire avec sa sœur, Alissa. Il devait savoir si cette princesse était venue à cause de sa mort.

Morgane observait les citoyens de S.N.U. et était surprise par leur élégance. La plupart des gens qu’elle croisait était vêtue de vêtements nordiques modernes. Ils avaient l’air heureux, et détendus. Mais elle voyait que c’était un peuple courageux, et qu’il fallait éviter de le provoquer. Il y avait aussi beaucoup de guerriers postés. La visite les a conduits à un centre d’entraînement, ce qu’était censé devenir le système une fois sous le contrôle total de S.N.U.. Asbjörn voulait impressionner la princesse en lui montrant les talents de guerriers du peuple. Ils sont allés admirer deux combattants.




- « Qu’est-ce qu’ils s’apprêtent à faire ces deux-là ? Des enfants ? »

- « Entraînement au corps à corps. Vous allez voir. »

Puis les guerriers ont commencé la lutte. Ils se battaient avec une violence extrême, rapides, précis et avec beaucoup d’endurance et de technique. La princesse avait l’impression de voir des sauvages.


- « Mais ils vont s’entre-tuer !! »

- « Ne vous en faites pas, ils savent ce qu’ils font. »


- « Je ne veux pas voir ça. »

Il commençait à y avoir un peu de sang, mais la jeune guerrière avait légèrement le dessus. Quand son adversaire a décidé qu’elle gagnait, ils ont arrêté le combat. Ils se sont redressés, se sont tenus les épaules et ont posé leurs fronts l’un contre l’autre pendant quelques secondes en se calmant.


- « Qu’est-ce que ça signifie ? »

- « Ils se saluent, en signe de respect. La jeune vient de remporter l’épreuve contre son entraîneur, qui est aussi son grand frère. Ils ont le droit de suivre les mêmes entraînements que nos troupes, même s’ils n’en font pas partie. Elle est infirmière, et il est mineur. Nous sommes tous des guerriers, et nous combattons avec honneur. Notre politique veut ça, nous ne tuons pas l’ennemi dans le dos. Et chacun est capable de se défendre. »


- « Ce ne sont même pas des soldats ? » demanda-t-elle, surprise. « C’est la première fois que je vois un gouvernement tolérer ce genre d’exercice, surtout entre civils. »

- « On apprend à donner le meilleur au combat. Mais nous ne sommes pas fous. »


- « Vous êtes sûr ? »

Les guerriers se sont assis sur un banc et chacun a traité les coups de l’autre.


- « Vous voyez ? Nous prenons soin des nôtres. On passe à la suite ? »

- « Désolée, commandant. Mais je crois que j’en ai assez vu. »


- « Très bien ! Alors, que voulez-vous faire ? Par exemple, vous pourriez m’en dire plus sur vous ? J’aimerais vous connaître. »

- « Excellente idée. Pourquoi ne m’accompagneriez-vous pas jusqu’à mon navire ? »


- « Je vous suis. »

- « Vous voulez venir seul ? Sans protection ? »


- « Votre vaisseau est bien surveillé… » dit-il en souriant. « Je risque quelque chose ? »

- « Pas vraiment, c’était pour parler un peu de procédure. »

Ils sont allés jusqu’au Cutter de la princesse. Ils se sont rendus à ses quartiers privés, qui disposaient d’un bain romain, un grand choix d’alcools et beaucoup d’espace.


- « J’ai besoin de me détendre… après ce que j’ai vu… Mettez-vous à l’aise, je reviens de suite. »

Elle est allée à sa penderie, accompagnée par deux de ses servantes. Un servant est resté avec Asbjörn pour s’occuper de lui. Il lui a servit un cognac lavien et quelques minutes après, la princesse est revenue à lui dans une tenue bien différente. Elle reflétait parfaitement l’allure qu’avait sa sœur. Elle s’est installée près de lui, et il s’attendait à ce qu’elle use de ses charmes. Mais il avait un esprit solide et il savait qu’il devait faire très attention.



Elle lui a expliqué son intérêt pour Star Norse Union, en lui racontant toujours la même chose. Mais il savait qu’elle cachait la véritable raison de sa présence. Pourquoi une princesse impériale se déplacerait pour découvrir une faction mineure indépendante ? Elle lui a raconté sa vie au sein de l’Empire, mais à aucun moment elle n’a parlé de sa sœur. Cependant, elle avait un époux. Mais elle ne se privait pas d’exposer ses formes à un étranger en privé, à travers un accoutrement très fin. Tout montrait donc que Morgane était venue avec de mauvaises intentions. Il était impossible qu’elle sache que Skjør avait commandé la mort d’Alissa. Mais elle pouvait chercher Kylee, et elle pouvait très bien avoir découvert l’endroit où elle se cachait.

Asbjörn l’a quittée sans lui avoir montré qu’il enquêtait sur elle. Il est allé voir Skjør qui s’apprêtait à rentrer chez lui.


- « Quelles nouvelles ? »

- « Elle n’a rien dit, mais à l’évidence, elle a notre faction dans le collimateur. On doit s’en débarrasser. »


- « Parfait, on va voir ce qu’on peut faire. Moi aussi je dois me débarrasser de certaines personnes. J’aimerais qu’on fasse ça au plus vite pour pouvoir s’occuper de Dregor. »
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par DeimosReaper.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #241825 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Attention 18+
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]

Mal intérieur Pt.1

04 septembre 3304 :

Star Norse Union venait de prendre le contrôle d’un des systèmes où il était installé un mois auparavant. Les space-vikings ont vaincu Domain, la faction fédérale dirigeante. Ils se sont également installés dans un nouveau système.

Skjør est monté à bord du Helheim pour voir Janet, car il a appris que le docteur Valarios n’avait plus besoin de la garder. Il a sonné à la porte de ses quartiers et elle l’a autorisé à entrer. Il l’a vue en train de remplir des bagages.


- Skjør : « Bonjour, Jane. Ça va mieux ? »

- Janet : « Oui, j’ai encore un peu mal, mais c’est supportable. Et au bout de 7 jours clouée dans un lit, ça fait du bien de pouvoir bouger. »


- « Tu es très courageuse. Mais au fait, qu’est-ce que tu fais ? »

- « Je m’en vais, Skjør. »


- « Ah ? Et tu vas où ? »

Elle a refermé ses bagages et s’est arrêtée.


- « Tu n’as pas compris. Je pars pour toujours, j’arrête tout. »

- « Quoi ? Mais pourquoi ? »


- « Je n’ai plus ma place ici. »

Il l’a attrapée par les épaules, il avait l’impression que son cœur allait s’arrêter.


- « Tu ne peux pas partir ! J’ai besoin de toi. » dit-il, sur un ton anxieux.

- « Non, tu m’as montré que je n’était plus utile. » dit-elle en laissant couler une larme. « Maintenant lâches-moi. »


- « Je ne veux pas que tu t’en ailles. Tu es tellement précieuse pour moi. »

- « Ça il fallait me le dire avant, tu m’as manqué de respect, Skjør. Ma vie à bord, et avec vous ne m’a apporté que des blessures et de l’humiliation. Tu veux que je te cite tous les échecs ? D’abord l’échec avec le clone de ton frère et la mort d’Anisa Fitzgerald, la mort de Léanna, puis la mort de Freyja et Cherokee, ensuite l’assassinat d’Alissa Morena qui m’a mise dans une position ridicule, la mort de Flash et enfin l’éloignement entre nous-deux. Je refuse de continuer comme ça. »

Il l’a lâchée, voyant qu’elle était bien décidée. Il ne s’y attendait pas, et il ne s’attendait pas non plus à être aussi touché. Mais il savait qu’elle avait raison, qu’il n’avait pas fait ce qu’il fallait pour lui montrer qu’elle était importante. Elle a attrapé ses affaires et elle est partie sans plus le regarder dans les yeux. Car d’un côté elle était très déçue de lui, et d’un autre, elle ne voulait pas le voir transporté de chagrin. Quant à lui, il s’est retrouvé seul, la boule au ventre et les yeux brillants, face au résultat de ses erreurs.



La princesse Morgane Morena avait décidé de se rapprocher du QG de S.N.U., alors qu’elle savait que la faction n’aimait pas beaucoup l’Empire. Mais elle était toujours accompagnée de ses gardes. Elle voulait se promener dans les zones marchandes. Ses gardes et elle étaient les seuls impériaux, et la plupart des passants n’avait pas l’air d’apprécier leur présence. Ils regardaient Morgane avec méfiance, mais il ne se passait rien d’autre.

Asbjörn n’était pas loin, car il avait pour mission de surveiller l’étrangère. Il avait repéré deux guerriers derrière elle qui l’observaient, les bras croisés. Alors il s’est approché de leur secteur, sentant venir une scène désagréable en public. Les deux guerriers ont fini par passer devant Morgane pour lui barrer le chemin, et ils la regardaient toujours, sans bouger ni parler.


- Morgane : « Soldats ? Que voulez-vous ? »

- Guerrier : « Que vous quittiez notre espace et pour toujours. »

Les gardes impériaux se sont approchés des guerriers.


- « Mais je crois savoir que les étrangers sont libres de circuler, ou séjourner dans votre espace ? Bien sûr, en respectant vos lois. »

- Guerrière : « Pas les fédéraux, ni les impériaux. Mon père a été capturé et mutilé par vos semblables. »


- « Mon meilleur ami et ma petite sœur sont morts en tant qu’esclaves impériaux. Vous n’êtes pas les bienvenus ici. »

- « C’est bien dommage pour vous, car je compte rester encore un peu. »

La guerrière a levé le poing pour attaquer le garde qui était devant elle. Mais son bras a été retenu par Asbjörn. Il l’a ensuite lâchée et il s’est mis entre eux et la princesse.


- Asbjörn : « Je comprends votre réaction, mine brødre, mais ce n’est pas ainsi que nous agissons et vous le savez. Maîtrisez-vous ou je le ferais à ma façon. Retournez à vos postes. »

- « Désolé, commandant… »


- « Je ne veux rien entendre. » dit-il en lui coupant la parole. « Allez-y. »

Les guerriers sont partis, et la princesse et ses gardes se sont détendus. Asbjörn s’est tourné vers elle.


- « Bonjour, princesse. Et désolé pour ça. »

- « On dirait que quelqu’un veille sur moi ! Je suis très flattée. » dit-elle en souriant.


- « Vous avez du cran pour visiter notre système principal… avec seulement deux gardes. Vous cherchez quelque chose ? »

- « Je voulais me retrouver entourée de tous ces gens pour voir comment vous vivez. Et en fait, bien que vous ayez l’air de sauvages, vous n’êtes pas si primitifs que cela. Je me suis peut être trompée sur votre peuple… Je vois que vous vous entraînez, vous travaillez, mais est-ce qu’il vous arrive aussi de vous divertir ? »


- « Oh nous avons tout ce qu’il faut pour s’amuser. Des boîtes de nuit, des salles de jeux, des sociétés de transport touristique, des espaces aquatiques, des tavernes… beaucoup de tavernes. Mais pour info, vous serez toujours entourée de gens de chez nous. »

- « Je vois. Alors je préfère profiter de tout ce dont je dispose à bord de mon vaisseau… en attendant. Je vais bientôt rentrer au système Phiagre. »


- « Vous repartez ? »

- « Mes vacances sont terminées. Peut être viendrez-vous me rendre visite chez moi ? »


- « C’est bien possible. »



Janet s’était rendue à la société de Josh et elle l’a retrouvé à son bureau.




- Josh : « Janet ! Tu es enfin debout ! » dit-il en se levant de son fauteuil.

- « Oui, je suis rétablie. Et j’ai quitté l’équipage. »


- « C’est une excellente nouvelle ! »

Il s’est approché d’elle pour la prendre dans ses bras. Elle en a profité car elle avait besoin de réconfort.


- « J’étais très inquiet. Et personne ne voulait me laisser te voir. »

- « C’est normal, on ne rentre pas dans la clinique des Jotunheim Raiders comme ça. »


- « Je pense plutôt que ce Haut Commandeur ne me fait pas confiance, et qu’il voulait te garder pour lui. Il t’a prise pour son meilleur outil, et maintenant qu’il t’a perdue, j’espère que ses petites affaires ne se dérouleront plus aussi bien. »

- « Skjør et son équipage peuvent très bien se débrouiller son moi, ne les sous-estime pas. »


- « C’est ça. Alors maintenant on peut remplacer ton identité, tu ne fais plus partie de Star Norse Union. »

- « Je me fiche de ma faction d’appartenance, du moment que je puisse vivre une vie correcte. »



Skjør a réussi à se reprendre et il est allé voir Gateway au centre cartographique du Helheim. Janet avait tout quitté, mais elle n’avait pas demandé à ce qu’on lui enlève son traceur.


- Gateway : « Bien le bonjour, commandant ! Vous venez admirer les étoiles ? Vous cherchez à retrouver un animal de compagnie sur une planète ? Je suis votre homme ! »

- « Bonjour, Gateway. Janet vient juste de quitter l’équipage, et je veux m’assurer que son traceur émette toujours. »


- « Ah, triste nouvelle, c’est une brave femme. Je vérifie ça de suite. »

Gateway a activé son terminal pour trouver la position de Janet.


- « Et voilà, elle se trouve dans notre spatioport, dans le secteur de nos alliés de chez Liberals. »

- « Bien. Comme elle ne fait plus partie de l’équipage, se renseigner sur elle est devenu illégal. Je voudrais que mon ordinateur personnel soit directement connecté au logiciel, et l’accès au traceur de Janet sécurisé avec un mot de passe. Vous pouvez faire ça pour moi ? »


- « Bien sûr, commandant ! »

- « Je veux veiller sur elle et m’assurer qu’elle aille bien. Je sais qu’elle peut se débrouiller toute seule, mais je m’inquiète pour elle. Je ne vais pas l’espionner, ne vous en faites pas. »


- « Vous êtes un des leaders de notre faction, vous avez parfaitement le droit de le faire. Je vais vous laisser entrer votre mot de passe. »

Skjør a enregistré son mot de passe et il est parti. Gateway se rendait compte de la douleur du commandant, et il n’avait jamais réalisé qu’il était aussi proche de Janet. Skjør s’est rendu à ses quartiers, et il a allumé son ordinateur personnel pour voir où se trouvait Janet. Il s’en voulait terriblement, et il avait du mal à imaginer la suite sans elle. Sarah a sonné à la porte et il est allé lui ouvrir.


- Sarah : « Skjør ? Je viens d’apprendre pour Janet. »

- « Oui, entre. »

Ils sont entrés et se sont assis.


- « Je ne comprends pas. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

- « C’est de l’accumulation en fait, et j’y suis aussi pour quelque chose. La vie à bord de notre Drakkar ne se déroule pas toujours comme on le voudrait, et Janet a trop subit. »


- « Son départ est définitif ? »

- « Oui. J’ai tout foiré avec elle, Sarah. »


- « J’ai une question délicate : Est-ce que tu as fait exprès de nous mettre toutes les deux ensemble en reconnaissance, alors que c’était tendu entre elle et moi ? »

- « Ça a marché, non ? Je voulais que vous fassiez la paix. »


- « Ça s’est fait, mais ça a eu des conséquences. Tu vois, c’est ça ton problème. Tu agis trop, et ne parle pas assez. Tu nous as manipulées. Et il faut que tu arrêtes de faire ça, même si tu pense bien faire. Janet et moi aurions pu faire la paix sans y être forcées. Elle avait juste besoin de temps pour me faire confiance. Maintenant que j’en ai le cœur net, ça ne me plaît pas ce que tu as fait. Et je pense qu’elle l’a deviné avant moi. Les gens qui sont sous tes ordres, et qui sont aussi tes amis, ne sont pas bêtes, Skjør. »

- « Je sais ça. Et je sais aussi que je ne fais pas les choses comme il faudrait. Maintenant, je ne dois pas m’attarder sur ça, on a du travail. »


- « Tu ressens quelque chose de fort pour Janet. »

- « Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est qu’elle a beaucoup donné pour la faction. »


- « Je te parle d’elle, pas de ce qu’elle a fait. »

- « Notre relation a toujours été professionnelle, je considère que nous sommes frère et sœur d’armes. »


- « Mais c’était voué à aller plus loin entre vous. Et je suis sûre que tu le savais. »

- « Non, je n’en avais aucune idée. »


- « Alors tu es stupide. » dit-elle avant de quitter la cabine.

Sarah avait un certain talent pour remonter le moral… Mais il prenait sur lui. Il a éteint son ordinateur et il a quitté le vaisseau pour se retrouver seul sur la plateforme. Sarah était près d’une baie vitrée du Helheim et elle l’a vu au loin, s’appuyer sur un garde-corps. Elle est restée un moment à l’observer en se disant que même si il n’était pas parfait, c’était un personnage attachant. Derek et Fritz passaient dans la même coursive et ils se sont arrêtés à côté d’elle.


- Derek : « Qu’est-ce qu’il a ? »

- « Il a mal au cœur. Mais il va vite s’en remettre. C’est quelqu’un de bien, même s’il fait des bêtises. »


- « Je l’ai toujours su. Mais je suis surpris que tu t’en sois rendue compte aussi vite. »

- « N’oublies pas que je suis d’une autre époque. »


- « Ouais. Skjør est un sacré enfoiré parfois. Mais c’est un grand ami. Moi et d’autres, on dépend beaucoup de lui. Impossible d’imaginer nos vies sans le ‘commandant DeimosReaper’. »

- Fritz : « C’est une légende vivante. Il n’y a pas si longtemps, ce n’était qu’un chasseur de primes qui passait sa vie sur des RES. Il a évolué très vite pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Et c’est la colère qu’il a emmagasinée qui l’a rendu plus fort. Janet était ce qu’il lui manquait, ils se complétaient. Je ne pense pas qu’elle soit remplaçable pour lui. »


- « Quand je l’ai connu autrefois, je ne le voyais que comme le fils de mon employeur, un simple mécano inoffensif. Aujourd’hui c’est un grand chef de guerre, et pour moi il a même dépassé le statut qu’avait Sandro Vortex, comme le commandant Jurema. Ensemble, ils ont accompli bien plus que le vieil Aîné. Skjør est notre guide, on a besoin de lui, et il a aussi besoin de nous. C’est avec tout son équipage qu’il se complète. »

En bas, sur la plateforme, Skjør reprenait ses esprits. Il devait se concentrer sur la faction, et pas ses problèmes personnels. Il réfléchissait à un plan pour dégager la base d’Axel Dregor, pour se débarrasser plus rapidement de Sophie, et aussi de la princesse Morgane Morena. Asbjörn est arrivé sur la plateforme et l’a rejoint.


- « La princesse va partir. Mais elle prépare quelque chose. Je conseille d’effectuer un contrôle total de son vaisseau, et de gérer nous-mêmes son départ. On doit aussi veiller sur la pilote Høgsen. »

- « Alors on se met au travail. Désignez un ou deux membres du commando pour protéger Kylee. Je veux que Betty étudie la boîte noire du Cutter pour connaître les effectifs à bord. Je vais voir Oracle pour vérifier que la princesse n’a pas lancé de contrat pendant son séjour. Et je vais faire préparer une escadrille pour escorter le Cutter jusqu’au système Phiagre, histoire de le surveiller. »


- « Je pensais exactement à tout ça. Alors allons-y. »

Le coup de mou de Skjør est passé sur le moment, et ils sont partis pour tout mettre en place. Oracle a rejoint Skjør au Haut Commandement et ils ont vérifié les tableaux de missions de tous les systèmes se trouvant sur un rayon de 30 années lumières. Aucun contrat d’assassinat n’a été trouvé. Betty et Asbjörn de leur côté, sont entrés dans le réseau de sécurité du spatioport. Betty a piraté l’accès à l’ordinateur de bord du Cutter, puis elle a réalisé la liste des membres d’équipage. Asbjörn a contacté Geyser pour qu’il place Kido en garde du corps pour Kylee.

Sur son terminal, Betty a eu une notification de la tour de contrôle à laquelle le Cutter était docké. Le pilote a proposé une invitation à bord au commandant Asbjörn Baldrik. Elle a relayé l’information à Asbjörn et il a répondu. La princesse voulait lui faire ses adieux avant de rentrer chez elle.

Avant de rejoindre le vaisseau, il a mémorisé la liste des membres d’équipage. L’équipe devait encore trouver un plan pour s’assurer que le Cutter parte avec son équipage au complet. Autant dire que la plateforme et le hangar étaient bien surveillés par les caméras de sécurité. Asbjörn a essayé de mémoriser les 18 personnes et il est allé au vaisseau. Il a été accueilli par le pilote principal et conduit jusqu’aux quartiers de Morgane. Un garde lui a demandé son arme avant de le laisser entrer, alors il la lui a laissée. Il est entré et il a attendu à l’entrée, entouré de deux servantes. La princesse est sortie de sa salle de bain personnelle, bien entendu dans une tenue révélatrice.




- « Bienvenue, commandant. »

- « Merci. Vous vouliez me revoir avant de partir ? »

Elle le fixait avec un regard séducteur et elle se dirigeait lentement vers son bain romain. Puis elle a laissé tomber sa tenue, toujours avec le même regard, et elle s’est arrêtée au bord de l’eau.


- « J’imagine que c’est votre façon de me dire au revoir. »

- « Ne voulez-vous pas me rejoindre ? Enlevez donc cette tenue. »


- « Vous m’excuserez, mais je préfère rester habillé. »

- « Suis-je aussi repoussante, commandant ? »


- « Vous êtes une femme mariée de haut rang. »

- « Oh ? En voyant un peuple comme le vôtre qui ne s’attarde pas sur la pudeur, je me disais que vous étiez plus ouverts. »

Elle est entrée dans l’eau et il s’est approché. Il réalisait ce qu’à dû supporter Skjør lorsqu’il était en compagnie d’Alissa. Des impériales de haut rang libertines ça ne courait pas les rues. Mais derrière toutes ces tentatives de séductions provocatrices se cachait quelque chose de mauvais.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]




- « Avez-vous apprécié votre visite ? »

- « Oui, mais j’espère toujours en profiter jusqu’à la dernière minute. Vous êtes sûr que vous ne voulez pas venir ? »


- « Je suis bien où je suis. »

Déçue de la réponse du commandant, elle est sortie de l’eau et s’est assise sur le tapis. Elle ne le montrait pas, mais elle avait peur de lui, car son corps n’avait pas l’effet escompté sur lui. Alors pour cacher cette peur, elle continuait de lui montrer ses yeux désireux.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]




- « Je sais pourquoi vous êtes là, on vous a désigné pour connaître mes motivations. A l’heure qu’il est, je sais que mon vaisseau est surveillé. Alors je vais vous faciliter la tâche. Je cherche une jeune femme qui fait partie de votre faction. Voyez-vous, j’avais une sœur, et elle a été assassinée. Je sais que son assassin est ici, quelque part. »

- « Qu’est-ce qui vous fait croire ça ? »


- « Je me suis renseignée, et vous devez savoir que j’arrive toujours à mes fins. Ma sœur et cette meurtrière étaient très proches. Un jour, cette Kylee Høgsen l’a trahie, mais ma sœur a réussi à la réduire en esclavage. Et un soir, cette petite putain l’a presque éventrée dans son propre lit, et dans sa propre demeure. Je sais aussi qu’elle n’a pas fait ça seule, car plusieurs gardes ont été neutralisés. »

- « Et donc ? Que comptez-vous faire ? »


- « Vous n’êtes pas bête, commandant. Je vais venger ma sœur. Mais pas aujourd’hui, je dois d’abord rentrer à mon palais pour revenir ensuite bien préparée. »

- « Vous savez qu’on ne vous laissera pas appliquer votre vengeance personnelle chez nous. Vous n’auriez pas dû me dévoiler vos plans. »


- « Maintenant que je vous tiens, qu’est-ce que je risque ? »

Deux gardes sont venus attraper Asbjörn pour le maintenir immobile.




- « Je ferais un échange. Si votre faction ne me livre pas Kylee Høgsen, vous mourrez. Et quand j’aurais égorgée la meurtrière, je reviendrais avec toute ma flotte pour conquérir vos systèmes, et réduire votre peuple en esclavage. Votre présidente se fera violer des centaines de fois par mes hommes, et votre Haut Commandeur sera castré, puis torturé pendant des mois. Est-ce que ce projet vous plaît ? »

- « Vous avez beaucoup d’imagination et de rêves. Je m’attendais à quelque chose de plus malin de votre part. »

Elle a vu qu’il n’était pas surpris, et qu’il n’avait pas peur. Il a donné un coup de tête au garde à sa gauche, et un coup de pied bien placé dans la jambe du garde de droite. Ensuite il a pris leurs armes et il les a exécutés. Après ça, il n’a pas attendu une seconde pour cribler la princesse d’impacts, car ce n’était plus la peine de discuter. A arrêté de tirer sur elle quand ses chargeurs se sont vidés.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]



Il a lâché l’une des armes et rechargée l’autre. Les servantes ont voulu l’arrêter, mais il les a tuées aussi. Deux gardes sont entrés dans les quartiers quand ils ont entendu les coups de feu, mais Asbjörn n’avait plus de munitions. Il s’est jeté à plat-ventre pour se mettre à couvert. C’était l’un de ces gardes qui avait son épée. Il a attrapé une bouteille de rhum et il l’a lancée sur sa tête. Lorsqu’elle s’est brisée, le garde était étourdi, mais pas assez car il portait un casque, et ses yeux étaient protégés contre l’alcool. Toutefois Asbjörn a pu lui sauter dessus pour récupérer son épée, il lui a tranché la tête et il a transpercé l’autre garde.

[18+]
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]



Il a ouvert la porte et il a passé la tête rapidement pour voir s’il n’y avait pas de danger. Puis il a reculé.


- Asbjörn, à la comm : « Betty ? Tu as toujours une vue sur mon traceur ? »

- Betty 3.0, à la comm : « Oui, Asbjörn. La voie est libre dans le croisement, vous pouvez avancer. Où ça en est ? »


- Asbjörn, à la comm : « La princesse est morte bien comme il faut, malgré qu’elle ne se soit pas défendue. Mais ce n’était pas une combattante après tout. Il ne me reste plus qu’à sortir. »

- Betty 3.0, à la comm : « Une équipe d’assaut attend dans le hangar, mais les impériaux ont bloqué les accès à leur vaisseau. Vous êtes seul pour le moment. »


- Asbjörn, à la comm : « Ne t’en fais pas, Betty, je peux gérer les 13 personnes restantes… si elles sont bien toutes à bord. »

Il a quitté les quartiers et il a pris la direction de la passerelle. Son objectif était d’éliminer tout le monde. Il a rencontré deux autres gardes armés de matraques électriques, et il les a massacrés avec son épée. Skjør suivait de près la progression d’Asbjörn avec Betty. Il ne s’attendait pas à ce que cela tourne au massacre, mais ils y étaient tous préparés. Le principal était de tenir le Cutter et son équipage.


- Asbjörn, à la comm : « Si j’ai bien mémorisé les effectifs, il ne reste plus que deux gardes, trois pilotes et un ingénieur. La princesse aurait pu prendre plus de monde avec elle. »

- Skjør, à la comm : « Les impériaux ont tendance à se croire intouchables. Mais il ne faut pas sous-estimer l’ennemi, Asbjörn, soyez prudent. »


- Asbjörn, à la comm : « Vous me connaissez. »

Il a fini par arriver à la porte d’accès à la passerelle, qui était verrouillée. Betty, qui avait piraté l’ordinateur de bord lui a ouvert la porte, après lui avoir annoncé la présence de 4 bio-signes de l’autre côté. Il a balancé la tête tranchée d’une de ses victimes pour les distraire. Le garde qui était caché dans le coin près de la porte visait la tête, Asbjörn est entré et il l’a privé de ses bras, en lui tenant son arme. Il s’est retourné rapidement et il a tué les trois pilotes qui pointaient leurs armes sur lui. Un seul d’entre eux a eu le temps de tirer, mais Asbjörn a évité le projectile. Il s’est ensuite installé au poste de co-pilote et il a débloqué les accès au vaisseau. L’équipe de guerriers a descendu ce qu’il restait de l’équipage en voulant monter à bord. Les lâches voulaient s’enfuir avec, en forçant le passage en tirant dans le tas.

La mission précipitée a été réussie. Asbjörn a quitté le vaisseau et il a rejoint le Haut Commandement pour retrouver Betty et Skjør.


- « Finalement, les vaisseaux d’escorte ne seront pas utiles. Nous sommes débarrassés d’une impériale maléfique et nous avons son vaisseau. »

- « Félicitations, Asbjörn. Vous avez été très efficace. »


- « J’avais bien deviné ses intentions. Elle comptait tuer Kylee Høgsen, mais sa vengeance ne se serait pas arrêtée là. Elle voulait aussi conquérir notre espace. »

- « Très beau travail. Maintenant on va pouvoir démanteler son vaisseau au chantier naval. On gardera les bénéfices de côté, et quand on aura d’autres prises de ce genre, on en fera profiter le peuple. Pour le moment, on ne peut pas distribuer à assez de monde. »


- « Dommage que c’était une folle furieuse, elle était jolie. Maintenant elle est trouée de partout. »

- « Allez nettoyer votre épée, et vous reposer. Vous l’avez bien mérité. »

Asbjörn est reparti et Skjør a ressenti un soulagement. Au moins un problème de réglé.



Janet avait géré son changement de situation, elle faisait désormais officiellement partie de Liberals. Elle a hésité un peu au moment de signer les documents, mais elle l’a fait pour Josh. Il lui a confié le poste d’adjointe dans son entreprise et il a commencé à lui parler des finances.


- « Maintenant que tu es des nôtres, je me suis dit que tu pourrais par la suite participer à l’investissement. Ensemble, nous pouvons aider l’entreprise à grandir. J’ai l’esprit de la gestion, et tu as les crédits. Nous serons très efficaces ensemble. »

- « Mais moi aussi je sais gérer. Et pour le moment, je ne pense pas que l’entreprise ait besoin d’une aide financière. »


- « Oui, pour le moment. Mais fais attention à ton argent, on ne sait jamais. »

- « J’ai quand même le droit de faire ce que je veux de mes crédits ! »


- « Oui, bien entendu. Je ne vais pas te forcer ! Mais toute cette fortune est sale et tu le sais comme moi. Il faut en faire bon usage, et une entreprise riche paie bien ses employés. »

- « Attends, qu’est-ce qui te fait croire que mon argent est sale ? »


- « C’est évident, non ? Avec ton ancien équipage, vous avez tué des tas de gens, fait de la contrebande, ce genre de chose. »

- « Je n’arrive pas à croire ce que j’entends. Le Helheim n’est pas un vaisseau de gangsters. »


- « Oh, pitié. Star Norse Union est un envahisseur qui écrase sans pitié ceux qui ont le malheur de se trouver sur son chemin. Cette faction n’est pas clean, c’est d’ailleurs pour ça que tu l’as quittée. »

- « Fais attention à ce que tu dis. C’est la plus grande puissance de notre espace, et elle est ton alliée. »


- « De nos jours, les systèmes changent rapidement de gouvernements. Le règne de S.N.U. ne durera pas, tu verras. »

- « J’en ai assez entendu. »


- « Tu as raison, ne parlons plus de ton ancienne vie. Ça ne t’a apporté que souffrance et déception. Je m’excuse. »

Il savait trouver les mots pour la convaincre qu’elle avait fait le bon choix. Mais elle ressentait un malaise, et elle se disait qu’elle avait sans doute besoin d’un certain temps d’adaptation.



Skjør était allongé sur son lit à repenser à ce que Sarah lui a dit. Ses guerrières étaient près de lui, mais il ne leur accordait aucune attention. Pourtant, beaucoup rêveraient d’être à se place.

Mais lui, il pensait à Janet. Il se posait des tas de questions. Sarah lui avait parlé de tous les deux, en lui faisant comprendre qu’ils pouvaient avoir une relation bien au-delà de ce qu’elle était. Il était déjà tombé amoureux par le passé, mais il n’a jamais ressenti quoi que ce soit de semblable pour Janet. En réalité c’était quelque chose qu’il n’avait jamais connu autrefois, et qu’il n’arrivait pas à comprendre.
Dernière édition: il y a 9 mois 4 semaines par DeimosReaper.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DeimosReaper
  • Portrait de DeimosReaper Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Vivre dans l'horreur, et mourir avec honneur.
Plus d'informations
il y a 9 mois 4 semaines - il y a 9 mois 4 semaines #241826 par DeimosReaper
Réponse de DeimosReaper sur le sujet A bord d'un Drakkar
Attention 18+
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]