Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques

Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques il y a 3 semaines 5 jours #231468

  • Gadfly
  • Portrait de Gadfly
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 34
  • Remerciements reçus 21
Dans les bureaux du Galaxy Research Survey, nous aimons bien les histoires qui accompagnent la science. Quand la science rencontre l’aventure, quand les hommes découvrent la science, et tous les liens qui unissent hommes, histoires et découvertes.

L’idée de cette chronique nous est venue lorsque nous avons croisé le commander Gadfly dans le hangar de la station Felice Dock dans le système MEENE. Un homme d’un certain âge qui « jurait comme un charretier » sortait de son ASP Explorer, invectivant l’ingénieur Ram Tah. Ne cherchez pas dans les Galnet, ni dans les database, c’est une expression dont l’origine remonte au XII éme siècle quand les véhicules terrestres appelés charrettes n’étaient mû que par la force animale, voire humaine. Ce qui nous a aiguillé vers lui, ce fut l’expression :« La science n’est pas une marchandise ». Il pestait ainsi contre la reconnaissance de la recherche sur les sites des Gardiens comme une activité commerciale, et non d’exploration.

C’était l’homme qu’il nous fallait pour cette chronique dédiée à l’exploration, à ses grandeurs, et ses misères, et à ses a-côtés parfois douteux, parfois cocasses.
Nous publierons ici quelques extraits de ces rencontres.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques il y a 3 semaines 5 jours #231473

  • Gadfly
  • Portrait de Gadfly
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 34
  • Remerciements reçus 21
Hors Série – Les ruines des Gardiens dans les SYNUEFE
Interview du Commander Gadfly, chercheur, explorateur et archéologue. Chargé de mission par l’ingénieur en chef Ram Tah.

Cette interview a été réalisée à la station Felice Dock, système MEENE, au retour des ruines du Commander Gadfly. Un rapport complet de recherche sera déposé ultérieurement.

Nous recevons aujourd’hui le Commander Gadfly qui revient des, dorénavant, illustres ruines des Gardiens dans les Synuefe et qui va nous apporter son éclairage et, peut-être, ses conclusions.

Commander Gadfly, ce n’est pas votre vrai nom, je crois. Pourquoi le dissimuler ?

En effet, il s’agit d’un pseudo, vous savez l’espace, hein, on sait jamais, des fois que, une mauvaise rencontre, des malfaisants… Et puis, dans le milieu de la recherche archéologique il peut y avoir des concurrents désobligeants… Euh, je suis qu’un amateur, hein !!!

Donc le célèbre Ram Tah vous a confié, ainsi qu’à nombre de commanders, la délicate tâche de découvrir le secret des ruines, une sacrée mission et une sacrée responsabilité !


Euh... Oui ! Ce ne fut pas facile, le vide de l’espace, l’angoisse des pirates, la peur de la panne, la navigation orbitale et l’approche du sol sans balise ni repère !

Je crois que vous connaissiez néanmoins les coordonnées !

C’est pas faux, mais vous savez, faut quand même les trouver ces f… ruines dans la pénombre. Et puis, ya eu les autres sites, où là, Ram Tah, il nous a pas beaucoup aidé.

Enfin, certains commanders ont trouvé, eux !

Ben c’est vrai qu’à un moment je restais en orbite à guetter les lumières bleues, et aussi les bruits ! Et puis aussi, j’étais branché sur le canal Cannon…

Donc, vous avez réussi à explorer les sites !


Euh, trois. Parce qu’au bout du troisième, j’ai cru avoir des hallucinations et m’être posé par erreur sur le premier. Bon, de toute façon, c’est la même chose sauf que certains les appellent A, B, C, d’autres alpha, bêta…

Vous avez tout de même collecter des données fondamentales sur l’histoire des Gardiens !

Ben oui, mes collègues qui travaillaient en équipe en ont collecté plus, mais c’est normal ils étaient plus nombreux.

Et donc, vous les avez ramené à Ram Tah qui semble être très heureux, quoique…

Et oui, il m’a remercié ainsi que tous mes collègues. D’ailleurs, il m’a confié cette mission une fois de plus, j’étais content.

Ah oui, j’imagine servir la science, c’est stimulant.

Euh, oui, enfin, bon…

Et donc, cette recherche a nécessité beaucoup de précautions, j’imagine encore une fois ?

Ah oui, fallait faire gaffe à la conso. de carbu. à pas péter le SRV…

Je voulais dire aux ruines et aux artefacts, piliers, monolithes, obélisques…

Euh, ben il a fallut quand même descendre les reliques des obélisques, et puis dans la nuit, c’est pas évident de bien tout voir !

Néanmoins cette aventure vous a beaucoup appris !

Ah oui, ça on peut le dire, la conduite du SRV à 30 km/h, le saut à tremplin et le slalom, ça ne s’improvise pas. Et j’ai révisé mon grec ancien, essayer la trigonométrie, le décryptage visuel, auditif… Et après la lecture dans les feuilles de thé et le marc de café.

Donc, vous avez collecté des données que vous avez remis à Ram Tah ! J’ai cru comprendre qu’il y avait eu de belles récompenses…

Ah oui, maintenant que vous le rappelez. J’ai gagné un peu d’argent.

Un peu ?! Il semble que les récompenses étaient et soient toujours élevées !

Euh, faut pas pousser hein ! C’était des missions difficiles, délicates même. Quelques millions étaient un juste prix, et comme le travail était bien fait, Ram Tah me la donnait chaque fois que je revenais.

Vous avez gagner une vrai fortune ?

Ben j’en ai donné une partie à une cause pour lutter contre la famine, 250 000 crédits je crois, et puis ben, fallait bien payer le Python hein ! Me suis débarrassé aussi du T-7 qui commençais à perdre son hydrogène dans le hangar, du recyclage écolo comme on dit.

Vous y êtes allé souvent ?

Huit fois je crois, Ram Tah a confiance en moi, et puis fallait bien équiper le Python, c’est qu’il coûte cher le bestiau.

Et maintenant qu’allez vous faire ?

Ben, nettoyer le cockpit de l’ASP qui est crade, repeindre le Scarab, et peindre le sticker Entrepreneur sur le Python.

Euh, je croyais que c’était une mission scientifique et d’exploration ?

Ben ouais, mais nous sommes remercié en tant que commerçants, ça doit être ça la recherche scientifique.

Et qu’allez vous faire après ces tâches ménagères ?

Certainement une mission philanthropique. Équiper le Python avec des cabines, des matériaux, du carburant et une équipe de soutien : médecins, psychologues, masseurs, kynés, nutritionnistes, sophrologues et peut-être un médium. Faut dire que j’ai souffert, beaucoup souffert, ainsi que beaucoup de mes collègues. Il y a eu les hallucinations, les délires, la perte de sommeil, la prise de poids, l’alcoolisme qu’engendraient l’observation et la réflexion sur ces sites.

Merci beaucoup, commander, pour ce retour d’expérience instructif.

Pas de quoi, faut que j’y aille, paraît qu’il y a une super teuf qui se prépare à Vestani.

PS : Il est à noter que les documents de recherche du commander sont essentiellement à cet ancien format que sont les morceaux de papier, graffitis annotés dans des calepins. Quant à savoir si nous verrons ces notes publiées...
Dernière édition: il y a 1 semaine 4 jours par Gadfly. Raison: Lisibilité
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques il y a 2 semaines 3 jours #232147

  • Gadfly
  • Portrait de Gadfly
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 34
  • Remerciements reçus 21
Il y a quelques mois, nous avions interviewé le Commander Gadfly au retour de son exploration des ruines des Gardiens. Nous l’avions laissé à ses tâches ménagères (il semble que le cockpit de son AspX était passablement sale).

Nous avons reçu des nouvelles, et le moins que l’on puisse dire est qu’il y a eu quelques changements dans sa situation financière et professionnelle.
Voici son interview écrite, le son n’étant que peu audible.

- Vous vous faites toujours appeler Gadfly, toujours ce pseudo, donc toujours aussi parano !

- Euh oui. Ben vous savez…

- Oui, on sait ! Dans l’espace vide, les méchants, jamais trop prudent, etc !
Il semble que votre situation financière se soit encore améliorée.


- Ah oui, et même confortablement ! Je me suis offert un Anaconda ! Et sans revendre de vaisseau, hein !

- Félicitations, et toujours grâce à la recherche dans les ruines des Gardiens, j’imagine !

- Euh, non, comment dire… J’ai débuté une petite affaire de transport de passagers et de tourisme. Ouais, je sais, c’est pas la gloire, mais c’est juteux comme activité. Ya des pontes en déplacements d’affaires, des sommités en quête de données scientifiques, des passagers lambda, des humanitaires à convoyer, et même des réfugiés à déplacer, ceux là sont pas ch…, pas comme ces arrivistes et leurs exigences dans les voyages de luxe. Voilà, ça m’a payé mon Anaconda, et une partie de son équipement. Parce que là, on frôle la démesure en investissement, des modules à plus de 150 millions, plus cher que le prix du vaisseau. Un scandale !

- Oui, enfin, l’Anaconda, c’est quand même l’un des « Big Three ». Un tel vaisseau se mérite, et son équipement doit être à sa mesure.


- Mouais. Ben va en falloir encore du transport, pour amortir l’engin. P…., se charrier encore quelques c… ! M’enfin, faut ce qu’il faut, hein !
Et puis, j’ai embauché un petit gars. Un jeunot dans la mouise, avec un passé triste. Il prétend être un bon pilote, alors il va piloter mon chasseur d’escorte, un Taipan. Une bonne action ! Et quand on est Magnat en commerce, faut maintenir un certain standing. Ya des passagers que cela rassure de voir un chasseur d’escorte dans certaines situations, faut dire que j’ai parfois de drôles de loulou comme passagers, comme qui dirait, des repris de justice et autres lascars.

- Vous triez pas vos passagers ?


- Ben si, un peu, mais bon, faut parfois prendre des risques pour équiper le vaisseau.

- Pas très honorable tout cela… Alors bonne continuation.

PS. Il semble que nous ayons eu ce contact avec le commander Gadfly alors qu’il se terrait quelque part. Pas étonnant qu’il essaie de se faire oublier, nous avons appris qu’il avait une prime sur sa tête après une incursion en territoire protégé, et le fait qu’il ait accepté, et réussi, deux contrats d’assassinat.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: LePionnier

Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques il y a 2 semaines 5 heures #232411

  • Gadfly
  • Portrait de Gadfly
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 34
  • Remerciements reçus 21
« Au revoir Colonia, je rentre ! »


Ce message nous a intrigué à la rédaction. Nous avions laissé le CMDR Gadfly terré quelque part, après quelques ennuis. Étonnant de la part d’un pilote plutôt âgé et prudent, c’est un euphémisme ! Mais l’envie d’équiper son Anaconda l’a certainement contraint à quelques expédients douteux ! Nous l’avons donc contacté pour en savoir plus.

- Toujours Gadfly, toujours ce pseudo, donc toujours parano ! Et toujours recherché ?

- Euh oui. Et ben non, plus recherché !

- Donc vous êtes à Colonia ? Drôle d’idée pour un commander frileux que de plonger dans l‘espace ?

- Ouais, enfin, bon, c’est pas comme aller à Beagle Point ou à Sagittarius A*! Ya des avant-postes le long du chemin, c’est comme un sentier de randonnée avec des refuges, quoi !
Juste que je suis parti sur un coup de tête, marre de balader des arrivistes exigeants, de convoyer des fauchés. J’ai eu aussi un peu peur, quelques bêtises à cause de mauvaises fréquentations, mais c’est du passé, hein ! Et puis bon, l’arrivée des Thargo, c’était pas bon pour le commerce, tout le monde s’est lancé dans le combat, enfin pas tous, hein ! Mais l’ambiance n’était plus au transport de mets raffinés, ça sentait le sapin, euh non, le déclin !
Donc, j’ai vidé l’entrepôt des modules inutiles – c’est dingue ce qu’ont peut stocker comme merde - pour entreposer ceux que je retirais des vaisseaux et fitter l’Anaconda pour le « Long Range ». Peut pas dire que ce fût une grande réussite, avec les moyens du bord l’Anac dépasse pas les 40 al. Faut dire que je suis pas un as de l’allégement vu le bordel que j’ai trouvé dans mes vaisseaux et le hangar.
‘Fin bon, j’ai installé 2 AFMU, 1 contrôleur de drones de réparations, 1 protection de modules, on n’est jamais trop prudent…

- Cela ressemble beaucoup à ceinture, bretelles, et plus. On sait : au cas où, on sait jamais, des fois que…

- Ouais, enfin, j’avais viré les armes et conservé juste 1 Shield Booster, 2 Heat Sink et 1 Point Défense. Prudence est mère de sûreté !

- Vous ne nous aviez pas dit que l’Anaconda n’était pas votre type de vaisseau ?


- Euh, en off peut-être. J’ai eu du mal au début. Mais je l’ai adopté !

- Alors l’exploration, c’est comment ?


- Gratifiant, plus que la recherche de sites Gardiens, pas difficile de trouver moins chiant que ça, d’ailleurs. C’est beau la recherche, mais…

- Oui, enfin, cela a permit l’achat des modules de votre Python, et de l’Anaconda !

- Pas faux ! Enfin, la fierté quand vous allez chez Universal Cartographics et qu’ils vous annoncent que vous avez les primes de première découverte et que vous voyez votre nom dans les Codex Galactiques ! Bon après, voir s’égrener la longue litanie des découvertes c’est gratifiant mais… un peu long, enfin, on peut le zapper.

- Et donc, le résultat ?

- Ben, modeste quand même quand je vois les autres. Juste 500 systèmes et 230 millions pour un aller simple jusqu’à Colonia, et un peu d’explo. au-delà, mais un système m’a rapporté 5 millions avec 2 telluriques, 1 aquatique et autres planètes terraformables, honorable. Franchement, pour un mois et demi, c’est pas la gloire, mais bon, c’est pour la science ! D’ailleurs, en passant, j’ai vendu 66 millions de données à Concordia, si ça peut aider ! Et puis, je suis maintenant Élite en exploration, et j’ai accompli plusieurs challenges personnels, 3 000 al en une journée, plus de 25 000 al de mon point de départ, 450 000 sl au fond d’un système…

- Et pourquoi ce retour ?

- Ben, j’étais à 3 000 al au-delà de Colonia, quand la maison m’a manqué ! C’est pas que l’explo soit ennuyante, quoique parfois, ni Colonia triste. Mais, enfin, j’arrêtais pas de me faire interdire à Colonia. Et puis, bon, à Colonia c’est beau, mais il y manque des trucs. Je m’étais acheté un Diamondback Explorer, pour me balader autour, mais pas moyen de trouver des modules au-delà du C, même en faisant les décharges ! Et des prix plus élevés. Et pas d’ingénieurs.
En plus, le petit jeunot que j’ai embauché pour piloter le Taipan est en train de se faire du lard sur mon dos tranquillement à Panshin, et vu son passé, j’ai honte de le virer, donc faut que j’y remédie. Et puis j’ai appris qu’il se passait plein de nouveaux trucs, des vaisseaux, des améliorations, hâte d’installer Victor dans mon cockpit et puis plein de nouveaux bricolages à faire. Bon, il paraît qu’il y a du bon et du moins bon, mais le temps que je rentre, ce sera peaufiné, hein ! J’espère ! Mais, c’est sûr que je retournerais à Colonia.

- Vous rentrez à Panshin Orbital ? Mais c’est le trou du cul du monde !

- Mais c’est mon trou du cul du monde à moi ! Hâte de retourner à la taverne, enfin... s’il en reste une à mon retour !

- C’est ce que l’on vous souhaite ! Alors, bon retour !


PS : la rédaction a souhaité conserver les quelques grossièretés du CMDR Gadfly mais s’il y avait besoin...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Interviews du CMDR Gadfly – extraits de chroniques il y a 1 semaine 4 jours #232583

  • Gadfly
  • Portrait de Gadfly
  • Hors Ligne
  • Bleu
  • Messages : 34
  • Remerciements reçus 21
Ce matin, à la rédaction, nous avons trouvé dans la messagerie, parmi d’autres trucs dont une publicité pour l’obtention facile de permis de systèmes – ce que nous ne cautionnons pas – un message laconique du CMDR Gadfly : « Je suis rentré. » Rien de plus…
De quoi attiser notre curiosité…

- Alors rentré ! Finalement, ce ne fut pas si dangereux que cela !


- Euh, quand même, il y a eu un peu d’action. Un saut m’a collé entre 3 étoiles. A peine arrivé que tout s’est mis a grésiller. Des étincelles, toutes les alarmes se sont déclenchées, la température a grimpé en flèche, une horreur !

- Ah oui, j’imagine la panique ! Mais un pilote précautionneux comme vous a probablement bien géré ?

- Euh, comment dire… Pas vraiment. Non, non, tout s’est bien terminé mais c’est une leçon. En fait, j’ai essayé de me dégager tout de suite, mais tout partait en sucette, et… Et j’avais mal mappé mes Heat Sink, pas dans ma configuration habituelle avec le scanner, toujours à m’emmêler sur le manche, pardon, le joystick et le Hotas, faut dire que j’ai plusieurs fois lâché des Heat Sink pour rien, ben ouais, une c… de débutant. Donc, une respiration, basculement sur les Heat Sink, 2 lâchés et dégagement, et réparation avec l’AFMU actif. Mais ce qui m’a troublé, c’est l’affichage « Matière inconnue » Quid ? Bon, ça m’a fait peur, et je suis allé à mon étape suivante en serrant les fesses. Va falloir que je dépouille mes données de vol, mais pas eu le temps…

- Ah oui, effectivement, quand on s’habitue à une routine, cela peut perturber. Donc, vous semblez être très occupé actuellement ?

- Ben ouais, 380 millions de crédits récupérés, ajoutés à mon compte courant, cela m’a donné quelques idées d’achat. Un Diamondback Explorer, je l’aime bien ce truc, fait un boucan pas possible, comme l’impression qu’il va exploser quand on accélère, et… Un Lakon T-10 Defender.

- Euh, vous vous lancez, vous, dans la chasse aux Thargoids ?


- Ben non, j’ai un peu les jetons, mais comme vaisseau de minage dans des coins mal famés, c’est le top. Une visibilité hors pair, une coque solide, et un espace confortable. Pas à dire, le vaisseau de minage en « zones chaudes » idéal. Vous lâchez le chasseur, et ya plus qu’à miner, les tourelles supportant le chasseur, vous êtes tranquille, sauf quand ils se mettent à trois sur vous, et là faut abandonner l’astéroïde. Idéal, je me fais autant en primes qu’en bénéfice de vente des minerais. En plus, il paraît que chez Lakon, ils vont modifier le répartiteur, enfin bon, pour la défense du vaisseau c’est utile, mais pour ceux qui chassent les Thargo, ça va être top.

- Et le Diamondback Explorer, c’est pour quoi ? J’ai du mal à vous voir partir en exploration avec un si petit vaisseau.

- Ben, il a une portée de 52 AL après mon passage chez Farseer – je pousse pas dans les modifications, je garde la réserve de matériaux pour l’avenir proche – et il me sert donc pour la liaison dans la bulle.

- Avec tout ça, j’imagine que le hangar est plein.

- Ben, j’essaie d’optimiser les équipements et les modules pour mes 9 vaisseaux, mais il semblerait que tous les CMDRs vont bientôt disposer d’une rallonge d’espace dans les hangars, on pourra stocker jusqu’à 120 modules, quand on se rappelle l’époque où on n’avait rien !

- Et l’exploration, c’est fini ?

- Ben, pour le moment, oui. J’ai failli retourner voir Ram Tah pour l’aider dans son effort final, mais… Comment dire, avec l’espace de stockage du SRV, ça va juste prendre un temps fou, je connais les ruines, j’en ai visité un paquet depuis, et même si nous sommes dotés des modif. de Ram Tah permettant la localisation, tant que ne sera pas développé un nouveau Scarab avec une plus grosse soute, 4 tonnes ce serait bien, mais 8 ce serait mieux, ben je passe mon tour, assez donné là-bas. Certainement plus tard, quand nous aurons plus d’info. j’y retournerais.
Et l’exploration, je vais en refaire, car il y a de la magie dans l’espace, c’est beau et il y a ce mystère de cette matière inconnue. Donc oui, je vais préparer une nouvelle expédition. Mais pour le moment, j’ai de quoi m’occuper.

Ainsi s’est terminé notre entretien, le CMDR Gadfly semblait préoccupé.


PS. Il semble que lors de cette communication, le CMDR Gadfly n’était pas dans sa base habituelle, encore un problème ?
Dernière édition: il y a 1 semaine 4 jours par Gadfly. Raison: Ortho.
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Modérateurs: Zoran, Moderateur 1, Moderateur 2, Moderateur 3, Moderateur 4
Temps de génération de la page : 0.092 secondes