Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : [RP TWB]On dirait une histoire ordinaire...

[RP TWB]On dirait une histoire ordinaire... il y a 9 mois 1 semaine #186549

  • MJ-Nether
  • Portrait de MJ-Nether
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 16
  • Remerciements reçus 41
Entrée du journal de bord… Protocole grade 3 enclenché… Accès autorisé…

15/04/3301
Je me suis réveillé sur une station orbitale. Loin de chez moi. Encore. Ah, elle est loin notre petite entreprise familiale sur Eravate 3, avec le voyage à la station toutes les fins de semaines pour vendre le fruit de nos récoltes… Et aussi la traditionnelle pinte de spiritueux pour récompenser nos vaillants efforts. Je me souviens, quand j’étais enfant, les inlassables sorties pour apprendre à manier un manche et un palonnier, mon premier vol dans un Cobra MK.III vieux d’un siècle et demi, toujours gardé vaillant de générations en générations. Seulement voilà, cette époque est révolue. J’ai quitté le foyer familial, avec quelques crédits en poche, pour me rendre à la Station Ackermann Market. Là, un type louche m’a promis, vaisseau, gloire, fortune, etc. jeune que j’étais, j’ai accepté cet inconnu avenant. Quelle erreur. Je me retrouve maintenant à des années lumières de mon foyer, dans un vaisseau qui a facilement un demi-siècle et autant de pilotes à son actif. Je remplis des contrats pour une somme modique, et maintenant c’est moi, le pilote grincheux qui fait tourner sa bière dans les spatioports…

29/05/3301
Enfin, j’ai réussi à quitter cet endroit. Je me rends dans le système Kini, dans lequel je trouverais peut être quelques contrats juteux… Si un « vieux-de-la-vieille » ne me l’a pas piqué avant que mon « Sidewinder » ne passe le portail-bleu.
Tiens, un contrat de libre… Je prends. Tiens, un autre. Décidément ce système est une perle rare.
J’ai maintenant quelques économies en poche, je vais pouvoir suivre les conseils de ce vétéran rencontré dans le bar… qui me conseillais de me mettre à mon compte, avec mon vaisseau propre, que j’ai payé et non celui d’un trader louche. C’est ce que je vais faire. Mais il faudra d’abord que je retourne à Eravate, pour retrouver une certaine personne, une qui m’avait promis fortune, gloire et réputation alors que je traine dans la crasse depuis des années… Et puis de toute façon j’ai de quoi m’acheter mon propre vaisseau désormais.

06/06/3301
J’ai retrouvé ce gratte papier à Ackerman Market et lui ai revendu sa « bouse » galactique. Je me suis acheté un nouveau vaisseau et personne ne m’imposera désormais, ni en termes de taxes, ni en services. Plus jamais.
Dès demain j’irai gagner ma vie en traquant les criminels. Ça sera peut etre plus divertissant que de jouer les coursiers et les hommes à tout faire.

10/09/3301
J’ai gagné assez pour quitter ce secteur maudit. Maudit une fois à cause de cet embobineur Eravatien, deux fois car la sécurité me recherche à présent. Ce Sidewinder n’avait qu’à payer ses amendes quand il faut. Dans tous les cas, je suis tranquille. Les propulseurs illégaux acquis à Maine Hub me permettent de m’enfuir rapidement en cas de contrôle. Ça me fait mal de jouer les criminels dans mon système natal, mais, peu importe. Je ne reviendrais peut être jamais dans le coin.

22/11/3301
Celle-là je l’avais pas vu venir. Les politiques fédéraux et impériaux sont entrés en guerre ouverte l’un contre l’autre, avec un miasme d’indépendants essayant d’avoir une part du gâteau. Je n’aurais jamais cru possible que notre espace de vie devienne un véritable théâtre d’opérations militaires à grandes échelles. Malgré tout, j’ai suivi l’exemple de beaucoup de personnes en m’engageant dans la marine fédérale. Mon Cobra fait un peu pâle figure face aux gros transports et escorteurs fédéraux, mais bon, j’aide comme je peux. La marine impériale gagne sans cesse des systèmes à sa cause. La guerre est à nos portes.




02/12/3301
J’écris encore et toujours dans ce journal. Je me demande bien pourquoi. Aujourd’hui, les impériaux ont attaqué notre cuirrassé, pas très loin du système Sol. Tous les appareils, même ceux qui n’étaient pas des combattants ont étés priés de défendre ce cuirassé coûte que coute. Ah, ces enfoirés d’impériaux nous ont bien pris par surprise, au centre de notre organisation.
C’était une boucherie. Le cuirassé impérial a désintérgré avec ses lasers de guerre deux de mes compagnons, à l’entrée dans la zone de conflit. Les chasseurs impériaux s’occupaient du cuirassé fédéral, pendant que le cuirassé impérial tenait les chasseurs et destroyers en respect. La DCV tirait de partout, les vaisseaux fédéraux explosant de toutes parts. J’ai néanmoins chargé le cuirassé, dans un accès de rage. De mes canons, j’ai tiré sur sa coque. Aucun résultat. Je lui tournais autour, passant sous ses turbolasers. En désespoir de cause, je me suis rapproché de la passerelle de commandement du vaisseau. Mon cobra était un transport, pas un chasseur, et ses boucliers n’ont pas tenu longtemps, mais assez pour que je puisse tirer dans la passerelle, à bout portant. La vitre ne se brisa pas, mais un artilleur zélé, visa mon vaisseau. Mon cobra n’ayant plus de boucliers, le rayon turbolaser coupa mon vaisseau en deux, et le traversa. Je pus même sentir la chaleur du laser passant à quelques mètres de mon siège. Le laser traversa aussi la passerelle, passant par la vitre que j’avais désolidarisée. Le cuirassé perdit son centre névralgique et dut battre en retraite. Un transport fédéral me trouva et m’emmena à bord du cuirassé fédéral, quelques minutes plus tard. Ce fut ma première bataille et je m’en souviendrais toute ma vie.

11/12/3301
J’ai refusé la proposition de promotion et l’opportunité de diriger un Destroyer que les fédéraux me proposaient. Je les avais rejoints pour sauver mes amis et ma famille, pas par idéologie politique. J’ai même quitté la marine, les impériaux étant en déroute. J’eus quand même droit à une mise à zéro de mon casier judiciaire, un cobra neuf, et les honneurs dans mon dossier. Le cobra était un bon vaisseau, très bon même, mais je ne me voyais pas retourner à ma vie d’avant. J’achetai pour une somme modique un des vaisseaux impériaux capturés, un Coursier impérial. Très bon vaisseau, avec un potentiel de combat bien au-dessus de tout ce que j’avais pu piloter par le passé. J’offris mon cobra neuf à ma famille sur Eravate 3. Elle en avait bien besoin.

28/12/3301
Le coursier Impérial fait des merveilles. J’effectue en général des missions de mercenariat pour toute faction se battant contre l’empire. Alliance, fédération, indépendants, peu importe du moment que ça m’aide à combattre ces enfoirés à armes égales. Bon, c’est des enfoirés, mais ils savent tenir un crayon. Le coursier fait des merveilles sur le champ de bataille.



11/01/3302
On dirait que je supporte trop les indépendants et pas assez la fédération. Ils ont mis ma tête à prix. Je préfère peut être finir dans une geôle fédérale qu’impériale, mais je fais de mon mieux pour finir dans aucune des deux ! J’ai aussi décidé de me donner les moyens de mes ambitions, j’économise pour m’acheter un destroyer, plusieurs de mes amis sont prêts à s’engager comme équipage. Je dois dire que ça me fait chaud au cœur après toutes ces missions en solo dans mon Coursier.

22/03/3302
Ça a été dur, mais j’y suis arrivé. Quelques-uns de mes amis ont même participé avec leurs moyens, mais c’est bon. Je me suis acheté un Python d’occasion, sans armes et sans peinture, une toile vierge pour y mettre ma touche d’équipements personalisés. Fini la rigolade en escadrille de vaisseaux miteux. J’ai un destroyer, un vrai, manié par un équipage talentueux et formé par mes soins. Tous ont passé rigoureux « test d’entrée » qui se résumait en une séance de dogfight, et une session de combat en tant que membre d’équipage sur un vaisseau plus important. J’ai enlevé tous les trucs inutiles à l’intérieur afin de pouvoir fournir une véritable pièce de vie pour 10 personnes, avec chambre, salon, cuisine, sanitaires… Bon, un peu réduits, ça reste un vaisseau, pas une station, mais je veux qu’on ne soit jamais pris au dépourvu, autant au niveau de l’autonomie que de la résistance, de l’armement ou de la fiabilité. La fiabilité est assurée par des ingénieurs de renom, que je paye grassement pour obtenir les modules les plus fiables et efficaces. J’y ai même installé une baie de Rover planétaire et une soute à marchandises, au cas où.



02/07/3302
Mon Python est armé, peint, avec un équipage au complet et une mécanique aux petits oignons. L’armement est classique, mais pratique et polyvalent. Pas de railguns ou de plasma Flashy. Je veux rester sobre. Et discret. La fédération et les chasseurs de l’empire auraient vite fait vent d’un Python tirant des boules bleues sur ses vaisseaux. De plus que pour aider les miens, j’ai dû aller pirater bon nombre de marchands fédérés. Je ne tue jamais ces-dit marchands, exception faite des esclavagistes impériaux qui ne valent pas mieux que la vermine qui achète ces pauvres diables. Dans tous les cas, mon python est opérationnel, à 100%, au grand dam des impériaux et des fédérés. Je ne prends aucun plaisir à donner l’ordre d’abattre un vaisseau, mais je sais que beaucoup n’hésiteraient pas une seconde. Certain autres y prennent du plaisir. Je ne les respecte pas.

18/09/3302
Le python n’a toujours pas de nom. Ça ne va pas. Les gars voudraient bien pouvoir dire de l’équipage que quel vaisseau ils sont pour craner dans les bars. Ça fait la 3ème guerre contre l’empire qu’on remporte dans le système de Narri. On commence à être célèbres. Les gars voulaient l'appeler "Death Frame", le Cadre de la Mort. ça colle bien avec les lasers encadrant mes cibles disons. Le 25ème impérial abattu a donné lieu à un avis de recherche officiel de la part de l’empire, qui essaye de se tailler la part du lion dans ce système depuis des mois. On a littéralement une petite flotte de chasseurs de primes, qui viennent parfois m’attaquer moi et mon équipage en pleine mission de guerre. Beaucoup auraient abandonné pour aller se cacher quelque part. Mais je ne peux pas laisser ces gens à leur sort, devant un Empire toujours plus puissant. La fédération n’est pas présente, j’ai moi-même chassé les rares sympathisants qui arrivaient à Bobko City.

12/11/3302
Je ne sais pas quoi faire en ce moment… En même temps je pense à tous les gens que j’abandonne derrière moi, mais aussi à ceux que j’abandonne devant si je reste ici. On m’a contacté pour rejoindre un ordre de guerriers et de pirates, pour défendre la liberté face aux oppresseurs. Cette offre a l’air tentante, mais cela implique freiner mon combat contre l’empire. Il faut que j’en parle avec mon équipage…

1/12/3302
J’ai finalement accepté de me joindre à la Wraith Brotherhood, suite aux pressions de mon équipage, et de ma conscience. Ils avaient l’air d’être heureux de voir une nouvelle tête, leur ambassade était déserte. Mine de rien, c’est normal pour un ordre de pirates et de guerriers combattant l’oppression de se cacher des oppresseurs, non? Je replissais visiblement assez bien leurs critères d’entrée. J’ai rapidement fait connaissance avec le Capitaine Wedo, l’Âiné Deimos Reaper, et le Protecteur Jurema. J’ai entrevu Ariah T’Soni de loin, on s’était déjà croisés, mais le contact avait été bref. J’ai choisi les pirates plutôt que les guerriers, car j’ai déjà eu mon lot de combat, et la lutte contre l’oppression est moins palpable. C’est sûrement la dernière entrée de ce journal, j’aurais la tête ailleurs ces prochaines années… En guise de dernier mot, je ne suis pas un guerrier impitoyable, et pas un pirate au grand coeur. Je ne suis qu'un homme, porté par ses convictions, son caractère et l'amour qu'il porte à ceux qu'il aime. Je connais la peur, le doute, les remords. Mais ils ne sont pas assez forts pour passer outre ma détermination.

Protocole Grade 3 interrompu... Accès avorté au journal de bord...Terminé...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Jurema, DeimosReaper, Genjar Ilat, Nemecta, Azarzel
Modérateurs: DeimosReaper, Moderateur 1, Moderateur 2, Moderateur 3, Moderateur 4, Jurema
Temps de génération de la page : 0.267 secondes