-- NAVIGATION --

  • Teamspeak EDFR

  • 1

-- INTERFACE PILOTE --

-- EVENTS & MISSIONS --

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Aucun évènement à venir!

 

mardi 26 mai 2020
×
Mise à jour du Forum & Site (Fin Mai 2019) (10 Mai 2019)

Bonjour à tous et à toutes !

Voici une note importante concernant la mise à jour du site jusqu'en Octobre 2019...
Quelques changements importants dans l'équipe au niveau des rôles et une absence...

file Une lueur dans les ténèbres

Plus d'informations
il y a 2 semaines 4 jours - il y a 2 semaines 3 jours #249177 par Dainslef
Une lueur dans les ténèbres a été créé par Dainslef
« T'es sûr que ça va, Dainslef ? Merci pour le compliment, mais ce n'est que moi, Sahaquielle.
_ Ah… quel dommage. Salut. »

J'étais allongé dans un lit blanc, dans une salle blanche, et les seuls éléments qui détonnaient étaient le noir de l'uniforme et de la chevelure de Sahaquielle. Les événements me revenaient en mémoire. L'effet des sédatifs n'étant pas encore complètement dissipé, je pus encaisser le choc. Les larmes coulèrent : « Laura…
_ J'ai ton histoire : c'est vraiment pas de bol, mon ami.
_ Tu aurais pu me laisser crever, je n'ai plus vraiment envie de vivre.
_ Ça n'aurait rien changé. Quand on est arrivé pour te retrouver, on ne pensait pas vraiment te retrouver en vie ; les sbires de Caster avaient tout fait pour te maintenir vivant, et tu l’étais. Mal en point, mais vivant. Peut-être dans l'espoir de récupérer une sauvegarde de la personnalité de leur patron, qui sait ?
_ Certainement. Et mon visage ? » Je posai ma main là où j'avais pris la balle. « Mon visage semble normal.
_ Tu n'étais pas touché si gravement que ça, et la régénération tissulaire fait des miracles, de nos jours. Ton œil était malheureusement déchiqueté, il a fallu le remplacer par un œil cybernétique. La plupart des gens n’y verront que du feu, tellement il a l’air naturel ; cerise sur le gâteau, tu pourras, avec un entraînement adapté, percevoir infrarouges et ultraviolets. Comme seule séquelle visible, tu auras une cicatrice qui te barrera verticalement l’œil droit.
_ C’est rien, ça, je trouverai bien le moyen de la cacher. » C’était effectivement le moindre de mes soucis.

Notre conversation dura quelques minutes, quelques minutes à parler de la pluie et du beau temps qui régnait dans la station orbitale. Nous avons tacitement évité certains sujets sensibles, aucun antalgique ne pouvant éteindre la douleur qui me rongeait. Les jours suivants, je restai muré dans la cacophonie silencieuse de mes pensées les plus sombres, cherchant vainement une lueur dans les ténèbres dont mon avenir semblait constitué. La convalescence touchait à sa fin, quand un message anonyme concis, reçu sur mon ordinateur personnel, réveilla subitement mon enthousiasme moribond : « Retourne voir notre témoin, la petite dame accompagnée de ses 7 prétendants ».

Sitôt l’autorisation médicale de sortie obtenue, je courus vers le spatioport, afin de vérifier l’idée qui venait de germer dans mon esprit perplexe. J’entrai dans mon Stargazer, allumai l’ordinateur de bord, et relus l’historique des derniers trajets. Une lueur flamboyante embrasa mon âme à la lecture des données : mon dernier vol à bord du Stargazer avait sans raison apparente été interrompu plusieurs heures en orbite autour de l'étoile principale d'un système stellaire du nom de Synuefai EW-T D4-12, moteurs éteints. L’astre principal de ce système était une naine brune, six planètes glacées et une lune gravitaient autour…

Les larmes qui coulaient de mon visage, pour la première fois, n’étaient pas de larmes de souffrance, mais de joie, d’espoir qui renaissait du sol stérile et aride de la dépression. D’ordinaire, je serais allé accomplir toutes les démarches et tests visant à me faire réintégrer au plus vite l’escadron, et sans ce message, je serais probablement d’abord allé au perséphone me prendre une cuite mémorable. Cette fois, ma priorité était toute autre : je me devais de répondre à l’appel. J’enfilai illico une combinaison de vol, pris plusieurs jours de provisions et de médicaments, puis demandai l’autorisation de décoller avec mon Stargazer.

Mon cœur battait à un rythme effréné quand j’arrivai enfin dans le système en question. Je scrutai longuement l’espace livide qui encerclait la lueur timide de l’avorton stellaire, à la recherche d’une onde gravitationnelle ou d’une signature radio, témoin de la présence d’un vaisseau spatial. Rien. Rien que le vide sidéral et le silence. Le silence ? Pas tout à fait : il y avait bien, en guise de bruit de fond, quelques émissions de mauvaise qualité. Par acquis de conscience, je scrutai ces émissions. Un détail me frappa : la plupart d’entre elles répétait un schéma ondulatoire périodique. Je rallumai mon FSD et fonçai sur l’une de ces sources d’émission.

À la coupure de mon propulseur FSD, je tombai face à une sorte de drone bricolé, de toute évidence pour émettre le signal périodique que j’ai capté. Ouvrant la soute de mon Diamondback Explorer, je manœuvrai délicatement pour cueillir en douceur le drone à la dérive, priant pour ne pas l’endommager.

Je repris mon souffle, après l’avoir retenu presque une minute, temps nécessaire à la récupération du drone. J’avais en effet usé d’une prudence inédite pour un vétéran de batailles brutales, tant il était hors de question d’érafler le caillou blanc laissé à mon intention. Je rejoignis sans attendre la soute, pour examiner la masse de ferraille sous toutes ses coutures : une plaque en céramique avait été vissée sur un côté du drone. Je la retirai délicatement, et lus, gravé au laser à même la carrosserie de l’engin, un message lapidaire, en capitales d’imprimerie : « RENCONTRE ». Le jeu de piste n’était de toute évidence pas terminé. Je récupérai dans mes données archivées un nom de système, l’entrai dans l’ordinateur de bord, qui me calcula l’itinéraire le plus rapide.

À mon arrivée et en l’absence de trace signant la présence d’un vaisseau, je lançai la recherche ACS, afin de trouver un nouveau caillou blanc. Rien. Même les signaux de mauvaise qualité ne suivaient aucun schéma spécifique. Je passai également tous ces signaux, un par un, dans divers algorithmes de décryptage, et les résultats étaient systématiquement les mêmes : cacophonie, suite de caractères sans queue ni tête, et autres mots et syllabes incongrus. Sur le point d’abandonner, j’eus une idée, qui paraissait évidente a posteriori : je ciblai une planète dans ce système, et partis la rejoindre en métrique d’Alcubierre. À l’approche de cette dernière, mon idée se confirma : il y avait bien sur le sol de l’astre une balise qui émettait à courte portée un signal périodique superposable à celui repéré à proximité de la naine brune. Et ce signal provenait bel et bien de l’endroit où mon Cobra s’était écrasé naguère. Oui, ce signal provenait bien du lieu précis de notre rencontre.

Là encore, je trouvai une sonde bricolée, reposant à même le sol, à quelques mètres à peine des traces persistantes des trains d’atterrissage du Bonne-Espérance. Encore un panneau en céramique, encore un message mystérieux : « Va à l'étoile de la séquence principale la plus proche de la naine brune, et tu me trouveras. » Pourquoi tant de mystère ? Après un bref regard sur la carte galactique, j'identifiai une étoile de type F juste à côté de Synuefai EW-T D4-12, nommée Synuefai EW-T D4-11. J’entrepris donc un trajet vers ce système. Le jeu durait maintenant depuis des heures. J’étais épuisé quand, enfin, j’arrivai à bon port. Un Anaconda orbitait autour de l’étoile principale.

On peut tromper une personne mille fois, on peut tromper mille personnes une fois, mais moi, on ne peut pas me tromper deux fois.
Pour avoir accès à tous mes RP
Actualité:
Abandonnez tout espoir : un nouvel ennemi redoutable surgit.
Dernière édition: il y a 2 semaines 3 jours par Dainslef.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: blaisepascal

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 4 jours - il y a 2 semaines 3 jours #249179 par Dainslef
Réponse de Dainslef sur le sujet Une lueur dans les ténèbres
En m'approchant du bijou construit par Faulcon Delacy, je pus l'analyser plus précisément : il était équipé pour les longs voyages et l'exploration, et se nommait « Vasco da Gama », du nom d'un célèbre navigateur de l'ère préspatiale. Il avait plusieurs fois contourné le cap de Bonne-Espérance : je reconnus la marque de Laura. J'admirai la peinture chromée, les délicates finitions extérieures qui adoucissaient la rudesse des courbes de la machine et les motifs artistiques qui ornaient la carrosserie. C'était un superbe vaisseau, capable d'avaler sans crainte les années-lumière qui séparaient les astres composant la Voie Lactée, le vaisseau dont elle rêvait. La fatigue qui m'envahissait encore quelques minutes auparavant s'envolait tout à coup, comme si elle n'avait jamais été là. J'ouvris fébrilement un canal de communication vocale, pour bafouiller timidement : « Laura, c'est toi ? C'est moi… Dainslef.
_ Oui, c'est moi.
_ Comment est-il possible que tu sois en vie ?
_ Viens, j'ai beaucoup de choses à te dire. »

Nous avions certes tous les deux beaucoup de choses à nous dire. Une fois que nous avons réussi à affronter les sas de nos vaisseaux, qui n'étaient pas vraiment conçus pour ça, elle m'a invité dans son Anaconda. Elle était là, toujours aussi belle, m'attendant avec un sourire dans ce qui tenait lieu de salon, mais semblait honteuse. Elle parla la première, m'expliquant le fin mot de l'histoire :
« Je sais que tu as souffert à cause de moi. Je me suis fait passer pour morte, afin que mon père cesse de me traquer à tout va ; il était prêt à déclencher une guerre contre ton organisation. Je ne voulais pas être la cause de milliers de morts.
_ Je comprends tes raisons, et j'en ai souffert, mais je ne t'en veux pas. C'était ingénieux de ta part. Comment as-tu fait ? » Elle eut un sourire à faire fondre un astéroïde glacé, et répondit :
« Tu m'avais donné un milliard de crédits. Trois cent millions étaient amplement suffisants pour apprêter ce vaisseau, ce qui en laissait sept cent pour mettre en scène une tragédie, et corrompre les rares personnes au courant de la vérité.
_ Tu ne crains pas une trahison ?
_ Non, les intéressés toucheront chacun cent mille crédits par semaine pendant plusieurs décennies, tant qu'ils garderont le secret. Donc non, je n'ai rien à craindre.
_ Et comment as-tu pu mémoriser le nom de Synuefai EW-T D4-12 ?
_ Quand tu as été embarqué par la police de Samson, j'ai copié en vitesse l'historique de l'ordinateur de bord. Je ne savais comment, mais j'étais certaine que ces données allaient me servir. »

Elle me fit visiter son vaisseau et j'ai pu admirer les aménagements intérieurs : toujours pas de fioritures, pas de couleurs criardes, mais un ameublement épuré et confortable. Je lui ai raconté la suite de mes aventures, lui avouant quel démon sommeillait en moi : elle ne m'en tenait pas rigueur. Bien évidemment, nous avons beaucoup parlé. Bien évidemment, nous n'avons pas que parlé. Nous vécûmes des jours enchanteurs. Elle me fit goûter un vin pétillant dont la tradition terrestre avait été perpétuée par la culture impériale : c'était une boisson de luxe, à réserver pour les grandes occasions, disait-elle, et il ne pouvait y avoir plus belle occasion. Je ne me souvenais pas avoir été aussi heureux de toute ma vie, comme si mon esprit surfait à la surface des nuages crémeux d'une géante gazeuse. Ces jours resteraient gravés à jamais dans ma mémoire parmi mes plus beaux souvenirs. Tout le malheur vécu quelques semaines auparavant venait de s'effacer d'un coup de baguette magique.

Mais après trois jours de passion amoureuse, elle partit réaliser son rêve, me laissant une lettre d'au revoir, et la promesse de revenir vers moi, une fois sa soif de silence, de calme et d'infini étanchée. Elle savait que, plus elle resterait avec moi, plus sa détermination allait s'éroder, et trois jours étaient déjà presque trop. Je sentais un serrement dans la poitrine. J'avais été tenté de la supplier de rester, mais on n'enferme pas un oiseau qu'on aime : on le laisse voler à sa guise. Alors je l'ai laissée s'envoler.


Lors de mon voyage de retour, mes sentiments étaient d'une ambivalence extrême, mais au moins, j'avais la certitude qu'elle vivait encore, et sa promesse de revenir. Jusqu'à présent, je volais sans crainte de l'avenir, sans me poser de questions. Désormais, je volerai dans l'attente de son retour : désormais, plus de témérité, plus de charges forcenées au nez de l'ennemi, plus de cris de guerre en volant au sein des débris de mes infortunés adversaires. Dorénavant, il fallait survivre pour la retrouver. Pour elle. Pour moi. Pour nous.

On peut tromper une personne mille fois, on peut tromper mille personnes une fois, mais moi, on ne peut pas me tromper deux fois.
Pour avoir accès à tous mes RP
Actualité:
Abandonnez tout espoir : un nouvel ennemi redoutable surgit.
Dernière édition: il y a 2 semaines 3 jours par Dainslef.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: blaisepascal

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 semaines 2 jours - il y a 2 semaines 1 jour #249189 par Dainslef
Réponse de Dainslef sur le sujet Une lueur dans les ténèbres
Décidément, une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, mon arrivée à Samson se passa bien : il n'y avait eu aucun appel aux armes pendant mon absence, aussi celle-ci passa totalement inaperçue. J'appris également que, suite aux précédents conflits meurtriers, le Consilium s'était retrouvé exsangue, et engageait des campagnes de renflouement par des moyens pacifiques : minage et commerce de diamants, une aubaine pour moi qui ne souhaitait à présent plus risquer ma vie. Et cerise sur le gâteau, deux amis d'enfance avaient postulé dans l'escadron. Je soutins fermement leurs candidatures auprès des officiers recruteurs, et pus aller, quelques semaines plus tard, accueillir deux nouveaux Black Birds Auxilliaries, les commandants Leeroy Jenkins et Kenny McCormick :
« Les amis, quel plaisir de vous compter dans nos rangs !
_ Harvey, mon pote ! Kenny et moi n'attendions que ce moment ! T'as vu notre insigne ? » dit Leeroy en montrant fièrement le symbole de l'escadron sur sa poitrine, orné des 3 lettres « BBA ». Je le repris tout de même :
« Oublie Harvey, mon nom est Dainslef, désormais. Et je suis votre supérieur, j'ai été chargé de vous encadrer pendant votre période d'apprentissage.
_ Pas de problème, Monsieur ! Oui, Monsieur ! » Dirent en chœur les deux recrues, me saluant au garde-à-vous.

Je passai le plus clair de mon temps à récupérer des diamants dans le nouvel Eldorado, une zone d'astéroïdes où il suffisait de se pencher pour ramasser les précieux cailloux à la pelle. Même après la commission pour les fonds propres de l'escadron, notamment dans le cadre du projet Destiny, j’engrangeai une véritable fortune à chaque voyage. Je me refis financièrement en un temps record. Toute cette paix et les retrouvailles avec mes amis me permirent de bien vivre mon attente ; j'en oubliai l'adrénaline des combats et la crainte de ne jamais revoir l'élue de mon cœur. J'étais escorté par mes deux amis ; moi en Imperial Cutter, eux en Cobras. Nous avions abandonné le protocole depuis plusieurs semaines, nous racontant des blagues salaces en zigzaguant à travers les astéroïdes de Borann A2.


Ce qui allait arriver aurait dû me mettre la puce à l'oreille, mais j'étais tellement confiant dans ma bonne étoile, dans la paix qui régnait au sein de l'espace consilien, dans ma fortune reconstituée, dans mes amis qui prenaient tranquillement de l'expérience de vol, en même temps qu'ils s'offraient des vaisseaux de plus en plus gros. La vie est cruelle. Un très vieux proverbe dit : « Quand la fortune te sourit ne te livre pas à une joie excessive, le malheur n'est jamais très loin. » Ce proverbe est hélas ! On ne peut plus vrai.

De retour d'une mission commerciale, je rejoignis le mess des officiers, pour y constater une agitation inhabituelle. Je m'approchai d'un Rapture: « Que se passe-t-il ? Pourquoi une telle agitation ?
_ Un de nos pilotes envoyé en patrouille à GD 1192, une zone plutôt calme, n'est pas rentré. L'escadrille envoyée à sa recherche a trouvé les décombres de son Asp. Pas de message, pas de revendication ; il a été pris par surprise et abattu sans sommation. Nous ne sommes pourtant pas en conflit, actuellement. Et chose plus grave, sa nacelle d'évacuation a été éventrée d'un tir de plasma. Il était mort depuis longtemps à l'arrivée des secours.
_ Merde, alors ! Qui a été abattu ?
_ une jeune recrue sans intérêt. Le plus grave… » mais je n'écoutai pas la fin, me précipitant vers le tableau des rapports de mission, me permettant seulement de souffler à la lecture de l'un d'entre eux : aucun de mes amis n'était le malheureux martyr.

Moins d'une heure plus tard, tous les pilotes furent convoqués par l'état major. Le supercalculateur FaMa avait rendu son verdict, et nous nous vîmes tous attribuer une zone de patrouille par groupe de trois. J'emmenai avec moi mes apprentis et amis pour ratisser le système Huichi. Je voulais mettre tous les chances de notre côté, et rejoignis les technodons, croisant vainement les doigts : mon nouveau Mamba meurtrier n'était pas encore tout à fait prêt. Faute de grives on mange des merles, aussi je montais à bord de mon Krait MkII. Kenny et Leeroy avaient chacun leur Vulture. Le ou les intrus auraient à faire face à une forte opposition, mais je me surpris à souhaiter ne pas rencontrer notre ennemi.

Nous avions commencé nos recherches près d'une heure auparavant, mais nous n'avions croisé aucun vaisseau inhabituel dans le système. Finalement, nous repérâmes une zone d'émission de signaux inhabituels aux confins du système. Cette zone semblait échapper à toute tentative d'analyse longue portée, aussi j'ouvris un canal avec mes ailiers : « Mes amis, suivez-moi, nous allons voir cette anomalie de plus près.
_ Pas d'problème, Dains, on fonce ! » Répondit Leeroy.
À l'arrivée dans la zone, rien de rien. Pas de vaisseau, pas de signal, pas de source de chaleur : uniquement le froid glacé du vide spatial. Mais par pour longtemps, car la seconde d'après, la chaleur étouffante de l'explosion d'un Vulture irradia brièvement le vide environnant : quelque chose venait d'abattre un de mes amis en une fraction de seconde.

Le temps semblait suspendu, mais une nouvelle rafale de lumière blanche venue de nulle part pulvérisa la nacelle de sauvetage ; Je criai : « Kennyyyyyyy ! » Leeroy cria à son tour : « ce salaud a tué Kenny ! Il va connaître la colère de Leeeeeeroy Jenkins ! » lança-t-il en fonçant vers l'endroit d'où semblait provenir le tir de plasma, là où une lueur venait d'éclairer les ténèbres…

On peut tromper une personne mille fois, on peut tromper mille personnes une fois, mais moi, on ne peut pas me tromper deux fois.
Pour avoir accès à tous mes RP
Actualité:
Abandonnez tout espoir : un nouvel ennemi redoutable surgit.
Dernière édition: il y a 2 semaines 1 jour par Dainslef.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 semaine 1 jour - il y a 1 semaine 1 jour #249245 par Dainslef
Réponse de Dainslef sur le sujet Une lueur dans les ténèbres
Je regarde le Prince Noir droit dans les yeux, les miens troublés par les larmes et la haine. Je grogne une phrase entre mes dents resserrées : « J'ai trouvé notre ennemi. Il est seul, mais invisible, impitoyable et très puissant. Il se fait appeler l'Unique.
_ Racontez-moi ça. Expliquez-moi ce qui est arrivé. N'omettez aucun détail. Nous devons connaître notre ennemi. »
J'entamai, amer, hargneux, le récit des événements m'ayant conduit à revenir seul et déconfit, la queue entre les jambes, de la mission qui m'avait été confiée.


Le Vulture cracha toute sa puissance de feu dans la direction d'où le tir fatal semblait avoir surgi. Ce fut inutile, car là où il se trouvait quelques instants avant, il n'y avait plus qu'une cartouche thermique usagée irradiant de mille feux. L'engin invisible cracha une autre salve, provenant d'une direction différente : il bougeait vite, le salaud ! Le Vulture prit la charge de plein fouet, et perdit un réacteur, son bouclier immédiatement dissipé comme s'il n'avait été qu'une fragile bulle de savon. L'engin déstabilisé partit aussitôt en vrille. J'eus enfin la présence d'esprit d'enclencher la vision nocturne, regardant l'endroit où était apparue une nouvelle cartouche thermique brûlante, et c'est alors que je le vis : l'espace d'un instant fugace, j'aperçus une carlingue mate qui se détachait à peine du noir profond de l'espace environnant. J'avais du mal à distinguer le vaisseau ennemi, comme si ce dernier saturait les infrarouges et ultraviolets proches, provoquant une sorte d'aveuglement de mes capteurs de vision nocturne ; ce système n'était que d'un faible secours contre un tel adversaire.

Je tentais d'aligner le vaisseau fantomatique dans mon réticule de visée, une tâche ardue, puisque l'adversaire n'existait tout simplement pas aux yeux myopes de mon Krait. Je tirai une rafale, qui manqua de peu la bête. Lui par contre ne rata pas le Vulture en perdition de mon vieil ami, qui se mit à surchauffer et se disloquer progressivement ; il me cria : « Dainslef ! Barre-toi et préviens tout le monde !
_ Non, mon frère, je vais te sauver !
_ Je suis foutu, de toute façon ! Va prévenir les autres de l'ennemi qui les attend !
_ Leeroy, non ! » Hurlai-je dans l'intercom.

Un nouvel éclair déchira l'espace, et la gorge serrée, je constatai l'absence de nacelle à l'endroit où se trouvait le Vulture l'instant d'avant. Je fis demi-tour, rangeai à regret mes armes, et dans un soupir, lançai mon FSD pour sauter vers Munfayl, quand j'entendis une voix rauque, presque enrouée, dans le canal local :
« C'est toi que ce guignol a appelé Dainslef ?
_ Oui, je suis Dainslef. Et toi ? Qui es-tu ? » Criai-je en encaissant péniblement une décharge de plasma, qui affaiblit de moitié mon pauvre bouclier. « Et pourquoi nous attaques-tu ?
_ Je suis l'Unique, Dainslef, et toi, tu n'es rien à mes yeux ! Je me vengerai ! Je vous tuerai tous, toi et tes amis Black Birds ! Vous allez regretter ce que vous m'avez fait ! » Ces derniers mots semblaient presque étouffés, comme crachés par un moribond.

Une dernière décharge de plasma fit éclater mon bouclier, et entama la coque de mon Shooting Star, quand mon FSD se lança, me projetant à plusieurs années-lumière de mon agresseur, celui qui avait massacré mes amis d'enfance, fait voler en éclat la bulle de bonheur qui s'était délicatement formée autour de moi. Je le haïssais. L'Unique était désormais ma Némésis.


« Vous me décrivez un redoutable adversaire, commandant Dainslef. Il mérite toute notre attention.
_ Monsieur, ce salaud a tué deux vieux amis. Aucune pitié. Un monstre. Même sa voix semblait venir d'outre-tombe. Il est à moi, je prendrai plaisir à…
_ Vous n'en ferez rien, commandant, ce n'est pas votre proie, c'est l'ennemi de tout l'escadron. Si vous n'en faites qu'à votre tête, vous finirez comme vos amis : en poussière interstellaire. Et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre un pilote comme vous.
_ Merci pour le compliment, Monsieur, mais…
_ Pas de mais. Désormais, personne ne sort seul. Nous allons étudier vos enregistrements de vol, pour voir si nous pouvons en tirer quelque chose. Rompez, soldat. »
Je salue brièvement le supérieur en face de moi. L'esprit tourmenté par la colère, comme un océan d'amertume agité par la tempête, je marmonne des insultes et des menaces silencieuses en quittant la pièce aux relents de tabac froid et d'alcool de luxe. Ce monstre est à moi, et personne ne m'empêchera d'arracher la tête de son cadavre encore chaud, pour la garder en trophée. Il allait lui aussi connaître la peur et la souffrance.

On peut tromper une personne mille fois, on peut tromper mille personnes une fois, mais moi, on ne peut pas me tromper deux fois.
Pour avoir accès à tous mes RP
Actualité:
Abandonnez tout espoir : un nouvel ennemi redoutable surgit.
Dernière édition: il y a 1 semaine 1 jour par Dainslef.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: blaisepascal

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 semaine 22 heures - il y a 1 semaine 22 heures #249247 par Dainslef
Réponse de Dainslef sur le sujet Une lueur dans les ténèbres

On peut tromper une personne mille fois, on peut tromper mille personnes une fois, mais moi, on ne peut pas me tromper deux fois.
Pour avoir accès à tous mes RP
Actualité:
Abandonnez tout espoir : un nouvel ennemi redoutable surgit.
Dernière édition: il y a 1 semaine 22 heures par Dainslef.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: KhorissblackseraphBobySkyfengerPhoneixZoranjimooRedfoxGibloodSloanneSahaquielleblaisepascalgranteeric
Temps de génération de la page : 0.141 secondes
Elite Dangerous 2018 05 14   16 15 07