Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : [RP RedTurian] Réglé comme une montre Suisse...

[RP RedTurian] Réglé comme une montre Suisse... il y a 2 mois 2 semaines #224968

  • TheRuskoff
  • Portrait de TheRuskoff
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 29
  • Remerciements reçus 11
Je ne me rappelle que très peu ma jeune enfance, mais je me rappelles que j'ai commencé à être formé au tir et au maniement des armes blanches à 8 ans. À 15 ans, j'étais déjà un très bon tireur d'élite, excellant tout particulièrement dans le maniement des fusils de précisions semi-auto à moyenne portée, des pistolets et couteaux. Ayant le verbe très agile depuis ma naissance, je me rendis ainsi compte de ma capacité à mener les gens où je les voulais et à extirper leurs informations sans user de la torture. Ayant développé un véritable don de discrétion, je pris part à ma première véritable mission d'infiltration et perturbation à 18 ans, contre des impériaux que je hais toujours.

Nous étions cinq, tous équipés de fusils magnétiques très silencieux. Le chef de l'escouade nous fit un signe du poing pour nous ordonner de nous arrêter. Le son des bottes magnétiques impériales retentissaient de toute part, ceci étant, quelque chose clochait. On nous avait informés de la présence de 18 ennemis, en formation de 5 ou moins. Or là, c'était tout un bataillon qui se pressait dans les couloirs de la station. Ils étaient en formation, car on entendaient leurs pas réguliers. Pas loin de 50 hommes étaient là, à moins de 50 mètres au dessus de nous. Leur officier leur hurla de s'arrêter, et le bataillon fut rejoint par un autre bataillon, puis un autre. À peu près autant de soldats, à priori. Ce qui faisait 150 soldats !

Cependant, il n'y avait qu'une sortie, une route à sens unique. La victoire ou la mort. Le chef d'escouade se retourna vers nous et chuchota :

- "Putain les gars, je crois qu'on est dans la merde. Bon, avançons."

Un des soldats ajouta :

- "Oh bordel, j'avais pas signé pour ça, on a aucune chance !"

- "Comme si on avait le choix !" dis-je.

Nous avons donc repris la marche, discrètement. À un moment de notre progression, nous nous rendîmes compte que les impériaux avaient cessés toute activité. Le chef d'escouade décida de ne pas y prêter attention, malgré l'avertissement d'un camarade. Et, à peine 5 minutes plus tard, ce qui devait arriver, arriva. Le chef d'escouade hurla : "AMBUSCAAAAAAAADE !" et se prit une balle entre les deux yeux avant, que nous ayons eu le temps de nous cacher ou de nous positionner. Deux autres de mes camarades tombèrent, il ne restait donc plus que moi et un autre. Les impériaux cessèrent le feu et nous proposèrent la reddition. En regardant mon camarade je remarqua qu'il avait été blessé, ce qui était impressionnant vu les dégâts que causent les armes magnétiques, il aurait dû mourir.

Il tenait derrière lui une grenade plasmique, et avant que mon bras s'élance vers lui pour le stopper, il la dégoupilla et s'élança sur les soldats impériaux. Naturellement, un déluge de projectiles accélérés s'en suivit, puis la déflagration de la grenade. Je fus projeté au moins dix mètres plus loin dans le couloir, et, étalé par terre, je vis le bataillons impérial avec un gigantesque trou au milieu de ses lignes. La grenade de mon camarade avait dû faire 15 morts facilement. Je profita du bref instant de débauche impériale pour me relever et m'éclipser discrètement. Après être arrivé aux plates-formes de décollage, j'abattis une patrouille de 3 soldats impériaux gardant les quais. Un dernier soldat, m'ayant pris à revers, commença à m'étrangler avec son bras ; mais je lui brisa une jambe avec un puissant coup de pieds arrière, le traîna sur une des plate formes d'atterrissage, désactiva ses semelles gravitationnelles et demanda le décollage.

Le vaisseau et son pilote, à l'extérieur, furent expulsés par l'arrêt de la plate-forme, et, dérivant dans le hall sans gravité de la station, se firent heurter par un beluga liner. Le soldat impérial éclata à l'impact, de même que son chasseur Gelid G, le sang du soldat se répandant sur la verrière du Beluga, ainsi que dans la zone d'atterrissage, son corps fragmenté dérivant au milieu d'un nuage de gouttes rouge.

Après cet événement, je me fis couper la langue par ce qui fut mes amis, comme tribut de ma défaite. Cela me plongea dans une rage folle, me poussant à tous les exécuter ; Puis j'ai erré dans la bulle humaine pendant un temps qui... me sembla ...infini, perdant le compte de mon âge, accumulant "maisons", compagnes ainsi que amis, tous temporaires, et faisant parfois quelques missions relevant de mon expertise. Jusqu'au jour où je passa mon diplôme de pilotage de vaisseaux. Je gravis vite les échelons, passant de mon Sidewinder, fourni avec le diplôme, au Adder, puis au Cobra, avec lequel je me mis à la chasse à prime, ce qui me permis de vider mon casier judiciaire auprès de toutes les superpuissances. Appréciant de plus en plus la Fédération, j'acquis un Vulture, puis un Federal Assault Ship, ainsi que un T7 et un Diamondback Explorer, respectivement nommés : PFS RESOLUTE, PFS KARA, PFS HAVINCAW. Jusque là j'avais principalement habité à HIP 20342, où ces voyages et combats spatiaux m'avaient transformés. Ils m'avaient rendus plus amical, moins froid mais tout aussi franc.


Un jour, étant allé me payer quelques vacances dans un système proche de HIP 20342, je rencontra une femme, Vera. Elle était dure et slave, comme moi. On s'appréciait beaucoup, et elle devint ma coéquipière, m'aidant et m'accompagnant dans le vide, au manettes d'un vaisseau comme au sol. Mais, quelques mois plus tard, la faction communiste de ce système, dont les soutiens étaient de plus en plus nombreux, se fit déclarer la guerre par la Fédération, qui était pourtant bien plus influents qu'eux. Dans l'heure qui suivit, les Dropships fédéraux sont arrivés, dont sortaient plusieurs centaines voire milliers de soldats. Les communistes, moins bien armés, se firent massacrer en moins d'un jour terrestre. Devant ce massacre, dont les victimes se comptaient par dizaines de milliers, mes yeux s'ouvrirent sur le monde, et j'eus comme une révélation. Ayant toujours été communiste, je pris les armes contre les fédéraux, et, avec le soutien des partis communistes des systèmes alentours, nous reprirent la station en une semaine. En revanche, dans l'espace, les choses étaient différentes...

- Red : "Vera, fais décoller le RESOLUTE, on part à la chasse au gros." demandais-je en me servant d'une commande textuelle.
- Vera : "Ok Red, je désenclenche le verrouillage magnétique dans 3..2..1..ooook."
- Station : "Moteurs activés, bon vol camarade !"
- Red : "Merci contrôle."

Après quelques minutes de vol..

- Vera :"Red, j'ai une zone de conflit, ça a l'air de chauffer très fort là bas, on y vas ?"
- Red : "Oh que oui."
- Vera : "Et voila, on est à portée.... 3..2...1..accroche ta ceinture."

*ALERT, CAPITAL SHIP SIGNATURE DETECTED*

- Vera : "Nooon, tu te fous de moi ? On a aucune chance, c'est un Farragut bordel de merde !"
- Red : "Attend de voir, ils ont peut être un gros vaisseau mais nous on est deux fois plus nombreux qu'eux. Et on a le mode furtif....Accroche toi ça va secouer."

*BRRRRAAAOOOOOOOOOOOMMMMMM*

-Vera : "Ouah, j'avais jamais vu ça de mes yeux... C'est gros."
- Red :*ouvre un canal avec les communistes * "Camarades, couvrez-moi et détruisez moi ces moucherons,on se charge du Farragut."

*Reçu camarade ! *

- Red : ,"Vera, cible moi un de ces relais thermiques."
- Vera : "Fait."
-Red : "Ok merci.. Ça va faire de jolis trous. [...] ok, 1er relais détruit."
- Vera : " Red, les boucliers ne tiennent plus, ils vont nous pulvériser la coque avec autant de torpilles !"
- Red : "Sauf si ils ne peuvent pas nous viser... 2eme relais détruit. [...] 3ème maintenant."
- Vera : " Les boucliers sont tombés ! "
- Red : "Parfait, passe-nous en furtif."
- Vera : "Fait."
- Red : "4ème relais."
- Vera : "Les 5 et 6èmes sont à l'avant du Farragut."
- Red : "Reçu, merci Vera; prépare toi, on va rentrer dans sa proue histoire de se refroidir tout en subissant le moins de dégâts possible sur la coque."
- Vera : "Je ne vois pas où tu veux en venir mais d'accord."
- Red : "On va les faire cuire de l'intérieur."
- Vera : "Oooh ok je vois."

*Camarade, le Farragut lance des chasseurs, on ne peut plus rien faire, ils sont trop nombreux alors quoi que vous vouliez faire, faites le vite avant qu'on meurt tous ! Terminé. *

- Red : "Ok, 5ème relais détruit, ça doit commencer à défailler pas mal là dedans. Vera, ouvre la soute, je m'habille et je vais saluer ces demoiselles en déroute. Je transfère les commandes du RESOLUTE."
- Vera : "o.. Ok."
-*TheRuskoff par interface textuelle holographique* "merci, maintenant fais moi une jolie porte d'entrée dans leur verrière, je vais discuter avec leur amiral."
- Vera : "Ok. J'espère que tu vas la tuer à la fin."
-*R* : "Évidemment."
- Red : "Joli, le trou. Bon, rapproche moi et je me lance."


Puis, sentant le RESOLUTE ralentir, je bondis hors de la soute, en direction de la verrière percée du Farragut. Pendant un instant, je me suis retrouvé à dériver au milieu du vide spatial, entouré par le combat qui faisait rage et que nous ignorions depuis le début, grâce au mode furtif. Partout aux alentours, des balles de multicanons, des obus de canons ainsi que des missiles, torpilles et lasers de toutes sortes. Avec un coup d'œil plus précis, je me rendis compte que effectivement, la situation s'était inversée, mais le Farragut ayant partiellement cessé le feu, les vaisseaux communistes pouvaient souffler un peu.

- Vera : "Réveilles toi, tu arrives proche de la verrière."
- *Red* : "Oui merci."

J'activa mes semelles gravitationnelles, mis l'œil dans le viseur de mon arme, pointa la tête d'un soldat, l'abattit par le trou de la verrière et répéta l'opération avec deux autres soldats. Je compensa la propulsion générée par les tirs avec quelques coups de RCS, rangea mon fusil semi automatique et dégaina mon pistolet magnétique. J'entra sur la passerelle du Farragut, tua 6 soldats fédéraux à l'aide de mon pistolet, mis en joue l'amiral et utilisa le clavier de la console du farragut pour dire à celui-ci :

- Red : "Amiral, comme vous pouvez le voir, nous avons gagnés. Demandez le retrait définitif de toutes les forces fédérales dans le système, ou vous et les 8000 personnes, en comptant celles qui sont déjà mortes de la surchauffe, ou autre, mourront."
- *Amiral* : "Ok ok je transmet ceci à mon commandement mais s'il vous plaît laissez moi vivre, j'ai une femme, des enfants... Pitié..."
- Red : "Merci amiral. Maintenant, je n'ai plus besoin de vous. Adieu."

Avant que l' Amiral n' ait pu supplier Ruskoff, le haut de son corps explosa, constellant la passerelle de multiples gouttes de sang. Le personnel s'agita, surpris, et j'en profita pour m'en aller par là d'où j'étais venu. Une fois à bord, je repris les commandes du RESOLUTE et détruisit le dernier relais thermique, causant une surchauffe telle que le Farragut explosa, son équipage n'étant plus apte à programmer un supersaut sans l'aval de l'amiral. Nous avions gagnés.

Plus tard cependant, j'appris via GalNet que Zachary, mécontent, avait envoyé plusieurs Farraguts et une nouvelle flotte ainsi que toute une armée et que ce système pour lequel nous nous étions tellement battus était retombé aux mains de la fédération. C'était trop tard pour réessayer...

Encore plus tard, je fus contacté par un vieil ami avec qui j'avais pas mal baroudé, notamment à la recherche de la vie extraterrestre,et qui m'avait fait une proposition de recrutement, à laquelle je n'avais pas donné suite ; DeimosReaper. Il m'expliqua la situation avec son ancien groupe et me présenta son nouveau, les "Jotunheim Raiders", me proposant à nouveau de le rejoindre. Étant donné que nos objectifs et opinions concordaient, j'ai donc passé une sorte de test, qui consistait en une session de chasse à prime sous son commandement et celui d'un de ses Protecteurs, Jurema ; ainsi qu' une autre mais cette fois où c'étais moi qui les commandait et pour finir un combat contre 8 de ses chasseurs embarqués. A l'issue de ce test, j'ai obtenu le rang de "Prédateur", et ai donc officiellement rejoint leur mouvement, moi qui avait toujours été loup solitaire jusque là. J'espère que notre collaboration sera toujours bénéfique, agréable ainsi que longue.

Bon vol à tous, camarade TheRuskoff, terminé.

(Et le meilleur reste probablement à venir !)

C'est en parant au pire qu'il peut nous arriver le meilleur.
Dernière édition: il y a 2 mois 2 semaines par TheRuskoff. Raison: Je suis con
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: NoxRider, Jurema, DeimosReaper, Valarios

[RP RedTurian] Réglé comme une montre Suisse il y a 2 semaines 3 jours #229010

  • TheRuskoff
  • Portrait de TheRuskoff
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 29
  • Remerciements reçus 11
Vera : Est-ce que ça fonctionne? Tu m'entends Red?

Chirurgien : Il lui faut quelques minutes , le temps que l'implant se paramètre... mais je ne comprends toujours pas pourquoi vous n'avez pas voulu vous mettre un synthétiseur de voix, monsieur; on a un large choix de voix...

Vera : Je crois que c'est personnel

Chirurgien : Bon enfin bref... concentrez vous sur une phrase, n'importe laquelle, et cela devrait nous envoyer le message textuel que vous désirez.

Red : Est- ce que c'est bon là? ça fonctionne? vous me lisez? On dirait que oui.

Vera & chirurgien : Oui.

Red : Ah parfait. Ce sera bien plus pratique, je vais pouvoir avoir tous mes doigts de libres pour faire autre chose qu'écrire.

Après avoir réglé l'addition du chirurgien qui venait de m'implanter un implant cérébral capable de transcrire ce que je pense, Vera et moi n'avons pas perdus de temps et
sommes montés dans le PFS KARA, Type7 de secours pourvu d'une livrée rouge vive.

Red : Vera, met le cap sur Hudson Observatory. The Oracle est hors de danger.Pour l'instant...

Vera : Reçu.

Une fois arrivés sur le vaisseau d'évacuation après une trentaine de sauts, Nous croisâmes le camarade DeimosReaper ainsi que Jurema, qui s'apprêtaient à partir au front contre les extra-terrestres avec leur Type 10 Defenders flambant neufs. Quel superbe vaisseau tout de même.... Mais de toute manière, la chasse au cafard, très peu pour nous, ou au moins pour moi, je n'ai jamais vraiment demandé l'opinion de Vera sur le sujet. Mais pas le temps de s'attarder, eux avaient des cafards à détruire et
nous des civils à évacuer.

Une fois sur place, et l'appontage d'urgence demandé, le PFS KARA commença à rentrer dans le spatioport...

Vera : RED ! à 5 heures! un débris !

Red : merde. Envoie toute la puissance dans les moteurs et désactive l'assistance de vol, c'est un anaconda, si il nous touche je ne donne pas cher de notre peau.

Et le vaisseau entama une lente manoeuvre d'évitement ,qui réussit mais de justesse, l'épave d'anaconda venant s'écraser sur la piste voisine, provoquant une explosion des barils de combustible entreposés là, qu'on avait pas eu le temps de déplacer, projetant un autre débris et ainsi de suite....

Red : Quelle merde... c'est encore pire que sur The Oracle je pense... bon, maintenant qu'on est dans le hangar, à priori on est en sécurité. La prochaine fois, avertis moi plus tôt, on a frôlés la catastrophe.

Vera : Tu as raison. J'y veillerais la prochaine fois.

Red : bon, ouvre la soute, accueillons tous ces gens; mais prends en priorité les contrats qui offrent des micrologiciels intégrés modifiés, je te rappelle que
le RESOLUTE en a besoin.


La soute s'ouvrit, et un flot de personnes désespérées, désemparées et effrayées dévala dans la soute, se répartissant dans les multiples cabines économies. La soute était désormais pleine de précisément 128 personnes, pressées de quitter cet enfer, et on peut les comprendre.

Red : Bon, demande le décollage, et dès que le vaisseau est relaché, lance un dissipateur, sinon nos invités ne vont probablement pas apprécier.


Vera : c'est fait, camarade.

Une fois arrivés sur le vaisseau de secours, les réfugiés dévalèrent dans la même cohue que pour l'embarcation, ne sachant que faire entre se réjouir et pleurer.
Et à ce moment là, je reçus un message de la haute autorité fédérale, concernant une opération secrète contre les impériaux. Le message venait du parti de Felicia Winters, et Hudson n'étais pas en copie, et puis de toute façon, un "haut" grade dans la marine fédérale impose des responsabilités. J'ai beau les haïr au possible, pas une seule personne dans cette galaxie n'es prête à affronter seule la fédération. L'empire non plus, mais l'empire reste une cible plus facile à déséquilibrer, étant très central. Mais cette mission ne concernait pas Vera, et elle ne devait rien savoir dessus.

Red : Vera, j'ai besoin que tu t'en ailles, j'ai quelque chose d'important à faire.

Vera : Quoi?.... Bon de toute façon je suppose que tu as tes raisons et je me doute que je ne te ferais pas changer d'avis, donc, à tes ordres.

Elle obtempéra aussi tôt et quitta le vaisseau sans broncher. Je repartis donc vers la bulle, une fois sur place je sauta dans le PFS RESOLUTE et direction : le quartier général fédéral avancé mentionné dans le message.
Une fois sur place, un scientifique dans sa grande blouse blanche, et avec ses épaulettes anguleuses caractéristiques des fédéraux, ainsi qu'un de mes supérieurs me prirent en charge.

Maréchal de terrain fédéral : Bon, commandant, si on vous a fait venir ici, malgé vos heurts et votre très clair affront vis à vis de la marine fédérale, qui de toute façon n'est pas de mon ressort, c'est que nous avons décidé de vous donner cette mission car vous êtes probablement le plus apte à l'accomplir étant donné vos compétences. je vous donnerait vos ordres une fois que vous aurez rencontrés l'escouade HARES. Mr. Van Hooeg et moi-même allons vous conduire à leur rencontre, ils sont probablement en train de s'équiper à l'heure qu'il est. L'heure tourne, les temps changent commandant.

Red , cachant son incompréhension : Reçu, maréchal.

Scientifique fédéral (Mr. Van Hooeg) : Bien, alors, les soldats que vous allez rencontrer sont équipés avec les dernières technologies fédérales, développées ici-même. Ils consommeront une substance qui amélioreras leurs sens et leur vitesse de réponse. Ils ont également été améliorés avec les meilleures technologies de thérapie génique de la galaxie, toutes factions confondues. Malheureusement, ces technologies géniques n'ont pas été développées sur place, héhé.

Soudainement, cela me revint. L'escouade HARES, j'en avait déjà entendu parler dans un couloir sur TUN , pendant que je faisait mes grades. Une discussion entre deux amiraux dont j'avais capté des bribes. Une unité d'élite, réputée invincible, mieux connue par les impériaux que par les fédéraux eux - mêmes.

A mesure que nous progressions dans les sinueux couloirs de ce quartier général définitivement pas comme les autres, les portes se faisaient de plus en plus nombreuses et les gens de plus en plus rare. Sûrement dû au panneaux holographiques : SECRET DEFENSE, avec inscrit en dessous, en tout petit : conformément à la loi 16:1982:28-1.5 du code de l'armée de terre fédérale, quiconque tente de s'introduire ici par quelque moyens sans y être accrédité se fera, lui et ses complices, exécuter et effacer de tous les registres. Soudain, une porte visiblement très avancée technologiquement et très épaisse nous bloqua le passage. Le scientifique ouvrit la porte à la suite de nombreuses et longues manipulations, et au détour d'un couloir je la vis. La fameuse escouade HARES. 25 soldats, tout d'armure vêtus, armés jusqu'au dents avec les canons gauss les plus avancés qu'il m'ait été donné de voir.


Maréchal de terrain fédéral : Commandant, je vous présente l'escouade HARES. La crème de la crème de la chantilly, haha. Vous êtes un des premiers à la commander. Donc, faisant apparaître une carte holographique, vous vous infiltrerez dans cette base planétaire impériale hautement sécurisée, pour cela, il vous sera mis à disposition une foreuse, capable de creuser le sol avec des vibrations minimes, rendant donc sa détection impossible par les modules de conversion sonore spatiale, corrigez moi si je me trompe, Mr. Van Hooeg. donc, vous embarquerez sur le vaisseau d'un collègue, un gunship, et vous serez déposés à 8 Km de la base impériale. Vous commanderez donc l'escouade HARES durant toute l'opération et à partir du moment où je vous aurait laissé dans cette salle. Votre objectif est de poser la charge implosive qui se trouve dans cette caisse. vous aurez un délai d'une heure avant l'explosion de la charge, ce qui nécéssite que tous les impériaux soient hors de combat. vous nous demanderez l'évacuation quand vous aurez fini de nettoyer et que la charge sera plantée. le site d'évacuation sera défini sur le moment. Je vous laisse la parole, Mr. Van Hooeg.

Scientifique : Donc, à bord de la foreuse se trouveras plusieurs caisses de munitions, des drogues de combat comme celle dont je vous ait parlés, ainsi que cette caisse, à votre gauche, contenant une monstrueuse bombe à antimatière, qui arrachera un morceau de la planète lors de sa détonation. Ah, et, j'ai failli oublier, étant donné que vous ne pourrez pas neutraliser absolument toutes les cibles de cette base, je vous fournis , tenez, un algorithme de piratage auto-adaptatif, qui bloqueras toutes les portes ou déverrouilleras celles que vous désirez quand vous le désirerez.
Une fois les deux fédéraux partis, je me retrouva seul avec cette escouade HARES, je commença donc à les former et à leur expliquer comment on allait procéder. Mais en réalité, ces super soldats n'avaient que peu d'expérience du terrain, inconscients que, en situation, tout se passe différemment qu'en simulateur, aussi avancés qu'ils soient. Comme dit cette vieille citation : Une fois sur le terrain, on s'aperçoit que les plans sont inutiles, mais que les élaborer est indispensable.

Red : Bon, lisez moi soldats, je suis peut- être un peu âgé, mais je suis pratiquement sûr que sur le terrain je suis plus efficace que le meilleur d'entre vous. Je n'ai peut-être plus de langue ni de cordes vocale, mais je suis sûr que je mène un interrogatoire que le meilleur d'entre vous. je n'ai peut-être pas l'air mais, m'en témoigne cette cicatrice au visage, j'ai probablement deux fois plus d'expérience que vous tous réunis. c'est pourquoi on m'a placé à votre tête aujourd'hui. Vous savez, ces impériaux sont les pires de tous. Ils ignorent tout de l'éthique, et méprisent le peuple, ce qui leur donne des airs de psychopathes, mais ils le sont aussi peu qu'ils sont mauvais stratèges. Les "faibles" peuvent être très utile, et les respecter , les caresser dans le sens du poil les rends encore plus forts. Tout ça pour dire que je ne veux pas entendre quelconque plainte vis à vis de ce que l'on va faire là - bas, ou je me charge de la balance moi - même. C'est bien compris soldats? Ne répondez pas, c'est une question piège. Bon, aller, tous au vaisseau.

Une fois tout le monde dans la foreuse et le gunship spécial sur place, le vaisseau atterrit discrètement et largua la foreuse, qui s'enfonça dans le sol dans une discrétion étonnante. Et c'était parti pour une heure de voyage sous la terre en direction de ce que certains auraient considérés comme une mort certaine.

Soudain, le pilote de la foreuse se leva de son siège.

Pilote de foreuse : Commandant, on est sur site dans 5 minutes.

Red : C'est pas trop tôt. ça fait combien de temps qu'on est dans cette boîte de conserve?

Pilote de foreuse : 2 heure terrestres, commandant.

Red : Bien. Soldats, rappellez-vous de ce que je vous ait dit. Pas de pitié, mais restez discrets.

Soldat de l'escouade HARES : Commandant, vous ne prenez pas la drogue?

Red : Non.

Les soldats se regardèrent, incrédules. Ils devaient me prendre pour un fou, et probablement qu'ils n'avaient pas tort.

Je m'équipa de mon fusil "fétiche"


et la porte de la foreuse s'ouvrit.

Red : go, go, go! Bravo, à gauche, Charlie, à droite, Delta, couvrez nos arrières.

Soldats, en chuchotant : Reçu.

Une des portes du complexe s'ouvrit, grâce au logiciel pirate, et tout le monde rentra.

Red, en chuchotant : Contact à gauche, on tourne discrètement à droite.

Red,consultant mon plan holographique : Bon, l'objectif est exactement au centre, c'est à dire à à peu près 150 mètres. une fois sur l'objectif on peut commencer à foutre la merde mais là, retenez le feu.

Les scientifiques étant en plein travail, c'était aisé de leur passer dans le dos, même à 26, mais les gardes allaient poser un gros souci.

Les couloirs de l'installation étaient très impériaux, inondés de lumière bleue, lisse et blancs, métalliques et amples, ce qui rendait le fait de se cacher assez difficile, heureusement mais étonnamment, ils n'étaient pas très peuplés.

Red, en chuchotant : Halte!...................... Vous entendez mieux que moi, avec votre drogue, vous confirmez le contact auditif?

Soldat : affirmatif, chef.

Red : bon, c'étais pas au programme, mais on va devoir sonner l'alarme un peu plus tôt, cam... soldats.

Soldat : Qu'est- ce que vous prévoyez, chef?

Red : on va leur faire une petite surprise. désignant 10 soldats vous, mettez la sécurité de vos armes. Alpha, avec moi. les autres, à couvert.

Et la section Alpha s'avança tout droit dans la gueule du loup, même si en l’occurrence, les loups, c'était nous.

Soldats impériaux : Contact visuel ! à couvert, engagez !

Red : Mettez vous à couvert et visez la tête, ne gachez pas de munitions, la foreuse est déjà bien trop loin. Oh, et attendez qu'ils déclenchent l'alarme.

Red, à Bravo, Charlie et Delta : bon, les gars avec la sécurité de mise, bougez plus loin, planquez vous. les autres préparez vous, l'alarme va s'enclencher. je ne veux pas qu'on dévoile le fait qu'on et 26.

*ALERTE INTRUSION. TOUS LES SOLDATS SUR PLACE SONT APPELÉS A DÉFENDRE L'AVANT POSTE*

Je mis mon œil dans le viseur de mon arme , l'aligna avec la tête de l'impérial le plus proche et appuya sur la détente. Son crâne éclata, constellant le mur immaculé de sa cervelle. La détonation fit se coucher tous les autres membres de la patrouille, probablement paralysés de peur.

Red : épargnez le chef; je m'en occupe. Sinon feu à volonté.

Soldat : Reçu.

Et, les fusils réglés en semi-automatiques, les soldats d'élite éliminèrent sans peine le reste de la patrouille, laissant leur chef terrorisé, en train de manger le sol en position fœtale. Je le pris par le col et pointa mon fusil sur son pied avec l'autre main.

Red : Télécharge la position de tous tes soldats sur mon terminal. Maintenant.

Brigadier impérial : O...Oui mais pitié, laissez moi vivre... jje...j....je....j'ai une famille aa...a...avec une femme.... elle est enceinte....pitié....

Le brigadier téléchargea la position de ses soldats sur mon interface, et je l'exécuta.

Red : tu peux toujours courir.

En chemin vers le réacteur, nous croisâmes quelques patrouilles, mais connaissant exactement leur position, nous les avons éliminés sans mal. Une fois sur place, je demanda le rapatriement des autres sections, qui sont arrivées sans heurts non plus. Et soudainement , la lumière bleue devint violette, et des tourelles sortirent du plafond.

Red : A COUVERT ! PLAQUEZ - VOUS AUX MURS ! DELTA, PLANTEZ LA BOMBE , LES AUTRES VISEZ LES CONDUITES THERMIQUES ! C'EST UN PIÈGE!

Les soldats détruisirent la majorité des tourelles avant leur activation, sauf deux, qui se mirent à tirer. le laser de la première ricocha sur l'armure du soldat visé et fut détruite avant qu'elle puisse corriger son angle, mais l'autre blessa un soldat à la gorge puis fut détruite, mais le soldat se vida totalement de son sang et mourut. Mais la Débandade des soldats d'élite fut l'ouverture que les soldats impériaux attendaient pour entrer. et une centaine de soldats impériaux, peut- être cent-cinquante, pénétra dans la grande salle. Malgré mes avertissements, les soldats n'eurent pas tous le temps de se mettre à couvert et les impériaux ouvrirent le feu. 5 soldats moururent. la section Delta, chargée de couvrir nos arrières et de planter la bombe, ne comptait plus qu'un soldat. Je pris mon fusil et abattit le plus de soldats possibles, avant que mon arme ne surchauffe. Les soldats de leur côté se débrouillaient vraiment bien mais les impériaux étaient trop nombreux, et les soldats tombaient les uns après les autres. Je me rua sur le cadavre d'un de mes soldats, lui prit son arme et déchaîna un torrent de balle sur les impériaux, jusqu'à la surchauffe de celle- ci.

Red : Concentrez le feu sur la gauche, Delta lâche cette bombe, on recule à mes 8 heures ! dans ce cul de sac !

Les soldats s'exécutèrent, non sans perte car 2 soldats de plus périrent dans l'affrontement, ce qui amenait nos effectifs à 11, un soldat dans Delta, la section charlie annihilée , 4 soldats dans bravo et 6 dans Alpha. Et les survivant déchaînèrent toute leur puissance de feu contre les impériaux, dont les effectifs fondaient et dont les pertes étaient innombrables, mais malgré cela, ils continuaient d'avancer et de tirer frénétiquement,comme des zombies assoifés de sang.

Red : aller, balancez tout ce que vous avez, mais pas de grenades, si le générateur devient instable, avec la bombe AI à côté, on meurt tous ! Et toi, passe moi ton arme de poing, je vais faire un truc idiot.

Soldat, en hurlant : BIEN CHEF ! TENEZ !

Je donna un coup de crosse avec mon arme dans un panneau de commandes, exposant ses circuits. Je brancha le logiciel de piratage qui m'avait été fourni par le maréchal et une jolie interface s'ouvrit. Pour un truc qui était censé être utilisé en situation de combat, ils avaient beaucoup travaillés sur l'apparence.Bref, je choisit la fonction "ECM".
Et à ce moment là, tous les soldats impériaux se mirent à se tortiller, assourdis par les larsens de leurs traducteurs. J'en profita et exécuta mon plan. Je sortis de manière totalement décontractée et abattit tous les soldat impériaux restants d'une balle dans la tête avec l'arme de poing du soldat. Puis je retourna devant le logiciel de piratage et choisit "verrouillage des portes". Et toutes les portes se verrouillèrent. Delta ré-amorça la bombe, et les effectif restants retournèrent à la foreuse, abandonnant toutes les munitions et autres. un dernier soldat succomba de ses blessures mais ce n'étais rien comparé aux pertes que l'on avait infligés aux impériaux. C'était une grande victoire.

Pilote de foreuse : et bah bordel de merde j'ai cru que vous alliez tous y passer.

Je ne répondis pas mais il partageait le même sentiment. Et d'un côté, que autant de soldats de cette unité aient survécus, cela allait probablement poser un problème dans mes futures luttes contre la fédération, mais bon, au moins je remonterais dans l'estime du commandement.

Red : CMDR TheRuskoff à gunship modifié : demande extraction d'urgence, à vous.

équipage du gunship modifié : Heureux de vous relire, commandant, on arrive, terminé.

Nous montèrent, soulagés, à bord du gunship et virent un fragment de la planète se détacher dans l'explosion de la bombe.

Et après maintes palabres avec le maréchal et le scientifique, je pus enfin retourner sur le vaisseau d'évacuation de Hudson's Orbital avec Vera, pour continuer l'évacuation, mais un pensée me trottait dans la tête: Il fallait maintenant frapper la fédération .

La suite dans le prochain épisode ! Un grand merci à DeimosReaper pour l'image ! Il a du talent cet homme, n'est- ce pas? :P

C'est en parant au pire qu'il peut nous arriver le meilleur.
Dernière édition: il y a 2 semaines 3 jours par TheRuskoff. Raison: FAILS
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: NoxRider, Jurema, DeimosReaper
Modérateurs: DeimosReaper, Moderateur 1, Moderateur 2, Moderateur 3, Moderateur 4, Jurema
Temps de génération de la page : 0.165 secondes