-- NAVIGATION --

  • Teamspeak EDFR

  • 1

-- INTERFACE PILOTE --

-- EVENTS & MISSIONS --

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Aucun évènement à venir!

 

lundi 30 novembre 2020
×
Mise à jour du Forum & Site (Fin Mai 2019) (10 Mai 2019)

Bonjour à tous et à toutes !

Voici une note importante concernant la mise à jour du site jusqu'en Octobre 2019...
Quelques changements importants dans l'équipe au niveau des rôles et une absence...

file Exploration au long cours.

Plus d'informations
il y a 4 mois 3 semaines #249401 par Jericho Cane
Exploration au long cours. a été créé par Jericho Cane
Salutations Commandants o7

Ici le cmd Jericho Cane, récemment promu au rang d'Elite en exploration grâce à ma cartographie massive d'objets stellaires sans intérêt. J'étais revenu dans la Bulle guidé par ma volonté de vendre enfin mes précieuses données qui devaient me permettre d'obtenir ce fameux rang.

Cette chose étant faite, je me suis mis en tête de relancer une exploration lointaine. Ayant comblé mes rêves de richesses et de gloire en rejoignant la masse des Elites, m'étant extrait de la plèbe à la sueur de mes sondes, je suis prêt pour une expédition autrement plus glorieuse. Cette nouvelle exploration aura simplement pour but de découvrir notre si belle galaxie et, qui sait, d'y trouver quelque bizarrerie ici et là qui permettraient à ma renommée de crever le plafond céleste qu'elle a atteint et qui ne saurait constituer une quelconque limite à ma nature profonde de défricheur galactique.

Les vulgaires cailloux orbitant comme des ploucs autour d'étoiles à moitié crevées n'ont qu'à bien se tenir, mes sondes, la corne de mon Krait Phantom et mon FSS sont loin d'être fatigués. Que pouic, cher commandants, que putain de pouic ! Non seulement je continuerai de les cartographier comme si ma vie en dépendait, mais en plus j'ai bien l'intention d'arracher à la Nature les quelques étrangetés magnifiques qu'elle essaie tant de nous cacher.

S'il faut soulever un système, je le soulèverai. S'il faut épuiser la galaxie, je l'épuiserai et je lui mettrai mes bottes en pleine face jusqu'à ce qu'elle crache la moindre information !

Mais bref, trêve de palabres. Le journal ci-présent me permettra de garder un pied avec la réalité et tenir un compte rendu de mon avancée. Mes précédents voyages, s'ils furent fructueux, m'ont montré que la solitude et l'éloignement absolu pouvaient jouer des tours au plus hardi des aventuriers. J'ai également emporté toute une collection d'antiques vinyles pour tromper l'ennui et insuffler un peu de grâce lorsque j'entrerai une énième fois dans un système grotesque rempli de petits tas de merde gelés.

Pour ce qui est de mon plan de route, il est vague. Je suis parti en direction Formidine et je compte rallier un Fleet Carrier mis à disposition par l'initiative DSSA (the Deep Space Support Array) dont voici une carte du réseau actuel :



Comme vous pouvez le constater, leur réseau est déjà bien étendu. J'ai l'intention de rejoindre plusieurs de ces Fleet Carriers afin de revendre mes données au fur et à mesure et réparer mon vaisseau si besoin est.

Ma première destination est donc le Skabara, qui se situe ici :



Ma position actuelle est indiquée, je me trouve à environ 2000al de la Bulle. Je sors à peine des secteurs fortements arpentés mais j'ai déjà pu cartographier quelques mondes intéressants. D'ici mon arrivée au Skabara, je compte me balader un peu, au hasard des systèmes. Le Skabara est mon premier check point mais je ne cherche pas à l'atteindre le plus rapidement possible. Je pense visiter ça et là quelque POI déjà découvert par exemple.

Une fois là-bas, je remonterai la galaxie par le côté gauche de la carte, dans un premier temps. Je verrai ensuite si je me rapproche du centre avant de continuer à remonter ou pas. Mais il y a le temps, nous n'y sommes pas encore.

Sur ce, commandants, je vous laisse. Nous nous retrouverons lors de ma prochaine communication. Et qui sait, peut-être nous croiserons nous quelque part !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Verthel, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 mois 2 semaines #249428 par Jericho Cane
Réponse de Jericho Cane sur le sujet Exploration au long cours.
Communication #2

Me voici déjà à la fin de la première semaine. Les systèmes défilent lentement et je me suis plongé à nouveau dans la solitude des systèmes inconnus. Je scanne sans relâche afin de démouler mon nom sur chacun de ces cailloux pourris qui croisent mon chemin. Je le vois parfois comme une petite vengeance envers ces systèmes pathétiques remplis de machins congelés sans intérêt aucun. Il y a quelques jours, au terme d'un invraisemblable enchaînement de banalités, je suis arrivé dans un système archétypal. Le congélateur par excellence, dont j'ai gardé une trace afin de m'en souvenir. Je vais peut-être l'imprimer pour l'afficher dans les toilettes du vaisseau :



Quelque peu frustré par ce système qui n'est absolument pas en adéquation avec ma haute qualité d'explorateur d'élite, je donne un coup de pied dans le tableau de bord. Malheureusement, s'il y a bien eu une sorte de "bong" qui a résonné dans l'habitacle, le vaisseau est resté globalement silencieux. Et je me suis fait mal dans l'opération, si bien que je me suis mis à insulté tout ce qui m'entourait, essentiellement des écrans et des commandes donc. Il a fallu que je me calme un peu, que je me raisonne. Je suis encore au début de mon voyage, je ne peux pas perdre mon sang froid si tôt ! Non, je perdrai la raison après des mois de solitude, la barbe hirsute et les yeux brillants, je serai un fou mystérieux qui revient d'on ne sait où et dont le voyage relève à moitié de la légende, à moitié du mensonge, à moitié de l'exagération. Cela fait beaucoup de moitiés, j'en conviens. Passons sur cet épisode malencontreux.

Je suis également tombé sur une petite planète cramée orbitant très près de son étoile. Je décide d'aller y poser le vaisseau histoire de faire le con sur la planète :





Je ne vais point mentir, ce ne fut pas l'escapade la plus affriolante de ma vie. C'était somme toute assez cohérent comme paysage, et je me suis contenté de rouler comme un dingue après avoir pris soin de vider une demi-bouteille de whisky -un très bon whisky bien sûr- dans le vaisseau. Il vaudrait sans doute mieux que ce genre de détails n'arrivent pas à certaines oreilles dans la Bulle mais, hé, on cartographie la galaxie en voyageant seul pendant des mois et des mois, on peut bien se permettre quelques sorties bourré en VRS. Le danger le plus immédiat aurait été que je vomisse dans ma combinaison, loin de mon vaisseau. Ce n'est pas passé loin, certains reliefs s'étant montrés quelque peu traîtres, mais mon expérience et ma hardiesse m'ont permis de rester digne jusqu'à mon retour au vaisseau. Je me suis même risqué à quelques prélèvements d'échantillons pour nos scientifiques : même ivre mort, mon professionnalisme reste de très haute volée.

Cette sortie festive s'est achevée par une légère bourde de ma part puisque , alors que j'étais prêt à embarquer, j'ai par erreur renvoyé le vaisseau pendant que j'étais en dessous :



Je suis resté comme un con quelques minutes dans mon VRS avant de rappeler le vaisseau et de repartir enfin.

Si l'immensité du cosmos va de pair avec sa relative banalité et sa succession de mondes peu ou prou identiques, il arrive régulièrement que l'explorateur tombe nez à nez avec quelque merveille stellaire qui réchauffera son âme de poète et son esprit d'aventurier. Les esprits chagrins ont beau gloser sur la supposée sécurité de l'explorateur, qui se contenterait d'enchaîner les sauts sans avoir à craindre ni des Thargoids, ni des pirates, ni de toute autre surprise malencontreuse que doivent affronter les habitants de la Bulle, il n'en reste pas moins que nous risquons nos vies pour permettre à notre glorieuse espèce d'avoir une idée plus précise de où se trouvent les cailloux glacés et les bidules cramés qui hantent notre si belle galaxie.

C'est pour cela que l'explorateur trouve toujours un immense réconfort lorsqu'un joli panorama vient s'offrir à lui, comme pour le récompenser de ses efforts. Ici, ce fut une simple géante gazeuse peu éloignée de son étoile. Je ne me suis pas risqué au whisky avant d'aller baguenauder dans sa ceinture d’astéroïdes, mais je savais bien que l'ivresse de la découverte allait valoir toutes les bouteilles de whisky de ma soute.





Là encore, les esprits chafouins rétorqueront qu'il n'est nul besoin de quitter la Bulle pour découvrir pareil paysage, mais iis n'ont pas conscience de la sensation que procure la contemplation d'un paysage neuf, sur lequel on déposera son nom afin que tout le monde, jusqu'à la fin des temps, sachent que c'est bien vous qui vous êtes sortis les doigts pour aller scanner l'endroit. Et même si personne, jamais, ne repasse par ici, et bien mon nom y sera tout de même bordel de merde.

Quelques jours plus tard, je suis sorti d'un saut pour arriver nez à nez avec deux étoiles très proches :



Peu de choses m'effraient, mais ces arrivées font partie de celles là. La vue est belle, je ne le nie pas, mais tout de même. Trop de souvenirs d'arrivées en catastrophes, d'odeurs de vieille saucisse grillée.

A ce stade, j'étais arrivé à un premier checkpoint. Je suis encore bien loin du Skabara, mais j'avance inexorablement :




Je profite de cette petite pause pour observer la carte afin de trouver quelque destination intéressante. Je repère un machin bleu qui brille fort, nos scientifiques fronceraient sans doute les sourcils en m'entendant en parler ainsi mais pour moi, homme de terrain, c'était un machin bleu qui brillait fort. Alors j'y suis allé et là, BAM, une Earth-like et un monde terraformable. L'instinct de l'explorateur à n'en pas douter. Ce n'est pas une affaire de chance. C'est une affaire de machin bleu qui brille fort, de curiosité et de grosse couilles. Pas de fausse modestie dans ce journal.



Tout cela m'amène à ma dernière position, pas très loin de ce dernier système. Je finis par tomber sur un truc un peu plus étonnant que la normale : un système presque entièrement constitué de géantes gazeuses, dont aucune n'a d'anneaux. Je vous laisse avec quelques photos prises de l'une d'entre elles et de mon exploration sur sa lune, au cours de laquelle je me suis amusé à escalader une montagne. Un gros machin qui dépasse, je voulais absolument aller y poser le pied. J'ai dessiné un penis dans le sol sableux, c'est la première idée qui m'est venue. Même les explorateurs les plus intrépides savent garder leur âme d'enfant.
Fly safe o7
Attention : Spoiler ! [ Cliquer pour agrandir ]
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: STAR HUNTER, Call-me-Ishmael

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: ZoranSloanne
Temps de génération de la page : 0.218 secondes
Elite Dangerous 2018 05 14   16 15 07